Archives de catégorie : Projets en cours / Current projects

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 2/3 : Le manuscrit du Vatican

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie                                                                                            CRAHAM (UMR 6273)

Ce texte fait suite à un premier article ; certains éléments donnés dans celui-ci ne sont pas explicités ici.

 

Le manuscrit Reg. Lat. 499 de la bibliothèque apostolique du Vatican est le seul témoin médiéval de la « chronique du Bec ». Son état actuel ne saurait néanmoins être représentatif de son état médiéval. La reliure a été refaite à une date inconnue, probablement avant l’acquisition du manuscrit par Paul Pétau ou au moment de celle-ci, puisque la mention d’appartenance à cette collection ne figure qu’au folio 1. Une étude du manuscrit n’en demeure pas moins possible, d’autant plus qu’elle n’a jamais été menée. Adolphe-André Porée édite la copie (non exhaustive) de ce manuscrit par André du Chesne et n’a pas consulté le manuscrit du Vatican, rendant de fait cohérent un ensemble qui ne l’était peut-être pas tant (Porée 1883) ; Léopold Delisle l’a brièvement décrit dans un article, mais il n’en donne que le contenu ou presque (Delisle 1876). Le but de ce billet est de proposer quelques pistes de recherche associant le contenu du manuscrit et des observations codicologiques, afin de montrer la pertinence d’une nouvelle lecture de ce manuscrit – pistes qui seront développées dans un article à paraître (Paquet, à paraître) et dans le cadre d’un projet de republication et de traduction de la « chronique du Bec ».

Ces réflexions semblent d’autant plus nécessaires que la « chronique du Bec » demeure un texte aux contours assez évanescents, dont par exemple on ne connaît pas le début. Elle commence en effet ainsi : « Huic sancto viro successit dominus Rogerius, prior… », évoquant la succession de l’abbé Létard, mort en 1149 (Gazeau 2007, vol. 2, p. 19-21). Une lecture attentive du texte montre aussi que plusieurs phases d’écriture peuvent être identifiées (Paquet 2018, vol. 1, p. 295-299 ; Paquet, à paraître). Un des enjeux de l’étude du manuscrit Reg. Lat. 499 est de savoir si son organisation est différente de celle du ou des manuscrit(s) médiévaux, et donc de comprendre dans quel ensemble la chronique du Bec s’insérait au Moyen Age.

Mise à part une version abrégée des chroniques de Jean Castel († 1476) qui couvre les six premiers folios, le manuscrit Reg. Lat 499 ne comprend que des documents relatifs au Bec : les noms des moines du Bec du xie siècle à 1468 (fol. 8-16), les noms des membres de la societas du Bec (fol. 24-29v), la vie d’Herluin (fol. 33-48) suivie de trois épitaphes de ce dernier fol. 48-v), la vie de Lanfranc (fol. 48v-71) suivie de vers composés par celui-ci (fol. 71-v), une lettre de Guillaume, abbé de Cormeilles à Guillaume, abbé du Bec (fol. 71v-73), la vie de saint Anselme (fol. 73-122) suivie d’un poème sur ses miracles (fol. 122v-124v) et de deux épitaphes de celui-ci (fol. 124v-133v), la vie de l’abbé Guillaume (fol. 125v-133v) et trois épitaphes le concernant (fol. 133v-134), la vie de l’abbé Boson (fol. 134v-140) et quatre épitaphes de celui-ci (fol. 140v-141), une version abrégée de la vie de l’abbé Thibaut (fol. 141-142) puis de celle de l’abbé Létard (fol. 142-143), le récit d’une vision d’un moine du Bec (fol. 143-v), des écrits de Pierre de Dives (fol. 143v-151v), le récit d’un miracle en faveur de Guillaume Crespin (fol. 152-157) suivi d’une épitaphe de ce dernier (fol. 157-v), l’histoire de trois dames qui se retirèrent au Bec du temps d’Anselme (fol. 157v-158), un poème de Pierre d’Eu (fol. 158-159v), le récit du miracle de la guérison de Turold d’Envermeu (fol. 161-162v) et, enfin, la « chronique du Bec » (fol. 166-187v).

À cette cohérence sur le fond répond, à première vue, une cohérence dans la forme. L’ensemble du manuscrit (en parchemin, à l’exception de 5 folios vierges initiaux en papier) est très homogène. L’écriture est de la fin du xve siècle et, semble-t-il, due à une main principale ; le texte est presque toujours organisé en une seule colonne (exception faite, notamment des listes du début), et le décor est dans l’ensemble modeste et limité à quelques initiales, dont certaines sont décorées à la feuille d’or, exclusivement dans la première partie du manuscrit (un N fol. 8, un Q fol. 33, un Q fol. 49, un Q fol. 73v). Leur style rappelle beaucoup celui d’initiales présentes dans une table de cartulaire de la fin du xve siècle toujours conservée à l’abbaye (non cotée). D’autres majuscules sont régulièrement modestement décorées au fil du texte, en rouge, bleu ou jaune.

Dans le détail, cependant, d’autres éléments montrent que ce manuscrit est composite. Deux foliotations, d’abord, existent ; la plus récente couvre l’ensemble du manuscrit, tandis qu’une autre, plus ancienne, commence au folio 32 (qui est numéroté 1). Ce folio est le premier d’un cahier (le cinquième quaternion du manuscrit) et ouvre sur un prologue aux vies des premiers abbés du Bec, attribué à Miles Crespin (il a été publié par plusieurs auteurs, par exemple par J. A. Giles dans les œuvres de Lanfranc : Giles 1844, vol. 1, p. 260-261). Ce prologue prend place, par ailleurs, après sept folios et demi vierges (fol. 16v-23v), mais réglés, qui suivent les noms des membres de la societas du Bec. Un dernier élément va dans le même sens : au début du septième quaternion (fol. 47-54) figure une numérotation de cahier, un C. Les folios ayant été coupés lors de la nouvelle reliure, les numéros des cahiers précédents ont certainement disparu pendant cette opération. Il n’en demeure pas moins que si l’on numérote A et B les cinquième et sixième quaternions (fol. 32-39 et 40-47), le folio 32 devient bien à nouveau un folio 1, montrant bien que les vies des premiers abbés du Bec formaient un ensemble à part avant d’être rassemblés avec d’autres documents dans le ms. Reg. Lat. 499.

Au total, l’analyse codicologique montre que plusieurs ensembles doivent être distingués. On peut en identifier quatre principaux :

  • La chronique de Jean Castel ; d’une main différente du reste du manuscrit, elle est concentrée dans le premier quaternion et devait appartenir à un autre manuscrit à l’origine.
  • Les deux listes des fol. 8-29v, qui occupent trois quaternions (fol. 8-15, 16-23 et 24-31).
  • Les vies des premiers abbés du Bec et les textes qui leurs sont liés (épitaphes, miracles…), qui courent sur dix-sept quaternions, dont certains sont numérotés, et qui correspondent aux actuels fol. 32-165, les folios 163-165v étant vierges. Dans cette partie, les éléments se suivent de façon continue, les textes s’enchaînant régulièrement au sein du même cahier, voire du même folio.
  • La « chronique du Bec », qui occupe deux quaternions et un ternion (fol. 166-173, 174-181 et 182-187), suivie d’un dernier ternion vierge.

La place de la chronique dans l’ensemble n’est pas aisée à établir et les indices sont parfois contradictoires. La numérotation la plus ancienne continue après les vies des abbés et intègre la chronique du Bec, prouvant que ces deux éléments ont été assemblés avant d’être reliés dans le manuscrit devenu Reg. Lat. 499. Cependant, celle-ci ne semble pas contemporaine de l’écriture du manuscrit. Surtout, la présence de quatre folios vierges et le fait que le texte actuel commence au début d’un nouveau cahier, alors que dans le reste du manuscrit les textes s’enchaînent sans rupture, tendent à faire penser que ces deux ensembles ont été conçus séparément. Le plus étonnant réside dans leur enchaînement. Au fol. 162v, a été copiée une partie du premier paragraphe de la chronique, au sujet de l’élection de l’abbé Roger en 1149 (cf. Porée 1883 p. 13), paragraphe repris de la chronique de Robert de Torigni (Bisson 2020, vol. 1, p. 152) ; dans le manuscrit du Vatican, il est interrompu en plein milieu d’une phrase (après les mots « ab eodem coram conventu »). Et c’est bien ce même paragraphe qui ouvre le fol. 166, cette fois avec une initiale décorée. Il faut dire que les premiers mots du texte (« huic sancto viro successit… ») donnent l’impression d’une continuité avec ce qui précède. Le copiste se sera peut-être laissé tromper par le texte qu’il copiait. Il est bien difficile de tirer des déductions certaines de ces éléments. Il semble cependant probable que cette version de la fin du xve siècle est le fruit de la copie d’un manuscrit où la « chronique du Bec » commençait déjà ainsi, c’est-à-dire en particulier sans prologue, contrairement aux autres textes du manuscrit.

Ces premiers éléments tendent à montrer, in fine, que le texte nommé « chronique du Bec » par Porée n’était certainement pas pensé comme un ensemble cohérent dans sa version médiévale et que le texte dont nous disposons compile, de fait, plusieurs écrits antérieurs, avec pour seule organisation la chronologie. Cette copie a-t-elle été faite dans le cadre de l’esprit de « reconstruction » qui s’empare de l’abbaye aux lendemains de la guerre de Cent Ans, afin de disposer d’une « histoire » complète du Bec, réalisée tant bien que mal avec les documents à la disposition des moines de la seconde moitié du xve siècle ? C’est du moins l’hypothèse de travail que l’on peut formuler, et qu’une étude du texte de la chronique, destinée en particulier à identifier des phases d’écriture, devra examiner.

 

Bibliographie

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883.

Delisle Léopold, « Notice sur vingt manuscrits du Vatican », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 37, 1876, p. 471-527 (p. 519-527 pour le ms. Reg. Lat. 499).

Gazeau Véronique, Normannia Monastica. Vol. 1 : Princes normands et abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle ; Vol. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

Giles John Allen, Beati Lanfranci Archiepiscopi Cantuariensis opera quae supersunt omnia, Oxford, Parker, 1844, 2 vol.

Paquet Fabien, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du xiie-milieu du xve siècle), thèse de doctorat, université de Caen Normandie, 2018, 2 vol.

Paquet Fabien, « New research areas about the “chronique du Bec” », in History and archaeology of the abbey of Bec in the Middle Ages. Interdisciplinary research, Combalbert Grégory et Gazeau Véronique (dir.), Leiden, Brill, à paraître.

The chronography of Robert of Torigni, Bisson Thomas (éd. et trad. ang.), Oxford, Clarendon Press, 2020, 2 vol.

L’exposition « Die Normannen », Mannheim, 18/09/2022-26/02/2023

Les Normands. Un projet d’exposition franco-allemand

L’histoire des Normands continue d’étonner et de surprendre jusqu’à nos jours : partis comme des guerriers très mobiles, mercenaires ou membres d’une petite aristocratie les Normands sont devenus de puissants princes et des dirigeants qui ont laissé leurs traces dans toute l’Europe et au-delà. Leur histoire est une histoire d’interdépendance, qui a influencé de manière durable le développement culturel et politique de l’Europe et de la Méditerranée.

Pour la première fois d’une manière aussi complète, le REM (Reiss-Engelhorn-Museen) et ses partenaires consacreront un projet d’exposition passionnant sous l’égide germano-française aux «hommes du Nord». Dans une présentation d’environ 300 pièces exceptionnelles provenant de plus de 10 pays, l’exposition raconte une histoire aux multiples facettes et relie différents fils très fascinants d’une histoire couvrant une période allant du huitième au treizième siècles. Les œuvres d’art précieuses rencontrent d’autres trésors, armes et manuscrits provenant de l’Europe du Nord, de l’Est et de l’Ouest ainsi que de la Méditerranée. Ces expositions sont complétées par les dernières reconstructions numériques qui offrent des moyens innovants d’afficher et de transférer les connaissances.

L’exposition est développée et présentée en collaboration avec la Réunion des Musées Métropolitains de Rouen et en lien avec un co-projet réalisé par le Musée de Normandie à Caen.

Le site de l’exposition à venir est accessible ici

Silver and the Origins of the Viking Age

Projet ERC : Silver and the Origins of the Viking Age

Resp. : Jane Kershaw (principal investigator, Oxford), Stephen Merkel, Jani Oravisjärvi

L’objectif est de s’interroger où, quand et pourquoi l’ère viking a commencé, sous l’angle d’une étude interdisciplinaire de l’argent viking. Grâce à des analyses, en particulier isotopiques, sur plusieurs centaines d’artefacts, il s’agira de répondre à des questions telles que la provenance de l’argent obtenu par les vikings,  le moment où cet argent a atteint  la Scandinavie pour la première fois et les raisons qui poussèrent les vikings à l’acquérir.

Pour voir le détail du projet, de ses objectifs et ses méthodes :

https://sites.google.com/view/viking-silver/home

Parution de G. Combalbert (ed), Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223)

Vient de paraître :  Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223), Grégory Combalbert (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen (e-Cartae – Actépi), 2019.

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques, tous étant également destinés à faire l’objet d’une publication papier.

Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) comprennent 266 unités documentaires : actes, fragments et mentions d’actes aujourd’hui disparus. Le site web propose plusieurs modes d’entrée dans le corpus : par la constitution de sous-corpus, par caractère interne, par les index, par une carte, par une requête dans le moteur de recherche. Il permet également la circulation dynamique entre les différents éléments constitutifs de l’édition.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication multimodale et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par Grégory Combalbert et le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique.

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

The Viking Phenomenon

The Viking Phenomenon

Responsables du projet/Project leaders : Neil Price

Établissements principaux/Main institutions : Université d’Uppsala

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Viking Age (c.750-1050 CE) has long been a touchstone of identity in the Nordic countries, not least in Sweden where the primary project focus lies. While the Vikings enjoy a popular recognition common to few other ancient cultures, their history has been reinvented, used and abused to suit the needs of successive generations, in a process that continues today.

Continuer la lecture de The Viking Phenomenon

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Lancement du projet VEXICAEN

Le projet VEXICAEN (Valorisation, EXploration et Indexation de Corpus des ActEs Normands) a démarré en septembre 2017 et doit se poursuivre jusqu’en juin 2019. Il associe plusieurs chercheurs et ingénieurs du Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273)[1] et du Pôle du Document numérique de la MRSH de Caen[2] : Pierre Bauduin (resp. du projet), Marie Bisson, Thierry Buquet, Grégory Combalbert, Tamiko Fournier-Fujimoto, Véronique Gazeau. Le projet s’appuie sur les résultats de l’Equipex Biblissima et de l’ANR « Charcis » (« Chartes cisterciennes »). VEXICAEN est cofinancé par l’Union européenne, la Région Normandie dans le cadre du programme opérationnel FEDER/ FSE 2014-2020 . Continuer la lecture de Lancement du projet VEXICAEN

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie
CRAHAM (UMR 6273)

Les travaux sur l’abbaye du Bec ont récemment connu des avancées significatives en France et en Angleterre, en particulier pour les XIe-XIIe siècles. On peut songer, notamment, aux écrits de Jean-Hervé Foulon sur Herluin et les débuts de l’abbaye ou à la journée d’études organisée par Véronique Gazeau et Grégory Combalbert (Université de Caen Normandie, Craham), à l’abbaye même, les 22 et 23 avril 2016 (elle a notamment été l’occasion d’un bilan archéologique fort précieux, présenté par Gilles Deshayes). Ceux-ci seront complétés par plusieurs publications dans les mois qui viennent : ainsi, un Companion to history of Bec sera publié chez Brill ; Stéphane Lecouteux (Craham) proposera bientôt une mise au point sur la bibliothèque médiévale de l’abbaye ; nous travaillons aussi, avec Stéphane Lecouteux, à de nouvelles propositions sur les annales du Bec. Lors de la journée d’études de 2016, j’ai annoncé quelques travaux à venir, menés dans le cadre de ma thèse et en marge de celle-ci, dont je souhaiterais proposer un court bilan d’étape, centré sur la chronique du Bec. Continuer la lecture de Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Mise en ligne de la base Scripta

Scripta est l’acronyme de Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens. Il s’agit d’une base de données des chartes normandes des Xe-XIIIe siècles. Scripta est, avec la revue électronique Tabularia et le projet E-Cartae, l’une des réalisations opérées dans le programme « sources textuelles et production documentaire dans la Normandie médiévale », développé au Centre Michel de Boüard-Craham. Cette édition en ligne de la base est la première version accessible au public (http://www.unicaen.fr/scripta/). La base compte environ 8500 actes, pour l’essentiel issus d’éditions anciennes, permettant l’accès au plus vaste corpus de chartes normandes jamais réuni. L’accès aux données de Scripta pour cette partie du corpus ne dispense pas d’un recours aux éditions elles-mêmes, ou aux actes conservés dans les archives et les bibliothèques, pour repérer la tradition et les variantes de la plupart des documents. La base s’élargira avec d’autres corpus, issus d’éditions récentes, et également d’actes inédits directement encodés en XML-TEI et accompagnés de l’apparat critique nécessaire à leur édition. La base publiée en février 2017 est donc la première version d’un outil qui continuera à évoluer à l’avenir.

Historique du projet et aspects techniques

Le projet Scripta est né en 2004 avec l’objectif de publier en ligne des documents relatifs à la Normandie médiévale, actes et chartes anciennes, manuscrits ou édités, mais dont l’extrême dispersion nécessitait de les regrouper dans un outil unique.

La première version de la base a été réalisée en PHP MySQL et était consultable en ligne sur accès réservé. L’évolution du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI élaborés au sein du pôle du Document numérique de la MRSH de Caen. Un autre projet, E-Cartae, en relation avec Scripta, a pour l’objet l’édition en ligne des actes des évêques d’Évreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-Craham). D’autres projets du Craham utilisent également les outils d’édition XML-TEI développés à la MRSH : Ichtya, (encodage TEI et mise en ligne de traités encyclopédiques médiévaux sur les poissons) et Nummus (catalogue XML-EAD de découvertes monétaires issues de fouilles archéologiques).

La base MySQL a donc été exportée en XML-TEI, pour être mise en ligne, dans la version actuelle, via le logiciel Pleade, utilisé dans de nombreux projets numériques de la MRSH et du Craham (notamment Nummus). Le corpus d’actes de Scripta en TEI est converti en XML-EAD pour sa mise en ligne. L’étape suivante sera de publier une deuxième version, enrichie de nouveaux actes, de nouvelles images numériques (ex. provenant du Musée bénédictine de Fécamp), de nouveaux index, de Scripta en XML-TEI avec un nouvel outil de mise en ligne de corpus XML en cours de développement au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen.

Le fait d’avoir pour source un ensemble de fichiers XML-TEI permettra, le cas échéant, de réaliser la publication multisupport de corpus d’actes, tout en permettant d’envisager une pérennité des données numériques.

Contenu de la base et moteur de recherche

Scripta propose la consultation d’actes dans leur langue originale (majoritairement le latin), sans traduction. Chaque notice présente un ensemble de métadonnées analytiques : genre (diplomatique) et type (juridique) d’acte, lieu d’émission, auteur (nom, fonction, institution), bénéficiaire (nom, fonction, institution), date, lieu de conservation, bibliographie, authenticité, langue, tableau de la tradition (liste des éditions et le cas échéant, des témoins manuscrits) et dissertation critique (éléments sur la datation, la source de l’information, renvoi bibliographique, etc.). Le contenu du document est présenté par l’analyse (regeste ou résumé de l’acte) et le texte intégral du document. Le cas échéant, l’acte peut être accompagné de reproductions numériques du manuscrit original, ou par un lien vers une ressource en ligne (par exemple, sur gallica.bnf.fr). Pour les chartes originales antérieures à 1121, un lien renvoie à son enregistrement dans la base des originaux de l’Artem hébergée sur le portail Telma (http://www.cn-telma.fr/originaux/).

Un moteur de recherche avancée permet d’effectuer et de croiser des requêtes sur les champs suivants : numéro d’acte, genre et type d’acte, lieu d’émission, auteur (et sa fonction), bénéficiaire (et sa fonction), date ; ainsi que sur la bibliographie (auteur et titre). Le moteur de recherche simplifiée permet de faire une requête sur le contenu des actes (recherche plein texte, avec opérateurs booléens et troncatures), mais aussi sur tous les champs descripteurs d’un document.

Il est possible d’effectuer une recherche en sélectionnant des entrées d’index classées alphabétiquement, sur les champs genre et type d’acte, authenticité, lieux d’émission, auteurs/disposants (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions), bénéficiaires (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions) ; et sur les champs auteurs et titres de la bibliographie. En revanche, il n’est pas encore possible d’accéder à l’indexation de tous les noms de personnes et de lieux contenus dans chaque acte, qui est prévue dans les développements ultérieurs du projet.

Enfin, un outil permet d’exporter une notice ou un ensemble de notices au format PDF. Un porte-documents (sans authentification) permet d’isoler des actes le temps de la session utilisateur).

Chaque acte est référencé par un numéro qui reste pérenne et reçoit une adresse. Il est donc possible de citer un acte de Scripta dans des travaux de recherche et d’y renvoyer. Le mode de citation est affiché en fin de page pour chaque document.

Une version en anglais de l’interface est également disponible : http://www.unicaen.fr/scripta/?locale=en

Partenaires du projet

Depuis son lancement, le projet Scripta a été soutenu ou associé à plusieurs programmes : appels d’offres MRSH Caen, ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales », projets ANR Espachar et Charcis. Il est soutenu par le Pôle du document numérique de la MRSH et par le consortium COSME du TGIR Huma-Num, et il bénéficie d’un soutien de l’Institut universitaire de France. (voir liste détaillée des partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html)

L’équipe du projet

Responsable scientifique du projet Scripta, Pierre Bauduin a été directeur du Craham de 2008 à 2016. Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen, il est membre senior de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la Normandie et l’intégration des Scandinaves dans le monde franc, les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux et les sources écrites (historiographie et documentation diplomatique).

L’ancienne interface sous MySQL a été réalisée (2004-2005) par dans le cadre d’un DESS par Benoît Trohel alors encadré Stéphane Brossard (Université de Caen Normandie).

Tamiko Fujimoto, docteure en histoire médiévale, est membre associée au Craham et travaille depuis de nombreuses années à l’enrichissement de la base de données (encodage des actes, indexation, bibliographie). Elle a été secondée par Clémentine Berthelot en 2014-2015, qui a assuré un travail de normalisation des entrées de la base.

Thierry Buquet, ingénieur de recherche au Craham, a assuré le suivi du projet depuis 2015 pour finaliser la mise en ligne.

Enfin, Anne Goloubkoff, ingénieure au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen, a assuré toutes les opérations informatiques et éditoriales nécessaires à la mise en ligne (conversions XML TEI EAD, intégration dans Pleade, gestion du site, nettoyage de données, insertion des images…). De manière plus générale, le projet a bénéficié de la réflexion croisée des chercheurs du Craham et des ingénieurs du pôle numérique de la MRSH.

Cette dynamique collective sera poursuivie, et il est possible aux lecteurs d’y contribuer en signalant les corrections qui leur sembleront pertinentes en cliquant sur l’onglet contact en haut de page.

Un outil pour la recherche

La base Scripta a été conçue comme un outil de recherche pour mettre à disposition un corpus de textes nécessaires aux études historiques et philologiques, qu’il s’agisse de documenter une institution, un établissement religieux, un personnage ou une famille, un groupe social, une série d’actes par genre, auteur ou bénéficiaire. Elle offre ainsi un ensemble d’actes de la pratique pour soutenir des recherches très différentes sur les institutions et les faits sociaux de la période médiévale, y compris sur des aspects inattendus (voir épilogue). Elle fournit également un ensemble de métadonnées nécessaires à l’édition ou à l’étude des actes, permettant de renvoyer à d’autres corpus (ex. actes originaux antérieurs à 1121, Chartae Galliae, CBMA, English Episcopal Acta…) et d’apporter les éléments pour une datation. On rappellera ici que beaucoup d’actes normands antérieurs à la première décennie du XIIIe siècle ne sont pas datés et nécessitent, pour autoriser une datation, souvent approximative, de croiser les informations. La documentation réunie dans Scripta intéresse également les recherches menées dans d’autres pays européens, et en premier lieu l’Angleterre et le monde anglo-normand et plantagenêt, qui partagent entre 1066 et 1204 les mêmes souverains, une partie de leurs élites laïques et ecclésiastiques, ainsi que nombre de caractéristiques institutionnelles et documentaires qu’il convient de préciser : de ce point de vue, on peut escompter que les développements futurs des outils d’indexation associés à la base permettront d’explorer de manière plus précise les relations établies de part et d’autre de la Manche ainsi que les études prosopographiques. Scripta est également un outil qui participe aux questionnements actuels sur les sources documentaires, qui se déclinent de multiples manières du genre diplomatique au contenu juridique des actes et aux formules employées dans les actes. Le développement de bases de données consacrées aux chartes permet de donner une dimension spatiale ou territoriale à l’étude des actes, en autorisant une comparaison des corpus régionaux et, au-delà, de prendre en compte l’évolution de ces pratiques diplomatiques, et d’en étudier les facteurs comme la circulation des documents et des modèles. Pour terminer ce tour d’horizon rapide, Scripta est également un outil de valorisation des recherches, notamment concernant la constitution de corpus (ex. actes d’évêques, chartes cisterciennes) en cours de réalisation.

Épilogue : l’un des plus anciens documents connus sur la pêche à la baleine en Pays basque

La charte 315 de Scripta (https://www.unicaen.fr/scripta/acte/3145), datée du 6 septembre 1199, est une donation du roi d’Angleterre Jean sans Terre à Vital de Villa. Il s’agit de l’échange d’une rente anciennement accordée par le roi Richard sur le droit de sécher du poisson dans les îles de Guernesey et de Jersey, contre la somme de 50 livres d’Anjou à prélever sur deux baleines prises dans le port de Biarritz, à condition que ces baleines valent par an plus de 50 livres, et que l’excédent soit reversé au roi.

Ce document prouve donc que l’on capturait régulièrement des baleines en Pays basque au XIIe siècle, et que ces prises généraient des sommes importantes, sur lesquelles le roi d’Angleterre (régnant à l’époque sur la Gascogne et sur la Normandie) pouvait lever des taxes. Il s’agit là d’un des plus anciens documents écrits attestant la chasse à la baleine à Biarritz. À travers cet exemple atypique, on perçoit toute la richesse de la base Scripta et sa grande variété d’informations historiques, parfois bien éloignées des rivages de la Normandie.

Liens

Consulter la base Scripta : https://www.unicaen.fr/scripta/

Mode d’emploi de la base : https://www.unicaen.fr/scripta/pages/aide.html
Partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html

Illustration :

Caen, Archives départementales du Calvados, H 912.

https://www.unicaen.fr/scripta/acte/1814

Guillaume, évêque de Coutances, confirme qu’à l’occasion de la dédicace de l’abbaye Notre-Dame d’Aunay, Guillaume du Hommet, connétable du roi, a donné en dot à cette abbaye toute sa terre de Langrune.

The Arabic Documents of Norman Sicily Project

Responsables du projet/Project leaders : Jeremy Johns (jeremy.johns@orinst.ox.ac.uk)

 

Établissements principaux/Main institutions : University of Oxford

 

Projet en cours/Project in progress

 

Description :

Approximately eighty documents containing Arabic survive from the period of Norman and Hohenstaufen rule in Sicily (circa 1060 – circa 1250). They include both records of the Norman administration, such as descriptions of the boundaries of estates granted to Christian churches and lords, and registers of the Muslim families dwelling upon those estates, and documents issued under the authority of the Muslim cadi, such as property transactions. They also include commercial contracts, agree ments governing the irrigation of agricultural land, records of boundary disputes, and documents binding Muslim peasants to pay a land tax and a religious poll tax (jizya) to their Christian lords. Together, the corpus provides a unique record of a Muslim society living under Christian rule.

Some documents use only the Arabic language, others are bilingual and written in Arabic and Greek or Latin, still others are Greek or Latin documents incorporating only a few phrases or words in Arabic. (The Judaeo-Arabic letters from the Cairo Geniza are not part of this  project.)

The corpus includes original documents, medieval and later copies and translations, and documents that are lost (deperdita) and known only from other primary sources.

Most of the surviving documents are preserved in state and ecclesiastical archives in Sicily, a few in archives outside the island, and one or two in private archives. Very nearly all have been published, but most in uncritical and unscholarly nineteenth-century editions. Few have been accurately translated or published with full critical apparatus. Clear and legible photographs of only a very few documents have been published in any format. As a consequence of this neglect, this crucial resource for the history of Norman Sicily and its Muslim population, for the development of Islamic administration and law, and for the evolution of the Arabic language and Sicilian dialect, is little known and is underused by scholars and students of all these disciplines.

The Arabic Documents of Norman Sicily Project will for the first time present the whole corpus in a form easily accessible not just to Arabists and Islamicists, but also to historians with no knowledge of Arabic – not only to expert scholars, but also to students and interested amateurs.

 

[Lien/Link : http://krc.orient.ox.ac.uk/adns/index.html]

Sicily in Transition AD 600-1200

Responsables du projet/Project leaders : Alessandra Molinari (molinari@lettere.uniroma2.it), Martin Carver (martin.carver@york.ac.uk)

 

Établissements principaux/Main institutions : University of Rome 2 (Tor Vergata), University of York

 

Projet en cours/Project in progress

 

Description :

The departments of archaeology at York and Rome 2 (Tor Vergata) began a joint research project in 2014 investigating the Byzantine-Arabic-Norman transition in Sicily, with special focus on changes in social structure, agriculture and trade. Survey and excavation in three or four parts of the island are intended to reveal sequences of settlement and burial; the metal finds, pottery and botany are to be studied in Italy and the human bone, animal bone and contents of amphorae in York.

The focus of research in 2014 was CASTRONOVO DI SICILIA, a town in central Sicily, where the two main sites investigated were MONTE KASSAR, a short-lived Byzantine stronghold constructed at1030m AOD (7th/8th century AD), and CASALE SAN PIETRO an extensive occupation area of the 7th–13th century on the flood plain of the River Platani, occupying either side of the main Agrigento–Palermo road.

The project is directed by Alessandra Molinari (Rome) and Martin Carver (York) with the support of Stefano Vassallo of the Soprintendenza per i Beni Culturali e Ambientali di Palermo.

The team was courteously hosted by the Mayor and town of Castronovo.

 

[Lien/Link : https://www.york.ac.uk/archaeology/research/current-projects/sicily-in-transition/#tab-3]