Archives de catégorie : France

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Bergen)

Continuer la lecture de Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Le Mont-Saint-Michel livre de nouveaux secrets

CNRS Le journal, décembre 2017
On pensait tout savoir sur le Mont. Armés des dernières technologies, historiens et archéologues profitent des travaux de restauration menés sur le célébrissime rocher pour éclairer d’un jour nouveau l’histoire de ce monument plus que millénaire. Une palpitante enquête à retrouver dans un documentaire diffusé sur arte.tv jusqu’au 21 février 2018.
C’est l’un des monuments les plus célèbres au monde. Chaque année, 2,5 millions de visiteurs partent à l’assaut du Mont-Saint-Michel, classé monument historique depuis 1874. Mais derrière son apparente homogénéité, l’abbaye fondée au VIIIe siècle par Aubert, évêque d’Avranches, et devenue au Xe siècle un puissant monastère bénédictin, cache un véritable millefeuille architectural : elle s’est construite par empilement, destructions, reconstructions, sur plus d’un millénaire… De quoi sacrément brouiller les pistes ! Pourtant, c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les scientifiques, historiens et archéologues en tête, explorent le monument dédié à l’archange saint Michel.

« Pendant longtemps, on a cru que l’histoire du Mont était écrite, raconte Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux-Montaigne. Au XVIIe siècle, les moines de la congrégation de Saint-Maur qui venaient de s’y installer ont retracé toute l’histoire du site depuis sa fondation. Ce manuscrit édité au XIXe siècle était d’autant plus précieux que les moines avaient eu accès à des archives médiévales aujourd’hui disparues – elles ont été détruites lors des bombardements de Saint-Lô en 1944. » Ce sont en réalité les grands travaux de restauration menés suite à la décision, à la fin des années 1990, de rétablir le caractère maritime du Mont, qui ont relancé l’intérêt autour du monument et permis les premières découvertes scientifiques.

Lire la suite sur CNRS Le Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-mont-saint-michel-livre-de-nouveaux-secrets

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Centre for Advanced Study (Oslo) – Department of Archaeology, Conservation and History (University of Oslo)

Conference – 22-23 February 2018

Det Norske Videnskaps-Akademi/Norwegian Academy of Science and Letters (Drammensveien 78, 0271 Oslo)

In high medieval Europe, conflict took a number of different forms, from large-scale battles, such as disputes over crowns, power and lands, to more local disputes over inheritance and property. In the absence of well-developed administrative structures which could limit conflict, cultural conventions, rituals and behavioural norms evolved to moderate violence within the elite community. The exchange of hostages, ransom of defeated opponents, oath-taking and creation of new bonds of friendship, all helped to re-establish stable relations between former opponents. With peace came a change in the balance of power within a region. Relationships between adversaries were restructured and redefined as treaties were concluded and new agreements made. Peace rituals allowed the new status quo to be publicly proclaimed and understood. By studying the restraint of violence and the imposition of peace, we can examine both the long and short term implications of conflict, and improve our understanding of how violence shaped the elite community in medieval Europe.

Continuer la lecture de Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Mise en ligne de la base Scripta

Scripta est l’acronyme de Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens. Il s’agit d’une base de données des chartes normandes des Xe-XIIIe siècles. Scripta est, avec la revue électronique Tabularia et le projet E-Cartae, l’une des réalisations opérées dans le programme « sources textuelles et production documentaire dans la Normandie médiévale », développé au Centre Michel de Boüard-Craham. Cette édition en ligne de la base est la première version accessible au public (http://www.unicaen.fr/scripta/). La base compte environ 8500 actes, pour l’essentiel issus d’éditions anciennes, permettant l’accès au plus vaste corpus de chartes normandes jamais réuni. L’accès aux données de Scripta pour cette partie du corpus ne dispense pas d’un recours aux éditions elles-mêmes, ou aux actes conservés dans les archives et les bibliothèques, pour repérer la tradition et les variantes de la plupart des documents. La base s’élargira avec d’autres corpus, issus d’éditions récentes, et également d’actes inédits directement encodés en XML-TEI et accompagnés de l’apparat critique nécessaire à leur édition. La base publiée en février 2017 est donc la première version d’un outil qui continuera à évoluer à l’avenir.

Historique du projet et aspects techniques

Le projet Scripta est né en 2004 avec l’objectif de publier en ligne des documents relatifs à la Normandie médiévale, actes et chartes anciennes, manuscrits ou édités, mais dont l’extrême dispersion nécessitait de les regrouper dans un outil unique.

La première version de la base a été réalisée en PHP MySQL et était consultable en ligne sur accès réservé. L’évolution du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI élaborés au sein du pôle du Document numérique de la MRSH de Caen. Un autre projet, E-Cartae, en relation avec Scripta, a pour l’objet l’édition en ligne des actes des évêques d’Évreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-Craham). D’autres projets du Craham utilisent également les outils d’édition XML-TEI développés à la MRSH : Ichtya, (encodage TEI et mise en ligne de traités encyclopédiques médiévaux sur les poissons) et Nummus (catalogue XML-EAD de découvertes monétaires issues de fouilles archéologiques).

La base MySQL a donc été exportée en XML-TEI, pour être mise en ligne, dans la version actuelle, via le logiciel Pleade, utilisé dans de nombreux projets numériques de la MRSH et du Craham (notamment Nummus). Le corpus d’actes de Scripta en TEI est converti en XML-EAD pour sa mise en ligne. L’étape suivante sera de publier une deuxième version, enrichie de nouveaux actes, de nouvelles images numériques (ex. provenant du Musée bénédictine de Fécamp), de nouveaux index, de Scripta en XML-TEI avec un nouvel outil de mise en ligne de corpus XML en cours de développement au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen.

Le fait d’avoir pour source un ensemble de fichiers XML-TEI permettra, le cas échéant, de réaliser la publication multisupport de corpus d’actes, tout en permettant d’envisager une pérennité des données numériques.

Contenu de la base et moteur de recherche

Scripta propose la consultation d’actes dans leur langue originale (majoritairement le latin), sans traduction. Chaque notice présente un ensemble de métadonnées analytiques : genre (diplomatique) et type (juridique) d’acte, lieu d’émission, auteur (nom, fonction, institution), bénéficiaire (nom, fonction, institution), date, lieu de conservation, bibliographie, authenticité, langue, tableau de la tradition (liste des éditions et le cas échéant, des témoins manuscrits) et dissertation critique (éléments sur la datation, la source de l’information, renvoi bibliographique, etc.). Le contenu du document est présenté par l’analyse (regeste ou résumé de l’acte) et le texte intégral du document. Le cas échéant, l’acte peut être accompagné de reproductions numériques du manuscrit original, ou par un lien vers une ressource en ligne (par exemple, sur gallica.bnf.fr). Pour les chartes originales antérieures à 1121, un lien renvoie à son enregistrement dans la base des originaux de l’Artem hébergée sur le portail Telma (http://www.cn-telma.fr/originaux/).

Un moteur de recherche avancée permet d’effectuer et de croiser des requêtes sur les champs suivants : numéro d’acte, genre et type d’acte, lieu d’émission, auteur (et sa fonction), bénéficiaire (et sa fonction), date ; ainsi que sur la bibliographie (auteur et titre). Le moteur de recherche simplifiée permet de faire une requête sur le contenu des actes (recherche plein texte, avec opérateurs booléens et troncatures), mais aussi sur tous les champs descripteurs d’un document.

Il est possible d’effectuer une recherche en sélectionnant des entrées d’index classées alphabétiquement, sur les champs genre et type d’acte, authenticité, lieux d’émission, auteurs/disposants (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions), bénéficiaires (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions) ; et sur les champs auteurs et titres de la bibliographie. En revanche, il n’est pas encore possible d’accéder à l’indexation de tous les noms de personnes et de lieux contenus dans chaque acte, qui est prévue dans les développements ultérieurs du projet.

Enfin, un outil permet d’exporter une notice ou un ensemble de notices au format PDF. Un porte-documents (sans authentification) permet d’isoler des actes le temps de la session utilisateur).

Chaque acte est référencé par un numéro qui reste pérenne et reçoit une adresse. Il est donc possible de citer un acte de Scripta dans des travaux de recherche et d’y renvoyer. Le mode de citation est affiché en fin de page pour chaque document.

Une version en anglais de l’interface est également disponible : http://www.unicaen.fr/scripta/?locale=en

Partenaires du projet

Depuis son lancement, le projet Scripta a été soutenu ou associé à plusieurs programmes : appels d’offres MRSH Caen, ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales », projets ANR Espachar et Charcis. Il est soutenu par le Pôle du document numérique de la MRSH et par le consortium COSME du TGIR Huma-Num, et il bénéficie d’un soutien de l’Institut universitaire de France. (voir liste détaillée des partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html)

L’équipe du projet

Responsable scientifique du projet Scripta, Pierre Bauduin a été directeur du Craham de 2008 à 2016. Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen, il est membre senior de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la Normandie et l’intégration des Scandinaves dans le monde franc, les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux et les sources écrites (historiographie et documentation diplomatique).

L’ancienne interface sous MySQL a été réalisée (2004-2005) par dans le cadre d’un DESS par Benoît Trohel alors encadré Stéphane Brossard (Université de Caen Normandie).

Tamiko Fujimoto, docteure en histoire médiévale, est membre associée au Craham et travaille depuis de nombreuses années à l’enrichissement de la base de données (encodage des actes, indexation, bibliographie). Elle a été secondée par Clémentine Berthelot en 2014-2015, qui a assuré un travail de normalisation des entrées de la base.

Thierry Buquet, ingénieur de recherche au Craham, a assuré le suivi du projet depuis 2015 pour finaliser la mise en ligne.

Enfin, Anne Goloubkoff, ingénieure au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen, a assuré toutes les opérations informatiques et éditoriales nécessaires à la mise en ligne (conversions XML TEI EAD, intégration dans Pleade, gestion du site, nettoyage de données, insertion des images…). De manière plus générale, le projet a bénéficié de la réflexion croisée des chercheurs du Craham et des ingénieurs du pôle numérique de la MRSH.

Cette dynamique collective sera poursuivie, et il est possible aux lecteurs d’y contribuer en signalant les corrections qui leur sembleront pertinentes en cliquant sur l’onglet contact en haut de page.

Un outil pour la recherche

La base Scripta a été conçue comme un outil de recherche pour mettre à disposition un corpus de textes nécessaires aux études historiques et philologiques, qu’il s’agisse de documenter une institution, un établissement religieux, un personnage ou une famille, un groupe social, une série d’actes par genre, auteur ou bénéficiaire. Elle offre ainsi un ensemble d’actes de la pratique pour soutenir des recherches très différentes sur les institutions et les faits sociaux de la période médiévale, y compris sur des aspects inattendus (voir épilogue). Elle fournit également un ensemble de métadonnées nécessaires à l’édition ou à l’étude des actes, permettant de renvoyer à d’autres corpus (ex. actes originaux antérieurs à 1121, Chartae Galliae, CBMA, English Episcopal Acta…) et d’apporter les éléments pour une datation. On rappellera ici que beaucoup d’actes normands antérieurs à la première décennie du XIIIe siècle ne sont pas datés et nécessitent, pour autoriser une datation, souvent approximative, de croiser les informations. La documentation réunie dans Scripta intéresse également les recherches menées dans d’autres pays européens, et en premier lieu l’Angleterre et le monde anglo-normand et plantagenêt, qui partagent entre 1066 et 1204 les mêmes souverains, une partie de leurs élites laïques et ecclésiastiques, ainsi que nombre de caractéristiques institutionnelles et documentaires qu’il convient de préciser : de ce point de vue, on peut escompter que les développements futurs des outils d’indexation associés à la base permettront d’explorer de manière plus précise les relations établies de part et d’autre de la Manche ainsi que les études prosopographiques. Scripta est également un outil qui participe aux questionnements actuels sur les sources documentaires, qui se déclinent de multiples manières du genre diplomatique au contenu juridique des actes et aux formules employées dans les actes. Le développement de bases de données consacrées aux chartes permet de donner une dimension spatiale ou territoriale à l’étude des actes, en autorisant une comparaison des corpus régionaux et, au-delà, de prendre en compte l’évolution de ces pratiques diplomatiques, et d’en étudier les facteurs comme la circulation des documents et des modèles. Pour terminer ce tour d’horizon rapide, Scripta est également un outil de valorisation des recherches, notamment concernant la constitution de corpus (ex. actes d’évêques, chartes cisterciennes) en cours de réalisation.

Épilogue : l’un des plus anciens documents connus sur la pêche à la baleine en Pays basque

La charte 315 de Scripta (https://www.unicaen.fr/scripta/acte/3145), datée du 6 septembre 1199, est une donation du roi d’Angleterre Jean sans Terre à Vital de Villa. Il s’agit de l’échange d’une rente anciennement accordée par le roi Richard sur le droit de sécher du poisson dans les îles de Guernesey et de Jersey, contre la somme de 50 livres d’Anjou à prélever sur deux baleines prises dans le port de Biarritz, à condition que ces baleines valent par an plus de 50 livres, et que l’excédent soit reversé au roi.

Ce document prouve donc que l’on capturait régulièrement des baleines en Pays basque au XIIe siècle, et que ces prises généraient des sommes importantes, sur lesquelles le roi d’Angleterre (régnant à l’époque sur la Gascogne et sur la Normandie) pouvait lever des taxes. Il s’agit là d’un des plus anciens documents écrits attestant la chasse à la baleine à Biarritz. À travers cet exemple atypique, on perçoit toute la richesse de la base Scripta et sa grande variété d’informations historiques, parfois bien éloignées des rivages de la Normandie.

Liens

Consulter la base Scripta : https://www.unicaen.fr/scripta/

Mode d’emploi de la base : https://www.unicaen.fr/scripta/pages/aide.html
Partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html

Illustration :

Caen, Archives départementales du Calvados, H 912.

https://www.unicaen.fr/scripta/acte/1814

Guillaume, évêque de Coutances, confirme qu’à l’occasion de la dédicace de l’abbaye Notre-Dame d’Aunay, Guillaume du Hommet, connétable du roi, a donné en dot à cette abbaye toute sa terre de Langrune.

[Les Échos du Craham] Compte rendu de la soutenance du dossier d’HDR de Laurence Jean-Marie, “La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle)”

l-jean-marie-minVendredi 9 décembre 2016, Université de Caen Normandie

Devant une assistance nombreuse, Élodie Lecuppre-Desjardins, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille III et présidente du jury, introduit la séance.

Laurence Jean-Marie entreprend d’abord de rendre compte rapidement de l’ensemble des principaux éléments de son dossier d’HDR, qui témoignent d’un parcours long.

Le dossier s’intitule « La Normandie, les villes et la mer (XIIe-début du XIVe siècle) ». Conformément aux exigences habituelles, il comprend trois éléments : un mémoire de synthèse (ego-histoire : « Un parcours d’enseignant-chercheur en histoire »), un recueil de publications témoignant de l’orientation des recherches de la candidate depuis 10 ans (« Entre Normandie et Angleterre : élites urbaines, ports et gens de mer »), et un mémoire inédit sur « Le prince, la Normandie et la mer (milieu du XIIe siècle-1204) ».

Lire la suite sur Les Échos du Craham

Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

 Luc Bourgeois

Université de Caen, Craham

La diffusion du jeu d’échecs en Occident

En l’état des connaissances, le jeu d’échecs aurait pris naissance autour du vie siècle dans le sous-continent indien. Il oppose deux armées qui se déplacent dans un espace de soixante-quatre cases. Sa composition reproduit celle des armées indiennes : des éléphants, des cavaliers, des chars et des fantassins ; ces troupes étant dirigées par un roi associé à un conseiller. Le jeu est transmis à la Perse dès le viie siècle et sa progression vers l’ouest suit la foudroyante expansion arabe entre 632 et 732. La proscription des représentations humaines par certains courants de l’Islam va entraîner le développement parallèle de deux types de pièces : des objets figuratifs, relativement faciles à interpréter lors de leur réception en Occident, et des pièces schématisées, qui vont donner lieu aux lectures les plus baroques.

Continuer la lecture de Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

 Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.):  Objects, actors and mediators.

5-7 October 2017, Caen, Amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts

 (dir. P. Bauduin et L. Bourgeois)

This conference, which is being organised as part of the programme « Cultural transfers and social links in the Norman medieval world (8th-12th c.) », will consider the objects, agents and conveyors of cultural transfers.

Continuer la lecture de Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

1066 : Interpreting the Norman Conquest en 2016

To mark the 950th anniversary of the Norman Conquest, the Royal Armouries will be holding a public lecture and two-day conference at the Tower of London. Continuer la lecture de 1066 : Interpreting the Norman Conquest en 2016

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011) publiés sous la direction de David Bates et PierreBauduin.

Collection Symposia.

Issu d’un colloque international tenu à l’occasion du 11e centenaire du traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce volume s’intéresse aux débuts du duché de Normandie et aux différents aspects de l’expansion ou de la présence des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée. Il expose les interprétations données aux conquêtes, explore la formation de réseaux et la construction d’espaces, ainsi que les notions de diaspora et d’identité « normandes ».
La pertinence de l’expression « monde(s) normand(s) » est discutée en soulignant son caractère à la fois singulier et pluriel, sa dimension européenne, sa valeur heuristique, capable de se dégager d’historiographies trop étroitement nationales et de remettre en question certains modèles explicatifs.

2016, 16 x 24, br., 572 p.

ISBN : 978-2-84133-774-3

35 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/article9550.html?id_article=1006