Archives de catégorie : Normands en Méditerranée (XIe-XIIIe siècle) / The Normans in the Mediterranean (11th-13th c.)

NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Dans la perspective d’une programmation RIN Recherche 2017 – ERSI Normandie, un axe « Une mondialisation médiévale  : les Normands » resp. P. Bauduin, Université de Caen, CRAHAM) et A. Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA) a été développé dans le projet NORMONDE « L’Empire en Seine. La Normandie entre colonisation et mondialisation (IXe-XXIe siècle) » (resp. J.-F. Klein, Université du Havre, 2017-2019), financé par la région Normandie.

L’activité de cet axe a pris deux orientations principales concernant l’une les manifestations scientifiques et l’autre les recherches en vue de la constitution d’une prosopographie des mondes normands. S’y ajoute la participation de NORMONDE au projet de traduction du livre de David Bates, William the Conqueror, Yale University Press, 2016, paru sous le titre Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

 

1 Manifestations scientifiques

1-1 Le colloque « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux VIIIe-XIIe siècles : objets, acteurs, passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller) s’est déroulé à Caen du 5 au 7 octobre 2017. Il a réuni une vingtaine d’intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6).

Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures. Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

Un compte-rendu du colloque est accessible sur le carnet de recherche « Mondes normands médiévaux » disponible sur Hypothèses. La préparation des actes, sous la direction de P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller,  est en cours en vue d’une publication chez Brepols dans la collection « Cultural Encouters in the Late Antiquity and the Middle Ages » (dir. Y. Hen).

1-2 Une seconde rencontre « Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix » (resp. P. Bauduin, A. Peters-Custot) s’est tenue à Caen le 1er mars 2019. Il s’agissait d’ explorer une thématique commune aux principales « mondialisations » normandes du Moyen Âge, à savoir : la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant à partir de 1066 ; la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile par les Normands au cours du XIe siècle et la construction monarchique qui s’en suivit sous l’égide des Hauteville, en 1130 ; enfin la fondation de la principauté normande d’Antioche après la première croisade, entre 1098 et 1130 aussi. Cette rencontre a réuni, outre les organisateurs, 7 chercheurs venus de Grande Bretagne (2), d’Italie (2) et de France (3). Après une présentation générale de la problématique de la journée (P. Bauduin, A. Peters-Custot), Judith Green, de l’université d’Edimbourg, et Elodie Papin, de l’université d’Angers, ont proposé une double lecture de la construction politique anglo-normande, l’une dans un cadre général, qui a permis de faire remonter à la surface de profondes questions sur la nature de l’État médiéval et celle des communautés politiques, et l’autre dans une approche précise, celle de la marche galloise. Annliese Nef et Guilhem Dorandeu, de l’université de Paris 1, ainsi que Riccardo Berardi, de l’université de Calabre ont évoqué différentes approches de la construction sociale, discursive et féodale du royaume Hauteville de Sicile, en mettant chacun en lumière la nécessité de ne plus penser en fonction du binôme continuité/rupture, et de penser profondément la créativité qui préside à cette construction politique. Enfin, Sergio Ferdinandi a évoqué la construction frontalière de la principauté « normande » d’Antioche au travers de la politique de fortification frontalière, et de l’histoire militaire d’une terre en guerre permanente, ce qui n’empêcha nullement l’émergence d’une construction socio-politique stable. La journée s’est terminée par une conférence grand public de D. Bates donnée à l’occasion de la sortie de la traduction de Guillaume le Conquérant  et organisée en collaboration avec le Musée de Normandie, à l’Auditorium du Château de Caen. En termes de valorisation, il a été proposé à chaque intervenant de participer au projet de publication commun issu de l’ensemble du programme Normonde, avec des textes dans des formes brèves, et en insérant par ailleurs certaines contributions, sous une forme plus longue, au sein de deux dossiers de la revue Tabularia : « Vivre des deux côtés de la Manche » et « Mémoires d’Italie et d’Orient ».

1-3 Enfin, les membres de l’axe 1 ont co-organisé et participé au colloque de restitution finale de Normonde tenu au Havre les 18-20 septembre 2019. Pierre Bauduin et Annick Peters-Custot ont présenté un bilan des actions effectuées dans l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XIVe siècle) ». Tamiko Fournier-Fujimoto a communiqué, au nom des deux ingénieurs recrutés pour le projet, sur « Présentation de la base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » » et Victor Rivera Magos a présenté une communication sur La première génération des conquérants normands de l’Italie méridionale (XIe-XIIe siècle). D’autres collègues médiévistes venus de Poitiers (Lucie Malbos), de Caen (Laurence Jean-Marie) et de Paris (Fanny Madeline) ont présenté respectivement des communications sur «réseaux portuaires et sociétés littorales en Europe du Nord-Ouest (VIIe-Xe siècle) », sur les relations entre les ports normands et anglais aux IXe-XIVe siècles, sur  « circulations et construction d’un territoire ducal/royal sous les Plantagenêts ».

Un volume collectif de synthèse tiré des communications de ce colloque et des journées d’études organisées au cours du programme Normande est prévu.

 

2 Études et outils prosopographiques : « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles »

La base « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » a été créée avec pour l’objectif d’établir une prosopographie normande rassemblant les noms des individus qui partent du duché de Normandie pour rejoindre l’Angleterre, l’Italie du Sud et la Sicile. Elle présente les fiches prosopographiques des 1332 personnes au total. Les recherches et la réalisation des fiches ont été menées par deux personnels IGR, Tamiko Fournier-Fujimoto et Victor Rivera Magos, encadrés par les responsables de l’axe 1.

Pour réaliser cette base, une liste des individus a d’abord été établie. Cependant, les rythme et déroulement des deux conquêtes normandes, ainsi que les natures des sources qu’on peut disposer, ne sont pas similaires. En conséquence, différentes méthodes ont été adoptées pour obtenir des listes pour l’Angleterre et pour l’Italie du Sud.

La conquête normande de l’Angleterre par Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, réalisée en 1066 provoque un afflux significatif des habitants de la Normandie (et d’autres régions limitrophes) en Angleterre. Environ 20 ans après la conquête, Guillaume, désormais roi le Conquérant, ordonna un grand inventaire du pays conquis et ainsi le Domesday Book fut compilé en 1086. Ce registre mentionne environ 45000 noms des individus de toute l’Angleterre et fournit ainsi une source remarquable pour la prosopographie de l’époque.

D’après le Domesday Book, l’historienne anglaise Katharine S.B. Keats-Rohan a établi un catalogue prosopographique de 2468 personnes et communautés ecclésiastiques possessionnées en Angleterre (Domesday People. A Prosopography of Persons Occuring in English Documents 1066-1166, t. 1, Domesday Book, Woodbridge, 1999). Sur la base du catalogue de Keats-Rohan, une liste de plus de 1200 individus normands ou présumés tels (et d’autres régions continentales comme bretons, flamands, picards etc.) mentionnés dans le Domesday Book a été établie. Y ont été ajoutés quelques cas des personnes qui étaient décédées au moment de la rédaction du Domesday Book.

La conquête de l’Italie du Sud est, en revanche, un processus graduel non planifié déroulant de la fin du Xe siècle au début du XIIe siècle. Certes les sources en est ainsi très variées, mais la recherche de Léon-Robert Ménager (Inventaire des familles normandes et franques emigrées en Italie méridionale et en Sicile (XIe-XIIe siècles), in Roberto il Guiscardo e il suo tempo, Rome, 1975, p. 279-410.) et les travaux d’Errico Cuozzo sur le Catalogus Baronum, registre des services militaires dus par les barons du royaume de Sicile rédigé au XIIe siècle, ont fourni le point de départ pour la recherche.

Cependant, il était difficile de suivre systématiquement l’inventaire de Ménager et le Catalogus baronum, car d’une part les informations données par le catalogue de Ménager risquaient d’être incomplètes, et d’autre part les informations du Catalogus Baronum sont de la deuxième moitié du XIIe siècle. Pour réaliser une prosopographie de la « première génération » de la conquête normande en Italie du Sud, nous avons ainsi choisi d’établir une liste des personnes selon des groupes familiaux et de solliciter les sources historiographiques. Certes cette approche est plus complexe et moins évidente car les documents sur beaucoup de familles restent principalement inédits, mais elle est plus cohérente et permet de produire des informations utiles à l’étude des modalités de la conquête ainsi que de l’organisation du pouvoir et son évolution selon région.

Pour réaliser une base prosopographique d’après ces listes des individus, le projet disposait un outil informatique développé à l’Université de Caen : les Thesauri, outil collaboratif d’indexation de différentes éditions de textes conçu par le pôle Document numérique de la MRSH et le CRAHAM. Il s’agit d’une structure en XML/TEI dévolue aux données d’indexation (conçue par Marie Bisson, CRAHAM/MRSH) pour différentes éditions de textes (écrits documentaire, écrits narratifs, etc). Les Thesauri permettent, non seulement d’indexer des personnes et des lieux, mais aussi d’accumuler des connaissances sur des noms indexés. Nous avons ainsi créé nos fiches (de notice) dans le Thesaurus des noms de personnes. Le Thesaurus de personnes contient plus de 10000 noms indexés (dans le cadre des plusieurs projets de recherches), dont les 1332 fiches sont donc celles que nous avons créés dans le projet « Normonde ». Nos fiches prosopographiques sont ainsi hébergées dans le Thesaurus de personnes, mais chaque fiche porte l’indication du projet « Normonde » et cela permet de regrouper toutes les fiches que nous avons créées dans ce projet et les publier dans un site spécifique dédié.

Pour créer les fiches (notices) prosopographiques, nous avons travaillé d’après les critères suivants :

  • Nom : nom normalisé en français/anglais et en latin avec ses variantes orthographiques et titulaires employées dans les différentes sources
  • Date et lieu de naissance et de décès
  • Carrières
  • Relations familiales
  • Attestations documentaires (dates, lieu, établissement/individu concerné des actes qui mentionnent la personne en question)
  • D’autres informations bibliographiques

Tous les toponymes cités dans la notice de personne seront connectés directement avec la notice de lieux concernée dans le Thesaurus des lieux. Les informations données seront accompagnées de la référence mise en note : chaque référence sera connectée avec d’autres bases de données en ligne (SCRIPTA, PASE, Open Domesday, EXON Domesday, Chartae Galliae etc.) ou avec la bibliothèque de Zotero à l’aide d’un lien hypertexte.

Ainsi notre base prosopographique présente 1332 fiches des individus de la première génération des conquêtes normandes : dont 1239 personnes installées en Angleterre (dont 19 femmes) et 93 personnes installées en Italie méridionale (dont 2 femmes). La base prosopographique « Les premières générations de la conquête : Normandie, Angleterre, Italie, XIe-XIIe siècles » permet ainsi de réaliser une recherche des mondes normands médiévaux en profitant des fruits des évolutions numériques des outils de recherches traditionnels. Il s’agit de permettre une étude sur le dynamisme et l’évolution des circulations humaines entre ces différents ensembles des mondes normands. Cette base pourra ainsi ouvrir la voie pour des collaborations plus intensives, plus larges, plus diversifiées et plus efficaces.

Pierre Bauduin (avec la collaboration d’A. Peters-Custot et T. Fujimoto)

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Call for papers : EEA 2020, Budapest 26-30 August 2020.

Organisers : Michael Lewis, Alessandra Molinari, Viola Skiba

‘Norse-men’ in origin, the Normans are well known for their exploits abroad (outside France), conquering England, Sicily and parts of Italy, and establishing themselves elsewhere also. Likewise, their material culture is well known being diverse, seemingly embracing – even assimilating – with that of those whom they came into contact with. Henceforth the Normans in England display (on the surface at least) a different ‘cultural signal’ to those that settled in Italy or Sicily for example. So, what extent can we speak of a gens normannorum through the material culture of the Normans across the places in which they lived?    

We invite people to consider Norman identify through material culture in its widest sense, from the relationship of the objects they used to those of the cultures around them, to whether or not it is possible to associate material culture with the Normans specifically. This session is being proposed as part of thinking towards a British Museum exhibition on the Normans, and therefore it is hoped will bring to light new thoughts and ideas that can help interpret objects that might be presented for public display.

Contacts : MLewis@britishmuseum.org

                           Viola.Skiba@mannheim.de       

MAITRISER LE TEMPS ET FAÇONNER L’HISTOIRE LES HISTORIENS NORMANDS AUX EPOQUES MEDIEVALE ET MODERNE

Maîtriser le temps et façonner l’histoire

Les historiens normands aux époques médiévale et moderne

Colloque de Cerisy-la-Salle, 25-29 septembre 2019

Programme

JEUDI 26 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

Stéphane LECOUTEUX et Fabien PAQUET : Introduction

séquence 1 – l’historien et le temps

Charlie ROZIER (University of Durham) : « Maîtriser le temps dans l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital »

Laura VANGONE (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM/IRHT) : « Les locutions de temps dans l’hagiographie normande »

Edoardo D’ANGELO (Università degli studi Suor Orsola Benincasa di Napoli) : « Une variante rédactionnelle dans le Chronicon Beneventanum de Falcon de Bénévent »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 2 – écrire et traduire : la part de l’auteur

Pierre BOUET (Université́ de Caen Normandie/OUEN) : « Les marques de subjectivité́ dans l’Historia Normannorum de Dudon de Saint-Quentin »

Antonio TAGLIENTE (Università degli studi di Salerno) : « La ‘destruction de la seignorie de li Longobart’. Écriture, exégèse et traduction de l’Ystoire de li Normant, entre princes, saints et ‘faux prophètes’ »

Françoise LAURENT (Université́ de Clermont Auvergne/CELIS) : « ‘Ce qu’en l’estoire truis e vei / N’i vuil laisser ne oublier’. La conquête de la Sicile dans la version de l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure »

Visite du château de Cerisy

VENDREDI 27 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 3 – histoire et politique, entre France et Angleterre

Marie-Céline ISAÏA (Université́ Jean-Moulin Lyon 3/CIHAM) : « Méthodes documentaires, représentations du temps et projet historiographique des hagiographes normands (XIe-XIIIe siècles) »

Laura CLEAVER (Trinity College Dublin) : « Eton College ms. 96 and the shaping of history »

Lydwine SCORDIA (Université́ de Rouen/GRHIS) : « Maîtriser le temps pour un jeune prince : le Rosier des guerres de Pierre Choinet, commandé par Louis XI pour le futur Charles VII »

Anne CURRY (University of Southampton) : « Une chronique écrite par des soldats : College of arms ms M9 et la guerre de Cent Ans en Normandie au XVe siècle »

APRES-MIDI (Avranches)

séquence 4 – l’historien face aux textes : critique et recherche du vrai

Thomas ROCHE (Archives départementales de l’Eure) : « Les naissances de la diplomatique en Normandie (XVIIIe-XIXe siècles)

Françoise VIEILLIARD (École nationale des chartes) et Christophe MANEUVRIER (Université́ Caen Normandie/CRAHAM/OUEN) : « Faut-il vraiment considérer la « Briev estoire del navigaige mounsire Jehan Prunaut » en Afrique comme une forgerie du XIXe siècle ? »

Visite du Scriptorial d’Avranches (Exposition temporaire « Façonner l’histoire de la Normandie. Manuscrits et chartes du Moyen Âge »)

SAMEDI 28 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 5 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (1)

Lucile TRAN-DUC (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM) : « Une entreprise mémorielle dans l’abbaye de Fontenelle au XIe siècle : l’œuvre du moine Guillaume »

Emily WINCKLER (University of Oxford) : « Wace, the Anglo-Norman Past, and the History of Human Experience »

Benjamin POHL (University of Bristol) : « The memory of Robert of Torigni from the Middle Ages to the present day »

Isabelle GUYOT-BACHY (Université́ de Nancy Lorraine/CRULH) : « Autour de la chronique universelle de l’anonyme de Caen »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 6 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (2 : le cas cistercien)

Richard ALLEN (University of Oxford) : « Écrire l’histoire dans la Normandie cistercienne (XIIe-XIIIe siècle) : premier aperçu »

Olivia BURGARD (Université́ de Strasbourg) : « La chronique de l’abbaye cistercienne de Mortemer (XIIe siècle) »

Mario LOFFREDO (Università degli studi di Salerno) : « Et cum prius fuisset ferus et crudelis… Les Normands et Roger II dans une chronique monastique de l’âge souabe »

DIMANCHE 29 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATIN (Cerisy-la-Salle)

séquence 7 – des écoles historiques ?

Luigi RUSSO (Université́ européenne de Rome/CESN/OUEN) : « Les difficultés de l’historien : panorama historiographique de l’Orient normand (XIIe siècle) »

Amalia GALDI (Univesità degli studi di Salerno) : « Les Normands et l’historiographie urbaine : le Chronicon de Falcon Beneventanus »

Pierre COURROUX (University of Southampton) : « La topique des batailles chez les chroniqueurs normands du XIIe siècle »

Véronique GAZEAU (Université́ de Caen Normandie) : Conclusions

Inscriptions et contacts :
https://cerisy-colloques.fr/historiensnormands2019/

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles. De la guerre à la paix

Vendredi 1er mars 2019
Université de Caen Normandie
Campus 1
MRSH, SH 028 | Auditorium du Château de Caen

Le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle, ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Cette journée propose, par le biais d’une approche comparatiste classique, d’examiner les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. Au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, il s’agit d’explorer différents types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) sans se priver d’outils épistémologiques issus de réflexions contemporaines sur la logique étatique permettant de comprendre, entre autres, la mise en œuvre du gouvernement des populations conquises ainsi que les logiques juridiques (ex. légitimation de la conquête), socio- politiques (y compris d’intégration et d’identité), religieuses et culturelles qui sont à l’œuvre dans les processus de construction étatique post-conquête.

Illustration : Revers et avers du sceau de Guillaume le Conquérant. Léchaudé d’Anisy, Recueil de sceaux normands et anglo-normands, Caen 1834. Lithographie de Théodore Chalopin.

9h30-12h15

Pierre BAUDUIN (Unicaen, Craham), Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique), Présentation de la journée

Judith GREEN, (University of Edinburgh), Power and statebuilding in the Anglo-Norman world : an Overview

Annliese NEF (Université Paris 1, Orient & Méditerranée), Conquête et naissance d’un monde social nouveau : vertus et limites du comparatisme

Guilhem DORANDEU (Université Paris 1, Lamop), De la conquête à la royauté : la construction du discours sigillaire et diplomatique des souverains de Sicile

Discussion

14h-17h

Riccardo BERARDI (Istituto storico germanico di Roma) La féodalité et la seigneurie dans le comté normand de Calabre : une institution politique pour bâtir la paix ?

Élodie PAPIN (Université d’Angers, Temos), La construction d’une domination politique, culturelle et sociale dans les actes de seigneurs de la marche galloise au XIIe siècle

Sergio FERDINANDI (ISMEO – Associazione internazionale di Studi sul Mediterraneo e l’Oriente), La principauté normande d’Antioche (1098-1130). Frontières et organisation militaire

Discussion, pause

Table ronde conclusive

18h

CONFÉRENCE PUBLIQUE, AUDITORIUM DU CHÂTEAU DE CAEN

David BATES (University of East Anglia), Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps
Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant.

Responsables : Pierre Bauduin (Centre Michel de Boüard-Craham), Annick Peters-Custot (Université de Nantes, Crhia). Renseignements : +33 (0)2 31 56 57 25 / 59 17 craham.colloques@unicaen.fr

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet Normonde (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie.

Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Organized by Dr. Anna Kouremenos (Tübingen) and Dr. Fraser McNair (Leeds)

University of Tübingen, 27-28 September 2018

Voyages to and settlement in new lands have always held the greatest interest for those looking to understand the Vikings in academia and pop culture, from studies of the English Danelaw to Led Zeppelin. In recent years, though, scholars have focussed more than ever on concepts of migration, mobility, and diaspora when looking at the Norsemen. The time is ripe for a comparative perspective to be brought to bear on Viking activities from this point of view.

Viking activity, across the period between the late eighth and mid-eleventh centuries, has several well-known aspects. Vikings attacked and burned settlements; they were found as traders everywhere between Limerick and Samarkand; they settled and farmed the land; and individuals such as Rollo of Normandy and Roric of Dorestad took up service with non-Scandinavian rulers. But what made these aspects of Viking mobility distinctive? Magyars in Bavaria, Provençal noblemen in Burgundy, Catalans in the Spanish March, and defectors on the Arab-Byzantine border all share some of these characteristics. By putting Vikings in this wider frame of mobility and migration across earlier medieval Europe, we hope to contribute to debates about what was particularly Viking, and what was more universal. We will focus on four broad topics:

  • Raiding
  • Trading
  • Individual mobility
  • Group mobility

Continuer la lecture de Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Compte-rendu du colloque « « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs »

Le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs » s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2017 à l’Auditorium du Château de Caen. Cette rencontre (resp. Pierre Bauduin, Luc Bourgeois et Simon Lebouteiller) était organisée par le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) avec le soutien de l’Institut universitaire de France, l’Université de Caen Normandie, le CNRS, l’Office universitaire d’études normandes, la Ville de Caen, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie (projet RIN Normonde). Elle rassemblait 19 intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Au total, près de 70 personnes (intervenants compris) ont assisté à ces journées, dont un grand nombre d’étudiants.

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands médiévaux et leurs multiples interfaces avec le monde scandinave, les îles Britanniques, l’Europe orientale et la Méditerranée. Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures.

Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

L’un des faits marquants de la rencontre a été son caractère international très prononcé, qui a permis d’aborder des situations de transferts culturels dans des horizons très différents. Le colloque s’est accompagné d’une conférence publique d’Edoardo D’Angelo, nouveau lauréat du doctorat honoris causa de l’Université de Caen Normandie, et d’une visite de l’Abbaye aux Hommes, suivie d’une réception à l’Hôtel de Ville.

Certaines interventions ont été postées sur la « Forge numérique » de la MRSH de Caen :

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/finder?populate=transferts+culturels+dans+les+mondes+normands+m%C3%A9di%C3%A9vaux

Le fascicule de résumés des communications est accessible à l’adresse suivante : https://transferts2017.sciencesconf.org/

Un projet de publication des actes de la rencontre est envisagé chez Brepols.

The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

https://normansicilylancaster.wordpress.com/

The Lancaster University Department of History are seeking abstracts for the following sessions at the Leeds International Medieval Conference from the 2nd-5th July 2018, https://www.leeds.ac.uk/ims/imc/imc2018_call.html. The sessions shall be organised by John Aspinwall (PhD Student, University of Lancaster) and Dr. Alex Metcalfe (Senior Lecturer, University of Lancaster). Continuer la lecture de The Norman Conquest of Sicily: Memory and Historiography

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Appel à contribution

Journée d’étude organisée par le CRAHAM
(resp. M.-A. Avenel et P. Bauduin),

Caen, 16/02/2018 (MRSH – Salle des Actes)

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux (Scandinavie, Normandie, royaume anglo-normand, Italie méridionale), ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuelles et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique.

Cette journée d’étude, adossée à un dossier de la revue Tabularia, cherchera à présenter différentes expériences relatives à l’usage du numérique pour l’étude des sources des mondes normands : il s’agira d’étudier les apports du numérique, la manière dont il influence la méthodologie de la recherche, dont il induit de nouvelle(s) lecture(s) des sources et de nouveaux outils (indexation, mémento). On pourra analyser les atouts, comme la pérennité des données, l’interopérabilité au sein d’une même source ou d’un même corpus comprenant différents types de documents, et leur mise en réseau sur un espace démultiplié. Mais on pourra aussi envisager les contraintes : dans quelle mesure l’adoption des outils numériques impose-t-elle aux chercheurs d’adapter leurs méthodes de recherche, voire de renoncer à certaines pratiques ? Les outils permettent-il de décrire la source dans toutes ses facettes et de rendre compte de sa complexité ?

Le cadre de l’enquête inclut différentes spécialités en lien avec les divers types de données ou de sources : philologie, paléographie, codicologie, descriptions et catalogages d’inventaires et d’imprimés anciens, numismatique, sigillographie, archéologie, iconographie, prosopographie etc. La confrontation avec des expériences réalisées hors de France est encouragée, de même que pourront être envisagées des comparaisons avec des projets ne concernant pas directement les mondes normands.

Les articles seront publiés dans la revue Tabularia. Les normes de publication sont détaillées dans la rubrique « recommandations aux auteurs » :

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/recommandations.html

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

5-7 octobre 2017, Caen, Auditorium du Château de Caen

(resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller)

https://transferts2017.sciencesconf.org/

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands aux frontières de la Chrétienté, dans le monde scandinave, en Europe orientale et en Méditerranée. Il s’agira aussi de réfléchir à l’organisation possible de nos connaissances, en évaluant la pertinence de cadres d’analyse proposés selon les catégories d’objets (matériels et immatériels), leur capacité ou l’aptitude à subir des transformations ou leur mobilité. Le colloque examinera également le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert.

Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni

Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Università di Bologna)

Continuer la lecture de Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni

Vernon Clare Mary, Visual culture in Norman Puglia c.1030-1130

Vernon Clare Mary, Visual culture in Norman Puglia c.1030-1130, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Cambridge)

[Source : http://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?did=1&uin=uk.bl.ethos.708775]

Actualité de la recherche sur les mondes normands médiévaux : quelques ouvrages et outils récents | 22 mars 2017

22 mars 2017, Université de Caen Normandie,
SH028 (« salle des thèses ») et hall de la MRSH, 14-17 h.

David Bates (University of East Anglia) : William the Conqueror, New Haven et Londres, Yale University Press, 2016.

Edoardo d’Angelo (Université Suor Orsola Benincasa, Naples) et Lucilia Spetia (Università de L’Aquila)  : Tra Normanni e Plantageneti : al bivio di una cultura complessa. Atti del II Seminario internazionale di studio (L’Aquila, 2-3 dicembre 2015), a cura di L. Core, A. Forgione e L. Spetia, Spolia Journal of Medieval Studies, Numero speciale 2016.

David Bates et Pierre Bauduin (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : 911-2011 : penser les mondes normands médiévaux, Actes du colloque international de Caen et Cerisy-la-Salle, 29 septembre-2 octobre 2011, David Bates et Pierre Bauduin (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.

Véronique Gazeau (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : La Normandie, terre de tradition juridiques, G. Davy et Y. Mausen (dir.), Cahiers historiques des Annales de droit, n° 2, [Mont-Saint-Aignan], Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Marie-Agnès Lucas-Avenel (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : présentation de la version numérique de l’édition sur double support de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère, Robert Guiscard, Lucas-Avenel Marie-Agnès (éd. et trad.), Caen, Presses universitaires de Caen (Fontes et Paginae), 2016 : https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/

Pierre Bauduin et Thierry Buquet (CNRS, CRAHAM) : présentation du nouveau site de SCRIPTA (Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens) : http://www.unicaen.fr/scripta/

La présentation sera suivie d’une table ronde sur les recherches concernant les mondes normands médiévaux aujourd’hui.

Une table de presse sera organisée à l’occasion de cette manifestation.

Cette manifestation est organisée avec le soutien du Centre Michel de Boüard-CRAHAM et de l’Institut universitaire de France, et la participation des Presses universitaires de Caen