Archives de catégorie : Normandie / Normandy

Découverte à la cathédrale de Winchester

Une équipe d’archéologues et d’anthropologues de l’Université de Bristol a progressivement dévoilé leurs découvertes concernant plusieurs sépultures de la cathédrale de Winchester. De nouveaux indices révèlent que certains des ossements pourraient appartenir à la reine Emma de Normandie, épouse d’Æthelred II puis de Cnut le Grand, morte en 1052, ainsi qu’à d’autres membres de la famille royale anglo-saxonne.

Lire la suite sur Medievalists.net : http://www.medievalists.net/2019/05/new-research-on-bones-at-winchester-cathedral-points-to-anglo-saxon-queen/

David BATES, Qui était Guillaume ?

David BATES (University of East Anglia),

Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps

Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant publié chez Flammarion (éd. anglaise: William the Conqueror, New Haven – Londres, Yale University Press, 2016)

Vendredi 1er mars 2019
18 h
Auditorium du Château de Caen

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Organisation : Musée de Normandie et Centre Michel de Boüard-CRAHAM

Pour en savoir plus:

http://musee-de-normandie.caen.fr/evenement/qui-%C3%A9tait-guillaume#.XFnKLFxKiUk

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles. De la guerre à la paix

Vendredi 1er mars 2019
Université de Caen Normandie
Campus 1
MRSH, SH 028 | Auditorium du Château de Caen

Le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle, ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Cette journée propose, par le biais d’une approche comparatiste classique, d’examiner les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. Au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, il s’agit d’explorer différents types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) sans se priver d’outils épistémologiques issus de réflexions contemporaines sur la logique étatique permettant de comprendre, entre autres, la mise en œuvre du gouvernement des populations conquises ainsi que les logiques juridiques (ex. légitimation de la conquête), socio- politiques (y compris d’intégration et d’identité), religieuses et culturelles qui sont à l’œuvre dans les processus de construction étatique post-conquête.

Illustration : Revers et avers du sceau de Guillaume le Conquérant. Léchaudé d’Anisy, Recueil de sceaux normands et anglo-normands, Caen 1834. Lithographie de Théodore Chalopin.

9h30-12h15

Pierre BAUDUIN (Unicaen, Craham), Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique), Présentation de la journée

Judith GREEN, (University of Edinburgh), Power and statebuilding in the Anglo-Norman world : an Overview

Annliese NEF (Université Paris 1, Orient & Méditerranée), Conquête et naissance d’un monde social nouveau : vertus et limites du comparatisme

Guilhem DORANDEU (Université Paris 1, Lamop), De la conquête à la royauté : la construction du discours sigillaire et diplomatique des souverains de Sicile

Discussion

14h-17h

Riccardo BERARDI (Istituto storico germanico di Roma) La féodalité et la seigneurie dans le comté normand de Calabre : une institution politique pour bâtir la paix ?

Élodie PAPIN (Université d’Angers, Temos), La construction d’une domination politique, culturelle et sociale dans les actes de seigneurs de la marche galloise au XIIe siècle

Sergio FERDINANDI (ISMEO – Associazione internazionale di Studi sul Mediterraneo e l’Oriente), La principauté normande d’Antioche (1098-1130). Frontières et organisation militaire

Discussion, pause

Table ronde conclusive

18h

CONFÉRENCE PUBLIQUE, AUDITORIUM DU CHÂTEAU DE CAEN

David BATES (University of East Anglia), Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps
Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant.

Responsables : Pierre Bauduin (Centre Michel de Boüard-Craham), Annick Peters-Custot (Université de Nantes, Crhia). Renseignements : +33 (0)2 31 56 57 25 / 59 17 craham.colloques@unicaen.fr

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet Normonde (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie.

Bruno Nardeux, Une “forêt” royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450)

Bruno Nardeux, Une “forêt” royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450), Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Rouen Normandie)

Continuer la lecture de Bruno Nardeux, Une “forêt” royale au Moyen Âge : Le pays de Lyons, en Normandie (vers 1100 – vers 1450)

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Le Mont-Saint-Michel livre de nouveaux secrets

CNRS Le journal, décembre 2017
On pensait tout savoir sur le Mont. Armés des dernières technologies, historiens et archéologues profitent des travaux de restauration menés sur le célébrissime rocher pour éclairer d’un jour nouveau l’histoire de ce monument plus que millénaire. Une palpitante enquête à retrouver dans un documentaire diffusé sur arte.tv jusqu’au 21 février 2018.
C’est l’un des monuments les plus célèbres au monde. Chaque année, 2,5 millions de visiteurs partent à l’assaut du Mont-Saint-Michel, classé monument historique depuis 1874. Mais derrière son apparente homogénéité, l’abbaye fondée au VIIIe siècle par Aubert, évêque d’Avranches, et devenue au Xe siècle un puissant monastère bénédictin, cache un véritable millefeuille architectural : elle s’est construite par empilement, destructions, reconstructions, sur plus d’un millénaire… De quoi sacrément brouiller les pistes ! Pourtant, c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les scientifiques, historiens et archéologues en tête, explorent le monument dédié à l’archange saint Michel.

« Pendant longtemps, on a cru que l’histoire du Mont était écrite, raconte Yves Gallet, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux-Montaigne. Au XVIIe siècle, les moines de la congrégation de Saint-Maur qui venaient de s’y installer ont retracé toute l’histoire du site depuis sa fondation. Ce manuscrit édité au XIXe siècle était d’autant plus précieux que les moines avaient eu accès à des archives médiévales aujourd’hui disparues – elles ont été détruites lors des bombardements de Saint-Lô en 1944. » Ce sont en réalité les grands travaux de restauration menés suite à la décision, à la fin des années 1990, de rétablir le caractère maritime du Mont, qui ont relancé l’intérêt autour du monument et permis les premières découvertes scientifiques.

Lire la suite sur CNRS Le Journal : https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-mont-saint-michel-livre-de-nouveaux-secrets

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Centre for Advanced Study (Oslo) – Department of Archaeology, Conservation and History (University of Oslo)

Conference – 22-23 February 2018

Det Norske Videnskaps-Akademi/Norwegian Academy of Science and Letters (Drammensveien 78, 0271 Oslo)

In high medieval Europe, conflict took a number of different forms, from large-scale battles, such as disputes over crowns, power and lands, to more local disputes over inheritance and property. In the absence of well-developed administrative structures which could limit conflict, cultural conventions, rituals and behavioural norms evolved to moderate violence within the elite community. The exchange of hostages, ransom of defeated opponents, oath-taking and creation of new bonds of friendship, all helped to re-establish stable relations between former opponents. With peace came a change in the balance of power within a region. Relationships between adversaries were restructured and redefined as treaties were concluded and new agreements made. Peace rituals allowed the new status quo to be publicly proclaimed and understood. By studying the restraint of violence and the imposition of peace, we can examine both the long and short term implications of conflict, and improve our understanding of how violence shaped the elite community in medieval Europe.

Continuer la lecture de Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Actualité de la recherche sur les mondes normands médiévaux : quelques ouvrages et outils récents | 22 mars 2017

22 mars 2017, Université de Caen Normandie,
SH028 (« salle des thèses ») et hall de la MRSH, 14-17 h.

David Bates (University of East Anglia) : William the Conqueror, New Haven et Londres, Yale University Press, 2016.

Edoardo d’Angelo (Université Suor Orsola Benincasa, Naples) et Lucilia Spetia (Università de L’Aquila)  : Tra Normanni e Plantageneti : al bivio di una cultura complessa. Atti del II Seminario internazionale di studio (L’Aquila, 2-3 dicembre 2015), a cura di L. Core, A. Forgione e L. Spetia, Spolia Journal of Medieval Studies, Numero speciale 2016.

David Bates et Pierre Bauduin (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : 911-2011 : penser les mondes normands médiévaux, Actes du colloque international de Caen et Cerisy-la-Salle, 29 septembre-2 octobre 2011, David Bates et Pierre Bauduin (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.

Véronique Gazeau (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : La Normandie, terre de tradition juridiques, G. Davy et Y. Mausen (dir.), Cahiers historiques des Annales de droit, n° 2, [Mont-Saint-Aignan], Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Marie-Agnès Lucas-Avenel (Université de Caen Normandie, CRAHAM) : présentation de la version numérique de l’édition sur double support de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère, Robert Guiscard, Lucas-Avenel Marie-Agnès (éd. et trad.), Caen, Presses universitaires de Caen (Fontes et Paginae), 2016 : https://www.unicaen.fr/puc/sources/malaterra/

Pierre Bauduin et Thierry Buquet (CNRS, CRAHAM) : présentation du nouveau site de SCRIPTA (Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens) : http://www.unicaen.fr/scripta/

La présentation sera suivie d’une table ronde sur les recherches concernant les mondes normands médiévaux aujourd’hui.

Une table de presse sera organisée à l’occasion de cette manifestation.

Cette manifestation est organisée avec le soutien du Centre Michel de Boüard-CRAHAM et de l’Institut universitaire de France, et la participation des Presses universitaires de Caen

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)