Archives de catégorie : Monde viking (VIIIe-XIe siècle) / The Viking World (8th-11th c.)

NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Dans la perspective d’une programmation RIN Recherche 2017 – ERSI Normandie, un axe « Une mondialisation médiévale  : les Normands » resp. P. Bauduin, Université de Caen, CRAHAM) et A. Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA) a été développé dans le projet NORMONDE « L’Empire en Seine. La Normandie entre colonisation et mondialisation (IXe-XXIe siècle) » (resp. J.-F. Klein, Université du Havre, 2017-2019), financé par la région Normandie.

L’activité de cet axe a pris deux orientations principales concernant l’une les manifestations scientifiques et l’autre les recherches en vue de la constitution d’une prosopographie des mondes normands. S’y ajoute la participation de NORMONDE au projet de traduction du livre de David Bates, William the Conqueror, Yale University Press, 2016, paru sous le titre Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

 

1 Manifestations scientifiques

1-1 Le colloque « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux VIIIe-XIIe siècles : objets, acteurs, passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller) s’est déroulé à Caen du 5 au 7 octobre 2017. Il a réuni une vingtaine d’intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6).

Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures. Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

Un compte-rendu du colloque est accessible sur le carnet de recherche « Mondes normands médiévaux » disponible sur Hypothèses. La préparation des actes, sous la direction de P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller,  est en cours en vue d’une publication chez Brepols dans la collection « Cultural Encouters in the Late Antiquity and the Middle Ages » (dir. Y. Hen).

1-2 Une seconde rencontre « Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix » (resp. P. Bauduin, A. Peters-Custot) s’est tenue à Caen le 1er mars 2019. Il s’agissait d’ explorer une thématique commune aux principales « mondialisations » normandes du Moyen Âge, à savoir : la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant à partir de 1066 ; la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile par les Normands au cours du XIe siècle et la construction monarchique qui s’en suivit sous l’égide des Hauteville, en 1130 ; enfin la fondation de la principauté normande d’Antioche après la première croisade, entre 1098 et 1130 aussi. Cette rencontre a réuni, outre les organisateurs, 7 chercheurs venus de Grande Bretagne (2), d’Italie (2) et de France (3). Après une présentation générale de la problématique de la journée (P. Bauduin, A. Peters-Custot), Judith Green, de l’université d’Edimbourg, et Elodie Papin, de l’université d’Angers, ont proposé une double lecture de la construction politique anglo-normande, l’une dans un cadre général, qui a permis de faire remonter à la surface de profondes questions sur la nature de l’État médiéval et celle des communautés politiques, et l’autre dans une approche précise, celle de la marche galloise. Annliese Nef et Guilhem Dorandeu, de l’université de Paris 1, ainsi que Riccardo Berardi, de l’université de Calabre ont évoqué différentes approches de la construction sociale, discursive et féodale du royaume Hauteville de Sicile, en mettant chacun en lumière la nécessité de ne plus penser en fonction du binôme continuité/rupture, et de penser profondément la créativité qui préside à cette construction politique. Enfin, Sergio Ferdinandi a évoqué la construction frontalière de la principauté « normande » d’Antioche au travers de la politique de fortification frontalière, et de l’histoire militaire d’une terre en guerre permanente, ce qui n’empêcha nullement l’émergence d’une construction socio-politique stable. La journée s’est terminée par une conférence grand public de D. Bates donnée à l’occasion de la sortie de la traduction de Guillaume le Conquérant  et organisée en collaboration avec le Musée de Normandie, à l’Auditorium du Château de Caen. En termes de valorisation, il a été proposé à chaque intervenant de participer au projet de publication commun issu de l’ensemble du programme Normonde, avec des textes dans des formes brèves, et en insérant par ailleurs certaines contributions, sous une forme plus longue, au sein de deux dossiers de la revue Tabularia : « Vivre des deux côtés de la Manche » et « Mémoires d’Italie et d’Orient ».

1-3 Enfin, les membres de l’axe 1 ont co-organisé et participé au colloque de restitution finale de Normonde tenu au Havre les 18-20 septembre 2019. Pierre Bauduin et Annick Peters-Custot ont présenté un bilan des actions effectuées dans l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XIVe siècle) ». Tamiko Fournier-Fujimoto a communiqué, au nom des deux ingénieurs recrutés pour le projet, sur « Présentation de la base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » » et Victor Rivera Magos a présenté une communication sur La première génération des conquérants normands de l’Italie méridionale (XIe-XIIe siècle). D’autres collègues médiévistes venus de Poitiers (Lucie Malbos), de Caen (Laurence Jean-Marie) et de Paris (Fanny Madeline) ont présenté respectivement des communications sur «réseaux portuaires et sociétés littorales en Europe du Nord-Ouest (VIIe-Xe siècle) », sur les relations entre les ports normands et anglais aux IXe-XIVe siècles, sur  « circulations et construction d’un territoire ducal/royal sous les Plantagenêts ».

Un volume collectif de synthèse tiré des communications de ce colloque et des journées d’études organisées au cours du programme Normande est prévu.

 

2 Études et outils prosopographiques : « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles »

La base « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » a été créée avec pour l’objectif d’établir une prosopographie normande rassemblant les noms des individus qui partent du duché de Normandie pour rejoindre l’Angleterre, l’Italie du Sud et la Sicile. Elle présente les fiches prosopographiques des 1332 personnes au total. Les recherches et la réalisation des fiches ont été menées par deux personnels IGR, Tamiko Fournier-Fujimoto et Victor Rivera Magos, encadrés par les responsables de l’axe 1.

Pour réaliser cette base, une liste des individus a d’abord été établie. Cependant, les rythme et déroulement des deux conquêtes normandes, ainsi que les natures des sources qu’on peut disposer, ne sont pas similaires. En conséquence, différentes méthodes ont été adoptées pour obtenir des listes pour l’Angleterre et pour l’Italie du Sud.

La conquête normande de l’Angleterre par Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, réalisée en 1066 provoque un afflux significatif des habitants de la Normandie (et d’autres régions limitrophes) en Angleterre. Environ 20 ans après la conquête, Guillaume, désormais roi le Conquérant, ordonna un grand inventaire du pays conquis et ainsi le Domesday Book fut compilé en 1086. Ce registre mentionne environ 45000 noms des individus de toute l’Angleterre et fournit ainsi une source remarquable pour la prosopographie de l’époque.

D’après le Domesday Book, l’historienne anglaise Katharine S.B. Keats-Rohan a établi un catalogue prosopographique de 2468 personnes et communautés ecclésiastiques possessionnées en Angleterre (Domesday People. A Prosopography of Persons Occuring in English Documents 1066-1166, t. 1, Domesday Book, Woodbridge, 1999). Sur la base du catalogue de Keats-Rohan, une liste de plus de 1200 individus normands ou présumés tels (et d’autres régions continentales comme bretons, flamands, picards etc.) mentionnés dans le Domesday Book a été établie. Y ont été ajoutés quelques cas des personnes qui étaient décédées au moment de la rédaction du Domesday Book.

La conquête de l’Italie du Sud est, en revanche, un processus graduel non planifié déroulant de la fin du Xe siècle au début du XIIe siècle. Certes les sources en est ainsi très variées, mais la recherche de Léon-Robert Ménager (Inventaire des familles normandes et franques emigrées en Italie méridionale et en Sicile (XIe-XIIe siècles), in Roberto il Guiscardo e il suo tempo, Rome, 1975, p. 279-410.) et les travaux d’Errico Cuozzo sur le Catalogus Baronum, registre des services militaires dus par les barons du royaume de Sicile rédigé au XIIe siècle, ont fourni le point de départ pour la recherche.

Cependant, il était difficile de suivre systématiquement l’inventaire de Ménager et le Catalogus baronum, car d’une part les informations données par le catalogue de Ménager risquaient d’être incomplètes, et d’autre part les informations du Catalogus Baronum sont de la deuxième moitié du XIIe siècle. Pour réaliser une prosopographie de la « première génération » de la conquête normande en Italie du Sud, nous avons ainsi choisi d’établir une liste des personnes selon des groupes familiaux et de solliciter les sources historiographiques. Certes cette approche est plus complexe et moins évidente car les documents sur beaucoup de familles restent principalement inédits, mais elle est plus cohérente et permet de produire des informations utiles à l’étude des modalités de la conquête ainsi que de l’organisation du pouvoir et son évolution selon région.

Pour réaliser une base prosopographique d’après ces listes des individus, le projet disposait un outil informatique développé à l’Université de Caen : les Thesauri, outil collaboratif d’indexation de différentes éditions de textes conçu par le pôle Document numérique de la MRSH et le CRAHAM. Il s’agit d’une structure en XML/TEI dévolue aux données d’indexation (conçue par Marie Bisson, CRAHAM/MRSH) pour différentes éditions de textes (écrits documentaire, écrits narratifs, etc). Les Thesauri permettent, non seulement d’indexer des personnes et des lieux, mais aussi d’accumuler des connaissances sur des noms indexés. Nous avons ainsi créé nos fiches (de notice) dans le Thesaurus des noms de personnes. Le Thesaurus de personnes contient plus de 10000 noms indexés (dans le cadre des plusieurs projets de recherches), dont les 1332 fiches sont donc celles que nous avons créés dans le projet « Normonde ». Nos fiches prosopographiques sont ainsi hébergées dans le Thesaurus de personnes, mais chaque fiche porte l’indication du projet « Normonde » et cela permet de regrouper toutes les fiches que nous avons créées dans ce projet et les publier dans un site spécifique dédié.

Pour créer les fiches (notices) prosopographiques, nous avons travaillé d’après les critères suivants :

  • Nom : nom normalisé en français/anglais et en latin avec ses variantes orthographiques et titulaires employées dans les différentes sources
  • Date et lieu de naissance et de décès
  • Carrières
  • Relations familiales
  • Attestations documentaires (dates, lieu, établissement/individu concerné des actes qui mentionnent la personne en question)
  • D’autres informations bibliographiques

Tous les toponymes cités dans la notice de personne seront connectés directement avec la notice de lieux concernée dans le Thesaurus des lieux. Les informations données seront accompagnées de la référence mise en note : chaque référence sera connectée avec d’autres bases de données en ligne (SCRIPTA, PASE, Open Domesday, EXON Domesday, Chartae Galliae etc.) ou avec la bibliothèque de Zotero à l’aide d’un lien hypertexte.

Ainsi notre base prosopographique présente 1332 fiches des individus de la première génération des conquêtes normandes : dont 1239 personnes installées en Angleterre (dont 19 femmes) et 93 personnes installées en Italie méridionale (dont 2 femmes). La base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » permet ainsi de réaliser une recherche des mondes normands médiévaux en profitant des fruits des évolutions numériques des outils de recherches traditionnels. Il s’agit de permettre une étude sur le dynamisme et l’évolution des circulations humaines entre ces différents ensembles des mondes normands. Cette base pourra ainsi ouvrir la voie pour des collaborations plus intensives, plus larges, plus diversifiées et plus efficaces.

Pierre Bauduin (avec la collaboration d’A. Peters-Custot et T. Fujimoto)

Deux publications récentes sur les vikings

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir The Valkyrie. Women of the Viking World, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

Extrait, p. 14 :

« Gender is a fundamental category that has structured human societies throughout history, but it is much more complex than a simple male/female binary. One of the factors that complicate gender identity, especially for women, is age. Women were (and are) perceived differently depending on whether they are unmarried or married, fertile or not, and becoming a widow could give women a new-found freedom and independence but also leave them unprotected. As both literary sources and burials show, old women were sometimes seen as dignified and worthy of respect, or witch-like. The Norse had sophisticated laws that provided married and widowed women with substantial scope and security, and the protections afforded to children suggest that they were seen as valuable members of society. On the other hand, adolescent girls seem to have had little ability to make their own decisions and they were often married off as suited their family. The book will follow the life cycle, addressing each of these phases in turn to uncover the complexity of a woman’s experiences and the shifting identities and roles she might have had.”

Christian Cooijmans, Monarchs and Hydrarchs: The Conceptual Development of Viking Activity across the Frankish Realm (c. 750–940), Londres et New York, Routledge, 2020.

Extrait, p. 9:

“All in all, by introducing and implementing an original methodological framework to reconsider regional viking movements around the Frankish realm, this study allows overarching patterns of said endeavour to be identified and interpreted, offering a beneficial, novel perspective on the logistical and strategic considerations that would have governed them. Likewise, due to its focus on a sizeable yet comparatively underrepresented portion of the wider viking world, it will amass and accommodate bodies of evidence that have hitherto often been divided across disciplinary, linguistic, and geopolitical lines. By pairing this respective source material and research methodology – and presenting them to a wider academic audience – this work aspires to open up future opportunities for comparative and critical study of this far- reaching Scandinavian presence across the European mainland.”

Silver and the Origins of the Viking Age

Projet ERC : Silver and the Origins of the Viking Age

Resp. : Jane Kershaw (principal investigator, Oxford), Stephen Merkel, Jani Oravisjärvi

L’objectif est de s’interroger où, quand et pourquoi l’ère viking a commencé, sous l’angle d’une étude interdisciplinaire de l’argent viking. Grâce à des analyses, en particulier isotopiques, sur plusieurs centaines d’artefacts, il s’agira de répondre à des questions telles que la provenance de l’argent obtenu par les vikings,  le moment où cet argent a atteint  la Scandinavie pour la première fois et les raisons qui poussèrent les vikings à l’acquérir.

Pour voir le détail du projet, de ses objectifs et ses méthodes :

https://sites.google.com/view/viking-silver/home

Parution de S. Coviaux La fin du monde viking

Présentation du livre et de l’auteur (4e de couverture)

Entre les VIIe et XIIe siècle, les mondes nordiques entrent dans l’histoire de l’Occident. Leurs populations, polythéistes, deviennent chrétiennes, alors même que, parallèlement, les raids vikings prennent pour cibles les monastères et les églises du continent européen. Phénomène massif s’inscrivant dans la longue durée, la christianisation affecte les croyances religieuses mais, plus encore, les représentations politiques et la structure des sociétés du nord de l’Europe, la place des femmes ou bien encore les modes onomastiques. Stéphane Coviaux montre que ces mutations profondes s’expliquent autant par les initiatives venues du sein même de la société viking que par l’organisation de missions en provenance du monde chrétien. En croisant la runologie, l’archéologie funéraire, la poésie des scaldes, les textes de lois, les sagas islandaises et l’architecture religieuse, l’auteur signe un ouvrage enlevé qui jette un regard aussi neuf qu’inattendu sur ces mondes méconnus.

Stéphane Coviaux est professeur d’histoire en classes préparatoires littéraires. Spécialiste des mondes nordiques, il consacre ses travaux à la christianisation du monde viking. Également diplômé en langues et civilisations scandinaves, et traducteur de textes en langue norroise, il a co-écrit une histoire du Moyen Âge en Occident (2019).

Entretiens avec l’auteur à écouter sur

Paroles d’histoire (11 décembre 2019)

https://parolesdhistoire.fr/index.php/2019/12/11/84-la-christianisation-du-monde-viking-avec-stephane-coviaux/

Storia Voce (18 décembre 2019)

https://www.youtube.com/watch?v=JZEczLGToJ8

Parution d’une Histoire des vikings

Pierre Bauduin, Histoire des vikings. Des invasions à la diaspora, Paris, Tallandier, 2019, 672 p. – ISBN 979-10-210-2129-7

Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d’images fortes et contradictoires. A la fois pirates redoutables semant la terreur et la dévastation, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines, guerriers et commerçants en quête de richesses, ils représentent cet « autre » proche et lointain, tantôt habillé des oripeaux de la barbarie, tantôt parés des vertus qui incarnent l’esprit d’aventure. Ces représentations ont une histoire. Elles sont une porte d’entrée à une histoire des vikings dont les approches ont considérablement varié. Cet ouvrage propose en une synthèse des interprétations qui en sont issues.

Le phénomène viking, placé traditionnellement entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, s’inscrit dans un temps long qui doit prendre en compte les sociétés scandinaves et leur évolution durant plus d’un demi millénaire. Les vikings de l’an 1000 ne sont pas ceux de l’an 800 et pour comprendre ce qui les mit en mouvement, il importe de les replacer dans un contexte plus largement européen. Les vikings sont parfois présentés comme les précurseurs d’un monde globalisé. Si l’expression est anachronique, leur histoire s’interprète en termes de routes, de réseaux et de diaspora et non plus seulement sous l’angle des « invasions ». Pour autant le temps des vikings fut une période de circulation des hommes et des femmes, de migrations qui contribuèrent à façonner certaines régions de l’Europe. Les objets, les idées, les influences artistiques et religieuses, les objets culturels au sens large circulent, s’échangent, s’adaptent. Ces circulations, les transferts culturels qui y sont associés et leurs manifestations – de l’adoption au refus – forment ainsi le fil conducteur de cet ouvrage.

La guerre et la violence restent au cœur des représentations associées aux vikings, mais sont également une forme de ces échanges. A bien des égards, cette violence est à l’aune des sociétés européennes du temps, mais celle des vikings a pu apparaître en dehors des normes acceptées, ce qui la rendait particulièrement effrayante. Cependant la confrontation violente n’était pas une fin en soi, et elle laissait ouverte les voies d’une accommodation politique et culturelle. Les vikings rencontrèrent en effet des sociétés différentes, s’établirent au contact d’autres populations ou sur des terres vides d’habitants. Suivre ces expériences revient à s’interroger sur des situations d’«entre-deux », de cohabitation ou de rejet qui colorent le phénomène viking de manière singulière. La lecture de cet ouvrage aidera ainsi à penser l’unité et la diversité du monde des vikings.

Un compte rendu sur l’ouvrage par L. Malbos dans les Annales de Normandie, 2019, 2 (juillet-décembre 2019), p.173-177 :

https://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2019-2-page-149.htm?contenu=plan

Une interview de l’auteur à l’émission « Concordance des temps » (France Culture, 17/03/2020):

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/vikings-un-heritage-en-question

Publication récente : The Viking Way

Vient de paraître une seconde édition, entièrement révisée et augmentée, de l’important livre de Neil Price, The Viking Way. Magic and Mind in Late Iron Age Scandinavia (Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2019, xxxiv-398 p.). Cet ouvrage, dont la première édition était parue en 2002, a marqué un jalon important dans l’étude des formes de la vie religieuse et des pratiques de magie et de sorcellerie dans la Scandinavie de l’époque viking. L’auteur, qui s’est appuyé tout autant sur les données archéologiques que sur les sources écrites, a en particulier mis en lumière l’importance des contacts et des transferts entre Scandinaves et populations finno-ougriennes de l’intérieur et du nord de la péninsule. Cette seconde édition inclut plus de 150 figures, plus de 40 pages de bibliographie et un index analytique très complet.

Une nouvelle traduction française du Livre des Islandais

Christophe Bord, spécialiste de langue et littérature scandinaves médiévales à l’Université de Toulouse, vient de faire paraître une nouvelle édition entièrement revue, corrigée et augmentée de son manuel d’initiation au scandinave médiéval. On y trouve à nouveau les éléments qui faisaient la qualité de la première édition, parue en 2004 : une présentation de l’histoire de la langue et de ses différentes variantes (en particulier les variétés orientales du norrois, souvent négligées par les manuels qui se concentrent sur les runes et sur le vieil islandais) ; une description de la grammaire illustrée par des exemples nombreux ; un choix de textes traduits et commentés.

À cela s’ajoute une contribution qui ne manquera pas d’intéresser tous les francophones qui s’intéressent aux mondes normands. Cette réédition contient en effet une traduction française complète et annotée du Livre des Islandais (Íslendingabók), composé aux environs de 1130 par le prêtre Ari Þorgilsson, dit Ari fróði (c’est-à-dire « le Savant »). Dans ce bref récit (vingt-cinq pages dans la traduction de Christophe Bord), l’auteur du XIIe siècle prétendait rapporter les conditions de la colonisation de l’Islande, la mise en place de plusieurs institutions (les « quartiers », l’Althing, le calendrier, etc.) et les premiers développements de l’Église islandaise (l’adoption du christianisme et l’histoire des premiers évêques de Skálholt). Cette œuvre, la plus ancienne composition historique réalisée par un Islandais dans sa propre langue, est donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire de l’île. À notre connaissance, elle n’avait pas fait l’objet d’une traduction française depuis celle (aujourd’hui bien vieillie) de Félix Wagner, parue à Bruxelles en 1898.

Christophe Bord, Initiation à l’étude de la langue des Vikings (scandinave médiéval), Paris, L’Harmattan, 2018 (la traduction du Livre des Islandais constitue la 6e partie du livre, p. 207-235).

Alban Gautier, Université de Caen Normandie / CRAHAM UMR 6273

Call for papers: Vikings in the Mediterranean

Call for papers: Vikings in the Mediterranean

The “Viking Age,” roughly 750-1050 CE/AD, is usually associated with the raids or wholesale movement of people from Scandinavia along the coasts of western and Atlantic Europe. Few non-specialists associate the same Norse populations with eastern Europe (the Rus), although they have had a comparably significant role in the political history of that part of the world. Fewer still, however, are aware of the robust Norse presence in the Mediterranean. Individually or in groups, Scandinavians were raiders, mercenaries, merchants, and—in some cases—settlers in the lands surrounding the “Middle Sea” (Miðjarðarhav). Many traces of this presence and the ensuing interaction remain to this day, seen in the material culture and the flow of objects between southern and northern Europe. Moreover, these traces are also visible in historical accounts, linguistics, iconography, and to some extent even in the social changes within the communities that took part in this exchange. This body of evidence has not gone unnoticed by scholars interested in this period and it has been addressed to some extent in the past. Nevertheless, this field of research has not hitherto seen a focused discussion within the framework of a dedicated scientific meeting, which could be of benefit to all concerned.

The international conference “Vikings in the Mediterranean,” co-organized by the Norwegian, Swedish, and Danish Institutes at Athens in the year of the Norwegian Institute’s 30th anniversary, aims to change that by bringing together scholars from various disciplines interested in the varied ways that the Norse have shaped the historical events of the medieval Mediterranean, and vice versa. In addition, our goal is to provide a meeting opportunity for scholarly communities that do not usually have open lines of communication, e.g. between colleagues working in the Mediterranean and those in Scandinavia. Finally, we hope that this conference will result in the publication of a comprehensive proceedings volume, which will address this topic in all its multifaceted aspects.

We welcome contributions on any aspect of Norse-Mediterranean relationship and invite scholars representing various scientific disciplines that can contribute to this discussion. We would, however, particularly like to see contributions related to the following overarching topics:

  • Archaeological, literary, and iconographic evidence for Viking presence in the Mediterranean
  • Mediterranean influences on early urbanization processes in Scandinavia
  • Norse society and culture before and after the contacts with the Mediterranean
  • Gender roles in northern and southern Europe during the Viking Age

Application deadline: MARCH 30, 2019

Conference dates: 28-30 November 2019

Conference location: Athens, Greece (venue to be determined)

Conference language: English

Conference format: 20 minute presentations followed by 10 minute discussion (max. 30 min).

How to apply:

To apply please send an email to the conference email address vikingsinthemed@gmail.com including the following information:

(1) title of your paper,

(2) names of all (co-)authors, specifying the corresponding author and their email address

(3) academic or professional affiliations of all (co-)authors, and

(4) abstract of maximum 300 words.

All information must be sent in English.

Upon the receipt of all applications, the Scientific Committee will select papers to be included in the conference, based on their scholarly merit and relevance. The Organizing and Scientific Committees will also assign papers to specific sessions.

***

Organizing Committee:

Žarko Tankosić, Norwegian Institute at Athens
Jenny Wallensten, Swedish Institute at Athens
Kristina Winther-Jacobsen, Danish Institute at Athens

Scientific Committee:

Marianne Hem Eriksen, University of Cambridge
Charlotte Hedenstierna-Johnson, University of Uppsala
Frode Iversen, University of Oslo (KHM)
Carsten Jahnke, University of Copenhagen-Saxo Institute
Neil Price, University of Uppsala
Søren Michael Sindbæk, Aarhus University

Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Organized by Dr. Anna Kouremenos (Tübingen) and Dr. Fraser McNair (Leeds)

University of Tübingen, 27-28 September 2018

Voyages to and settlement in new lands have always held the greatest interest for those looking to understand the Vikings in academia and pop culture, from studies of the English Danelaw to Led Zeppelin. In recent years, though, scholars have focussed more than ever on concepts of migration, mobility, and diaspora when looking at the Norsemen. The time is ripe for a comparative perspective to be brought to bear on Viking activities from this point of view.

Viking activity, across the period between the late eighth and mid-eleventh centuries, has several well-known aspects. Vikings attacked and burned settlements; they were found as traders everywhere between Limerick and Samarkand; they settled and farmed the land; and individuals such as Rollo of Normandy and Roric of Dorestad took up service with non-Scandinavian rulers. But what made these aspects of Viking mobility distinctive? Magyars in Bavaria, Provençal noblemen in Burgundy, Catalans in the Spanish March, and defectors on the Arab-Byzantine border all share some of these characteristics. By putting Vikings in this wider frame of mobility and migration across earlier medieval Europe, we hope to contribute to debates about what was particularly Viking, and what was more universal. We will focus on four broad topics:

  • Raiding
  • Trading
  • Individual mobility
  • Group mobility

Continuer la lecture de Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Timothy Carlisle, The walrus in the walls and other strange tales : a comparative study of house-rites in the Viking-age North Atlantic Region

Timothy Carlisle, The walrus in the walls and other strange tales : a comparative study of house-rites in the Viking-age North Atlantic Region, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberdeen)

Continuer la lecture de Timothy Carlisle, The walrus in the walls and other strange tales : a comparative study of house-rites in the Viking-age North Atlantic Region

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Bernadette McCooey, Farming practices in pre-modern Iceland

Bernadette McCooey, Farming practices in pre-modern Iceland, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Birmingham)

Continuer la lecture de Bernadette McCooey, Farming practices in pre-modern Iceland

Rebecca J. S. Cannell, Prospecting the physicochemical past : three dimensional geochemical investigation into the use of space in Viking Age sites in southern Norway using portable XRF

Rebecca J. S. Cannell, Prospecting the physicochemical past : three dimensional geochemical investigation into the use of space in Viking Age sites in southern Norway using portable XRF, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Bournemouth)

Continuer la lecture de Rebecca J. S. Cannell, Prospecting the physicochemical past : three dimensional geochemical investigation into the use of space in Viking Age sites in southern Norway using portable XRF