Archives de catégorie : Normands en Méditerranée (XIe-XIIIe siècle) / The Normans in the Mediterranean (11th-13th c.)

« Norman Connections » devient hybride

« Norman Connections »  devient hybride!

En raison de l’aggravation de l’épidémie de COVID-19 en Europe, les organisateurs du congrès « Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer » (15.10.–17.10.2020) ont décidé de modifier l’événement en un événement hybride. Le congrès aura encore lieu in situ à Mannheim, Museum Weltkulturen D5 (Anna-Reiß-Saal), mais une partie des présentations seront données à distance (via Zoom). Ce changement permettra à chaque personne intéressée (après l’enregistrement obligatoire) de suivre le congrès en ligne et de participer à la discussion via un outil de messagerie instantané. L’enregistrement par courriel sera possible jusqu’au 12 octobre 2020 en utilisant l’adresse suivante: giulia.worf@mannheim.de.

Plus d’informations ici

 

“Norman Connections“  is now going hybrid!

Because of the new escalation of the Covid-19-epidemic in Europe, the organisers of the international Congress “Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer” (15.10.–17.10.2020) have decided to change the event into a hybrid event. There will be still a congress held in situ in Mannheim, Museum Weltkulturen D5 (Anna-Reiß-Saal), but some of the presentations will be given remotely (via Zoom). This change will allow any interested person (after registration, which is obligatory) to follow the congress online and participate in the discussion via the chat tool. Registration is possible up to the 12th of October 2020 using the following address: giulia.worf@mannheim.de.

More informations here

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

L’exposition « Die Normannen », Mannheim, 18/09/2022-26/02/2023

Les Normands. Un projet d’exposition franco-allemand

L’histoire des Normands continue d’étonner et de surprendre jusqu’à nos jours : partis comme des guerriers très mobiles, mercenaires ou membres d’une petite aristocratie les Normands sont devenus de puissants princes et des dirigeants qui ont laissé leurs traces dans toute l’Europe et au-delà. Leur histoire est une histoire d’interdépendance, qui a influencé de manière durable le développement culturel et politique de l’Europe et de la Méditerranée.

Pour la première fois d’une manière aussi complète, le REM (Reiss-Engelhorn-Museen) et ses partenaires consacreront un projet d’exposition passionnant sous l’égide germano-française aux «hommes du Nord». Dans une présentation d’environ 300 pièces exceptionnelles provenant de plus de 10 pays, l’exposition raconte une histoire aux multiples facettes et relie différents fils très fascinants d’une histoire couvrant une période allant du huitième au treizième siècles. Les œuvres d’art précieuses rencontrent d’autres trésors, armes et manuscrits provenant de l’Europe du Nord, de l’Est et de l’Ouest ainsi que de la Méditerranée. Ces expositions sont complétées par les dernières reconstructions numériques qui offrent des moyens innovants d’afficher et de transférer les connaissances.

L’exposition est développée et présentée en collaboration avec la Réunion des Musées Métropolitains de Rouen et en lien avec un co-projet réalisé par le Musée de Normandie à Caen.

Le site de l’exposition à venir est accessible ici

Colloque « Norman Connections »- Mannheim 15-17 octobre 2020

Tagung/conference “Norman Connections – Normannische Verflechtungen zwischen Skandinavien und dem Mittelmeer“

Mannheim

15.-17. Oktober 2020

Veranstaltungsort: Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim, Florian-Waldeck-Saal

La dynamique de l’interconnectivité médiévale peut être particulièrement bien observée en étudiant les Normands, qui se caractérisaient par une mobilité et une adaptabilité élevées. La diversité historique et culturelle de l’histoire normande, liée aux questions d’identité et d’appartenance, et sujette à des changements constants, fait des Normands un sujet particulièrement pertinent sur ces questions. Cette conférence vise à apporter un éclairage nouveau sur l’interaction entre la mobilité physique, les échanges culturels et l’intégration sociale.

Cette rencontre  prépare également le terrain pour une grande exposition qui sera présentée au Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) ainsi qu’à Rouen et Caen (printemps – automne 2023) sur «Les Normands ».

Die Vernetzungsdynamiken des europäischen Mittelalters lassen sich besonders gut an den Normannen verfolgen. Ihre kulturelle Vielfalt und Adaptionsfähigkeit, die in Beziehung zu Identitätsfragen und geographischer Verortung stand und ständigem Wandel unterworfen waren, verleihen ihrer Erforschung besondere Relevanz. Das Spannungsverhältnis zwischen physischer Mobilität, kultureller Verflechtung und sozialer Integration neu zu beleuchten, ist das Ziel dieser Tagung, die zugleich der Vorbereitung einer großen Sonderausstellung an den Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) sowie in Rouen und Caen (Frühjahr – Herbst 2023) dient: „Die Normannen“.

The dynamics of medieval interconnectedness can be observed particularly well by studying the Normans, who were characterised by high mobility and adaptability. The historical and cultural diversity of Norman history, which relates to questions of identity and belonging and was subject to constant change, make the Normans a topic of particular relevance. This conference aims at shedding new light on the interplay between physical mobility, cultural exchange and social integration.

At the same time, it prepares the ground for a major exhibition that will be presented in the Reiss-Engelhorn-Museen Mannheim (18.09.2022 – 26.02.2023) as well as in Rouen and Caen (Spring – Autumn 2023): “The Normans”.

DONNERSTAG, 15. Oktober 2020 13:30 Eröffnung / opening

13:30-14:15: Alfried Wieczorek (Mannheim): Grußwort, Nikolas Jaspert (Heidelberg): Einführung

14:15-14:45: Viola Skiba (Mannheim), Eröffnungsvortrag: Das Ausstellungsprojekt Die Normannen. Eine Geschichte von Mobilität, Eroberung und Innovation

Sektion I: Jenseits der Ostsee: von Nordmännern zu Normannen und Warägern

Sektionsleitung/Chair: Michail A. Bojcov (Moskau)

14:45-15:30: Charlotte Hedenstierna-Jonson (Uppsala), Farmer, trader, raider, ruler: society and people of the eastern Viking World

15:30-16:00: Kaffeepause / Coffee break

16:00-16:45: Christian Lübke (Leipzig), Mobilität und Kontinuität: Die Rus’-Waräger und die Entstehung der Kiever Rus’

16:45-17:30: Georgios Theotokis (Istanbul), The operational role of the Varangians in the Byzantine Empire

18:00: Öffentlicher Abendvortrag/Public lecture – Museum Weltkulturen D5 / Anna-Reiß-Saal

 Simek (Bonn), Von Wikingern zu Normannen

FREITAG, 16. Oktober 2020

Sektion II: Normannische Herrschaft im Nordseeraum

Sektionsleitung/Chair: Pierre Bauduin (Caen)

09:00-09:45: Jean-Marie Levesque / Benedicte Guillot (Caen), Fondation dynastique et résidence princière au coeur de l’Empire normand : le château de Caen, nouvelles découvertes, nouveaux questionnements

09:45-10:30: Michael Lewis (London/Reading), The Bayeux Tapestry as a source for understanding the Norman Conquest of England in 1066

10:30-11:00: Kaffeepause / Coffee break

11:00-11:45: Stephen Baxter (Oxford), The Domesday Survey: Mobility and Innovation in Early Conquered England

11:45-12:30: Elisabeth van Houts (Cambridge), Elite women, power and rulership in Normandy and England c.1000-c.1150

12:30-14:30: Mittagspause / lunch break

Sektion III: Die Etablierung einer mediterranen Herrschaft: Süditalien und Sizilien

Sektionsleitung/Chair: Ruggero Longo (Rom/Palermo)

14:30- 15:15: Rosa Fiorillo (Salerno), The Normans in South Italy. The contribution of archaeology

15:15-16:00: Amalia Galdi (Salerno), Le unioni matrimoniali come strategia d’integrazione normanna

16:00-16:30: Kaffeepause / Coffee break

16:30-17:15: Theresa Jäckh (Konstanz), Transculturality revisited: coexistence and conflict in Norman Sicily

17:15-18:00: Giovanni Travagliato (Palermo), Odo di Bayeux tra Normandia, Inghilterra e Palermo. Nuove considerazioni sulla sua sepoltura

18:00-18:45: Alheydis Plassmann (Bonn), Shifting identities. The Normans and the perception of the Norman gens

18:45-19:30: Ruggero Longo / Francesca Anzelmo (Rom), Impulsvortrag/ impulse lecture, Reviewing Art in Norman Sicily. From Creation to Communication

SAMSTAG, 17. Oktober 2020

Sektion IV: Das Mittelmeer als normannischer Aktionsraum

Sektionsleitung/Chair: Jeremy Johns (Oxford)

09:00-09:45: Annliese Nef (Paris), The imperiality of Norman Sicily and its Islamic dimension

09:45-10:30: Lamia Hadda (Florenz), Architetture di tradizione fatimide e ziride nella Sicilia normanna (X-XII secolo)

10:30-11:00: Kaffeepause / Coffee break

11:00-11:45: Wolf Zöller (Heidelberg), St. Michael, St. Peter and the Holy Sepulchre. A Socio-Religious Approach to Norman Presence in the Eastern Mediterranean, ca. 1000-1300

11:45:12:30: Lucas Villegas-Aristizábal (Hailsham), Norman Holy Warriors and Settlers in the North-Eastern Frontier of the Iberian Peninsula (1087-1130)

12:30-13:00: Bernd Schneidmüller (Heidelberg): Schlussworte und Abschlussdiskussion

Contact

Reiss-Engelhorn-Museen

Museum Zeughaus C5

68159 Mannheim

Infobüro: +49(0)621-293.3150

Fax: +49(0)621-293.2138

www.rem-mannheim.de

Due to the restrictions related to the Coronavirus pandemic, the number of participants is limited and participation is only possible after prior registration.

Please send your  registration until September 30, 2020 to the following address: giulia.worf@mannheim.de

To see the flyer of the conference click here

Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Résumé de l’HDR de Marie-Agnès-Lucas-Avenel

Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III & IV)

Dossier présenté à l’Université de Caen Normandie, le 6 décembre 2019, pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches, devant le jury composé de Pierre Bauduin (président) Edoardo D’Angelo, Isabelle Draelants (rapporteur), Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard (garant), Annick Peters-Custot (rapporteur), François Ploton-Nicollet (rapporteur), Elisabeth van Houts.

Le dossier d’HDR, « Éditer des œuvres latines à l’heure du numérique », comprenait un inédit intitulé « Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III et IV) ». Celui-ci était lui-même composé d’un volume papier (trois fascicules pour l’introduction, le texte latin et l’apparat critique, la traduction annotée, les index et la bibliographie) et d’un site web sous la forme d’un prototype, conçu en partenariat avec le pôle Document numérique de la MRSH de Caen. Le site (dont l’accès est encore restreint) permet d’interroger les quatre livres en latin et français, les notes historiques et philologiques, les fac-similés des manuscrits et des restitutions du texte de chaque témoin. Ce résumé n’évoquera que l’inédit, qui vise à la publication multisupport (papier et numérique) des livres III et IV de Geoffroi Malaterra, aux Presses universitaires de Caen : il s’agira du second volume, complément du premier qui contient les livres I et II (Caen, PUC, 2016 ).

La place occupée par l’œuvre de Geoffroi Malaterra au sein de la production historiographique des conquêtes normandes – qui constitue un ensemble exceptionnel pour les siècles centraux du Moyen Âge par son ampleur, sa diversité, sa qualité littéraire – a suscité tout l’intérêt des historiens et des spécialistes de littérature latine. L’auteur est un moine de l’abbaye Sant’Agata de Catane qui écrit entre 1098 et 1101 une histoire à la gloire de Roger, dernier fils de Tancrède de Hauteville. On connaît Malaterra par son œuvre, préfacée par deux épîtres adressées l’une à son abbé-évêque Anger, l’autre à l’ensemble du clergé de Sicile : il y explique le contexte historique et littéraire qui lui a valu la commande du comte. Peut-être son lieu d’origine – probablement le Nord-Ouest de la France – et son engagement pour l’Église réformatrice ont-ils incité Roger à le choisir pour composer ce récit. L’histoire est composée de quatre livres, dont les deux héros, Robert Guiscard et Roger de Hauteville, assurent l’unité d’action ; l’ordre chronologique est assez bien respecté et marqué par un usage remarquable des millésimes au regard de la production historiographique contemporaine. La progression du récit et la recherche des causes, fondée sur l’exaltation des vertus des héros et la condamnation des vices et de l’impiété des ennemis, s’inscrit dans une tradition littéraire ancienne et alto-médiévale, qui associe étroitement narration et argumentation : il s’agit de rapporter les événements pour éviter qu’on les oublie, mais aussi d’en expliquer l’enchaînement et de démontrer le bien-fondé de la conquête, placée au service du temporel et du spirituel dès le début du livre II. Malaterra témoigne dans les livres III et IV des manifestations de la gratitude de Roger envers Dieu et souligne sa droiture et son sens de la justice, qui lui valent la confiance de tous, y compris du duc et du pape.

L’auteur prend soin de ne jamais lasser le lecteur-auditeur en variant le ton et la forme. Le livre III accorde une grande place à la poésie, au point d’être un véritable prosimètre. Les raisons qui poussent Malaterra à faire alterner la prose et le vers ne se laissent pas clairement discerner, car les thématiques sont des plus diverses et ne sont pas attachées à un type de vers, eux-mêmes tout aussi variables. Cet ensemble poétique alliant factures antique et médiévale témoigne de la technicité de l’auteur et de son haut niveau de formation, mais est aussi un lieu privilégié de l’éloge sous toutes ses facettes et de l’expression des sentiments : indignation suscitée par la simonie de Rome, lamentation après la mort d’Énisand, allégresse après la naissance de Simon, etc. Dans la suite des recherches de Paolo Garbini (Garbini 2015 et 2018), on a reconsidéré la possibilité d’une filiation entre Dudon de Saint-Quentin et Geoffroi Malaterra et le sens du terme poetria, utilisé à plusieurs reprises pour caractériser l’œuvre.

La portée épidictique de l’œuvre n’a pas empêché les historiens de reconnaître que l’Histoire est une source de premier ordre de la conquête de la Sicile et la plus importante de l’histoire familiale des Hauteville. Les exploits de Robert Guiscard et du comte Roger se situent en Italie méridionale entre Rome et Malte, en Afrique du Nord, ainsi que sur la côte dalmate. La prise de Palerme en 1072 par Robert Guiscard et Roger, qui mettait un terme au livre II, constitue un tournant dans la vie du comte. Dès lors, en effet, Roger devient le seul conquérant de l’île, tandis que les préoccupations et l’ambition du duc de Pouille sont ailleurs : contraint de réprimer les rébellions de ses vassaux, soucieux d’asseoir son autorité sur le continent jusqu’à s’emparer de la principauté de Salerne, il brigue bientôt la couronne impériale. Mais sa marche vers Constantinople est interrompue par l’appel de Grégoire VII assiégé dans Rome par Henri IV. Après la mort de Guiscard en 1085, mentionnée à la fin du livre III, le récit s’intéresse à la manière dont Roger achève la conquête de la Sicile, part à l’assaut de Malte et de Gozo et renforce ses positions par la construction de forteresses, tout en apportant son aide à Roger Borsa, héritier contesté du duc, ou même au jeune Richard, prince de Capoue. Malaterra fait le récit des batailles et des sièges, décrit les lieux, les méthodes, parfois les armes, rapporte les alliances, dénonce les trahisons et peint les sentiments ou les motivations des personnages. Entre deux victoires, Roger se préoccupe d’assurer sa lignée : il prend une deuxième puis une troisième épouse, marie ses fils et prend pour gendres Raymond de Toulouse, Conrad, fils d’Henri IV, Coloman, roi de Hongrie. En outre, Malaterra décrit la manière dont Roger s’occupe des affaires ecclésiastiques de la Sicile et entretient des relations « amicales » avec Urbain II, lui apportant son conseil dans ses différends avec Constantinople et obtenant finalement en 1098 le privilège de la légation apostolique, dont le texte clôt le récit.

On ne saurait relever un seul chapitre dans les livres III et IV qui ne soit marqué par la présence de Robert ou de Roger. L’évocation des autres personnages trouve une explication dans la relation qu’ils entretiennent avec les protagonistes, et cet ensemble de 87 personnages dans les livres III et IV (chevaliers, femmes, clercs) constitue une source d’informations très précieuse sur l’entourage des Hauteville et leurs relations avec les rois, empereurs, papes ou évêques. Deux aspects ont surtout suscité l’intérêt de Malaterra dans les livres III et IV, en plus de l’histoire des conflits et des trahisons : la politique familiale et la politique religieuse du Grand Comte. La seconde question a été à l’origine de multiples travaux, qui croisent les informations données par Malaterra avec une documentation assez bien conservée pour la réorganisation des évêchés de Sicile. Le privilège de la légation apostolique apparaît comme le point culminant de l’ascension dans les honneurs de Roger. Quant à la question de la politique familiale, elle permet de vanter le prestige de Roger, mais aussi de montrer son attachement au mariage légal au rebours de Philippe Ier, condamné par l’auteur.

Les travaux de Gianvito Resta publiés en 1964 ont montré que l’édition réalisée par Ernesto Pontieri en 1927-1928 devait être revue suite à la redécouverte du manuscrit Z conservé à la Biblioteca de Catalunya : Geronimo Zurita avait emporté ce manuscrit pour composer l’édition princeps en 1578. L’importance du manuscrit Z est incontestable, car dans la branche β, il est plus fiable que B et devient le témoin le plus sûr pour les derniers chapitres perdus par C, seul témoin de la branche α pour les livres III et IV. L’histoire du texte et les règles qui ont présidé à sa révision et à celle de l’apparat critique avaient été présentées dans le premier volume. Le travail critique a été poursuivi pour les livres III et IV selon les mêmes principes.

Les recherches pour l’inédit se sont inscrites, en outre, dans une réflexion plus large sur l’édition critique multisupport et multimodale des sources anciennes et médiévales, menée à Caen depuis plusieurs années en partenariat avec le Pôle du Document numérique de la MRSH. Cette réflexion se place dans le contexte du développement des humanités numériques et des nouvelles technologies pour l’édition scientifique : celle-ci est un lieu privilégié d’expérimentations et d’échanges pour proposer de nouveaux modèles et de nouveaux outils en libre accès. Pourtant, s’agissant des sources anciennes, le nombre en est encore très limité. Une place a donc été réservée, dans l’introduction de l’inédit, à la réflexion menée pour la réalisation de l’édition critique multisupport de Malaterra, à la présentation du cadre institutionnel qui l’a rendu possible et à celle des outils mis en œuvre pour faciliter la recherche ecdotique. Le but recherché est double : outiller efficacement la recherche en s’appuyant sur des standards internationaux avec le soutien des consortiums, et rendre les résultats mieux compréhensibles et exploitables par le lecteur. La situation difficile que connaissent aujourd’hui les humanités classiques appelle au développement de projets collaboratifs en humanités numériques, qui peuvent susciter de nouvelles vocations et faciliter l’engagement dans ce type de travaux, qui nécessitent des connaissances solides et pluridisciplinaires.

Éléments de bibliographie

Julia Becker, Graf Roger I. von Sizilien. Wegbereiter des normannischen Königreichs, Tübingen, M. Niemeyer (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom ; 117), 2008

Paolo Garbini, « Lo storiografo e il retore, Nota su Goffredo Malaterra e Alberico di Montecassino », Spolia. Journal of medieval studies, 2015, p. 22-34.

Id., « Lo stile della storia in Goffredo Malaterra », in In presenza dell’autore, L’autorappresentazione come evoluzione della storiografia professionale tra basso Medioevo e Umanesimo, Fulvio Delle Donne (dir.), Naples, Federico II University Press (Testi, Antichità, Medioevo e Umanesimo ; 1), 2018, p. 13-34

Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, U. Manfredi, 1970.

Graham A. Loud, The Age of Robert Guiscard : Southern Italy and the Norman Conquest, New York, Longman (The Medieval World), 2000

Jean-Marie Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 179), 1993

Anliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 346)

Annick Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine, IXe-XIVe siècle : une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 420), 2009

Gianvito Resta, « Per il testo di Malaterra e di altre cronache meridionali », in Studi per il CL anno del Liceo ginnasio Tomasso Campanella di Reggio Calabria, Reggio de Calabria, De Franco, 1964, p. 3-60.

Huguette Taviani-Carozzi, La Terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie : mythe et histoire, Paris, Fayard, 1996.

Marie-Agnès LUCAS-AVENEL,

Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273

Ce billet est publié dans une version très proche dans le Bulletin du CERCOR 2020

Un compte-rendu de la soutenance d’HDR, rédigé par Thierry Buquet, est également disponible dans les Echos du CRAHAM

NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Dans la perspective d’une programmation RIN Recherche 2017 – ERSI Normandie, un axe « Une mondialisation médiévale  : les Normands » resp. P. Bauduin, Université de Caen, CRAHAM) et A. Peters-Custot (Université de Nantes, CRHIA) a été développé dans le projet NORMONDE « L’Empire en Seine. La Normandie entre colonisation et mondialisation (IXe-XXIe siècle) » (resp. J.-F. Klein, Université du Havre, 2017-2019), financé par la région Normandie.

L’activité de cet axe a pris deux orientations principales concernant l’une les manifestations scientifiques et l’autre les recherches en vue de la constitution d’une prosopographie des mondes normands. S’y ajoute la participation de NORMONDE au projet de traduction du livre de David Bates, William the Conqueror, Yale University Press, 2016, paru sous le titre Guillaume le Conquérant, Paris, Flammarion, 2019.

 

1 Manifestations scientifiques

1-1 Le colloque « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux VIIIe-XIIe siècles : objets, acteurs, passeurs » (resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller) s’est déroulé à Caen du 5 au 7 octobre 2017. Il a réuni une vingtaine d’intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Continuer la lecture de NORMONDE : un premier bilan (axe « une mondialisation médiévale »)

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Gens Normannorum – understanding Norman identity through material culture

Call for papers : EEA 2020, Budapest 26-30 August 2020.

Organisers : Michael Lewis, Alessandra Molinari, Viola Skiba

‘Norse-men’ in origin, the Normans are well known for their exploits abroad (outside France), conquering England, Sicily and parts of Italy, and establishing themselves elsewhere also. Likewise, their material culture is well known being diverse, seemingly embracing – even assimilating – with that of those whom they came into contact with. Henceforth the Normans in England display (on the surface at least) a different ‘cultural signal’ to those that settled in Italy or Sicily for example. So, what extent can we speak of a gens normannorum through the material culture of the Normans across the places in which they lived?    

We invite people to consider Norman identify through material culture in its widest sense, from the relationship of the objects they used to those of the cultures around them, to whether or not it is possible to associate material culture with the Normans specifically. This session is being proposed as part of thinking towards a British Museum exhibition on the Normans, and therefore it is hoped will bring to light new thoughts and ideas that can help interpret objects that might be presented for public display.

Contacts : MLewis@britishmuseum.org

                           Viola.Skiba@mannheim.de       

MAITRISER LE TEMPS ET FAÇONNER L’HISTOIRE LES HISTORIENS NORMANDS AUX EPOQUES MEDIEVALE ET MODERNE

Maîtriser le temps et façonner l’histoire

Les historiens normands aux époques médiévale et moderne

Colloque de Cerisy-la-Salle, 25-29 septembre 2019

Programme

JEUDI 26 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

Stéphane LECOUTEUX et Fabien PAQUET : Introduction

séquence 1 – l’historien et le temps

Charlie ROZIER (University of Durham) : « Maîtriser le temps dans l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital »

Laura VANGONE (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM/IRHT) : « Les locutions de temps dans l’hagiographie normande »

Edoardo D’ANGELO (Università degli studi Suor Orsola Benincasa di Napoli) : « Une variante rédactionnelle dans le Chronicon Beneventanum de Falcon de Bénévent »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 2 – écrire et traduire : la part de l’auteur

Pierre BOUET (Université́ de Caen Normandie/OUEN) : « Les marques de subjectivité́ dans l’Historia Normannorum de Dudon de Saint-Quentin »

Antonio TAGLIENTE (Università degli studi di Salerno) : « La ‘destruction de la seignorie de li Longobart’. Écriture, exégèse et traduction de l’Ystoire de li Normant, entre princes, saints et ‘faux prophètes’ »

Françoise LAURENT (Université́ de Clermont Auvergne/CELIS) : « ‘Ce qu’en l’estoire truis e vei / N’i vuil laisser ne oublier’. La conquête de la Sicile dans la version de l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure »

Visite du château de Cerisy

VENDREDI 27 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 3 – histoire et politique, entre France et Angleterre

Marie-Céline ISAÏA (Université́ Jean-Moulin Lyon 3/CIHAM) : « Méthodes documentaires, représentations du temps et projet historiographique des hagiographes normands (XIe-XIIIe siècles) »

Laura CLEAVER (Trinity College Dublin) : « Eton College ms. 96 and the shaping of history »

Lydwine SCORDIA (Université́ de Rouen/GRHIS) : « Maîtriser le temps pour un jeune prince : le Rosier des guerres de Pierre Choinet, commandé par Louis XI pour le futur Charles VII »

Anne CURRY (University of Southampton) : « Une chronique écrite par des soldats : College of arms ms M9 et la guerre de Cent Ans en Normandie au XVe siècle »

APRES-MIDI (Avranches)

séquence 4 – l’historien face aux textes : critique et recherche du vrai

Thomas ROCHE (Archives départementales de l’Eure) : « Les naissances de la diplomatique en Normandie (XVIIIe-XIXe siècles)

Françoise VIEILLIARD (École nationale des chartes) et Christophe MANEUVRIER (Université́ Caen Normandie/CRAHAM/OUEN) : « Faut-il vraiment considérer la « Briev estoire del navigaige mounsire Jehan Prunaut » en Afrique comme une forgerie du XIXe siècle ? »

Visite du Scriptorial d’Avranches (Exposition temporaire « Façonner l’histoire de la Normandie. Manuscrits et chartes du Moyen Âge »)

SAMEDI 28 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 5 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (1)

Lucile TRAN-DUC (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM) : « Une entreprise mémorielle dans l’abbaye de Fontenelle au XIe siècle : l’œuvre du moine Guillaume »

Emily WINCKLER (University of Oxford) : « Wace, the Anglo-Norman Past, and the History of Human Experience »

Benjamin POHL (University of Bristol) : « The memory of Robert of Torigni from the Middle Ages to the present day »

Isabelle GUYOT-BACHY (Université́ de Nancy Lorraine/CRULH) : « Autour de la chronique universelle de l’anonyme de Caen »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 6 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (2 : le cas cistercien)

Richard ALLEN (University of Oxford) : « Écrire l’histoire dans la Normandie cistercienne (XIIe-XIIIe siècle) : premier aperçu »

Olivia BURGARD (Université́ de Strasbourg) : « La chronique de l’abbaye cistercienne de Mortemer (XIIe siècle) »

Mario LOFFREDO (Università degli studi di Salerno) : « Et cum prius fuisset ferus et crudelis… Les Normands et Roger II dans une chronique monastique de l’âge souabe »

DIMANCHE 29 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATIN (Cerisy-la-Salle)

séquence 7 – des écoles historiques ?

Luigi RUSSO (Université́ européenne de Rome/CESN/OUEN) : « Les difficultés de l’historien : panorama historiographique de l’Orient normand (XIIe siècle) »

Amalia GALDI (Univesità degli studi di Salerno) : « Les Normands et l’historiographie urbaine : le Chronicon de Falcon Beneventanus »

Pierre COURROUX (University of Southampton) : « La topique des batailles chez les chroniqueurs normands du XIIe siècle »

Véronique GAZEAU (Université́ de Caen Normandie) : Conclusions

Inscriptions et contacts :
https://cerisy-colloques.fr/historiensnormands2019/

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles. De la guerre à la paix

Vendredi 1er mars 2019
Université de Caen Normandie
Campus 1
MRSH, SH 028 | Auditorium du Château de Caen

Le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle, ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Cette journée propose, par le biais d’une approche comparatiste classique, d’examiner les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. Au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, il s’agit d’explorer différents types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) sans se priver d’outils épistémologiques issus de réflexions contemporaines sur la logique étatique permettant de comprendre, entre autres, la mise en œuvre du gouvernement des populations conquises ainsi que les logiques juridiques (ex. légitimation de la conquête), socio- politiques (y compris d’intégration et d’identité), religieuses et culturelles qui sont à l’œuvre dans les processus de construction étatique post-conquête.

Illustration : Revers et avers du sceau de Guillaume le Conquérant. Léchaudé d’Anisy, Recueil de sceaux normands et anglo-normands, Caen 1834. Lithographie de Théodore Chalopin.

9h30-12h15

Pierre BAUDUIN (Unicaen, Craham), Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique), Présentation de la journée

Judith GREEN, (University of Edinburgh), Power and statebuilding in the Anglo-Norman world : an Overview

Annliese NEF (Université Paris 1, Orient & Méditerranée), Conquête et naissance d’un monde social nouveau : vertus et limites du comparatisme

Guilhem DORANDEU (Université Paris 1, Lamop), De la conquête à la royauté : la construction du discours sigillaire et diplomatique des souverains de Sicile

Discussion

14h-17h

Riccardo BERARDI (Istituto storico germanico di Roma) La féodalité et la seigneurie dans le comté normand de Calabre : une institution politique pour bâtir la paix ?

Élodie PAPIN (Université d’Angers, Temos), La construction d’une domination politique, culturelle et sociale dans les actes de seigneurs de la marche galloise au XIIe siècle

Sergio FERDINANDI (ISMEO – Associazione internazionale di Studi sul Mediterraneo e l’Oriente), La principauté normande d’Antioche (1098-1130). Frontières et organisation militaire

Discussion, pause

Table ronde conclusive

18h

CONFÉRENCE PUBLIQUE, AUDITORIUM DU CHÂTEAU DE CAEN

David BATES (University of East Anglia), Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps
Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant.

Responsables : Pierre Bauduin (Centre Michel de Boüard-Craham), Annick Peters-Custot (Université de Nantes, Crhia). Renseignements : +33 (0)2 31 56 57 25 / 59 17 craham.colloques@unicaen.fr

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet Normonde (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie.

Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Organized by Dr. Anna Kouremenos (Tübingen) and Dr. Fraser McNair (Leeds)

University of Tübingen, 27-28 September 2018

Voyages to and settlement in new lands have always held the greatest interest for those looking to understand the Vikings in academia and pop culture, from studies of the English Danelaw to Led Zeppelin. In recent years, though, scholars have focussed more than ever on concepts of migration, mobility, and diaspora when looking at the Norsemen. The time is ripe for a comparative perspective to be brought to bear on Viking activities from this point of view.

Viking activity, across the period between the late eighth and mid-eleventh centuries, has several well-known aspects. Vikings attacked and burned settlements; they were found as traders everywhere between Limerick and Samarkand; they settled and farmed the land; and individuals such as Rollo of Normandy and Roric of Dorestad took up service with non-Scandinavian rulers. But what made these aspects of Viking mobility distinctive? Magyars in Bavaria, Provençal noblemen in Burgundy, Catalans in the Spanish March, and defectors on the Arab-Byzantine border all share some of these characteristics. By putting Vikings in this wider frame of mobility and migration across earlier medieval Europe, we hope to contribute to debates about what was particularly Viking, and what was more universal. We will focus on four broad topics:

  • Raiding
  • Trading
  • Individual mobility
  • Group mobility

Continuer la lecture de Mobility during the Viking Age: Scandinavians and Others

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Compte-rendu du colloque « « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs »

Le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs » s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2017 à l’Auditorium du Château de Caen. Cette rencontre (resp. Pierre Bauduin, Luc Bourgeois et Simon Lebouteiller) était organisée par le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) avec le soutien de l’Institut universitaire de France, l’Université de Caen Normandie, le CNRS, l’Office universitaire d’études normandes, la Ville de Caen, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie (projet RIN Normonde). Elle rassemblait 19 intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Au total, près de 70 personnes (intervenants compris) ont assisté à ces journées, dont un grand nombre d’étudiants.

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands médiévaux et leurs multiples interfaces avec le monde scandinave, les îles Britanniques, l’Europe orientale et la Méditerranée. Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures.

Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

L’un des faits marquants de la rencontre a été son caractère international très prononcé, qui a permis d’aborder des situations de transferts culturels dans des horizons très différents. Le colloque s’est accompagné d’une conférence publique d’Edoardo D’Angelo, nouveau lauréat du doctorat honoris causa de l’Université de Caen Normandie, et d’une visite de l’Abbaye aux Hommes, suivie d’une réception à l’Hôtel de Ville.

Certaines interventions ont été postées sur la « Forge numérique » de la MRSH de Caen :

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/finder?populate=transferts+culturels+dans+les+mondes+normands+m%C3%A9di%C3%A9vaux

Le fascicule de résumés des communications est accessible à l’adresse suivante : https://transferts2017.sciencesconf.org/

Un projet de publication des actes de la rencontre est envisagé chez Brepols.