Archives de catégorie : 2015

Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp

Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, thèse soutenue en 2015, (dir. C. Jacquemard, Université de Caen Basse-Normandie – co-directeur : A.-M. Turcan-Verkerk, EPHE/IRHT)

Résumé/abstract :

Parvenir à définir le contenu d’une bibliothèque médiévale disséminée à travers l’Europe, c’est tenter de reconstituer intellectuellement la mémoire d’une communauté et un patrimoine culturel aujourd’hui difficilement perceptible, tout en gardant les manuscrits dans leurs lieux de conservation actuels. Mais c’est aussi un moyen efficace pour valoriser et faire connaître, à la fois auprès des spécialistes et du grand public, un patrimoine historique exceptionnel. Le cas de Fécamp est d’autant plus intéressant que ce monastère bénédictin a tenu une place de choix parmi les centres intellectuels et de pouvoir du Moyen Âge : proche du palais ducal et premier établissement normand réformé selon la règle de saint Benoît par Guillaume de Volpiano vers l’an Mil, l’abbaye, pourvue d’un scriptorium très actif, fut le point de départ d’un grand nombre de restaurations monastiques ultérieures en Normandie ; sa grandeur était reconnue bien au-delà des frontières du duché (comme en témoignent par exemple Dudon de Saint-Quentin, Raoul Glaber ou Baudri de Bourgueil), mais aussi hors du continent, puisque les liens artistiques, culturels et intellectuels avec l’Angleterre, avant et après la conquête de 1066, s’avèrent à la fois nombreux et bien attestés.

Nos recherches sur la bibliothèque bénédictine de Fécamp, publiées en 2007 dans la revue Tabularia, ont permis de mettre en évidence l’existence de six phases de dispersion du fonds depuis les Guerres de Religion (seconde moitié du XVIe siècle) jusqu’à la Révolution (fin du XVIIIe siècle). Un travail d’investigation sur les possesseurs de livres fécampois ainsi que sur l’histoire de leurs collections a rendu possible la reconstitution du cheminement de quelques deux cents manuscrits depuis leur bibliothèque monastique de provenance jusqu’à leur lieu de conservation actuel. Comme pour un grand nombre d’autres bibliothèques médiévales, le fonds de l’abbaye de Fécamp se trouve désormais disséminé à travers la France et l’Europe. A ce jour, pas moins de dix bibliothèques publiques et privées ont été identifiées comme possédant des codices provenant de la Trinité. La majeure partie des manuscrits est aujourd’hui conservée en France, dans trois villes (à Rouen, à Paris et à Fécamp), mais dans six établissements distincts. Plusieurs autres bibliothèques européennes possèdent des manuscrits provenant de Fécamp : au Vatican, en Allemagne (à Berlin), en Suisse (à Berne), aux Pays-Bas (à Leyde) et en Angleterre (à Salisbury).

Continuer la lecture de Lecouteux Stéphane, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp

Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles)

Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles),  thèse soutenue en 2015, (dir. V. Gazeau – co-directeur : C. Lorren, Université de Caen Basse-Normandie).

Résumé/abstract :

Depuis une trentaine d’années, l’hagiologie fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique, passant d’une approche purement cultuelle à une approche anthropologique et sociale. L’un des axes les plus féconds à l’heure actuelle consiste à étudier l’instrumentalisation du sacré, indispensable pour étayer, glorifier voire légitimer l’autorité politique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective que l’on a choisi d’examiner, dans le cadre de ce doctorat, la question de la maîtrise du culte des saints dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen aux IXe-XIIIe siècles. En effet, dans un contexte de restauration de la vie religieuse au lendemain des invasions scandinaves, le sanctoral devient un enjeu de pouvoir dont la cathédrale et les grands monastères de la région cherchent à s’assurer la domination. Afin de mener à bien cette recherche, on dispose de nombreuses sources : calendriers liturgiques, vitae et recueils de miracula, inventaires de reliques, etc. Une fois ceux-ci dépouillés, la réflexion s’organisera autour de trois axes principaux. Après avoir démontré que l’apparition des Normands dans la vallée de la basse Seine conduit à une désorganisation réelle du culte des saints, il conviendra de dresser un état du sanctoral reconstitué à la fin de la période, d’en étudier la physionomie et l’évolution des modèles de sainteté en vigueur dans l’espace et la période considérés puis de montrer sous l’effet de quelles logiques il se met en place au lendemain de la fondation de la principauté normande. Cela conduira à s’interroger sur la question des rapports entre sanctoral et restauration monastique, sanctoral et pouvoir territorial (contribution du culte des saints à la formation territoriale et identitaire du duché de Normandie puis à la formation d’un espace anglo-normand et d’un espace Plantagenêt), sanctoral et réforme de l’Eglise, sanctoral et rayonnement des différents établissements du diocèse de Rouen. En d’autres termes, l’étude du culte des saints dépasse très largement le seul cadre de l’histoire religieuse et constitue une porte d’entrée ouvrant sur l’étude des structures et des mentalités au Moyen Âge.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article605]

Malbos Lucie, Les relations entre les emporia et leurs hinterlands en Europe du Nord-Ouest du VIIe au Xe siècle

Malbos Lucie, Les relations entre les emporia et leurs hinterlands en Europe du Nord-Ouest du VIIe au Xe siècle, thèse soutenue en 2015, (dir. R. le Jan, Université de Paris I).

Résumé/abstract :

Les emporia, sites commerciaux abritant des activités artisanales, apparaissent aux VIIe et VIIIe siècles sur les côtes des mers nordiques, alors que le centre de gravité économique glisse du pourtour méditerranéen vers le Nord, avec un passage à des échanges plus massifs et une recomposition des pouvoirs politiques. Ces lieux de rencontre (économique, politique, culturelle) sont des centres de consommation, de production, d’échange, de stockage et de transit. Ils jouent un rôle clé dans le système fiscal, mais sont des sites distincts des lieux de pouvoir. Leurs caractéristiques communes rendent possible une comparaison entre Birka, Kaupang, Hedeby et Ribe en Scandinavie, Hamwic en Angleterre, Dorestad et Quentovic au nord du royaume des Francs, en s’appuyant sur des sources à la fois écrites et archéologiques, dans le cadre d’une approche interdisciplinaire et sans nier la spécificité de chaque site. Il s’agit de revenir en particulier sur le rôle de l’autorité royale et des élites dans le développement de ces «nœuds». Face à la tendance traditionnelle à surestimer le rôle du commerce à longue-distance dans l’essor des emporia et à ne les considérer que pour eux-mêmes, la récente revalorisation des liens entre ces sites et leurs hinterlands (économiques et politiques) peut permettre d’esquisser des ensembles de relations sociales et un jeu variable d’échelles (entre insertion locale et intégration aux réseaux d’échanges à longue-distance), tout en s’interrogeant sur les liens entre les différents emporia. Centralité, marginalité, discontinuité, contact sont autant de notions essentielles pour appréhender les relations entre les emporia et leurs hinterlands. Dans ce réseau d’échanges croisés complémentaires qui se dessine au premier Moyen Âge autour de l’ensemble Manche – Mer du Nord – Baltique, espace de contact depuis la Préhistoire , les emporia, bien ancrés dans leur région, assument un rôle d’intermédiaires à diverses échelles.

 

The emporia are trading-stations with manufacturing activities: they appear in the 7th and 8th centuries on the North seas’ shores (North Sea, Baltic and Channel), when the economic axis moved from the Mediterranean Sea towards the North, the exchanges become more important and the political powers are remodeled. On the periphery of kingdoms constituting and in the centre of exchange networks, they are meeting places, with economic, political and cultural aspects and where Anglo-Saxon, Frankish, Frisian, Scandinavian and Slav traders mingle with each other. They are also consumption centres and producing sites where exchanges, storage and transit can take place. Thanks to their common characteristics we can try to compare the four Scandinavian sites (Birka, Kaupang, Hedeby, Ribe), Hamwic in southern England, Quentovic in the North of the Frankish kingdom and Dorestad in Frisia, in a context of political, economic and social changes during the 7th-9th centuries. To this end, this study rests on both written (charters, laws, annals, hagiographies…) and archaeological sources, in an interdisciplinary approach which will use archaeology, geography, anthropology. To study the relationships between the emporia and their hinterlands (both economic and political) we will wonder how they interact, as regards supply issues, coinage, importations and craft productions circulation. We will also examine the relationships between the emporia and various authorities, and elaborate on the fiscal, administrative, juridical and even religious functions of these trading ports. We aim to try to outline social networks, on different scales (between local insertion and integration in the long-distance trade networks), while examining the links between the different emporia, within exchange networks setting up on a northwestern Europe scale and perhaps even in a broader perspective.

[source : http://www.theses.fr/s89551]

Hogg Lara, Humans and animals in the Norse North Atlantic

Hogg Lara, Humans and animals in the Norse North Atlantic, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Cardiff University)

Résumé/abstract :

It is a well-established fact that all human societies have coexisted with and are dependent upon animals and it is increasingly recognized that the study of human-animal relationships provides vital insights into past human societies. Still this is yet to be widely embraced in archaeology. This thesis has examined human-animal interdependencies to explore the social identities and structure of society in the Norse North Atlantic. Benefitting from recent research advances in animal studies and the ever increasing volume of archaeological reports from Norse period archaeological excavations the North Atlantic this thesis was able to develop previous scholarship and define directions for future research. The thesis explored the role of animals in human society in the North Atlantic to reveal the complex Norse societies that existed. It revealed through human interdependencies with animals that these societies were far from homogeneous and had their own distinct identities with the individual islands as well as across the North Atlantic. The thesis achieved this by examining several important discrete but interlinked themes. These themes were divided into four chapters that focused on the individual aspects. This included an examination of previous North Atlantic Viking Age scholarship, consideration of human construction and perception of landscape through archaeological excavations, investigation of the role of domestic animals in human social activities, and an exploration of the role of domesticated animals in beliefs. Although these are all connected the structure of the thesis was deliberately chosen to restrict repetition, although given the interconnected nature of human social identities, society and worldview this was not entirely possible. This thesis addressed some of the most fundamental questions in Norse archaeology. Notably, through examination of human-animal interdependencies, it provided a detailed insight into how Norse society understood and perceived the world, and consequently the structure of Norse society and social identities.

[Source : http://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?did=1&uin=uk.bl.ethos.683662]

French Michael, Religious depictions: written representations of Anglo-Norman churchmen (1066-1135)

French Michael, Religious depictions: written representations of Anglo-Norman churchmen (1066-1135), thèse soutenue en 2015, (dir. J. Hudson, University of St Andrews)

Résumé/abstract :

This thesis explores the depiction of ecclesiastical restorers in narrative sources in England between c.1070 and 1130. It examines the way in which contemporaries wrote about churchmen who were engaged in restoring the English Church, particularly the actions which were attributed to them. While a great deal has been written about ideas of Church reform from the time, little has been done to set out who might actually be considered a restorer. Narrative sources offer a window through which to assess the themes which most concerned writers of the time. The thesis focuses upon chronicles and saints’ Lives to delve into these themes, as it seeks to identify the criteria by which writers assessed churchmen who attempted to restore the Church. Certain common trends will be identified. However, it will also be argued that different contexts and commentators honed the image of the restorer so that the needs of communities and their particular members shaped ideas of the figures under discussion. The examination is split between four chapters, each addressing an important aspect in the depiction of the restorer. Chapter One looks at the importance of material restoration, through the recovery of lost lands and the rebuilding of churches. Chapter Two looks at how writers depicted restorers correcting morals in England and improving monastic customs, particularly saints’ cults. Chapter Three explores the notion of ‘right order’ and how it was important for churchmen to ensure that the correct hierarchy was restored. The fourth and final chapter examines the personal characteristics expected of a restorer, such as industry, prudence and learning, as well as descriptions of saintly restorers. Finally, the conclusion tests its findings against writing from different times and places, namely other European writing from the late eleventh and early twelfth centuries and tenth-century England.

[Source : https://research-repository.st-andrews.ac.uk/handle/10023/6921]