Tous les articles par Rédaction

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga

Illustration ci-dessus : Copie de la Knýtlinga saga (AM 18 fol., Den Arnamagnæanske Samling, Copenhague) par Árni Magnússon (1663-1730) à partir d’un manuscrit daté d’environ 1300 et détruit lors du grand incendie de Copenhague en 1728. Cette version est aujourd’hui le témoignage le plus important de la saga. 

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga. Traduite du norrois et présentée par Simon Lebouteiller. Toulouse, Anacharsis, 2021.

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga sagaLa Saga des Knýtlingar représente à plus d’un titre un témoignage important sur l’histoire du Danemark médiéval, et plus généralement de la Scandinavie et des régions avoisinantes à cette époque. Rédigée en Islande entre 1235 et 1300 — probablement durant les années 1250-1270 —, elle raconte l’épopée des souverains danois sur deux siècles et demi, des premiers rois chrétiens de l’époque viking à l’année 1187. Associant récits historiques et légendaires, elle dépeint les règnes de personnages emblématiques tels que Haraldr à la Dent Bleue, qui se convertira au christianisme et imposera la nouvelle foi à son royaume unifié au Xᵉ siècle, ou Knútr le Grand qui s’emparera également des trônes d’Angleterre et de Norvège au XIᵉ siècle, se constituant de cette manière un véritable « Empire de la mer du Nord ».
Continuer la lecture de La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga

Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings

Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings, London, Penguin Books, 2020, 624 p., ISBN: 9780241283981

Publisher description

The ‘Viking Age’ is traditionally held to begin in June 793 when Scandinavian raiders attacked the monastery of Lindisfarne in Northumbria, and to end in September 1066, when King Harald Hardrada of Norway died leading the charge against the English line at the Battle of Stamford Bridge. This book, the most wide-ranging and comprehensive assessment of the current state of our knowledge, takes a refreshingly different view. It shows that the Viking expansion began generations before the Lindisfarne raid, and traces Scandinavian history back centuries further to see how these people came to be who they were. Continuer la lecture de Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings

Call for Papers Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds

Picture: The Dove of Peace between two soldiers (France, Tours, Bibliothèque municipale, Ms. 568 f. 249v)

Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds (Viking World, Normandy, British Isles, Southern Italy and Sicily, 9th-12th Century)

[Click here for the French version]

Cerisy-la- Salle, October 5-9, 2022

Direction:

  • Pierre Bauduin, University of Caen Normandy, CRAHAM
  • Annick Peters-Custot, University of Nantes, CRHIA
  • Simon Lebouteiller, Sorbonne University, CRAHAM

The transition from a state of war, which corresponded with a territorial conquest, to a state of peace, which was necessary for a new political construction, is less and less viewed as a qualitative gap between the violence of fierce conquerors and the peaceful establishment of new forms of government over conquered territories and populations. War and peace have often been perceived as two antithetical principles, so that contemporary historical thought leaves little scope for in-between situations in which violent confrontations are not predominant any more even if they still occur.

Continuer la lecture de Call for Papers Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s., thèse soutenue le 19 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

 

Résumé : L’Avranchin occupe au sein du duché de Normandie une position frontalière, partageant ses confins occidentaux avec la Bretagne, le Maine et la seigneurie de Bellême. Territoire envisagé à la fois comme interface, périphérie et interstice, c’est également un espace vécu, résultat d’une dynamique propre, animée par les sociétés qui l’habitent. À travers son rapport au pouvoir et ses ambitions locales, le groupe aristocratique, dont la formation résulte d’un processus complexe et ancien, constitue une composante essentielle de l’identité frontalière.Loin d’être une région désertique, l’Avranchin présente au IXe siècle une organisation politique et sociale dans laquelle les familles aristocratiques s’intègrent. Cette société, dont on ignore le caractère endogène ou exogène, apparaît comme le produit manifeste du regnum neustrien. Elle se révèle notamment par le prisme des anciennes circonscriptions administratives, l’action royale ou encore le rôle des évêques et des ermites. Affectées par les profondes transformations du royaume carolingien, les familles aristocratiques sont touchées par l’influence des puissants groupes familiaux des Rorgonides puis des Robertiens, dont la stratégie de domination de l’espace se fait ressentir jusque dans l’Avranchin. La poussée bretonne du milieu du IXe siècle et la domination politique des comtes de Rennes accentuent le caractère composite et multiscalaire de cette société.Lorsque les ducs de Normandie, puis les comtes de Mortain, étendent leur autorité sur l’Avranchin au cours du XIe siècle, le groupe aristocratique présente une certaine forme de continuité. La mise en place d’un espace institutionnel résulte d’une construction habile, parfois fruit d’une politique d’accommodation et de compromis, et s’appuie sur des familles extérieures au territoire ou anciennement implantées dans l’Avranchin. Celles-ci façonnent leur pouvoir autour de nouvelles logiques et de nouvelles fidélités, induites par le contrôle ducal ou comtal, la détention d’offices administratifs ou la garde de forteresses. Elles ordonnent également leurs territoires suivant leurs propres dynamiques, parfois autour d’une fondation prieurale ou d’une fortification. Réseaux de relations élargis et de vassalité, cercles familiaux ou de voisinage montrent que les horizons de cette aristocratie ne s’arrêtent pas aux limites de ses possessions, ni à celles à l’Avranchin.Bien que n’ayant jamais engendré de vastes honneurs ou de grandes entités seigneuriales, les familles aristocratiques jouent un rôle essentiel le long des frontières. Parfois en appui de l’autorité ducale, mais bien souvent suivant leurs propres intérêts et au-delà de la maîtrise politique de la frontière, elles influent grandement sur les fluctuations du pouvoir dans les espaces périphériques de l’Avranchin où leurs interventions prennent diverses formes. La fondation de l’abbaye de Savigny en 1112-1113 éclaire cette société complexe, fortement marquée par les réseaux d’influence et d’alliance, où espace vécu et géographie des pouvoirs des familles aristocratiques façonnent l’espace frontalier.

Le texte de la thèse est déposé sur HAL.

Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

Fin 2018, les archéologues de l’Institut Norvégien de la Recherche sur le Patrimoine (Norsk institutt for kulturminneforskning, NIKU) ont révélé une découverte spectaculaire réalisée à Gjellestad (municipalité de Halden, Østfold) à partir de relevés géoradar : un bateau-tombe de 22 mètres de long, enterré au sein d’un ensemble de tertres funéraires et de maisons-longues. Cette annonce était d’autant plus sensationnelle qu’aucun navire viking en si bon état et aussi imposant n’avait été retrouvé en Norvège depuis plus d’un siècle. Parmi les précédents les plus notables, on compte ainsi les célèbres bateaux d’Oseberg et de Gokstad conservés et exposés à Oslo. Des fouilles prospectives ont ensuite été menées en août et en septembre 2019 et nous livrent d’ores et déjà quelques informations sur le site. Continuer la lecture de Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

Parution d’une Histoire des vikings

Pierre Bauduin, Histoire des vikings. Des invasions à la diaspora, Paris, Tallandier, 2019, 672 p. – ISBN 979-10-210-2129-7

Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d’images fortes et contradictoires. A la fois pirates redoutables semant la terreur et la dévastation, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines, guerriers et commerçants en quête de richesses, ils représentent cet « autre » proche et lointain, tantôt habillé des oripeaux de la barbarie, tantôt parés des vertus qui incarnent l’esprit d’aventure. Ces représentations ont une histoire. Elles sont une porte d’entrée à une histoire des vikings dont les approches ont considérablement varié. Cet ouvrage propose en une synthèse des interprétations qui en sont issues.

Le phénomène viking, placé traditionnellement entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, s’inscrit dans un temps long qui doit prendre en compte les sociétés scandinaves et leur évolution durant plus d’un demi millénaire. Les vikings de l’an 1000 ne sont pas ceux de l’an 800 et pour comprendre ce qui les mit en mouvement, il importe de les replacer dans un contexte plus largement européen. Les vikings sont parfois présentés comme les précurseurs d’un monde globalisé. Si l’expression est anachronique, leur histoire s’interprète en termes de routes, de réseaux et de diaspora et non plus seulement sous l’angle des « invasions ». Pour autant le temps des vikings fut une période de circulation des hommes et des femmes, de migrations qui contribuèrent à façonner certaines régions de l’Europe. Les objets, les idées, les influences artistiques et religieuses, les objets culturels au sens large circulent, s’échangent, s’adaptent. Ces circulations, les transferts culturels qui y sont associés et leurs manifestations – de l’adoption au refus – forment ainsi le fil conducteur de cet ouvrage.

La guerre et la violence restent au cœur des représentations associées aux vikings, mais sont également une forme de ces échanges. A bien des égards, cette violence est à l’aune des sociétés européennes du temps, mais celle des vikings a pu apparaître en dehors des normes acceptées, ce qui la rendait particulièrement effrayante. Cependant la confrontation violente n’était pas une fin en soi, et elle laissait ouverte les voies d’une accommodation politique et culturelle. Les vikings rencontrèrent en effet des sociétés différentes, s’établirent au contact d’autres populations ou sur des terres vides d’habitants. Suivre ces expériences revient à s’interroger sur des situations d’«entre-deux », de cohabitation ou de rejet qui colorent le phénomène viking de manière singulière. La lecture de cet ouvrage aidera ainsi à penser l’unité et la diversité du monde des vikings.

Un compte rendu sur l’ouvrage par L. Malbos dans les Annales de Normandie, 2019, 2 (juillet-décembre 2019), p.173-177 :

https://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2019-2-page-149.htm?contenu=plan

Une interview de l’auteur à l’émission « Concordance des temps » (France Culture, 17/03/2020):

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/vikings-un-heritage-en-question

17th International Saga Conference

17th International Saga Conference

Reykjavik and Reykholt, Iceland

12-17 August, 2018

The 17th International Saga Conference will take place in Reykjavík and Reykholt 12–17 August, 2018. The central theme is Íslendinga sǫgur and a subsidiary theme will be law and legal writing to mark the 900th anniversary of Iceland’s first written law code.

Plenary speakers will be:

  • Carol Clover, Professor Emeritus, University of California at Berkeley
  • Lena Rohrbach, Professor of Old Norse Studies at Humboldt-Universität zu Berlin
  • Andrew Wawn, Professor Emeritus, University of Leeds

Continuer la lecture de 17th International Saga Conference

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Montpellier 3)

Continuer la lecture de Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Poitiers)

Continuer la lecture de Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Bruno Nardeux, Une « forêt » royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450)

Bruno Nardeux, Une « forêt » royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450), Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Rouen Normandie)

Continuer la lecture de Bruno Nardeux, Une « forêt » royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450)

Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200

Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159