Archives de catégorie : Monde anglo-normand et Plantagenêt (XIe-XIIIe siècle) / The Anglo-Norman and Plantagenet world (11th-13th c.)

Archaeologies of the Norman Conquest

Archaeologies of the Norman Conquest is a new research network examining the cultural, social, and political implications of the Norman Conquest through an explicit focus on archaeology and material culture. Its chief aims are to highlight the new insights and nuanced interpretations that archaeology can bring to this fundamental turning point in British history, and to articulate an inclusive research framework for the 11th and 12th centuries that brings together the scientific, humanistic, academic, professional, and public engagement arms of archaeology. It seeks to raise both academic and public awareness of the important role archaeology has to play in understanding this cultural touchstone.

This network is based around a series of three workshops, focusing on the themes of interpretative agendas, methodologies, and heritage and public impacts. Current research is beginning demonstrate that not only is the Norman Conquest visible in the archaeological record at a wide range of social levels and in many aspects of life, but also that if the right questions are asked of the data, the conclusions we can draw from the archaeology often contradict or add considerable nuance to the story of the Conquest told in the documentary record. By providing a forum for the presentation of innovative scholarship and the discussion of new questions, agendas, and research directions, the network will contribute to re-evaluating the long-standing narratives of the Conquest, its process, and its aftermath.

This project is funded by an AHRC Research Networking grant, led by the universities of York and Nottingham, with partnership from Norwich Castle Museum.

https://www.normanarchaeology.org/

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Montpellier 3)

Continuer la lecture de Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Poitiers)

Continuer la lecture de Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150

Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200

Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Matthew Mills, Behold your mother : the Virgin Mary in English monasticism, c. 1050-c. 1200

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (University College London)

Continuer la lecture de Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Le Mont-Saint-Michel livre de nouveaux secrets

CNRS Le journal, décembre 2017
On pensait tout savoir sur le Mont. Armés des dernières technologies, historiens et archéologues profitent des travaux de restauration menés sur le célébrissime rocher pour éclairer d’un jour nouveau l’histoire de ce monument plus que millénaire. Une palpitante enquête à retrouver dans un documentaire diffusé sur arte.tv jusqu’au 21 février 2018.
C’est l’un des monuments les plus célèbres au monde. Chaque année, 2,5 millions de visiteurs partent à l’assaut du Mont-Saint-Michel, classé monument historique depuis 1874. Mais derrière son apparente homogénéité, l’abbaye fondée au VIIIe siècle par Aubert, évêque d’Avranches, et devenue au Xe siècle un puissant monastère bénédictin, cache un véritable millefeuille architectural : elle s’est construite par empilement, destructions, reconstructions, sur plus d’un millénaire… De quoi sacrément brouiller les pistes ! Pourtant, c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les scientifiques, historiens et archéologues en tête, explorent le monument dédié à l’archange saint Michel.

« Pendant longtemps, on a cru que l’histoire du Mont était écrite, raconte Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux-Montaigne. Au XVIIe siècle, les moines de la congrégation de Saint-Maur qui venaient de s’y installer ont retracé toute l’histoire du site depuis sa fondation. Ce manuscrit édité au XIXe siècle était d’autant plus précieux que les moines avaient eu accès à des archives médiévales aujourd’hui disparues – elles ont été détruites lors des bombardements de Saint-Lô en 1944. » Ce sont en réalité les grands travaux de restauration menés suite à la décision, à la fin des années 1990, de rétablir le caractère maritime du Mont, qui ont relancé l’intérêt autour du monument et permis les premières découvertes scientifiques.

Lire la suite sur CNRS Le Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-mont-saint-michel-livre-de-nouveaux-secrets

Compte-rendu du colloque « « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs »

Le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs » s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2017 à l’Auditorium du Château de Caen. Cette rencontre (resp. Pierre Bauduin, Luc Bourgeois et Simon Lebouteiller) était organisée par le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) avec le soutien de l’Institut universitaire de France, l’Université de Caen Normandie, le CNRS, l’Office universitaire d’études normandes, la Ville de Caen, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie (projet RIN Normonde). Elle rassemblait 19 intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Au total, près de 70 personnes (intervenants compris) ont assisté à ces journées, dont un grand nombre d’étudiants.

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands médiévaux et leurs multiples interfaces avec le monde scandinave, les îles Britanniques, l’Europe orientale et la Méditerranée. Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures.

Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

L’un des faits marquants de la rencontre a été son caractère international très prononcé, qui a permis d’aborder des situations de transferts culturels dans des horizons très différents. Le colloque s’est accompagné d’une conférence publique d’Edoardo D’Angelo, nouveau lauréat du doctorat honoris causa de l’Université de Caen Normandie, et d’une visite de l’Abbaye aux Hommes, suivie d’une réception à l’Hôtel de Ville.

Certaines interventions ont été postées sur la « Forge numérique » de la MRSH de Caen :

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/finder?populate=transferts+culturels+dans+les+mondes+normands+m%C3%A9di%C3%A9vaux

Le fascicule de résumés des communications est accessible à l’adresse suivante : https://transferts2017.sciencesconf.org/

Un projet de publication des actes de la rencontre est envisagé chez Brepols.

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Appel à contribution

Journée d’étude organisée par le CRAHAM
(resp. M.-A. Avenel et P. Bauduin),

Caen, 16/02/2018 (MRSH – Salle des Actes)

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux (Scandinavie, Normandie, royaume anglo-normand, Italie méridionale), ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuelles et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique.

Cette journée d’étude, adossée à un dossier de la revue Tabularia, cherchera à présenter différentes expériences relatives à l’usage du numérique pour l’étude des sources des mondes normands : il s’agira d’étudier les apports du numérique, la manière dont il influence la méthodologie de la recherche, dont il induit de nouvelle(s) lecture(s) des sources et de nouveaux outils (indexation, mémento). On pourra analyser les atouts, comme la pérennité des données, l’interopérabilité au sein d’une même source ou d’un même corpus comprenant différents types de documents, et leur mise en réseau sur un espace démultiplié. Mais on pourra aussi envisager les contraintes : dans quelle mesure l’adoption des outils numériques impose-t-elle aux chercheurs d’adapter leurs méthodes de recherche, voire de renoncer à certaines pratiques ? Les outils permettent-il de décrire la source dans toutes ses facettes et de rendre compte de sa complexité ?

Le cadre de l’enquête inclut différentes spécialités en lien avec les divers types de données ou de sources : philologie, paléographie, codicologie, descriptions et catalogages d’inventaires et d’imprimés anciens, numismatique, sigillographie, archéologie, iconographie, prosopographie etc. La confrontation avec des expériences réalisées hors de France est encouragée, de même que pourront être envisagées des comparaisons avec des projets ne concernant pas directement les mondes normands.

Les articles seront publiés dans la revue Tabularia. Les normes de publication sont détaillées dans la rubrique « recommandations aux auteurs » :

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/recommandations.html

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp