Archives de catégorie : Normandie / Normandy

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier : les coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen (xiiie-xvie siècles), dir. L. Jean-Marie, Université de Caen Normandie, CRAHAM

Résumé du projet

Ce sujet de recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des pratiques de l’écrit à l’époque médiévale ; domaine qui connaît une profonde réévaluation depuis trente ans. Cependant, si la plupart des types de sources relatives aux pouvoirs urbains font l’objet d’attention, ce n’est pas le cas des coutumiers, qui pourtant témoignent des règles régissant la vie d’un espace et de populations sur de longues périodes. Dépourvus de signes d’authentification, les coutumiers sont généralement copiés en plusieurs exemplaires, traduits en langue vernaculaire, amendés dans le temps ; tant leur date d’élaboration, que leurs producteurs et utilisateurs restent le plus souvent inconnus. Ces aspects caractérisent le coutumier de la vicomté de l’eau de Rouen, faisant de ce texte un objet d’étude propice à enrichir la recherche dans ce domaine.

Au travers d’un corpus de près de quinze manuscrits, cette thèse se propose donc de reconstituer l’histoire de ce texte. Les conceptions qui président à l’élaboration d’un tel document constitueront un axe majeur de cette recherche, ainsi que la manière dont le document évolue au fil du temps que ce soit dans la forme (évolution de la structure du texte, introduction d’aides à la lecture par exemple) ou sur le fond (ajouts ou retrait d’informations). Il s’agira en effet de comprendre les rapports qu’entretiennent les contemporains avec ce type d’écrits, la manière dont ils en conçoivent l’élaboration, la valeur, ainsi que l’utilisation et la conservation.

Dans ce cadre, les modalités de construction du texte lui-même feront l’objet d’une attention particulière, afin de déterminer s’il résulte de la compilation de documents préexistants et/ou de règles orales, ou encore si certaines coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen proviennent ou non de l’influence de coutumes appliquées ailleurs. En outre, les différents manuscrits qui nous sont parvenus présentant des différences notables, leur comparaison permettra d’éclairer les habitudes de copie des scripteurs, de même que l’évolution de l’organisation et de l’utilisation du texte.

Une étude approfondie des contextes d’élaboration des manuscrits permettra de plus de déterminer les motifs qui président aux mises par écrit successives ainsi que la valeur accordée à ce type de documents par les contemporains. En effet, le coutumier constitue un outil de référence, qui pourtant reste dénué de valeur juridique, puisque son authenticité n’est attestée par la marque d’aucune autorité ; interrogeant sur la valeur qu’accordent les contemporains aux écrits de cette nature. Cet aspect alimentera d’ailleurs une réflexion plus large concernant l’autorité de l’écrit, ainsi que les procédures de validation ayant cours dans les pays de droit coutumier.

 

                                                                       Laure Cèbe, CRAHAM UMR 6273

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Louis Chevalier, Agere et statuere

Louis Chevalier, Agere et statuere : étude historique et édition critique et numérique des deux ordinaires liturgiques du Mont Saint-Michel (XIVe-XVe siècles) , thèse soutenue le 17 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau et Catherine Jacquemard dir.).

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s., thèse soutenue le 19 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

 

Résumé : L’Avranchin occupe au sein du duché de Normandie une position frontalière, partageant ses confins occidentaux avec la Bretagne, le Maine et la seigneurie de Bellême. Territoire envisagé à la fois comme interface, périphérie et interstice, c’est également un espace vécu, résultat d’une dynamique propre, animée par les sociétés qui l’habitent. À travers son rapport au pouvoir et ses ambitions locales, le groupe aristocratique, dont la formation résulte d’un processus complexe et ancien, constitue une composante essentielle de l’identité frontalière.Loin d’être une région désertique, l’Avranchin présente au IXe siècle une organisation politique et sociale dans laquelle les familles aristocratiques s’intègrent. Cette société, dont on ignore le caractère endogène ou exogène, apparaît comme le produit manifeste du regnum neustrien. Elle se révèle notamment par le prisme des anciennes circonscriptions administratives, l’action royale ou encore le rôle des évêques et des ermites. Affectées par les profondes transformations du royaume carolingien, les familles aristocratiques sont touchées par l’influence des puissants groupes familiaux des Rorgonides puis des Robertiens, dont la stratégie de domination de l’espace se fait ressentir jusque dans l’Avranchin. La poussée bretonne du milieu du IXe siècle et la domination politique des comtes de Rennes accentuent le caractère composite et multiscalaire de cette société.Lorsque les ducs de Normandie, puis les comtes de Mortain, étendent leur autorité sur l’Avranchin au cours du XIe siècle, le groupe aristocratique présente une certaine forme de continuité. La mise en place d’un espace institutionnel résulte d’une construction habile, parfois fruit d’une politique d’accommodation et de compromis, et s’appuie sur des familles extérieures au territoire ou anciennement implantées dans l’Avranchin. Celles-ci façonnent leur pouvoir autour de nouvelles logiques et de nouvelles fidélités, induites par le contrôle ducal ou comtal, la détention d’offices administratifs ou la garde de forteresses. Elles ordonnent également leurs territoires suivant leurs propres dynamiques, parfois autour d’une fondation prieurale ou d’une fortification. Réseaux de relations élargis et de vassalité, cercles familiaux ou de voisinage montrent que les horizons de cette aristocratie ne s’arrêtent pas aux limites de ses possessions, ni à celles à l’Avranchin.Bien que n’ayant jamais engendré de vastes honneurs ou de grandes entités seigneuriales, les familles aristocratiques jouent un rôle essentiel le long des frontières. Parfois en appui de l’autorité ducale, mais bien souvent suivant leurs propres intérêts et au-delà de la maîtrise politique de la frontière, elles influent grandement sur les fluctuations du pouvoir dans les espaces périphériques de l’Avranchin où leurs interventions prennent diverses formes. La fondation de l’abbaye de Savigny en 1112-1113 éclaire cette société complexe, fortement marquée par les réseaux d’influence et d’alliance, où espace vécu et géographie des pouvoirs des familles aristocratiques façonnent l’espace frontalier.

Le texte de la thèse est déposé sur HAL.

Fabien paquet, Des crosses et des couronnes

Fabien Paquet, Des crosses et des couronnes : pοuvοirs abbatiaux et pοuvοirs rοyaux dans le diοcèse de Rouen (fin du ΧΙΙe – milieu du ΧVe siècle), thèse soutenue le 8 décembre 2018 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

Compte rendu de D. Régo dans les Echos du CRAHAM

L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204)

(ill. Livre noir de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, BM, Y 41 (1406), fol. 12v)

Résumé de la thèse de Vangone (Laura), L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204). Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique. Thèse de doctorat d’histoire médiévale soutenue à l’Université de Caen Normandie le 5 décembre 2019 en cotutelle avec l’Université de Naples Suor Orsola Benincasa, dir. Pierre Bauduin et Edoardo D’Angelo.

 

La production hagiographique écrite pendant la période ducale en Normandie (911-1204) n’a jamais fait l’objet d’une étude complète et ponctuelle. Des études qui traitent de tel ou tel aspect de ce domaine (d’un texte, d’un auteur, de la production d’un monastère ou d’un diocèse) existent mais, avant la réalisation de cette thèse, on n’avait pas de données statistiques précises sur les caractéristiques, même simplement quantitatives, de cette production : sa division par siècles, les rapports entre les textes d’écrivains connus et les textes rédigés par des auteurs anonymes, la distribution entre le nombre des saints antiques ou médiévaux, les typologies hagiographiques (vitae, passiones, miracula, translationes), les « typologies de sainteté » (évêque, abbé, laïc, femme, etc.). Cette situation, préjudiciable à la critique des textes, est due tout d’abord à la difficulté du traitement des textes hagiographiques sur le plan de l’histoire de la littérature : trop d’auteurs restent anonymes, beaucoup de textes ne sont pas datés et leur lieu de production demeure incertain. Ainsi, si l’hagiographie est une source essentielle de l’histoire normande, les conditions de sa production et de sa diffusion n’ont pas été étudiées de manière globale, ni donné lieu à la constitution d’outils de recherche.

Cette thèse a essayé de combler cette lacune, à la fois en créant un Repertorium (avec une base de données « chrono-géo-hagiographique », permettant une cartographie de la production normande médiévale) des textes hagiographiques rédigés pendant la période 911-1204, et en ouvrant la réflexion critique et historique sur ce corpus. Il s’est agi ainsi de rechercher et de comprendre les foyers de production hagiographiques ; de montrer les relations entre les textes, les auteurs, les bibliothèques, les établissements où ces documents ont été produits ; de comprendre le travail des auteurs (recherche et usage des sources, choix littéraires) ; d’expliquer les motifs (religieux, pastoraux, liturgiques, mais aussi politiques et économiques) qui sont à la base de l’écriture hagiographique médiévale.

À cette fin, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  1. Nous avons en premier lieu présenté l’histoire de la province ecclésiastique de Rouen et sa transformation sous les Normands. Dans un deuxième temps nous avons considéré les structures culturelles du duché de Normandie et leur évolution. Leur compréhension, aidée par le classement des centres culturels sur la base de leur orientation religieuse (monastique, séculière) était nécessaire dans le but d’analyser ces centres où la littérature hagiographique a été rédigée : scriptoria, bibliothèques, écoles. Cet aspect a représenté le fondement de la recherche.
  2. Le Repertorium textuum hagiographicorum in ducatu Normannorum conscriptorum (ReTeHNor) représente le coeur de la thèse. Il s’est basé sur un outil très connu comme la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) ainsi que sur son complément, la Bibliotheca Hagiographica Latina manuscripta (BHLms). La structure du Répertoire a favorisé sa transposition sous forme électronique. La base de données qui a été créée est conçue pour être enrichie même après la fin de la thèse et grâce à la contribution d’autres chercheurs. L’outil s’appuie, sur le plan technique, sur une structure numérique en EAD (Encoded Archival Description), qui est largement utilisée pour la description de fonds d’archives ou de bibliothèques. Bien entendu, l’établissement et la structure du Répertoire a eu besoin d’une explication de la méthode et de ses objectifs. Nous avons ainsi défini les bornes géographiques et chronologiques de la recherche et établi la structure des fiches qui constituent le Repertorium. Chaque fiche est organisée comme une espèce de « notice d’autorité », structurée de manière synthétique, riche de données objectives de nature historico-littéraire et philologique, et faite de façon à ce qu’elle puisse être aisément partagée avec d’autres outils numériques. Toutes les fiches ont reçu un identifiant BHN (acronyme parlant de Bibliotheca Hagiographica Normanniae) et comprennent les champs suivants : la référence au numéro du texte dans la BHL ; le nom du saint en latin et la datation traditionnelle de sa vie ; le modèle de sainteté du personnage hagiographique tel qu’il est exprimé par le texte de référence ; la typologie de la pièce hagiographique narrative (Vita, Passio, Miracula, Translatio, etc.) ; l’incipit et l’explicit ; l’aspect formel du texte (prose, vers, prosimètre) ; l’auteur ; le commanditaire ; la datation ; le lieu de rédaction ; la liste des éditions imprimées du texte ; la liste de tous les témoins manuscrits connus du texte ; le résumé critique. En outre, utiliser le modèle de la BHL devrait signifier en théorie que chaque item de la BHN correspond à un item de la BHL. En réalité, puisque la BHL – outil élaboré à la fin du XIXe siècle – déroge dans de nombreux cas au principe « un texte / un identifiant alphanumérique », cette correspondance ne se réalise pas toujours : en entrant davantage dans le détail des dossiers, la BHN propose une lecture philologiquement rigoureuse et mise à jour de ces mêmes dossiers, en parvenant, dans plusieurs cas, à fusionner plusieurs items donnés comme distincts par la BHL, ou, inversement, à reconnaître comme unités textuelles distinctes ce que la BHL a répertorié comme un texte unique (c’est le cas du recensement de rédactions différentes de la même légende dans une liste de manuscrits).
  3. À partir des fiches, nous avons ensuite dû évaluer les données qu’on pouvait en tirer, nous en avons interprété les éléments, nous les avons expliqués, posés dans leur contexte, croisés. Autrement dit, une présentation raisonnée et discursive (mais accompagné de tableaux, graphiques et cartes) des données du ReTeHNor a été réalisée. Rappelons tout ce que nous ne savions pas avant la construction du Repertorium : le nombre exact de textes écrits dans le duché pendant la période donné ; les saints traités ; les textes datables ; la tradition manuscrite ; la qualité des éditions imprimées (plusieurs textes demeurent encore aujourd’hui totalement inédits, ou ont été édités très anciennement [notamment au XVIIe siècle pour une partie du corpus des Acta Sanctorum]) ; les textes anonymes et les textes d’auteur; la typologie précise des « modèles de sainteté » ; les typologies hagiographiques employées ; la distribution quantitative de la production hagiographique entre les différents foyers culturels (où écrit-on, combien et quoi?). L’analyse des données nous a ainsi permis de connaître la situation précise de l’hagiographie normande, les pourcentages et les rapports entre les œuvres d’auteur et les œuvres anonymes ; de connaître en détail le statut éditorial des textes; la situation exacte et les pourcentages des typologies de récits hagiographiques (Vies, Passiones, translations, miracles, etc.); la situation des « modèles hagiographiques » (moines, prêtres, évêques, abbés, rois, laïcs, femmes, autres); la distribution « géographique » (par foyer culturel) des textes; le rapport sur le plan quantitatif entre les textes « primaires » et leurs réécritures.
  4. Ces données ont évidemment aussi été analysées à un niveau historique. Nous avons donc pris soin de dévoiler les différentes raisons qui peuvent être à la base de l’écriture hagiographique, en entrant dans les questions de la politique à la fois laïque et ecclésiastique de le Normandie ducale. Le phénomène de la réécriture hagiographique s’est révélé très important en ce sens. Il a été approché sous deux différents plans d’investigation : nous avons qualifié le premier plan de « vertical » car il suit la trace « du saint » à travers les différents textes traitant de ce dernier (dossiers hagiographiques), et donc des différents auteurs et de leurs buts et motivations. Nous nous sommes ici intéressés à l’écriture sur les saints comme un témoignage du développement socio-politique de la sainteté (en d’autres termes, il s’est agi de réaliser une analyse des contenus de la [ré]écriture). Nous avons nommé le deuxième plan de « horizontal » car il suit la trace « des textes » afin de connaître les échanges entre les hagiographes (et donc entre les intellectuels et les foyers de culture), les techniques d’écriture hagiographique, les structures, les topoï, les citations, les sources (en d’autres termes, il s’est agi de mettre l’accent sur les formes de la [ré]écriture). Cette évaluation historique nous a donc sans doute permis d’apprécier les structures culturelles du duché sous un autre angle, comme mentionné dans la partie initiale de cette présentation.

 

Résultats

En conclusion, pour les sept diocèses du duché normand qui ont été pris en examen sur les trois siècles, nous avons mis ensemble un répertoire comprenant 132 unités textuelles et constituant l’objet principal du travail. Cependant, un second répertoire, appelé « Appendice » et composé de 123 fiches, contient les textes qui ont été exclus du premier corpus pour diverses raisons (datation, lieu de rédaction, caractéristiques typologiques) mais qui sert néanmoins à enrichir le cadre de cette recherche.  Cette thèse, première étude d’ensemble de la production hagiographique réalisée dans le duché de Normandie, nous a permis de suggérer des attitudes particulières de chaque foyer par rapport à la production hagiographique : des centres, comme l’abbaye de Saint-Ouen, ont construit un véritable programme hagiographique écrit visant aussi à récupérer les traditions pré-normandes, tandis que d’autres abbayes ne cherchent pas à obtenir leurs anciennes reliques ni à honorer leurs figures fondatrices (Fécamp) ; d’autres encore considèrent comme une tâche importante de s’emparer de reliques mais non de produire des écrits hagiographiques (Jumièges). Nous avons ainsi pu déterminer les principaux foyers hagiographiques normands et en établir une géographie pour la première fois : on peut donc voir le déséquilibre entre la partie orientale du duché avec les centres de la vallée de la Seine et la partie orientale du duché, bien avant la création du duché, ce que nous avons montré en reprenant les traits de la production hagiographique carolingienne de cette partie de la Neustrie. Nous avons pu également identifier des auteurs et des commanditaires, dont beaucoup étaient jusque-là inconnus, discuter des attributions pseudépigraphiques et/ou problématiques (notamment dans le cas de Fulbert) et reprendre à nouveaux frais certains dossiers : quelques-uns de ces dossiers n’avaient jamais été étudiés (Maxime et Vénérand), ou bien l’avaient été sans que le dossier dans son ensemble n’ait fait l’objet d’une présentation claire (Évroul) ou encore l’avaient été – même récemment – mais il nous semblait indispensable, dans ces cas, de proposer de nouvelles hypothèses (Romain). Nous avons vu également que sur les 68 saints qui sont réunis dans notre thèse, et qui ont donc été honorés d’un texte hagiographique, seuls certains d’entre eux ont fait l’objet de plusieurs réécritures : tout d’abord Ouen et Romain, dont les textes qui les concernent illustrent la vivacité de l’opposition entre l’abbaye et la cathédrale de la ville de Rouen ; Anselme d’Aoste, ensuite, dont la figure a suscité un véritable recueil d’anecdotes et de contes qui ont été ensuite mis par écrit ; Évroul et Taurin enfin. Il est clair que les saints qui ont un dossier plus épais sont aussi ceux dont les textes ont été utilisés le plus dans d’autres Vies. Le modèle de sainteté de l’évêque, à côté de celui du moine, est le plus utilisé et le plus réécrit. Nous avons également réalisé une étude inédite de l’hagiographie en vers, qui représente un peu moins de 10 % de la production hagiographique normande conservée. 4 textes inédits ont été transcrits pour la première fois afin de donner au lecteur la possibilité de suivre les chemins de l’intertextualité que nous avons pu repérer au cours de notre apprivoisement de la matière hagiographique de Normandie ducale.

La démarche adoptée nous a donc permis de construire un Répertoire qui, ayant pris inspiration d’autres travaux de cette nature (notamment les Sources Hagiographiques de la Gaule et le recueil Hagiographies) pourrait servir de base à la réalisation de répertoires similaires pour tenter d’ajouter une pièce à la reconstruction de l’histoire littéraire de l’hagiographie, si longtemps pratiquée dans tous les centres de la chrétienté latine.

                                                                                    Laura VANGONE                                                                                                                         (CRAHAM- UMR 6273)

 

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, a été publié dans le Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 55-61 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), et il doit être publié également dans la Revue Mabillon, vol. 30.

 

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 2/3 : Le manuscrit du Vatican

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie                                                                                            CRAHAM (UMR 6273)

Ce texte fait suite à un premier article ; certains éléments donnés dans celui-ci ne sont pas explicités ici.

 

Le manuscrit Reg. Lat. 499 de la bibliothèque apostolique du Vatican est le seul témoin médiéval de la « chronique du Bec ». Son état actuel ne saurait néanmoins être représentatif de son état médiéval. La reliure a été refaite à une date inconnue, probablement avant l’acquisition du manuscrit par Paul Pétau ou au moment de celle-ci, puisque la mention d’appartenance à cette collection ne figure qu’au folio 1. Une étude du manuscrit n’en demeure pas moins possible, d’autant plus qu’elle n’a jamais été menée. Adolphe-André Porée édite la copie (non exhaustive) de ce manuscrit par André du Chesne et n’a pas consulté le manuscrit du Vatican, rendant de fait cohérent un ensemble qui ne l’était peut-être pas tant (Porée 1883) ; Léopold Delisle l’a brièvement décrit dans un article, mais il n’en donne que le contenu ou presque (Delisle 1876). Le but de ce billet est de proposer quelques pistes de recherche associant le contenu du manuscrit et des observations codicologiques, afin de montrer la pertinence d’une nouvelle lecture de ce manuscrit – pistes qui seront développées dans un article à paraître (Paquet, à paraître) et dans le cadre d’un projet de republication et de traduction de la « chronique du Bec ».

Ces réflexions semblent d’autant plus nécessaires que la « chronique du Bec » demeure un texte aux contours assez évanescents, dont par exemple on ne connaît pas le début. Elle commence en effet ainsi : « Huic sancto viro successit dominus Rogerius, prior… », évoquant la succession de l’abbé Létard, mort en 1149 (Gazeau 2007, vol. 2, p. 19-21). Une lecture attentive du texte montre aussi que plusieurs phases d’écriture peuvent être identifiées (Paquet 2018, vol. 1, p. 295-299 ; Paquet, à paraître). Un des enjeux de l’étude du manuscrit Reg. Lat. 499 est de savoir si son organisation est différente de celle du ou des manuscrit(s) médiévaux, et donc de comprendre dans quel ensemble la chronique du Bec s’insérait au Moyen Age.

Mise à part une version abrégée des chroniques de Jean Castel († 1476) qui couvre les six premiers folios, le manuscrit Reg. Lat 499 ne comprend que des documents relatifs au Bec : les noms des moines du Bec du xie siècle à 1468 (fol. 8-16), les noms des membres de la societas du Bec (fol. 24-29v), la vie d’Herluin (fol. 33-48) suivie de trois épitaphes de ce dernier fol. 48-v), la vie de Lanfranc (fol. 48v-71) suivie de vers composés par celui-ci (fol. 71-v), une lettre de Guillaume, abbé de Cormeilles à Guillaume, abbé du Bec (fol. 71v-73), la vie de saint Anselme (fol. 73-122) suivie d’un poème sur ses miracles (fol. 122v-124v) et de deux épitaphes de celui-ci (fol. 124v-133v), la vie de l’abbé Guillaume (fol. 125v-133v) et trois épitaphes le concernant (fol. 133v-134), la vie de l’abbé Boson (fol. 134v-140) et quatre épitaphes de celui-ci (fol. 140v-141), une version abrégée de la vie de l’abbé Thibaut (fol. 141-142) puis de celle de l’abbé Létard (fol. 142-143), le récit d’une vision d’un moine du Bec (fol. 143-v), des écrits de Pierre de Dives (fol. 143v-151v), le récit d’un miracle en faveur de Guillaume Crespin (fol. 152-157) suivi d’une épitaphe de ce dernier (fol. 157-v), l’histoire de trois dames qui se retirèrent au Bec du temps d’Anselme (fol. 157v-158), un poème de Pierre d’Eu (fol. 158-159v), le récit du miracle de la guérison de Turold d’Envermeu (fol. 161-162v) et, enfin, la « chronique du Bec » (fol. 166-187v).

À cette cohérence sur le fond répond, à première vue, une cohérence dans la forme. L’ensemble du manuscrit (en parchemin, à l’exception de 5 folios vierges initiaux en papier) est très homogène. L’écriture est de la fin du xve siècle et, semble-t-il, due à une main principale ; le texte est presque toujours organisé en une seule colonne (exception faite, notamment des listes du début), et le décor est dans l’ensemble modeste et limité à quelques initiales, dont certaines sont décorées à la feuille d’or, exclusivement dans la première partie du manuscrit (un N fol. 8, un Q fol. 33, un Q fol. 49, un Q fol. 73v). Leur style rappelle beaucoup celui d’initiales présentes dans une table de cartulaire de la fin du xve siècle toujours conservée à l’abbaye (non cotée). D’autres majuscules sont régulièrement modestement décorées au fil du texte, en rouge, bleu ou jaune.

Dans le détail, cependant, d’autres éléments montrent que ce manuscrit est composite. Deux foliotations, d’abord, existent ; la plus récente couvre l’ensemble du manuscrit, tandis qu’une autre, plus ancienne, commence au folio 32 (qui est numéroté 1). Ce folio est le premier d’un cahier (le cinquième quaternion du manuscrit) et ouvre sur un prologue aux vies des premiers abbés du Bec, attribué à Miles Crespin (il a été publié par plusieurs auteurs, par exemple par J. A. Giles dans les œuvres de Lanfranc : Giles 1844, vol. 1, p. 260-261). Ce prologue prend place, par ailleurs, après sept folios et demi vierges (fol. 16v-23v), mais réglés, qui suivent les noms des membres de la societas du Bec. Un dernier élément va dans le même sens : au début du septième quaternion (fol. 47-54) figure une numérotation de cahier, un C. Les folios ayant été coupés lors de la nouvelle reliure, les numéros des cahiers précédents ont certainement disparu pendant cette opération. Il n’en demeure pas moins que si l’on numérote A et B les cinquième et sixième quaternions (fol. 32-39 et 40-47), le folio 32 devient bien à nouveau un folio 1, montrant bien que les vies des premiers abbés du Bec formaient un ensemble à part avant d’être rassemblés avec d’autres documents dans le ms. Reg. Lat. 499.

Au total, l’analyse codicologique montre que plusieurs ensembles doivent être distingués. On peut en identifier quatre principaux :

  • La chronique de Jean Castel ; d’une main différente du reste du manuscrit, elle est concentrée dans le premier quaternion et devait appartenir à un autre manuscrit à l’origine.
  • Les deux listes des fol. 8-29v, qui occupent trois quaternions (fol. 8-15, 16-23 et 24-31).
  • Les vies des premiers abbés du Bec et les textes qui leurs sont liés (épitaphes, miracles…), qui courent sur dix-sept quaternions, dont certains sont numérotés, et qui correspondent aux actuels fol. 32-165, les folios 163-165v étant vierges. Dans cette partie, les éléments se suivent de façon continue, les textes s’enchaînant régulièrement au sein du même cahier, voire du même folio.
  • La « chronique du Bec », qui occupe deux quaternions et un ternion (fol. 166-173, 174-181 et 182-187), suivie d’un dernier ternion vierge.

La place de la chronique dans l’ensemble n’est pas aisée à établir et les indices sont parfois contradictoires. La numérotation la plus ancienne continue après les vies des abbés et intègre la chronique du Bec, prouvant que ces deux éléments ont été assemblés avant d’être reliés dans le manuscrit devenu Reg. Lat. 499. Cependant, celle-ci ne semble pas contemporaine de l’écriture du manuscrit. Surtout, la présence de quatre folios vierges et le fait que le texte actuel commence au début d’un nouveau cahier, alors que dans le reste du manuscrit les textes s’enchaînent sans rupture, tendent à faire penser que ces deux ensembles ont été conçus séparément. Le plus étonnant réside dans leur enchaînement. Au fol. 162v, a été copiée une partie du premier paragraphe de la chronique, au sujet de l’élection de l’abbé Roger en 1149 (cf. Porée 1883 p. 13), paragraphe repris de la chronique de Robert de Torigni (Bisson 2020, vol. 1, p. 152) ; dans le manuscrit du Vatican, il est interrompu en plein milieu d’une phrase (après les mots « ab eodem coram conventu »). Et c’est bien ce même paragraphe qui ouvre le fol. 166, cette fois avec une initiale décorée. Il faut dire que les premiers mots du texte (« huic sancto viro successit… ») donnent l’impression d’une continuité avec ce qui précède. Le copiste se sera peut-être laissé tromper par le texte qu’il copiait. Il est bien difficile de tirer des déductions certaines de ces éléments. Il semble cependant probable que cette version de la fin du xve siècle est le fruit de la copie d’un manuscrit où la « chronique du Bec » commençait déjà ainsi, c’est-à-dire en particulier sans prologue, contrairement aux autres textes du manuscrit.

Ces premiers éléments tendent à montrer, in fine, que le texte nommé « chronique du Bec » par Porée n’était certainement pas pensé comme un ensemble cohérent dans sa version médiévale et que le texte dont nous disposons compile, de fait, plusieurs écrits antérieurs, avec pour seule organisation la chronologie. Cette copie a-t-elle été faite dans le cadre de l’esprit de « reconstruction » qui s’empare de l’abbaye aux lendemains de la guerre de Cent Ans, afin de disposer d’une « histoire » complète du Bec, réalisée tant bien que mal avec les documents à la disposition des moines de la seconde moitié du xve siècle ? C’est du moins l’hypothèse de travail que l’on peut formuler, et qu’une étude du texte de la chronique, destinée en particulier à identifier des phases d’écriture, devra examiner.

 

Bibliographie

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883.

Delisle Léopold, « Notice sur vingt manuscrits du Vatican », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 37, 1876, p. 471-527 (p. 519-527 pour le ms. Reg. Lat. 499).

Gazeau Véronique, Normannia Monastica. Vol. 1 : Princes normands et abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle ; Vol. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

Giles John Allen, Beati Lanfranci Archiepiscopi Cantuariensis opera quae supersunt omnia, Oxford, Parker, 1844, 2 vol.

Paquet Fabien, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du xiie-milieu du xve siècle), thèse de doctorat, université de Caen Normandie, 2018, 2 vol.

Paquet Fabien, « New research areas about the “chronique du Bec” », in History and archaeology of the abbey of Bec in the Middle Ages. Interdisciplinary research, Combalbert Grégory et Gazeau Véronique (dir.), Leiden, Brill, à paraître.

The chronography of Robert of Torigni, Bisson Thomas (éd. et trad. ang.), Oxford, Clarendon Press, 2020, 2 vol.

Stage d’initiation au tabellionage normand

Le premier Stage d’initiation au tabellionage normand médiéval et moderne aura lieu du  

lundi 16 au vendredi 20 novembre 2020

aux Archives départementales de Seine-Maritime

(42 Rue Henri II Plantagenêt, 76100 Rouen)

Les registres des tabellions (notaires de la France du Nord) restent peu utilisés malgré la publication des colloques dirigés par Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin (2011) et Jean-Louis Roch (2014), et les recherches récentes en histoire et en droit. Historiens et juristes médiévistes et modernistes, déjà initiés au tabellionage, regrettent que certaines difficultés structurelles et formelles des actes rédigés en français privent les chercheurs de cette source. Ce premier Stage d’initiation au tabellionage normand a pour but de fournir aux stagiaires les clés d’entrée en tabellionage et leur indiquer par des cas concrets la richesse des registres. 

Le stage aura lieu sur le site des Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) en raison de l’importance du tabellionage de Rouen (1360-1687), mais l’initiation portera sur l’ensemble du tabellionage normand (Seine-Maritime, Calvados, Manche, Orne et Eure).

Il est fléché en direction des historiens et juristes (master, doctorat, chercheurs) travaillant sur les métiers, les familles, l’occupation des espaces urbains et ruraux, le bâti, les croyances, les relations entre Normands et Anglais sous la monarchie lancastrienne…

Différents thèmes seront abordés sous la forme de cours et d’ateliers : historique du tabellionage, présentation des registres, codicologie, le tabellion au travail, la « chaîne d’écritures » des tabellions, études de cas concrets, exercices en petits groupes, présentation des cinq fonds normands, comparaison avec les notaires de Paris, édition d’un acte de tabellionage…  

Le stage sera l’occasion pour les étudiants de découvrir le site des ADSM et sa riche documentation (bibliothèque, catalogues) accessible aux chercheurs.

Pour des raisons matérielles et en fonction du contexte sanitaire, nous sommes contraints de limiter à 20 le nombre des participants au Stage d’initiation au tabellionage. Les inscriptions se feront en fonction des sujets et de l’ordre d’arrivée des candidatures. Nous ouvrirons une liste d’attente au cas où nous recevrions l’autorisation de dépasser ce nombre.

Afin d’alléger les tâches d’organisation, nous vous serions reconnaissants de demander à vos étudiants en Master 1 ou 2 ou en thèse de se préinscrire (cf Formulaire d’inscription à demander à Madame L. Scordia) après avoir choisi leur sujet de mémoire et en tout cas, avant le 30 septembre. Ils recevront une réponse sitôt le dossier traité. Ils recevront avant le stage le programme définitif et les indications pratiques.

Les inscriptions sont à envoyer à : lydwine.scordia@univ-rouen.fr

Grâce aux ADSM et au GRHis (Groupe de recherche d’histoire, université de Rouen Normandie), les déjeuners des cinq journées du Stage d’initiation seront pris en charge, ainsi que la distribution d’un manuel sur Le Tabellionage normand. Cependant une participation forfaitaire de 20 € aux frais d’organisation sera demandée et à envoyer lors de la confirmation d’inscription.

Une attestation de présence sera délivrée en fin de stage et un exercice à faire tiendra lieu de rapport de stage (dans le cadre du Master : 40h/120h).

Vous pouvez également trouver des références utiles dans le dossier de la revue Tabularia consacré à la Richesse du tabellionage normand au Moyen Âge

(image : Tabellionage de la sénéchaussée d’Argences, Sainte-Paix, Saint-Gabriel, Caen, Archives du Calvados, 7E/5/1)

Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Résumé de la thèse Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp :

étude et édition critique, 928/929 – 1190 ; postérité du fonds

 

(Image de fond de titre : Acte de Richard II pour Fécamp, 30 mai 1006, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 NUM 316 (1), recto. Collection Musée du Palais Bénédictine, Fécamp, Inv. 1/1 (Engel 2). Scripta n° 264).

 

Thèse de doctorat soutenue par Michaël Bloche le 10 décembre 2019, Université de Caen Normandie, devant un jury composé de Véronique Gazeau (dir.), Pierre Bauduin (co-dir.), Nicholas Vincent (rapporteur), Benoît-Michel Tock (rapporteur), Laurent Morelle, Olivier Guyotjeannin et Elisabeth Lalou (présidente), 3 vol. (i – 478 p. – ; ii – 700 p. – ; iii – 348 p.).

 

Introduction

Richard Ier, duc de Normandie, fonda à Fécamp, en 990, une collégiale, vite transformée en abbaye bénédictine en 1001 par son fils Richard II. Fécamp était alors l’une des capitales du duché, et l’abbaye, dans l’enceinte du palais, fut longtemps une nécropole ducale. Richement doté, le monastère devint une des abbayes bénédictines les plus importantes du duché et même au-delà. Pionnier dans le domaine de l’écrit, son scriptorium produisit les plus anciennes annales, le plus ancien nécrologe, le plus ancien livre du chapitre et l’un des plus anciens cartulaires connus en Normandie. C’est pourquoi il a dès le xviie siècle attiré l’attention d’immenses historiens et érudits tels que Jean Mabillon et Étienne Baluze, ou plus récemment Charles H. Haskins, Jean-François Lemarignier ou Lucien Musset. Continuer la lecture de Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Parution de G. Combalbert (ed), Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223)

Vient de paraître :  Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223), Grégory Combalbert (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen (e-Cartae – Actépi), 2019.

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques, tous étant également destinés à faire l’objet d’une publication papier.

Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) comprennent 266 unités documentaires : actes, fragments et mentions d’actes aujourd’hui disparus. Le site web propose plusieurs modes d’entrée dans le corpus : par la constitution de sous-corpus, par caractère interne, par les index, par une carte, par une requête dans le moteur de recherche. Il permet également la circulation dynamique entre les différents éléments constitutifs de l’édition.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication multimodale et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par Grégory Combalbert et le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique.

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

Découverte à la cathédrale de Winchester

Une équipe d’archéologues et d’anthropologues de l’Université de Bristol a progressivement dévoilé leurs découvertes concernant plusieurs sépultures de la cathédrale de Winchester. De nouveaux indices révèlent que certains des ossements pourraient appartenir à la reine Emma de Normandie, épouse d’Æthelred II puis de Cnut le Grand, morte en 1052, ainsi qu’à d’autres membres de la famille royale anglo-saxonne.

Lire la suite sur Medievalists.net : http://www.medievalists.net/2019/05/new-research-on-bones-at-winchester-cathedral-points-to-anglo-saxon-queen/

David BATES, Qui était Guillaume ?

David BATES (University of East Anglia),

Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps

Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant publié chez Flammarion (éd. anglaise: William the Conqueror, New Haven – Londres, Yale University Press, 2016)

Vendredi 1er mars 2019
18 h
Auditorium du Château de Caen

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Organisation : Musée de Normandie et Centre Michel de Boüard-CRAHAM

Pour en savoir plus:

http://musee-de-normandie.caen.fr/evenement/qui-%C3%A9tait-guillaume#.XFnKLFxKiUk

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles. De la guerre à la paix

Vendredi 1er mars 2019
Université de Caen Normandie
Campus 1
MRSH, SH 028 | Auditorium du Château de Caen

Le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle, ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Cette journée propose, par le biais d’une approche comparatiste classique, d’examiner les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. Au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, il s’agit d’explorer différents types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) sans se priver d’outils épistémologiques issus de réflexions contemporaines sur la logique étatique permettant de comprendre, entre autres, la mise en œuvre du gouvernement des populations conquises ainsi que les logiques juridiques (ex. légitimation de la conquête), socio- politiques (y compris d’intégration et d’identité), religieuses et culturelles qui sont à l’œuvre dans les processus de construction étatique post-conquête.

Illustration : Revers et avers du sceau de Guillaume le Conquérant. Léchaudé d’Anisy, Recueil de sceaux normands et anglo-normands, Caen 1834. Lithographie de Théodore Chalopin.

9h30-12h15

Pierre BAUDUIN (Unicaen, Craham), Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique), Présentation de la journée

Judith GREEN, (University of Edinburgh), Power and statebuilding in the Anglo-Norman world : an Overview

Annliese NEF (Université Paris 1, Orient & Méditerranée), Conquête et naissance d’un monde social nouveau : vertus et limites du comparatisme

Guilhem DORANDEU (Université Paris 1, Lamop), De la conquête à la royauté : la construction du discours sigillaire et diplomatique des souverains de Sicile

Discussion

14h-17h

Riccardo BERARDI (Istituto storico germanico di Roma) La féodalité et la seigneurie dans le comté normand de Calabre : une institution politique pour bâtir la paix ?

Élodie PAPIN (Université d’Angers, Temos), La construction d’une domination politique, culturelle et sociale dans les actes de seigneurs de la marche galloise au XIIe siècle

Sergio FERDINANDI (ISMEO – Associazione internazionale di Studi sul Mediterraneo e l’Oriente), La principauté normande d’Antioche (1098-1130). Frontières et organisation militaire

Discussion, pause

Table ronde conclusive

18h

CONFÉRENCE PUBLIQUE, AUDITORIUM DU CHÂTEAU DE CAEN

David BATES (University of East Anglia), Qui était Guillaume ? Une biographie de Guillaume le Conquérant pour notre temps
Conférence publique donnée à l’occasion de la parution de la traduction française de l’ouvrage de David Bates sur Guillaume le Conquérant.

Responsables : Pierre Bauduin (Centre Michel de Boüard-Craham), Annick Peters-Custot (Université de Nantes, Crhia). Renseignements : +33 (0)2 31 56 57 25 / 59 17 craham.colloques@unicaen.fr

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet Normonde (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie.