Archives de catégorie : Thèses en cours / Theses in preparation

Hervin Fernandez ACEVES, Cohesion and conflict in the Kingdom of Sicily under the two Williams

Hervin Fernandez Aceves, Cohesion and conflict in the Kingdom of Sicily under the two Williams: In search of a prosopographical approach for the study of the regions networks of royal courtiers and nobles, Thèse de doctorat en cours (dir. G. Loud, University of Leeds)

 

[Source : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/20046/328/hervin_fernandez_aceves ]

Amy DEVENNEY, Miracles and medicine in the Norman Kingdom of Sicily

Amy Devenney, Miracles and medicine in the Norman Kingdom of Sicily, Thèse de doctorat en cours (co-dir. G. Loud, I. McCleery, P. Oldfield, University of Leeds)

 

Résumé/abstract :

 

My PhD research focuses on the issues of health and healthcare in the Norman Kingdom of Sicily. Using predominantly hagiographical sources it aims to understand the relationship between religion and medicine within this region; to explore the attitudes and experiences of medieval people towards health; to investigate the healthcare available to the sick in medieval Southern Italy; and to explore the medieval mentalities towards those cases that we would now term ‘mental’ illness.

[Source : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/20046/994/amy_devenney ]

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle)

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle), (dir. V. Gazeau, université de Caen Normandie)

En cours depuis 2015/In preparation since 2015

Résumé/Abstract :

En 1204, la Normandie est rattachée par Philippe Auguste (1190-1223) au domaine royal capétien, c’est-à-dire aux espaces du royaume de France dont le roi est le souverain direct, car, depuis 911, la Normandie était bien dans les frontières du royaume. Pendant trois siècles, la Normandie a joui d’une autonomie qui touchait, il est vrai, à l’indépendance car elle était une pièce centrale dans l’empire anglo-normand. Cette situation a attiré l’œil des historiens depuis longtemps : il peut sembler plus glorieux de faire l’histoire d’une principauté indépendante ! Or, la Normandie d’après 1204 mérite au moins autant notre attention car elle pose deux questions centrales qui n’ont que peu été traitées par les historiens sur le long terme : comment intégrer au domaine royal une principauté aussi puissante en 1204 ? Comment les Normands gèrent-ils le changement de maître et ses conséquences ? C’est que la Normandie des XIIIe-XVe siècles offre la possibilité d’une étude d’histoire à la fois nationale et régionale : une étude de la place que les Normands se construisent, ou que l’on construit pour eux, dans le cadre d’un État capétien qui s’affirme de plus en plus jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans. Le clergé normand du Moyen Âge, pour sa part, a toujours attiré l’œil des historiens : c’est que la région a vu se développer quelques (très) grandes abbayes médiévales (Le Mont Saint-Michel, Le Bec, Jumièges, Savigny, Fécamp, etc.) qui sont devenues de véritables lieux de pouvoir. Mais les études concernant les abbayes prennent trop rarement en charge l’ensemble du clergé et, souvent, elles s’arrêtent en 1204. Entre 1204 et la guerre de Cent Ans, alors que les abbayes bénédictines et cisterciennes conservent un rôle central dans la vie de la principauté, monastères et abbés tombent dans un trou noir historiographique ; et la guerre de Cent Ans n’a permis de ne les en sortir que sous l’angle des dommages subis ou presque, sans s’intéresser au vécu de la guerre et aux conséquences dans les monastères, alors que les sources trahissent bien des évolutions. Une prosopographie fomera le corps de la thèse et permettra notamment d’étudier la politique royale de Philippe Auguste et ses successeurs jusqu’au XVe siècle ; la politiques des abbés lors des changements de pouvoir ; les conséquences de l’annexion sur l’organisation des abbayes ; les structures de l’Église normande ; les différences en fonction des espaces ; la question des identités normandes, françaises et anglaises dans le cadre de la naissance d’une province.

[Source : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1004]

Lebouteiller Simon, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale.

Lebouteiller Simon, Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) (dir. P. Bauduin, Université de Caen Basse-Normandie – co-directeur : J.-M. Maillefer, Université de Paris IV)

En cours depuis 2011 /In preparation since 2011

Résumé/abstract :

La période médiévale a été marquée par l’expansion du pouvoir royal en Europe du Nord et l’émergence des Scandinaves sur la scène politique européenne à travers des raids croissants et la conquête de territoires sur le continent. Les élites nordiques ont ainsi été impliquées dans de nombreux conflits armés, ceux-ci étant alors le plus souvent suivis de processus de pacification durant lesquels les conditions du retour à la paix étaient déterminées.

Notre recherche consistera à nous interroger sur le déroulement et la composition des mouvements de résolution de conflits politiques dans le monde scandinave du VIIIe au XIIIe siècle. Ainsi, quelles ont été les techniques diplomatiques employées par les anciens Scandinaves afin d’assurer les négociations entre partis ? Quelles ont été les modalités de ces accords de paix ? À quels rituels a-t-on eu recours afin de consacrer la cessation des conflits ?

Au regard de la vaste documentation nous permettant d’étudier l’histoire de ces régions septentrionales (sagas islandaises, poésie scaldique, lois provinciales, chroniques, annales…), il s’agira notamment de replacer les pratiques nordiques dans le contexte culturel européen et de définir leurs spécificités et leurs similitudes avec les usages diplomatiques de leurs adversaires. Ce point nous mènera alors à déterminer si ces éléments ont éventuellement influencé les relations entre ces différents protagonistes et la nature des accords de paix qu’ils ont pu passer.

De même, un second axe sera d’étudier les évolutions des techniques de pacification dans ce contexte de développement du christianisme et de l’influence du monde chrétien sur les structures culturelles et politiques des sociétés scandinaves. Enfin, on tentera d’examiner la représentation des idées de paix et de « non-paix » dans la littérature nordique et de révéler la signification et les valeurs de ces notions dans ces cultures en transition.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article584 ]

Bloche Michaël, Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, [928-929]-1190

Bloche Michaël, Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, [928-929]-1190, (dir. V. Gazeau et co-dir. P. Bauduin, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2012 /In preparation since 2012

Résumé/abstract :

Ce projet fait suite à la soutenance d’une thèse d’École nationale des chartes intitulée « Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp : étude et édition critique, 928/929-1190 » (http://theses.enc.sorbonne.fr/2012/bloche)

Le doctorat consiste en une étude et édition critique du chartrier de l’abbaye de la Trinité, des origines à l’arrivée de Raoul d’Argences sur le siège abbatial en 1189­1190, période d’apogée de l’abbaye qui a l’avantage de coïncider avec la période ducale et qui présente une certaine unité du point de vue diplomatique, au regard de la rupture du début du XIIIe siècle (millésime plus systématique et déclin des listes de témoins notamment). Sont inclus dans cette édition les actes des prieurés et abbayes étant restés dépendants de Fécamp jusqu’à la Révolution française, notamment Sainte-Berthe de Blangy-sur-Ternoise, Saint-Gabriel-Brécy, et Saint-Georges de Mantes. Ceux des abbayes s’étant émancipées (Notre-Dame de Bernay et Saint-Taurin d’Évreux), en revanche, sont trop nombreux et donc exclus de l’étude.

Cela représente un total de 233 actes classés dans l’ordre chronologique. Les normes d’édition utilisées sont, de manière générale, celles préconisées par les deux ouvrages de référence Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule I : conseils généraux, et Conseils pour l’édition des textes médiévaux. Fascicule II : actes et documents d’archives.

Le doctorat envisagé sera l’occasion, avant toute chose, de compléter les tableaux de tradition et les variantes de dizaines d’actes grâce à la redécouverte peu avant le rendu de la thèse d’un « cartulaire » du XVIIe siècle au Palais de la Bénédictine. Il était certes connu par une copie du XIXe siècle mais son intégration à l’édition est nécessaire. Le doctorat sera ensuite l’occasion de réaliser l’index des noms de personnes, seul l’index des noms de lieux existant actuellement. Enfin, il permettra d’approfondir l’étude diplomatique du formulaire des actes d’abbé (la thèse d’École des chartes s’étant concentrée sur la seule suscription), la critique des actes et particulièrement des notices, et l’étude des sceaux de l’abbaye au-delà du début du XIVe siècle.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article675]

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles)

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles), (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2011/In preparation since 2011

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source :
http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article587]

Bisson Marie, Dom Thomas Le Roy, Les curieuses recherches du Mont Sainct Michel, édition numérique structurée à l’aide de la Text Encoding Initiative

Bisson Marie, Dom Thomas Le Roy, Les curieuses recherches du Mont Sainct Michel, édition numérique structurée à l’aide de la Text Encoding Initiative : établissement critique du texte, recherches sur les sources, introduction littéraire et historique (dir. C. Jacquemard et co-dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2008 /In preparation since 2008

Résumé/abstract :

L’objectif de cette thèse est d’établir une édition critique des enquêtes de Dom Le Roy sur l’histoire du Mont Saint-Michel : Les Curieuses recherches du Mont sainct Michel. Au XVIIe siècle, ce moine mauriste, a écrit conjointement plusieurs versions de son œuvre et Eugène de Robillard de Beaurepaire en a fait une première édition scientifique au XIXe siècle mais il s’est appuyé essentiellement sur un manuscrit principal et en a même occulté certains passages.

Notre travail sera de proposer une édition critique des quatre versions du texte de dom Le Roy que nous possédons : un manuscrit principal (Caen, fonds Mancel n°195) ; une version abrégée manuscrite (Bibliothèque de Cherbourg n°65) ; une brève histoire de l’abbaye du Mont Saint Michel attribuée à Dom Leroy (fonds latin de la Bnf n° 13818.) ; une copie de 228 pages (fonds français de la Bnf n° 18950.) , de les comparer et de retrouver les sources sur lesquelles l’historien mauriste s’était lui-même appuyé.

La forme idéale pour une édition aussi complexe est certainement la forme électronique qui fera ainsi apparaître l’autorité de chaque partie de texte et permettra de confronter les différentes versions de dom Le Roy entre elles mais aussi d’analyser le travail de Beaurepaire. L’édition numérique se fera en langage XML (eXtensible Markup Language ) à l’aide de la Tei (Text Encoding Language ) qui est l’ensemble de recommandations actuellement expérimenté avec le plus de succès, dans le domaine des sciences humaines et sociales, pour décrire le contenu et la structure des documents écrits.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article384]

Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente

Avril Charles, Le culte marial dans la province ecclésiastique de Rouen entre le XIe siècle au Concile de Trente, (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2010 /In preparation since 2010

Résumé/abstract :

L’objet de la recherche est d’aborder la question de la liturgie mariale normande, constatant l’absence de travaux jusqu’alors sur cette problématique historique. Les sources liturgiques sont peu connues de l’historiographie normande. Utilisée pour leurs apports iconographiques ou musicologiques, cette documentation est rarement considérée pour son usage premier : le culte liturgique. Un premier intérêt, au-delà du culte marial, de ces travaux sera d’établir une critique de ces sources dans une perspective liturgique notamment dans leur usage.

Le cadre chronologique choisi se situe entre deux périodes « fastes » pour l’histoire du culte liturgique normand. Le XIe siècle, est le siècle de la refondation de la chrétienté normande grâce aux réformateurs comme Guillaume de Volpiano. C’est un temps de forte activité liturgique notamment par la création de pièces liturgiques, mais aussi par l’établissement de coutumes et la publication de véritables manuels de liturgie à destination du clergé diocésain dont celui de l’évêque Jean d’Avranches, qui devient archevêque de Rouen, est le plus célèbre. Le Concile de Trente, comme chaque concile, connaît une période le précédant, de vive réflexion théologique et de tentatives de réformes liturgiques. Ce concile publie, sous l’autorité de Pie V, un nouveau missel, un nouveau bréviaire et un nouveau calendrier. Les deux bornes chronologiques sont bien connues. Mais que se passe-t-il en Normandie pendant cette période ? Nous n’en savons rien, c’est ce que ce travail cherche à établir.

Une meilleure connaissance de la liturgie mariale contribue à l’approfondissement de nombreux autres champs de l’histoire en particulier, de l’histoire de l’Église. En effet, le livre d’Heures, source considérable pour la piété des laïcs, tire son origine de la liturgie. Mes travaux s’inscrivent pleinement dans les réflexions actuelles qui participent au renouvellement de l’historiographie religieuse normande.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article544]

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle)

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle), (dir. Veronique Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Résumé/abstract :

L’ouest de la Normandie fait souvent figure de parent pauvre dans l’historiographie de la Normandie médiévale. Les seigneurs, laïcs et ecclésiastiques, influents de l’ouest de la Normandie sont mal connus. Leurs installations, souvent initiées par le pouvoir royal, et leurs motivations politiques, personnelles ou religieuses, ainsi que leurs relations n’ont pas été étudiés. Commencer l’étude dans les années 1040 permet d’étudier les transformations politiques engagées par le duc de Normandie, Guillaume, dans l’ouest de la Normandie, tant du point de vue religieux (évêques et fondations d’abbaye) que du point de vue féodal (réorganisation de la hiérarchie seigneuriale). Les rois d’Angleterre, duc de Normandie continuent jusque 1204 d’influer sur cette zone, certes avec des développements et des fluctuations selon les rois : Henri Ier, ancien comte du Cotentin reste toujours proche de cette région, alors que Jean sans terre, pourtant ancien comte de Mortain, n’a pas entretenu de lien particulier. À partir de 1137-1138, les seigneurs s’affirment et mènent des stratégies personnelles aux dépens des princes. Un second tournant débute dans les années 1193-1195. A partir de 1204, la conquête capétienne marque une nouvelle évolution dans les rapports entre le souverain et les détenteurs de pouvoirs locaux. Mais éloignée de la frontière anglo-française, c’est surtout à partir des années 1248-1254, que l’influence royale se fait sentir, notamment avec l’affirmation du pouvoir des représentants du roi, les baillis, qui encadrent progressivement les privilèges des seigneurs laïcs comme ecclésiastiques. Le règne de Philippe III (1270-1285) finit d’intégrer complètement l’ouest de la Normandie dans le domaine royal français, même si dans les textes la différence entre Normannia et Francia est toujours présente. L’ouest de la Normandie, expression volontairement imprécise, correspond toutefois à un espace cohérent. L’aristocratie qui domine cet espace met en place des stratégies matrimoniales au cœur de cette zone, on parle parfois d’aristocratie « bajocasso-cotentinaise ». Le comte de Mortain, comme d’autres seigneurs, est le bienfaiteur d’abbayes tant dans le Cotentin, dans le Bessin que dans l’Avranchin. Au XIIIe siècle, cette cohérence est renforcée par la création du bailliage du Cotentin qui englobe le diocèse de Coutances, d’Avranches, et d’une partie de celui de Bayeux. Les îles anglo-normandes sont comprises dans cette étude, puisque l’archidiaconé des îles dépend de l’évêché de Coutances, et les abbayes normandes y sont fortement implantées. L’historiographie normande a peu traité ces espaces, surtout dans une réflexion sur la volonté des princes d’y affirmer leur présence et leur pouvoir, et sur celles des aristocrates de s’affranchir de l’autorité de ces derniers. Pourtant pour répondre à ces interrogations les sources sont nombreuses, les 21 abbayes couvrant notre espace, ont presque toutes laissées de nombreux actes de la pratique, pour la plupart inédit, qui éclairent les réseaux de pouvoirs. A côté de ces milliers de chartes, les autres sources diplomatiques (actes des ducs de Normandie, des rois de France), les sources littéraires, mais aussi la sigillographie et l’archéologie permettent de discuter ce que l’on sait aujourd’hui de l’intégration d’un territoire à un royaume, et aussi de mieux appréhender la vision que les seigneurs avaient de leur pouvoir, et que les princes avaient de ces territoires.

[source : http://www.theses.fr/s116672]

Lepeuple Bruno, Les châteaux du Vexin du Xe siècle au milieu du XIIe siècle. Deux conceptions du contrôle territorial, la Normandie face à la France

Lepeuple Bruno, Les châteaux du Vexin du Xe siècle au milieu du XIIe siècle. Deux conceptions du contrôle territorial, la Normandie face à la France (dir. A.-M. Flambard Héricher, Université de Rouen)

En cours depuis 2005/In preparation since 2005

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s43789]

Levieux Lise, Espace réel, espace perçu à Rouen du Xe au XVe siècle : le rôle des communautés religieuses dans la fabrique de la ville médiévale

Levieux Lise,  Espace réel, espace perçu à Rouen du Xe au XVe siècle : le rôle des communautés religieuses dans la fabrique de la ville médiévale, (dir. E. Lalou, Université de Rouen).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s107931]

Nardeux Bruno, Un exemple de domaine public en Normandie. Le pays de Lyons Xe-XVe siècle

Nardeux Bruno, Un exemple de domaine public en Normandie. Le pays de Lyons Xe-XVe siècle, (dir. E. Lalou, Université de Rouen).

En cours depuis 2009/In preparation since 2009

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s51765]

Berardi Riccardo, Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Age : la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1282)

Berardi Riccardo, Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Age : la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1282), (dir. Annick Peters Custot – Université de Saint-Etienne).

En cours depuis 2014/In preparation since 2014

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s105690]

Gregory Rebecca, The minor and field-names of Thurgarton Wapentake, Nottinghamshire

Gregory Rebecca, The minor and field-names of Thurgarton Wapentake, Nottinghamshire, (dir. P. Cavill, J. Baker, University of Nottingham)

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Résumé/abstract :

My project involves collection and anaysis of minor names in Thurgarton Wapentake. I hope to be able to analyse these names in order to glean information about a number of different areas of interest including: the dialect of Nottinghamshire and naming elements specific to the region; the languages spoken in the area, with an emphasis on Scandinavian-infuenced vocabulary and pronunciation; land-use; and the process of enclosure and its effect on naming. My initial sources of data have been the Tithe and Enclosure Awards from the late 18th and early 19th centuries. However, I will also be making use of maps and documents from both earlier and later periods.

[Source : http://www.nottingham.ac.uk/research/groups/csva/research/doctoral-research.aspx]

Matveeva Elizaveta, Reconsidering the tradition: the Odinic hero as saga-protagonist

Matveeva Elizaveta, Reconsidering the tradition: the Odinic hero as saga-protagonist, (dir. J. Jesch, University of Nottingham)

En cours depuis ?/In preparation since ?

Résumé/abstract :

My project centres upon the representation of late Icelandic saga characters that are connected with Odinic motifs, and are usually based upon an earlier tradition of depicting a mortal hero consecrated to Óðinn. The major examples of such characters include Sigmundr, Sinfjötli and Sigurðr of Völsunga saga that goes back to Eddic poetry, and the eponymous kings and their champions in Hrólfs saga kraka and Halfs saga ok Halfsrekka. The aim of my thesis is to look at the perception and interpretation of these traditional storylines and their pagan theme in saga narrative of the Christian era, from both literary-critical and historical points of view.

[Source : http://www.nottingham.ac.uk/research/groups/csva/research/doctoral-research.aspx]