Archives de catégorie : Publications

Parution de l’ouvrage de Grégory Combalbert, « Sauf le droit épiscopal »

Grégory Combalbert, « Sauf le droit épiscopal ». Évêques, paroisses et société dans la province ecclésiastique de Rouen (XIe-milieu du XIIIe siècle), Caen, Presses universitaires de Caen (« Bibliothèque des universités normandes »), 2021.

Présentation éditeur, 4e de couverture

La réforme ecclésiastique habituellement qualifiée de « grégorienne » est un processus aux conséquences très importantes, qui impacte aussi bien les hommes d’église que le reste de la société médiévale. En Normandie, elle suit des voies et une chronologie particulières. Dans le contexte singulier de la réforme et de la province ecclésiastique de Rouen, qui est très largement mais pas intégralement située dans le duché de Normandie, ce livre examine la manière dont évolue le « gouvernement » des paroisses par les évêques. L’enquête s’intéresse à la capacité épiscopale de contrôle des églises et des clercs, qui apparaît encore largement à construire au XIe siècle, à l’action des évêques, de plus en plus tournée pastorale à partir de la fin du XIIe siècle, et aux conséquences de ce contrôle et de cette action sur la société, c’est-à-dire sur les acteurs locaux, aristocrates, élites villageoises et clercs, qui, eux aussi, exercent ou prétendent exercer des droits sur les églises paroissiales. 

Accéder à la table des matières

Parution de : Gilduin Davy, La saga des diseurs de loi.

Image : copie de l’Íslendingabók par Jón Erlendsson (1651), Reykjavik, Institut arnamagnéen, AM 113 a fol.

Gilduin Davy, La saga des diseurs de loi. Esquisse juridique de l’Islande médiévale, Paris, Classiques Garnier (Histoire du Droit 10), 2021.

 

Information éditeur (4e de couverture) : « L’Islande est une terre de contrastes et de fantasmes. Mais aussi l’Islande est le sanctuaire d’une mémoire juridique singulière. Si le vieil adage « c’est par la loi que l’on bâtira un pays et c’est dans l’illégalité qu’il périra » résonne comme une devise de la Scandinavie médiévale, le diseur de la loi en est l’incarnation vivante. Il assurait autrefois la conservation du droit et son adaptation aux évolutions de la société. Il était au cœur de tous les bouleversements qui, du milieu du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle ont jalonné l’histoire islandaise. Ce livre suit ce personnage emblématique situé aux sources mythiques du droit ancien, et il cerne ce que furent son rôle et son devenir au sein de l’Islande médiévale ».

 

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga

Illustration ci-dessus : Copie de la Knýtlinga saga (AM 18 fol., Den Arnamagnæanske Samling, Copenhague) par Árni Magnússon (1663-1730) à partir d’un manuscrit daté d’environ 1300 et détruit lors du grand incendie de Copenhague en 1728. Cette version est aujourd’hui le témoignage le plus important de la saga. 

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga. Traduite du norrois et présentée par Simon Lebouteiller. Toulouse, Anacharsis, 2021.

La saga des rois de Danemark – Knýtlinga sagaLa Saga des Knýtlingar représente à plus d’un titre un témoignage important sur l’histoire du Danemark médiéval, et plus généralement de la Scandinavie et des régions avoisinantes à cette époque. Rédigée en Islande entre 1235 et 1300 — probablement durant les années 1250-1270 —, elle raconte l’épopée des souverains danois sur deux siècles et demi, des premiers rois chrétiens de l’époque viking à l’année 1187. Associant récits historiques et légendaires, elle dépeint les règnes de personnages emblématiques tels que Haraldr à la Dent Bleue, qui se convertira au christianisme et imposera la nouvelle foi à son royaume unifié au Xᵉ siècle, ou Knútr le Grand qui s’emparera également des trônes d’Angleterre et de Norvège au XIᵉ siècle, se constituant de cette manière un véritable « Empire de la mer du Nord ».
Continuer la lecture de La saga des rois de Danemark – Knýtlinga saga

Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings

Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings, London, Penguin Books, 2020, 624 p., ISBN: 9780241283981

Publisher description

The ‘Viking Age’ is traditionally held to begin in June 793 when Scandinavian raiders attacked the monastery of Lindisfarne in Northumbria, and to end in September 1066, when King Harald Hardrada of Norway died leading the charge against the English line at the Battle of Stamford Bridge. This book, the most wide-ranging and comprehensive assessment of the current state of our knowledge, takes a refreshingly different view. It shows that the Viking expansion began generations before the Lindisfarne raid, and traces Scandinavian history back centuries further to see how these people came to be who they were. Continuer la lecture de Neil Price, The Children of Ash and Elm. A History of the Vikings

Parution d’une nouvelle édition des actes d’Henri II Plantagenet

The Letters and Charters of Henry II, King of England 1154-1189, vol.1, éd. Nicholas Vincent, Oxford, Oxford University Press, 2020, 736 p., ISBN: 9780198208365.

 

Description éditeur : The first volume of the definitive scholarly edition of the Letters and Charters of Henry II, King of England 1154-1189. Edited by Nicholas Vincent, this scholarly set is the most considerable body of charter evidence ever presented for the history of the Plantagenet realm. It makes available some 3500 Latin texts, of which nearly 1000 have never before been published, and contains full notes, an extensive diplomatic and historical introduction, and will prove indispensible for all working on the Plantagenet realms in England, Wales, France, and Ireland.

Une nouvelle édition de la Chronique de Robert de Torigni

The Chronography of Robert of Torigni, éd. et trad. Thomas Bisson, Oxford, Clarendon Press, (Oxford Medieval Texts), 2 vol., 2020.

Publiée en mars 2020, la nouvelle édition – accompagnée d’une tradition anglaise – de la Chronique de Robert de Torigni,  est l’aboutissement d’une recherche menée depuis 2009 par Thomas Bisson, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université de Harvard. L’ouvrage se présente sous la forme de deux volumes, chacun précédés d’une introduction. Le premier donne  le texte de la chronique couvrant la période 1100-1186 rédigée par Robert de Torigni à la suite de celle de Sigebert de Gembloux. Le second publie un ensemble de textes – réunis en neuf annexes, de nature et de dimensions variables – liés ou non à la Chronique, mais qui permettent de saisir le travail du moine (puis prieur, v. 1149) du Bec-Hellouin devenu en 1154 abbé du Mont Saint-Michel, ainsi que la genèse et le contexte de son œuvre historique. Y figurent une première version de la Chronique (876-1156), composée juste avant ou après 1160, qui représente une première tentative pour mettre à jour l’œuvre de Sigebert, un projet dont on suit l’évolution à partir de la mention de la mort de Sigebert (1113) vers la rédaction d’une chronique originale, suivie des interpolations couvrant une période allant l’an 33 à 1100. Les autres pièces qui font suite sont le De immutatione (composé vers 1152-1154) – un court traité sur les changements des usages des moines, les fondations des abbayes normandes et leurs abbés – ; près d’une cinquantaine de chartes (ou simplement leur résumé) datant des débuts de l’abbatiat de Robert (entre 1155 et 1159) et qui représentent une continuation du cartulaire (Avranches, Bibl. mun., ms 210) ; deux lettres (au prieur Gervais de Saint-Céneri et à l’abbé Roger du Bec) ; trois prologues rédigés par Robert pour différents ouvrages ; une continuation du Bec contenant des annales originales (1157-1160) distinctes de celles de Robert ; des additions aux œuvres de Robert de Torigni composées dans différents établissements normands ou anglais et enfin la liste des chevaliers et vavasseurs relevant du Mont saint-Michel dressée en 1172. Au total, près de 150 ans après l’édition de la Chronique par Léopold Delisle (1872-1873), Thomas Bisson a réuni un dossier documentaire exceptionnel qui, avec d’autres travaux récemment publiés sur les écritures de Robert de Torigni, documente une œuvre et un auteur essentiels à notre connaissance des mondes normands.

(ill. Avranches, Bibl. mun, ms 159, fol .7v)

 

Deux publications récentes sur les vikings

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir The Valkyrie. Women of the Viking World, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

Extrait, p. 14 :

“Gender is a fundamental category that has structured human societies throughout history, but it is much more complex than a simple male/female binary. One of the factors that complicate gender identity, especially for women, is age. Women were (and are) perceived differently depending on whether they are unmarried or married, fertile or not, and becoming a widow could give women a new-found freedom and independence but also leave them unprotected. As both literary sources and burials show, old women were sometimes seen as dignified and worthy of respect, or witch-like. The Norse had sophisticated laws that provided married and widowed women with substantial scope and security, and the protections afforded to children suggest that they were seen as valuable members of society. On the other hand, adolescent girls seem to have had little ability to make their own decisions and they were often married off as suited their family. The book will follow the life cycle, addressing each of these phases in turn to uncover the complexity of a woman’s experiences and the shifting identities and roles she might have had.”

Christian Cooijmans, Monarchs and Hydrarchs: The Conceptual Development of Viking Activity across the Frankish Realm (c. 750–940), Londres et New York, Routledge, 2020.

Extrait, p. 9:

“All in all, by introducing and implementing an original methodological framework to reconsider regional viking movements around the Frankish realm, this study allows overarching patterns of said endeavour to be identified and interpreted, offering a beneficial, novel perspective on the logistical and strategic considerations that would have governed them. Likewise, due to its focus on a sizeable yet comparatively underrepresented portion of the wider viking world, it will amass and accommodate bodies of evidence that have hitherto often been divided across disciplinary, linguistic, and geopolitical lines. By pairing this respective source material and research methodology – and presenting them to a wider academic audience – this work aspires to open up future opportunities for comparative and critical study of this far- reaching Scandinavian presence across the European mainland.”

Parution de G. Combalbert (ed), Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223)

Vient de paraître :  Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223), Grégory Combalbert (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen (e-Cartae – Actépi), 2019.

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques, tous étant également destinés à faire l’objet d’une publication papier.

Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) comprennent 266 unités documentaires : actes, fragments et mentions d’actes aujourd’hui disparus. Le site web propose plusieurs modes d’entrée dans le corpus : par la constitution de sous-corpus, par caractère interne, par les index, par une carte, par une requête dans le moteur de recherche. Il permet également la circulation dynamique entre les différents éléments constitutifs de l’édition.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication multimodale et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par Grégory Combalbert et le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique.

Publication récente : The Viking Way

Vient de paraître une seconde édition, entièrement révisée et augmentée, de l’important livre de Neil Price, The Viking Way. Magic and Mind in Late Iron Age Scandinavia (Oxford-Philadelphie, Oxbow Books, 2019, xxxiv-398 p.). Cet ouvrage, dont la première édition était parue en 2002, a marqué un jalon important dans l’étude des formes de la vie religieuse et des pratiques de magie et de sorcellerie dans la Scandinavie de l’époque viking. L’auteur, qui s’est appuyé tout autant sur les données archéologiques que sur les sources écrites, a en particulier mis en lumière l’importance des contacts et des transferts entre Scandinaves et populations finno-ougriennes de l’intérieur et du nord de la péninsule. Cette seconde édition inclut plus de 150 figures, plus de 40 pages de bibliographie et un index analytique très complet.

Une nouvelle traduction française du Livre des Islandais

Christophe Bord, spécialiste de langue et littérature scandinaves médiévales à l’Université de Toulouse, vient de faire paraître une nouvelle édition entièrement revue, corrigée et augmentée de son manuel d’initiation au scandinave médiéval. On y trouve à nouveau les éléments qui faisaient la qualité de la première édition, parue en 2004 : une présentation de l’histoire de la langue et de ses différentes variantes (en particulier les variétés orientales du norrois, souvent négligées par les manuels qui se concentrent sur les runes et sur le vieil islandais) ; une description de la grammaire illustrée par des exemples nombreux ; un choix de textes traduits et commentés.

À cela s’ajoute une contribution qui ne manquera pas d’intéresser tous les francophones qui s’intéressent aux mondes normands. Cette réédition contient en effet une traduction française complète et annotée du Livre des Islandais (Íslendingabók), composé aux environs de 1130 par le prêtre Ari Þorgilsson, dit Ari fróði (c’est-à-dire « le Savant »). Dans ce bref récit (vingt-cinq pages dans la traduction de Christophe Bord), l’auteur du XIIe siècle prétendait rapporter les conditions de la colonisation de l’Islande, la mise en place de plusieurs institutions (les « quartiers », l’Althing, le calendrier, etc.) et les premiers développements de l’Église islandaise (l’adoption du christianisme et l’histoire des premiers évêques de Skálholt). Cette œuvre, la plus ancienne composition historique réalisée par un Islandais dans sa propre langue, est donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire de l’île. À notre connaissance, elle n’avait pas fait l’objet d’une traduction française depuis celle (aujourd’hui bien vieillie) de Félix Wagner, parue à Bruxelles en 1898.

Christophe Bord, Initiation à l’étude de la langue des Vikings (scandinave médiéval), Paris, L’Harmattan, 2018 (la traduction du Livre des Islandais constitue la 6e partie du livre, p. 207-235).

Alban Gautier, Université de Caen Normandie / CRAHAM UMR 6273

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Appel à contribution

Journée d’étude organisée par le CRAHAM
(resp. M.-A. Avenel et P. Bauduin),

Caen, 16/02/2018 (MRSH – Salle des Actes)

Les études médiévales ont profité ces dernières années des campagnes de numérisation de masse menées dans les fonds des bibliothèques. Certaines de ces opérations, conduites aujourd’hui en partenariat avec des chercheurs spécialistes des Mondes normands médiévaux (Scandinavie, Normandie, royaume anglo-normand, Italie méridionale), ont permis de mettre en place des programmes portant sur l’analyse et la valorisation des sources au moyen des outils numériques. En effet, l’essor des humanités numériques s’est accompagné du développement d’outils adaptés à la recherche en Sciences humaines et sociales, dont a bénéficié l’étude des différents types de sources, textuelles et archéologiques. Parmi ces outils, l’usage de l’XML, en particulier, selon les recommandations de la TEI ou de l’EAD, a permis des avancées importantes pour la constitution de nouveaux corpus numériques et a donné lieu à une nouvelle réflexion sur les usages et les méthodes de l’édition critique.

Cette journée d’étude, adossée à un dossier de la revue Tabularia, cherchera à présenter différentes expériences relatives à l’usage du numérique pour l’étude des sources des mondes normands : il s’agira d’étudier les apports du numérique, la manière dont il influence la méthodologie de la recherche, dont il induit de nouvelle(s) lecture(s) des sources et de nouveaux outils (indexation, mémento). On pourra analyser les atouts, comme la pérennité des données, l’interopérabilité au sein d’une même source ou d’un même corpus comprenant différents types de documents, et leur mise en réseau sur un espace démultiplié. Mais on pourra aussi envisager les contraintes : dans quelle mesure l’adoption des outils numériques impose-t-elle aux chercheurs d’adapter leurs méthodes de recherche, voire de renoncer à certaines pratiques ? Les outils permettent-il de décrire la source dans toutes ses facettes et de rendre compte de sa complexité ?

Le cadre de l’enquête inclut différentes spécialités en lien avec les divers types de données ou de sources : philologie, paléographie, codicologie, descriptions et catalogages d’inventaires et d’imprimés anciens, numismatique, sigillographie, archéologie, iconographie, prosopographie etc. La confrontation avec des expériences réalisées hors de France est encouragée, de même que pourront être envisagées des comparaisons avec des projets ne concernant pas directement les mondes normands.

Les articles seront publiés dans la revue Tabularia. Les normes de publication sont détaillées dans la rubrique « recommandations aux auteurs » :

http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/recommandations.html

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011) publiés sous la direction de David Bates et PierreBauduin.

Collection Symposia.

Issu d’un colloque international tenu à l’occasion du 11e centenaire du traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce volume s’intéresse aux débuts du duché de Normandie et aux différents aspects de l’expansion ou de la présence des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée. Il expose les interprétations données aux conquêtes, explore la formation de réseaux et la construction d’espaces, ainsi que les notions de diaspora et d’identité « normandes ».
La pertinence de l’expression « monde(s) normand(s) » est discutée en soulignant son caractère à la fois singulier et pluriel, sa dimension européenne, sa valeur heuristique, capable de se dégager d’historiographies trop étroitement nationales et de remettre en question certains modèles explicatifs.

2016, 16 x 24, br., 572 p.

ISBN : 978-2-84133-774-3

35 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/article9550.html?id_article=1006

Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur

Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur

Travel in Russia and the definition of the Scandinavian world’s margins in the genre of the fornaldarsögur

Viaggi in Russia e definizione dei confini del mondo scandinavo nelle fornaldarsögur

Benoît Humbert, Doctorant EPHE, CNRS-UMR 8167 Orient et Méditerranée

Article dans Tabularia :
http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier14&file=04humbert.xml

Résumé :
Thème récurrent de la littérature scandinave médiévale, le voyage en Russie semble évoluer au gré du temps et des genres. La géographie russe s’y présente comme une construction littéraire loin des réalités physiques et historiques, résultat d’un syncrétisme entre différents types de sources. Ce constat est encore plus frappant avec le genre des fornaldarsögur qui figure une véritable évolution où les régions de la Russie médiévale sont pour la première fois décrites, et où la géographie physique fait place à une conception mentale des frontières reposant sur la définition de l’altérité et la prise de conscience de l’unité culturelle scandinave.

Mots-clés : sagas légendaires, Rus’ ancienne, monde Viking, altérité, frontières, marges, voyages

Abstract:
Recurring theme of medieval Scandinavian literature, travel in Russia seems to evolve according to time and genres. The Russian geography appears in fact as a literary construction far from the physical and historical realities, which results from a syncretism between different types of sources. This is even more striking with the genre of fornaldarsögur which introduces a real change where the regions of Medieval Russia are physically described for the first time, and where the geography gives way to a mental conception of geography and borders based on the definition of otherness and the awareness of a Scandinavian cultural unity.

Keywords: legendary sagas, Old Rus’, Viking world, otherness, borders, margins, travels

Riassunto :
Tema ricorrente della letteratura scandinava medievale, il viaggio in Russia sembra evolvere a seconda delle epoche e dei generi. La geografia russa si presenta come una costruzione letteraria avulsa dalle realtà fisiche e storiche, risultato di un sincretismo fra diversi tipi di fonti. Questa considerazione è tanto più evidente nel genere delle fornaldarsögur, che mostra un cambiamento significativo : le regioni della Russia medievale sono descritte per la prima volta, e la geografia fisica è sostituita da una concezione delle frontiere basata sulla definizione dell’alterità e sulla presa di coscienza dell’unità culturale scandinava.

Parole-chiave : saghe del tempo antico, antica Russia, mondo vichingo, alterità, frontiere, confini, viaggi

Écrire l’histoire d’une faide dans l’Islande du XIIIe siècle. Quelques remarques sur la Saga des Svínfellingar

Écrire l’histoire d’une faide dans l’Islande du XIIIe siècle. Quelques remarques sur la Saga des Svínfellingar

Writing the history of a feud in 13th century Iceland. Some remarks on the Saga of the Men of Svínafell

Scrivere la storia di una faida nell’Islanda del XIII secolo. Osservazioni sulla Saga dei Svínfellingar

Grégory CATTANEO, Universités de Paris IV Sorbonne et d’Islande, UMR 8596

Article dans Tabularia :
http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier14&file=03cattaneo.xml

Résumé :
Cette étude répond à un double objectif : analyser les mécanismes de la faide dans une contrée de l’est de l’Islande au milieu du XIIIe siècle et démontrer la valeur d’une saga de contemporains comme source historique. L’affrontement entre les élites locales apparaît à la lueur de deux sources : les annales islandaises et la Saga des Svínfellingar (Svínfellinga saga). Après un examen approfondi des sources de cette faide, force est de constater l’importance du témoignage fourni par la saga. Ce texte narratif permet de reconstruire les étapes de la faide et de comprendre comment l’élite locale est dépeinte dans la saga. Les alliances entre les puissants et la limitation de la violence sont examinées comme un aspect fondamental du jeu de la faide. Les processus de résolution du conflit et ses enjeux sociaux sont reconstitués à travers une étude minutieuse des acteurs de la médiation. Quand cela se révèle pertinent, on établit un parallèle entre le système faidal décrit dans la Saga des Svínfellingar et des exemples issus de sociétés faideuses, que ce soit dans l’Islande des sagas ou dans la France féodale.

Mots-clés : faide, système faidal, négociations de paix, élites locales, sagas de contemporains

Abstract:
This study is based on two purposes. First, it analyses the mechanism of a feud in an area of Eastern Iceland in the middle of the 13th century. Then it demonstrates the value of a contemporary saga as a historical source. The feud between the local elites appears in two written sources: the Icelandic Annals and the Saga of the Men of Svínafell (Svínfellinga saga). After a careful inspection of the sources of this feud, one can observe the importance of the saga testimony. The coalitions between the elite and the limitation of violence are analysed as a fundamental aspect of the feuding game. The process of conflict resolution and its social stakes are reconstituted through a meticulous study of the mediation. When it is relevant, one establishes a parallel between this feuding system and other examples, taken from other feuding societies, in Saga Age Iceland and in Feudal France.

Keywords: feud, feuding system, peacemaking, local elites, contemporary sagas

Riassunto :
Questo studio risponde a un doppio obiettivo : analizzare i meccanismi della faida in una contrada dell’Islanda dell’est in pieno XIII secolo e mostrare il valore di una saga di contemporanei comme fonte storica. L’affronto tra l’élite locale si manifesta alla luce di due fonti : gli annali islandesi e la Saga dei Svínfelligar (Svínfelliga saga). Dopo un esame approfondito delle fonti di questa faida, pare inevitabile costatare l’importanza della testimonianza fornita dalla saga. Questo testo a carattere narrativo permette di ricostruire le tappe della faida e di comprendere come l’élite locale è dipinta nella saga. Le alleanze tra i potenti e l’arginamento della violenza sono esaminati comme un aspetto fondamentale del gioco della faida. Il processo di risoluzione del conflitto e la sua posta in gioco sociale sono ricostituiti attraverso uno studio minuzioso degli attori della mediazione. Se pertinente, si è stabilito un parallelo tra il sistema della faida descritto nella Saga dei Svínfelligar e gli esempi provenienti dalle società vendicative, tanto nell’Islanda delle saghe quanto nella Francia feudale.

Parole chiave : faida, sistema della faida, trattative di pace, élites locali, saga di contemporanei

Geoffroi Malaterra. Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard. Édité par Marie-Agnès Lucas-Avenel

Couverture_Malaterra2

Geoffroi Malaterra
Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard :
Vol. I – Livres I & II

Édité par Marie-Agnès Lucas-Avenel

Collection Fontes & Paginæ.

2015, 21 x 27, br., 448 p.  + 1 hors-texte de 20 pages contenant 16 planches d’illustrations couleur, ISBN : 978-2-84133-743-9, 35 €

Vers 1100, Roger de Hauteville, devenu le Grand Comte de Sicile, charge Geoffroi Malaterra de relater ses triomphes en Italie méridionale. L’œuvre compte quatre livres, rédigés avec soin, dans le souci de plaire au commanditaire et d’instruire les lecteurs sur le sens des événements. Les deux premiers livres racontent comment les fils de Tancrède, victorieux des Lombards, des Byzantins, du pape et des Sarrasins, sont parvenus, par la force des armes et le soutien de Dieu, à établir un nouvel État normand en Pouille, en Calabre et dans la partie septentrionale de la Sicile.
Le texte latin est accompagné d’une traduction française, de notes philologiques et historiques, de planches et de cartes, éclairant le lecteur sur les événements, les lieux et les personnages.