Archives de catégorie : Thèses en cours / Theses in preparation

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier : les coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen (xiiie-xvie siècles), dir. L. Jean-Marie, Université de Caen Normandie, CRAHAM

Résumé du projet

Ce sujet de recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des pratiques de l’écrit à l’époque médiévale ; domaine qui connaît une profonde réévaluation depuis trente ans. Cependant, si la plupart des types de sources relatives aux pouvoirs urbains font l’objet d’attention, ce n’est pas le cas des coutumiers, qui pourtant témoignent des règles régissant la vie d’un espace et de populations sur de longues périodes. Dépourvus de signes d’authentification, les coutumiers sont généralement copiés en plusieurs exemplaires, traduits en langue vernaculaire, amendés dans le temps ; tant leur date d’élaboration, que leurs producteurs et utilisateurs restent le plus souvent inconnus. Ces aspects caractérisent le coutumier de la vicomté de l’eau de Rouen, faisant de ce texte un objet d’étude propice à enrichir la recherche dans ce domaine.

Au travers d’un corpus de près de quinze manuscrits, cette thèse se propose donc de reconstituer l’histoire de ce texte. Les conceptions qui président à l’élaboration d’un tel document constitueront un axe majeur de cette recherche, ainsi que la manière dont le document évolue au fil du temps que ce soit dans la forme (évolution de la structure du texte, introduction d’aides à la lecture par exemple) ou sur le fond (ajouts ou retrait d’informations). Il s’agira en effet de comprendre les rapports qu’entretiennent les contemporains avec ce type d’écrits, la manière dont ils en conçoivent l’élaboration, la valeur, ainsi que l’utilisation et la conservation.

Dans ce cadre, les modalités de construction du texte lui-même feront l’objet d’une attention particulière, afin de déterminer s’il résulte de la compilation de documents préexistants et/ou de règles orales, ou encore si certaines coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen proviennent ou non de l’influence de coutumes appliquées ailleurs. En outre, les différents manuscrits qui nous sont parvenus présentant des différences notables, leur comparaison permettra d’éclairer les habitudes de copie des scripteurs, de même que l’évolution de l’organisation et de l’utilisation du texte.

Une étude approfondie des contextes d’élaboration des manuscrits permettra de plus de déterminer les motifs qui président aux mises par écrit successives ainsi que la valeur accordée à ce type de documents par les contemporains. En effet, le coutumier constitue un outil de référence, qui pourtant reste dénué de valeur juridique, puisque son authenticité n’est attestée par la marque d’aucune autorité ; interrogeant sur la valeur qu’accordent les contemporains aux écrits de cette nature. Cet aspect alimentera d’ailleurs une réflexion plus large concernant l’autorité de l’écrit, ainsi que les procédures de validation ayant cours dans les pays de droit coutumier.

 

                                                                       Laure Cèbe, CRAHAM UMR 6273

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

Amy DEVENNEY, Miracles and medicine in the Norman Kingdom of Sicily

Amy Devenney, Miracles and medicine in the Norman Kingdom of Sicily, Thèse de doctorat en cours (co-dir. G. Loud, I. McCleery, P. Oldfield, University of Leeds)

 

Résumé/abstract :

 

My PhD research focuses on the issues of health and healthcare in the Norman Kingdom of Sicily. Using predominantly hagiographical sources it aims to understand the relationship between religion and medicine within this region; to explore the attitudes and experiences of medieval people towards health; to investigate the healthcare available to the sick in medieval Southern Italy; and to explore the medieval mentalities towards those cases that we would now term ‘mental’ illness.

[Source : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/20046/994/amy_devenney ]

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle)

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle), (dir. V. Gazeau, université de Caen Normandie)

En cours depuis 2015/In preparation since 2015

Résumé/Abstract :

En 1204, la Normandie est rattachée par Philippe Auguste (1190-1223) au domaine royal capétien, c’est-à-dire aux espaces du royaume de France dont le roi est le souverain direct, car, depuis 911, la Normandie était bien dans les frontières du royaume. Pendant trois siècles, la Normandie a joui d’une autonomie qui touchait, il est vrai, à l’indépendance car elle était une pièce centrale dans l’empire anglo-normand. Cette situation a attiré l’œil des historiens depuis longtemps : il peut sembler plus glorieux de faire l’histoire d’une principauté indépendante ! Or, la Normandie d’après 1204 mérite au moins autant notre attention car elle pose deux questions centrales qui n’ont que peu été traitées par les historiens sur le long terme : comment intégrer au domaine royal une principauté aussi puissante en 1204 ? Comment les Normands gèrent-ils le changement de maître et ses conséquences ? C’est que la Normandie des XIIIe-XVe siècles offre la possibilité d’une étude d’histoire à la fois nationale et régionale : une étude de la place que les Normands se construisent, ou que l’on construit pour eux, dans le cadre d’un État capétien qui s’affirme de plus en plus jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans. Le clergé normand du Moyen Âge, pour sa part, a toujours attiré l’œil des historiens : c’est que la région a vu se développer quelques (très) grandes abbayes médiévales (Le Mont Saint-Michel, Le Bec, Jumièges, Savigny, Fécamp, etc.) qui sont devenues de véritables lieux de pouvoir. Mais les études concernant les abbayes prennent trop rarement en charge l’ensemble du clergé et, souvent, elles s’arrêtent en 1204. Entre 1204 et la guerre de Cent Ans, alors que les abbayes bénédictines et cisterciennes conservent un rôle central dans la vie de la principauté, monastères et abbés tombent dans un trou noir historiographique ; et la guerre de Cent Ans n’a permis de ne les en sortir que sous l’angle des dommages subis ou presque, sans s’intéresser au vécu de la guerre et aux conséquences dans les monastères, alors que les sources trahissent bien des évolutions. Une prosopographie fomera le corps de la thèse et permettra notamment d’étudier la politique royale de Philippe Auguste et ses successeurs jusqu’au XVe siècle ; la politiques des abbés lors des changements de pouvoir ; les conséquences de l’annexion sur l’organisation des abbayes ; les structures de l’Église normande ; les différences en fonction des espaces ; la question des identités normandes, françaises et anglaises dans le cadre de la naissance d’une province.

[Source : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1004]

Lebouteiller Simon, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale.

Lebouteiller Simon, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) (dir. P. Bauduin, Université de Caen Basse-Normandie – co-directeur : J.-M. Maillefer, Université de Paris IV)

En cours depuis 2011 /In preparation since 2011

Résumé/abstract :

La période médiévale a été marquée par l’expansion du pouvoir royal en Europe du Nord et l’émergence des Scandinaves sur la scène politique européenne à travers des raids croissants et la conquête de territoires sur le continent. Les élites nordiques ont ainsi été impliquées dans de nombreux conflits armés, ceux-ci étant alors le plus souvent suivis de processus de pacification durant lesquels les conditions du retour à la paix étaient déterminées.

Notre recherche consistera à nous interroger sur le déroulement et la composition des mouvements de résolution de conflits politiques dans le monde scandinave du VIIIe au XIIIe siècle. Ainsi, quelles ont été les techniques diplomatiques employées par les anciens Scandinaves afin d’assurer les négociations entre partis ? Quelles ont été les modalités de ces accords de paix ? À quels rituels a-t-on eu recours afin de consacrer la cessation des conflits ?

Au regard de la vaste documentation nous permettant d’étudier l’histoire de ces régions septentrionales (sagas islandaises, poésie scaldique, lois provinciales, chroniques, annales…), il s’agira notamment de replacer les pratiques nordiques dans le contexte culturel européen et de définir leurs spécificités et leurs similitudes avec les usages diplomatiques de leurs adversaires. Ce point nous mènera alors à déterminer si ces éléments ont éventuellement influencé les relations entre ces différents protagonistes et la nature des accords de paix qu’ils ont pu passer.

De même, un second axe sera d’étudier les évolutions des techniques de pacification dans ce contexte de développement du christianisme et de l’influence du monde chrétien sur les structures culturelles et politiques des sociétés scandinaves. Enfin, on tentera d’examiner la représentation des idées de paix et de « non-paix » dans la littérature nordique et de révéler la signification et les valeurs de ces notions dans ces cultures en transition.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article584 ]

Bloche Michaël, Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, [928-929]-1190

Bloche Michaël, Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, [928-929]-1190, (dir. V. Gazeau et co-dir. P. Bauduin, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2012 /In preparation since 2012

Résumé/abstract :

Ce projet fait suite à la soutenance d’une thèse d’École nationale des chartes intitulée « Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, 928/929-1190 » (http://theses.enc.sorbonne.fr/2012/bloche)

Le doctorat consiste en une étude et édition critique du chartrier de l’abbaye de la Trinité, des origines à l’arrivée de Raoul d’Argences sur le siège abbatial en 1189­1190, période d’apogée de l’abbaye qui a l’avantage de coïncider avec la période ducale et qui présente une certaine unité du point de vue diplomatique, au regard de la rupture du début du XIIIe siècle (millésime plus systématique et déclin des listes de témoins notamment). Sont inclus dans cette édition les actes des prieurés et abbayes étant restés dépendants de Fécamp jusqu’à la Révolution française, notamment Sainte-Berthe de Blangy-sur-Ternoise, Saint-Gabriel-Brécy, et Saint-Georges de Mantes. Ceux des abbayes s’étant émancipées (Notre-Dame de Bernay et Saint-Taurin d’Évreux), en revanche, sont trop nombreux et donc exclus de l’étude.

Cela représente un total de 233 actes classés dans l’ordre chronologique. Les normes d’édition utilisées sont, de manière générale, celles préconisées par les deux ouvrages de référence Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule I : conseils généraux, et Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule II : actes et documents d’archives.

Le doctorat envisagé sera l’occasion, avant toute chose, de compléter les tableaux de tradition et les variantes de dizaines d’actes grâce à la redécouverte peu avant le rendu de la thèse d’un « cartulaire » du XVIIe siècle au Palais de la Bénédictine. Il était certes connu par une copie du XIXe siècle mais son intégration à l’édition est nécessaire. Le doctorat sera ensuite l’occasion de réaliser l’index des noms de personnes, seul l’index des noms de lieux existant actuellement. Enfin, il permettra d’approfondir l’étude diplomatique du formulaire des actes d’abbé (la thèse d’École des chartes s’étant concentrée sur la seule suscription), la critique des actes et particulièrement des notices, et l’étude des sceaux de l’abbaye au-delà du début du XIVe siècle.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article675]

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles)

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles), (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2011/In preparation since 2011

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source :
http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article587]

Bisson Marie, Dom Thomas Le Roy, Les curieuses recherches du Mont Sainct Michel, édition numérique structurée à l’aide de la Text Encoding Initiative

Bisson Marie, Dom Thomas Le Roy, Les curieuses recherches du Mont Sainct Michel, édition numérique structurée à l’aide de la Text Encoding Initiative : établissement critique du texte, recherches sur les sources, introduction littéraire et historique (dir. C. Jacquemard et co-dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2008 /In preparation since 2008

Résumé/abstract :

L’objectif de cette thèse est d’établir une édition critique des enquêtes de Dom Le Roy sur l’histoire du Mont Saint-Michel : Les Curieuses recherches du Mont sainct Michel. Au XVIIe siècle, ce moine mauriste, a écrit conjointement plusieurs versions de son œuvre et Eugène de Robillard de Beaurepaire en a fait une première édition scientifique au XIXe siècle mais il s’est appuyé essentiellement sur un manuscrit principal et en a même occulté certains passages.

Notre travail sera de proposer une édition critique des quatre versions du texte de dom Le Roy que nous possédons : un manuscrit principal (Caen, fonds Mancel n°195) ; une version abrégée manuscrite (Bibliothèque de Cherbourg n°65) ; une brève histoire de l’abbaye du Mont Saint Michel attribuée à Dom Leroy (fonds latin de la Bnf n° 13818.) ; une copie de 228 pages (fonds français de la Bnf n° 18950.) , de les comparer et de retrouver les sources sur lesquelles l’historien mauriste s’était lui-même appuyé.

La forme idéale pour une édition aussi complexe est certainement la forme électronique qui fera ainsi apparaître l’autorité de chaque partie de texte et permettra de confronter les différentes versions de dom Le Roy entre elles mais aussi d’analyser le travail de Beaurepaire. L’édition numérique se fera en langage XML (eXtensible Markup Language ) à l’aide de la Tei (Text Encoding Language ) qui est l’ensemble de recommandations actuellement expérimenté avec le plus de succès, dans le domaine des sciences humaines et sociales, pour décrire le contenu et la structure des documents écrits.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article384]

Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente

Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente, (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2010 /In preparation since 2010

Résumé/abstract :

L’objet de la recherche est d’aborder la question de la liturgie mariale normande, constatant l’absence de travaux jusqu’alors sur cette problématique historique. Les sources liturgiques sont peu connues de l’historiographie normande. Utilisée pour leurs apports iconographiques ou musicologiques, cette documentation est rarement considérée pour son usage premier : le culte liturgique. Un premier intérêt, au-delà du culte marial, de ces travaux sera d’établir une critique de ces sources dans une perspective liturgique notamment dans leur usage.

Le cadre chronologique choisi se situe entre deux périodes « fastes » pour l’histoire du culte liturgique normand. Le XIe siècle, est le siècle de la refondation de la chrétienté normande grâce aux réformateurs comme Guillaume de Volpiano. C’est un temps de forte activité liturgique notamment par la création de pièces liturgiques, mais aussi par l’établissement de coutumes et la publication de véritables manuels de liturgie à destination du clergé diocésain dont celui de l’évêque Jean d’Avranches, qui devient archevêque de Rouen, est le plus célèbre. Le Concile de Trente, comme chaque concile, connaît une période le précédant, de vive réflexion théologique et de tentatives de réformes liturgiques. Ce concile publie, sous l’autorité de Pie V, un nouveau missel, un nouveau bréviaire et un nouveau calendrier. Les deux bornes chronologiques sont bien connues. Mais que se passe-t-il en Normandie pendant cette période ? Nous n’en savons rien, c’est ce que ce travail cherche à établir.

Une meilleure connaissance de la liturgie mariale contribue à l’approfondissement de nombreux autres champs de l’histoire en particulier, de l’histoire de l’Église. En effet, le livre d’Heures, source considérable pour la piété des laïcs, tire son origine de la liturgie. Mes travaux s’inscrivent pleinement dans les réflexions actuelles qui participent au renouvellement de l’historiographie religieuse normande.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article544]

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle)

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle), (dir. Veronique Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Résumé/abstract :

L’ouest de la Normandie fait souvent figure de parent pauvre dans l’historiographie de la Normandie médiévale. Les seigneurs, laïcs et ecclésiastiques, influents de l’ouest de la Normandie sont mal connus. Leurs installations, souvent initiées par le pouvoir royal, et leurs motivations politiques, personnelles ou religieuses, ainsi que leurs relations n’ont pas été étudiés. Commencer l’étude dans les années 1040 permet d’étudier les transformations politiques engagées par le duc de Normandie, Guillaume, dans l’ouest de la Normandie, tant du point de vue religieux (évêques et fondations d’abbaye) que du point de vue féodal (réorganisation de la hiérarchie seigneuriale). Les rois d’Angleterre, duc de Normandie continuent jusque 1204 d’influer sur cette zone, certes avec des développements et des fluctuations selon les rois : Henri Ier, ancien comte du Cotentin reste toujours proche de cette région, alors que Jean sans terre, pourtant ancien comte de Mortain, n’a pas entretenu de lien particulier. À partir de 1137-1138, les seigneurs s’affirment et mènent des stratégies personnelles aux dépens des princes. Un second tournant débute dans les années 1193-1195. A partir de 1204, la conquête capétienne marque une nouvelle évolution dans les rapports entre le souverain et les détenteurs de pouvoirs locaux. Mais éloignée de la frontière anglo-française, c’est surtout à partir des années 1248-1254, que l’influence royale se fait sentir, notamment avec l’affirmation du pouvoir des représentants du roi, les baillis, qui encadrent progressivement les privilèges des seigneurs laïcs comme ecclésiastiques. Le règne de Philippe III (1270-1285) finit d’intégrer complètement l’ouest de la Normandie dans le domaine royal français, même si dans les textes la différence entre Normannia et Francia est toujours présente. L’ouest de la Normandie, expression volontairement imprécise, correspond toutefois à un espace cohérent. L’aristocratie qui domine cet espace met en place des stratégies matrimoniales au cœur de cette zone, on parle parfois d’aristocratie « bajocasso-cotentinaise ». Le comte de Mortain, comme d’autres seigneurs, est le bienfaiteur d’abbayes tant dans le Cotentin, dans le Bessin que dans l’Avranchin. Au XIIIe siècle, cette cohérence est renforcée par la création du bailliage du Cotentin qui englobe le diocèse de Coutances, d’Avranches, et d’une partie de celui de Bayeux. Les îles anglo-normandes sont comprises dans cette étude, puisque l’archidiaconé des îles dépend de l’évêché de Coutances, et les abbayes normandes y sont fortement implantées. L’historiographie normande a peu traité ces espaces, surtout dans une réflexion sur la volonté des princes d’y affirmer leur présence et leur pouvoir, et sur celles des aristocrates de s’affranchir de l’autorité de ces derniers. Pourtant pour répondre à ces interrogations les sources sont nombreuses, les 21 abbayes couvrant notre espace, ont presque toutes laissées de nombreux actes de la pratique, pour la plupart inédit, qui éclairent les réseaux de pouvoirs. A côté de ces milliers de chartes, les autres sources diplomatiques (actes des ducs de Normandie, des rois de France), les sources littéraires, mais aussi la sigillographie et l’archéologie permettent de discuter ce que l’on sait aujourd’hui de l’intégration d’un territoire à un royaume, et aussi de mieux appréhender la vision que les seigneurs avaient de leur pouvoir, et que les princes avaient de ces territoires.

[source : http://www.theses.fr/s116672]

Lepeuple Bruno, Les châteaux du Vexin du Xe siècle au milieu du XIIe siècle. Deux conceptions du contrôle territorial, la Normandie face à la France

Lepeuple Bruno, Les châteaux du Vexin du Xe siècle au milieu du XIIe siècle. Deux conceptions du contrôle territorial, la Normandie face à la France (dir. A.-M. Flambard Héricher, Université de Rouen)

En cours depuis 2005/In preparation since 2005

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s43789]

Levieux Lise, Espace réel, espace perçu à Rouen du Xe au XVe siècle : le rôle des communautés religieuses dans la fabrique de la ville médiévale

Levieux Lise,  Espace réel, espace perçu à Rouen du Xe au XVe siècle : le rôle des communautés religieuses dans la fabrique de la ville médiévale, (dir. E. Lalou, Université de Rouen).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s107931]

Nardeux Bruno, Un exemple de domaine public en Normandie. Le pays de Lyons Xe-XVe siècle

Nardeux Bruno, Un exemple de domaine public en Normandie. Le pays de Lyons Xe-XVe siècle, (dir. E. Lalou, Université de Rouen).

En cours depuis 2009/In preparation since 2009

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s51765]