Archives de catégorie : Monde viking (VIIIe-XIe siècle) / The Viking World (8th-11th c.)

« Norman Connections » devient hybride

« Norman Connections »  devient hybride!

En raison de l’aggravation de l’épidémie de COVID-19 en Europe, les organisateurs du congrès « Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer » (15.10.–17.10.2020) ont décidé de modifier l’événement en un événement hybride. Le congrès aura encore lieu in situ à Mannheim, Museum Weltkulturen D5 (Anna-Reiß-Saal), mais une partie des présentations seront données à distance (via Zoom). Ce changement permettra à chaque personne intéressée (après l’enregistrement obligatoire) de suivre le congrès en ligne et de participer à la discussion via un outil de messagerie instantané. L’enregistrement par courriel sera possible jusqu’au 12 octobre 2020 en utilisant l’adresse suivante: giulia.worf@mannheim.de.

Plus d’informations ici

 

“Norman Connections“  is now going hybrid!

Because of the new escalation of the Covid-19-epidemic in Europe, the organisers of the international Congress “Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer” (15.10.–17.10.2020) have decided to change the event into a hybrid event. There will be still a congress held in situ in Mannheim, Museum Weltkulturen D5 (Anna-Reiß-Saal), but some of the presentations will be given remotely (via Zoom). This change will allow any interested person (after registration, which is obligatory) to follow the congress online and participate in the discussion via the chat tool. Registration is possible up to the 12th of October 2020 using the following address: giulia.worf@mannheim.de.

More informations here

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

L’exposition « Die Normannen », Mannheim, 18/09/2022-26/02/2023

Les Normands. Un projet d’exposition franco-allemand

L’histoire des Normands continue d’étonner et de surprendre jusqu’à nos jours : partis comme des guerriers très mobiles, mercenaires ou membres d’une petite aristocratie les Normands sont devenus de puissants princes et des dirigeants qui ont laissé leurs traces dans toute l’Europe et au-delà. Leur histoire est une histoire d’interdépendance, qui a influencé de manière durable le développement culturel et politique de l’Europe et de la Méditerranée.

Pour la première fois d’une manière aussi complète, le REM (Reiss-Engelhorn-Museen) et ses partenaires consacreront un projet d’exposition passionnant sous l’égide germano-française aux «hommes du Nord». Dans une présentation d’environ 300 pièces exceptionnelles provenant de plus de 10 pays, l’exposition raconte une histoire aux multiples facettes et relie différents fils très fascinants d’une histoire couvrant une période allant du huitième au treizième siècles. Les œuvres d’art précieuses rencontrent d’autres trésors, armes et manuscrits provenant de l’Europe du Nord, de l’Est et de l’Ouest ainsi que de la Méditerranée. Ces expositions sont complétées par les dernières reconstructions numériques qui offrent des moyens innovants d’afficher et de transférer les connaissances.

L’exposition est développée et présentée en collaboration avec la Réunion des Musées Métropolitains de Rouen et en lien avec un co-projet réalisé par le Musée de Normandie à Caen.

Le site de l’exposition à venir est accessible ici

Colloque « Norman Connections »- Mannheim 15-17 octobre 2020

Tagung/conference “Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer“

Mannheim

15.-17. Oktober 2020

Veranstaltungsort: Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim, Florian-Waldeck-Saal

La dynamique de l’interconnectivité médiévale peut être particulièrement bien observée en étudiant les Normands, qui se caractérisaient par une mobilité et une adaptabilité élevées. La diversité historique et culturelle de l’histoire normande, liée aux questions d’identité et d’appartenance, et sujette à des changements constants, fait des Normands un sujet particulièrement pertinent sur ces questions. Cette conférence vise à apporter un éclairage nouveau sur l’interaction entre la mobilité physique, les échanges culturels et l’intégration sociale.

Cette rencontre  prépare également le terrain pour une grande exposition qui sera présentée au Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) ainsi qu’à Rouen et Caen (printemps – automne 2023) sur «Les Normands ».

Die Vernetzungsdynamiken des europäischen Mittelalters lassen sich besonders gut an den Normannen verfolgen. Ihre kulturelle Vielfalt und Adaptionsfähigkeit, die in Beziehung zu Identitätsfragen und geographischer Verortung stand und ständigem Wandel unterworfen waren, verleihen ihrer Erforschung besondere Relevanz. Das Spannungsverhältnis zwischen physischer Mobilität, kultureller Verflechtung und sozialer Integration neu zu beleuchten, ist das Ziel dieser Tagung, die zugleich der Vorbereitung einer großen Sonderausstellung an den Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) sowie in Rouen und Caen (Frühjahr – Herbst 2023) dient: „Die Normannen“.

The dynamics of medieval interconnectedness can be observed particularly well by studying the Normans, who were characterised by high mobility and adaptability. The historical and cultural diversity of Norman history, which relates to questions of identity and belonging and was subject to constant change, make the Normans a topic of particular relevance. This conference aims at shedding new light on the interplay between physical mobility, cultural exchange and social integration.

At the same time, it prepares the ground for a major exhibition that will be presented in the Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) as well as in Rouen and Caen (Spring – Autumn 2023): “The Normans”.

DONNERSTAG, 15. Oktober 2020 13:30 Eröffnung / opening

13:30-14:15: Alfried Wieczorek (Mannheim): Grußwort, Nikolas Jaspert (Heidelberg): Einführung

14:15-14:45: Viola Skiba (Mannheim), Eröffnungsvortrag: Das Ausstellungsprojekt Die Normannen. Eine Geschichte von Mobilität, Eroberung und Innovation

Sektion I: Jenseits der Ostsee: von Nordmännern zu Normannen und Warägern

Sektionsleitung/Chair: Michail A. Bojcov (Moskau)

14:45-15:30: Charlotte Hedenstierna-Jonson (Uppsala), Farmer, trader, raider, ruler: society and people of the eastern Viking World

15:30-16:00: Kaffeepause / Coffee break

16:00-16:45: Christian Lübke (Leipzig), Mobilität und Kontinuität: Die Rus’-Waräger und die Entstehung der Kiever Rus’

16:45-17:30: Georgios Theotokis (Istanbul), The operational role of the Varangians in the Byzantine Empire

18:00: Öffentlicher Abendvortrag/Public lecture – Museum Weltkulturen D5 / Anna-Reiß-Saal

 Simek (Bonn), Von Wikingern zu Normannen

FREITAG, 16. Oktober 2020

Sektion II: Normannische Herrschaft im Nordseeraum

Sektionsleitung/Chair: Pierre Bauduin (Caen)

09:00-09:45: Jean-Marie Levesque / Benedicte Guillot (Caen), Fondation dynastique et résidence princière au coeur de l’Empire normand : le château de Caen, nouvelles découvertes, nouveaux questionnements

09:45-10:30: Michael Lewis (London/Reading), The Bayeux Tapestry as a source for understanding the Norman Conquest of England in 1066

10:30-11:00: Kaffeepause / Coffee break

11:00-11:45: Stephen Baxter (Oxford), The Domesday Survey: Mobility and Innovation in Early Conquered England

11:45-12:30: Elisabeth van Houts (Cambridge), Elite women, power and rulership in Normandy and England c.1000-c.1150

12:30-14:30: Mittagspause / lunch break

Sektion III: Die Etablierung einer mediterranen Herrschaft: Süditalien und Sizilien

Sektionsleitung/Chair: Ruggero Longo (Rom/Palermo)

14:30- 15:15: Rosa Fiorillo (Salerno), The Normans in South Italy. The contribution of archaeology

15:15-16:00: Amalia Galdi (Salerno), Le unioni matrimoniali come strategia d’integrazione normanna

16:00-16:30: Kaffeepause / Coffee break

16:30-17:15: Theresa Jäckh (Konstanz), Transculturality revisited: coexistence and conflict in Norman Sicily

17:15-18:00: Giovanni Travagliato (Palermo), Odo di Bayeux tra Normandia, Inghilterra e Palermo. Nuove considerazioni sulla sua sepoltura

18:00-18:45: Alheydis Plassmann (Bonn), Shifting identities. The Normans and the perception of the Norman gens

18:45-19:30: Ruggero Longo / Francesca Anzelmo (Rom), Impulsvortrag/ impulse lecture, Reviewing Art in Norman Sicily. From Creation to Communication

SAMSTAG, 17. Oktober 2020

Sektion IV: Das Mittelmeer als normannischer Aktionsraum

Sektionsleitung/Chair: Jeremy Johns (Oxford)

09:00-09:45: Annliese Nef (Paris), The imperiality of Norman Sicily and its Islamic dimension

09:45-10:30: Lamia Hadda (Florenz), Architetture di tradizione fatimide e ziride nella Sicilia normanna (X-XII secolo)

10:30-11:00: Kaffeepause / Coffee break

11:00-11:45: Wolf Zöller (Heidelberg), St. Michael, St. Peter and the Holy Sepulchre. A Socio-Religious Approach to Norman Presence in the Eastern Mediterranean, ca. 1000-1300

11:45:12:30: Lucas Villegas-Aristizábal (Hailsham), Norman Holy Warriors and Settlers in the North-Eastern Frontier of the Iberian Peninsula (1087-1130)

12:30-13:00: Bernd Schneidmüller (Heidelberg): Schlussworte und Abschlussdiskussion

Contact

Reiss-Engelhorn-Museen

Museum Zeughaus C5

68159 Mannheim

Infobüro: +49(0)621-293.3150

Fax: +49(0)621-293.2138

www.rem-mannheim.de

Due to the restrictions related to the Coronavirus pandemic, the number of participants is limited and participation is only possible after prior registration.

Please send your  registration until September 30, 2020 to the following address: giulia.worf@mannheim.de

To see the flyer of the conference click here

Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

Fin 2018, les archéologues de l’Institut Norvégien de la Recherche sur le Patrimoine (Norsk institutt for kulturminneforskning, NIKU) ont révélé une découverte spectaculaire réalisée à Gjellestad (municipalité de Halden, Østfold) à partir de relevés géoradar : un bateau-tombe de 22 mètres de long, enterré au sein d’un ensemble de tertres funéraires et de maisons-longues. Cette annonce était d’autant plus sensationnelle qu’aucun navire viking en si bon état et aussi imposant n’avait été retrouvé en Norvège depuis plus d’un siècle. Parmi les précédents les plus notables, on compte ainsi les célèbres bateaux d’Oseberg et de Gokstad conservés et exposés à Oslo. Des fouilles prospectives ont ensuite été menées en août et en septembre 2019 et nous livrent d’ores et déjà quelques informations sur le site. Continuer la lecture de Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Dans la perspective d’une programmation RIN Recherche 2017 – ERSI Normandie, un axe « Une mondialisation médiévale  : les Normands » resp. P. Bauduin, Université de Caen, CRAHAM) et A. Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA) a été développé dans le projet NORMONDE « L’Empire en Seine. La Normandie entre colonisation et mondialisation (IXe-XXIe siècle) » (resp. J.-F. Klein, Université du Havre, 2017-2019), financé par la région Normandie.

L’activité de cet axe a pris deux orientations principales concernant l’une les manifestations scientifiques et l’autre les recherches en vue de la constitution d’une prosopographie des mondes normands. S’y ajoute la participation de NORMONDE au projet de traduction du livre de David Bates, William the Conqueror, Yale University Press, 2016, paru sous le titre Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

 

1 Manifestations scientifiques

1-1 Le colloque « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux VIIIe-XIIe siècles : objets, acteurs, passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller) s’est déroulé à Caen du 5 au 7 octobre 2017. Il a réuni une vingtaine d’intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Continuer la lecture de NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Deux publications récentes sur les vikings

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir The Valkyrie. Women of the Viking World, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

Extrait, p. 14 :

« Gender is a fundamental category that has structured human societies throughout history, but it is much more complex than a simple male/female binary. One of the factors that complicate gender identity, especially for women, is age. Women were (and are) perceived differently depending on whether they are unmarried or married, fertile or not, and becoming a widow could give women a new-found freedom and independence but also leave them unprotected. As both literary sources and burials show, old women were sometimes seen as dignified and worthy of respect, or witch-like. The Norse had sophisticated laws that provided married and widowed women with substantial scope and security, and the protections afforded to children suggest that they were seen as valuable members of society. On the other hand, adolescent girls seem to have had little ability to make their own decisions and they were often married off as suited their family. The book will follow the life cycle, addressing each of these phases in turn to uncover the complexity of a woman’s experiences and the shifting identities and roles she might have had.”

Christian Cooijmans, Monarchs and Hydrarchs: The Conceptual Development of Viking Activity across the Frankish Realm (c. 750–940), Londres et New York, Routledge, 2020.

Extrait, p. 9:

“All in all, by introducing and implementing an original methodological framework to reconsider regional viking movements around the Frankish realm, this study allows overarching patterns of said endeavour to be identified and interpreted, offering a beneficial, novel perspective on the logistical and strategic considerations that would have governed them. Likewise, due to its focus on a sizeable yet comparatively underrepresented portion of the wider viking world, it will amass and accommodate bodies of evidence that have hitherto often been divided across disciplinary, linguistic, and geopolitical lines. By pairing this respective source material and research methodology – and presenting them to a wider academic audience – this work aspires to open up future opportunities for comparative and critical study of this far- reaching Scandinavian presence across the European mainland.”

Silver and the Origins of the Viking Age

Projet ERC : Silver and the Origins of the Viking Age

Resp. : Jane Kershaw (principal investigator, Oxford), Stephen Merkel, Jani Oravisjärvi

L’objectif est de s’interroger où, quand et pourquoi l’ère viking a commencé, sous l’angle d’une étude interdisciplinaire de l’argent viking. Grâce à des analyses, en particulier isotopiques, sur plusieurs centaines d’artefacts, il s’agira de répondre à des questions telles que la provenance de l’argent obtenu par les vikings,  le moment où cet argent a atteint  la Scandinavie pour la première fois et les raisons qui poussèrent les vikings à l’acquérir.

Pour voir le détail du projet, de ses objectifs et ses méthodes :

https://sites.google.com/view/viking-silver/home

Parution de S. Coviaux La fin du monde viking

Présentation du livre et de l’auteur (4e de couverture)

Entre les VIIe et XIIe siècle, les mondes nordiques entrent dans l’histoire de l’Occident. Leurs populations, polythéistes, deviennent chrétiennes, alors même que, parallèlement, les raids vikings prennent pour cibles les monastères et les églises du continent européen. Phénomène massif s’inscrivant dans la longue durée, la christianisation affecte les croyances religieuses mais, plus encore, les représentations politiques et la structure des sociétés du nord de l’Europe, la place des femmes ou bien encore les modes onomastiques. Stéphane Coviaux montre que ces mutations profondes s’expliquent autant par les initiatives venues du sein même de la société viking que par l’organisation de missions en provenance du monde chrétien. En croisant la runologie, l’archéologie funéraire, la poésie des scaldes, les textes de lois, les sagas islandaises et l’architecture religieuse, l’auteur signe un ouvrage enlevé qui jette un regard aussi neuf qu’inattendu sur ces mondes méconnus.

Stéphane Coviaux est professeur d’histoire en classes préparatoires littéraires. Spécialiste des mondes nordiques, il consacre ses travaux à la christianisation du monde viking. Également diplômé en langues et civilisations scandinaves, et traducteur de textes en langue norroise, il a co-écrit une histoire du Moyen Âge en Occident (2019).

Entretiens avec l’auteur à écouter sur

Paroles d’histoire (11 décembre 2019)

https://parolesdhistoire.fr/index.php/2019/12/11/84-la-christianisation-du-monde-viking-avec-stephane-coviaux/

Storia Voce (18 décembre 2019)

https://www.youtube.com/watch?v=JZEczLGToJ8

Parution d’une Histoire des vikings

Pierre Bauduin, Histoire des vikings. Des invasions à la diaspora, Paris, Tallandier, 2019, 672 p. – ISBN 979-10-210-2129-7

Les vikings ont laissé dans les mémoires collectives un ensemble d’images fortes et contradictoires. A la fois pirates redoutables semant la terreur et la dévastation, navigateurs intrépides explorant des terres lointaines, guerriers et commerçants en quête de richesses, ils représentent cet « autre » proche et lointain, tantôt habillé des oripeaux de la barbarie, tantôt parés des vertus qui incarnent l’esprit d’aventure. Ces représentations ont une histoire. Elles sont une porte d’entrée à une histoire des vikings dont les approches ont considérablement varié. Cet ouvrage propose en une synthèse des interprétations qui en sont issues.

Le phénomène viking, placé traditionnellement entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, s’inscrit dans un temps long qui doit prendre en compte les sociétés scandinaves et leur évolution durant plus d’un demi millénaire. Les vikings de l’an 1000 ne sont pas ceux de l’an 800 et pour comprendre ce qui les mit en mouvement, il importe de les replacer dans un contexte plus largement européen. Les vikings sont parfois présentés comme les précurseurs d’un monde globalisé. Si l’expression est anachronique, leur histoire s’interprète en termes de routes, de réseaux et de diaspora et non plus seulement sous l’angle des « invasions ». Pour autant le temps des vikings fut une période de circulation des hommes et des femmes, de migrations qui contribuèrent à façonner certaines régions de l’Europe. Les objets, les idées, les influences artistiques et religieuses, les objets culturels au sens large circulent, s’échangent, s’adaptent. Ces circulations, les transferts culturels qui y sont associés et leurs manifestations – de l’adoption au refus – forment ainsi le fil conducteur de cet ouvrage.

La guerre et la violence restent au cœur des représentations associées aux vikings, mais sont également une forme de ces échanges. A bien des égards, cette violence est à l’aune des sociétés européennes du temps, mais celle des vikings a pu apparaître en dehors des normes acceptées, ce qui la rendait particulièrement effrayante. Cependant la confrontation violente n’était pas une fin en soi, et elle laissait ouverte les voies d’une accommodation politique et culturelle. Les vikings rencontrèrent en effet des sociétés différentes, s’établirent au contact d’autres populations ou sur des terres vides d’habitants. Suivre ces expériences revient à s’interroger sur des situations d’«entre-deux », de cohabitation ou de rejet qui colorent le phénomène viking de manière singulière. La lecture de cet ouvrage aidera ainsi à penser l’unité et la diversité du monde des vikings.

Un compte rendu sur l’ouvrage par L. Malbos dans les Annales de Normandie, 2019, 2 (juillet-décembre 2019), p.173-177 :

https://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2019-2-page-149.htm?contenu=plan

Une interview de l’auteur à l’émission « Concordance des temps » (France Culture, 17/03/2020):

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/vikings-un-heritage-en-question

Publication récente : The Viking Way

Vient de paraître une seconde édition, entièrement révisée et augmentée, de l’important livre de Neil Price, The Viking Way. Magic and Mind in Late Iron Age Scandinavia (Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2019, xxxiv-398 p.). Cet ouvrage, dont la première édition était parue en 2002, a marqué un jalon important dans l’étude des formes de la vie religieuse et des pratiques de magie et de sorcellerie dans la Scandinavie de l’époque viking. L’auteur, qui s’est appuyé tout autant sur les données archéologiques que sur les sources écrites, a en particulier mis en lumière l’importance des contacts et des transferts entre Scandinaves et populations finno-ougriennes de l’intérieur et du nord de la péninsule. Cette seconde édition inclut plus de 150 figures, plus de 40 pages de bibliographie et un index analytique très complet.

Une nouvelle traduction française du Livre des Islandais

Christophe Bord, spécialiste de langue et littérature scandinaves médiévales à l’Université de Toulouse, vient de faire paraître une nouvelle édition entièrement revue, corrigée et augmentée de son manuel d’initiation au scandinave médiéval. On y trouve à nouveau les éléments qui faisaient la qualité de la première édition, parue en 2004 : une présentation de l’histoire de la langue et de ses différentes variantes (en particulier les variétés orientales du norrois, souvent négligées par les manuels qui se concentrent sur les runes et sur le vieil islandais) ; une description de la grammaire illustrée par des exemples nombreux ; un choix de textes traduits et commentés.

À cela s’ajoute une contribution qui ne manquera pas d’intéresser tous les francophones qui s’intéressent aux mondes normands. Cette réédition contient en effet une traduction française complète et annotée du Livre des Islandais (Íslendingabók), composé aux environs de 1130 par le prêtre Ari Þorgilsson, dit Ari fróði (c’est-à-dire « le Savant »). Dans ce bref récit (vingt-cinq pages dans la traduction de Christophe Bord), l’auteur du XIIe siècle prétendait rapporter les conditions de la colonisation de l’Islande, la mise en place de plusieurs institutions (les « quartiers », l’Althing, le calendrier, etc.) et les premiers développements de l’Église islandaise (l’adoption du christianisme et l’histoire des premiers évêques de Skálholt). Cette œuvre, la plus ancienne composition historique réalisée par un Islandais dans sa propre langue, est donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire de l’île. À notre connaissance, elle n’avait pas fait l’objet d’une traduction française depuis celle (aujourd’hui bien vieillie) de Félix Wagner, parue à Bruxelles en 1898.

Christophe Bord, Initiation à l’étude de la langue des Vikings (scandinave médiéval), Paris, L’Harmattan, 2018 (la traduction du Livre des Islandais constitue la 6e partie du livre, p. 207-235).

Alban Gautier, Université de Caen Normandie / CRAHAM UMR 6273

Call for papers: Vikings in the Mediterranean

Call for papers: Vikings in the Mediterranean

The “Viking Age,” roughly 750-1050 CE/AD, is usually associated with the raids or wholesale movement of people from Scandinavia along the coasts of western and Atlantic Europe. Few non-specialists associate the same Norse populations with eastern Europe (the Rus), although they have had a comparably significant role in the political history of that part of the world. Fewer still, however, are aware of the robust Norse presence in the Mediterranean. Individually or in groups, Scandinavians were raiders, mercenaries, merchants, and—in some cases—settlers in the lands surrounding the “Middle Sea” (Miðjarðarhav). Many traces of this presence and the ensuing interaction remain to this day, seen in the material culture and the flow of objects between southern and northern Europe. Moreover, these traces are also visible in historical accounts, linguistics, iconography, and to some extent even in the social changes within the communities that took part in this exchange. This body of evidence has not gone unnoticed by scholars interested in this period and it has been addressed to some extent in the past. Nevertheless, this field of research has not hitherto seen a focused discussion within the framework of a dedicated scientific meeting, which could be of benefit to all concerned.

The international conference “Vikings in the Mediterranean,” co-organized by the Norwegian, Swedish, and Danish Institutes at Athens in the year of the Norwegian Institute’s 30th anniversary, aims to change that by bringing together scholars from various disciplines interested in the varied ways that the Norse have shaped the historical events of the medieval Mediterranean, and vice versa. In addition, our goal is to provide a meeting opportunity for scholarly communities that do not usually have open lines of communication, e.g. between colleagues working in the Mediterranean and those in Scandinavia. Finally, we hope that this conference will result in the publication of a comprehensive proceedings volume, which will address this topic in all its multifaceted aspects.

We welcome contributions on any aspect of Norse-Mediterranean relationship and invite scholars representing various scientific disciplines that can contribute to this discussion. We would, however, particularly like to see contributions related to the following overarching topics:

  • Archaeological, literary, and iconographic evidence for Viking presence in the Mediterranean
  • Mediterranean influences on early urbanization processes in Scandinavia
  • Norse society and culture before and after the contacts with the Mediterranean
  • Gender roles in northern and southern Europe during the Viking Age

Application deadline: MARCH 30, 2019

Conference dates: 28-30 November 2019

Conference location: Athens, Greece (venue to be determined)

Conference language: English

Conference format: 20 minute presentations followed by 10 minute discussion (max. 30 min).

How to apply:

To apply please send an email to the conference email address vikingsinthemed@gmail.com including the following information:

(1) title of your paper,

(2) names of all (co-)authors, specifying the corresponding author and their email address

(3) academic or professional affiliations of all (co-)authors, and

(4) abstract of maximum 300 words.

All information must be sent in English.

Upon the receipt of all applications, the Scientific Committee will select papers to be included in the conference, based on their scholarly merit and relevance. The Organizing and Scientific Committees will also assign papers to specific sessions.

***

Organizing Committee:

Žarko Tankosić, Norwegian Institute at Athens
Jenny Wallensten, Swedish Institute at Athens
Kristina Winther-Jacobsen, Danish Institute at Athens

Scientific Committee:

Marianne Hem Eriksen, University of Cambridge
Charlotte Hedenstierna-Johnson, University of Uppsala
Frode Iversen, University of Oslo (KHM)
Carsten Jahnke, University of Copenhagen-Saxo Institute
Neil Price, University of Uppsala
Søren Michael Sindbæk, Aarhus University

Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Organized by Dr. Anna Kouremenos (Tübingen) and Dr. Fraser McNair (Leeds)

University of Tübingen, 27-28 September 2018

Voyages to and settlement in new lands have always held the greatest interest for those looking to understand the Vikings in academia and pop culture, from studies of the English Danelaw to Led Zeppelin. In recent years, though, scholars have focussed more than ever on concepts of migration, mobility, and diaspora when looking at the Norsemen. The time is ripe for a comparative perspective to be brought to bear on Viking activities from this point of view.

Viking activity, across the period between the late eighth and mid-eleventh centuries, has several well-known aspects. Vikings attacked and burned settlements; they were found as traders everywhere between Limerick and Samarkand; they settled and farmed the land; and individuals such as Rollo of Normandy and Roric of Dorestad took up service with non-Scandinavian rulers. But what made these aspects of Viking mobility distinctive? Magyars in Bavaria, Provençal noblemen in Burgundy, Catalans in the Spanish March, and defectors on the Arab-Byzantine border all share some of these characteristics. By putting Vikings in this wider frame of mobility and migration across earlier medieval Europe, we hope to contribute to debates about what was particularly Viking, and what was more universal. We will focus on four broad topics:

  • Raiding
  • Trading
  • Individual mobility
  • Group mobility

Continuer la lecture de Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland

Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Harriet Jean Evans, Animal-Human Relations on the Household-Farm in Viking Age and Medieval Iceland