Archives de catégorie : Cultures en contact et transferts culturels / Cultures in contact and cultural transfers

Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles)

Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles), Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Université Paris-Sorbonne)

Continuer la lecture de Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles)

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of St Andrews)

Continuer la lecture de McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

Les emporia comme lieux de transferts culturels aux VIIIe-Xe siècles

Séance du séminaire du Centre Michel de Boüard-CRAHAM, organisé avec le soutien de l’Institut universitaire de France – 24 février 2017

Les emporia, sites commerciaux abritant des activités artisanales, apparaissent aux VIIe et VIIIe siècles sur les rives des mers du Nord, Baltique et Manche, à un moment où le centre de gravité économique se déplace de la Méditerranée vers le Nord. Situés au centre des réseaux d’échanges, ce sont des lieux de rencontre (économique, politique, culturelle), où marchands anglo-saxons, francs, frisons, scandinaves et slaves échangent marchandises et idées, ainsi que des centres de consommation, de production, d’échange, de stockage et de transit.

Le développement de ces centres urbains semble fortement lié à la présence d’un pouvoir royal ou princier. Cependant, il semble que l’initiative soit souvent revenue aux acteurs économiques, marchands principalement, puis que ces élites en aient pris le contrôle dans un second temps. On a pu aussi souligner les différences qui existaient entre ces communautés urbaines et les populations rurales environnantes : en Scandinavie, il est possible qu’elles aient bénéficié d’une législation particulière (attestée ultérieurement en Scandinavie sous le nom de « loi de Birka ») et d’un thing (assemblée, bien attestée pour Birka au IXe siècle). Des formes d’organisation communes étaient nécessaires pour l’entretien des rues, des installations portuaires ou commerciales. Il apparaît enfin que ces emporia ont développé des modes de vie et des formes d’identité – visible par exemple au travers d’activités ou d’un type de consommation particuliers – qui les distinguent des espaces alentours.

Fréquentés par des voyageurs, des marchands, des missionnaires, des envoyés ; ces emporia ont été des lieux d’échanges culturels (et pas seulement économiques). Des lieux où se manifestent et s’expriment des interactions entre les cultures. De ce point de vue ils apparaissent comme des points d’observation privilégiés pour aborder les processus de réception, d’adaptation, de transformation des objets matériels et immatériels (idées, religion, pratiques…), ainsi que les acteurs qui interviennent lors de ces processus.

Accéder aux conférences :

Lucie Malbos (Université d’Evry-Val d’Essonne, IDHES, Lamop), Pratiques alimentaires et transferts culturels dans les emporia d ’Europe du Nord-Ouest (VIIIe-Xe siècle) : l’émergence d’une identité «urbaine» ?

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4509

Sarah Croix (Université d’Aarhus), Entre Nord et Sud : mobilité, identités et modes de vie à Ribe aux VIIIe-Xe siècles

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4508

 

Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

 Luc Bourgeois

Université de Caen, Craham

La diffusion du jeu d’échecs en Occident

En l’état des connaissances, le jeu d’échecs aurait pris naissance autour du vie siècle dans le sous-continent indien. Il oppose deux armées qui se déplacent dans un espace de soixante-quatre cases. Sa composition reproduit celle des armées indiennes : des éléphants, des cavaliers, des chars et des fantassins ; ces troupes étant dirigées par un roi associé à un conseiller. Le jeu est transmis à la Perse dès le viie siècle et sa progression vers l’ouest suit la foudroyante expansion arabe entre 632 et 732. La proscription des représentations humaines par certains courants de l’Islam va entraîner le développement parallèle de deux types de pièces : des objets figuratifs, relativement faciles à interpréter lors de leur réception en Occident, et des pièces schématisées, qui vont donner lieu aux lectures les plus baroques.

Continuer la lecture de Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

 Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.):  Objects, actors and mediators.

5-7 October 2017, Caen, Amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts

 (dir. P. Bauduin et L. Bourgeois)

This conference, which is being organised as part of the programme « Cultural transfers and social links in the Norman medieval world (8th-12th c.) », will consider the objects, agents and conveyors of cultural transfers.

Continuer la lecture de Cultural transfers in Norman Medieval Worlds (8-12th Cent.): Objects, actors and mediators

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

5-7 octobre 2017, Caen, Amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts de Caen

(resp. P. Bauduin et L. Bourgeois)

Organisée dans le cadre du programme « Transferts culturels et liens sociaux dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) », cette rencontre sera l’occasion de discuter les objets, acteurs et passeurs des transferts culturels.

Continuer la lecture de Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011) publiés sous la direction de David Bates et PierreBauduin.

Collection Symposia.

Issu d’un colloque international tenu à l’occasion du 11e centenaire du traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce volume s’intéresse aux débuts du duché de Normandie et aux différents aspects de l’expansion ou de la présence des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée. Il expose les interprétations données aux conquêtes, explore la formation de réseaux et la construction d’espaces, ainsi que les notions de diaspora et d’identité « normandes ».
La pertinence de l’expression « monde(s) normand(s) » est discutée en soulignant son caractère à la fois singulier et pluriel, sa dimension européenne, sa valeur heuristique, capable de se dégager d’historiographies trop étroitement nationales et de remettre en question certains modèles explicatifs.

2016, 16 x 24, br., 572 p.

ISBN : 978-2-84133-774-3

35 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/article9550.html?id_article=1006

Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

Continuer la lecture de Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

 Geneviève Bührer-Thierry

(Université de Paris I, Lamop – UMR 8589)


Qu’est-ce que le Middle Ground ?

Le Middle Ground est un concept inventé par un historien américain [White 1991], servant à décrire les relations entre Indiens et Européens dans la région des Grands Lacs à la fin du XVIIe siècle et fondé sur l’importance de la médiation. Pour R. White les histoires de contact culturel sont perverties par une dichotomie entre absorption de l’autre ou résistance à l’autre : ne faut-il pas plutôt concevoir l’identité comme un réseau complexe de relations et d’échanges engageant activement chaque sujet ?

Continuer la lecture de Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur

Voyages en Russie et définition des marges du monde scandinave dans les fornaldarsögur

Travel in Russia and the definition of the Scandinavian world’s margins in the genre of the fornaldarsögur

Viaggi in Russia e definizione dei confini del mondo scandinavo nelle fornaldarsögur

Benoît Humbert, Doctorant EPHE, CNRS-UMR 8167 Orient et Méditerranée

Article dans Tabularia :
http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier14&file=04humbert.xml

Résumé :
Thème récurrent de la littérature scandinave médiévale, le voyage en Russie semble évoluer au gré du temps et des genres. La géographie russe s’y présente comme une construction littéraire loin des réalités physiques et historiques, résultat d’un syncrétisme entre différents types de sources. Ce constat est encore plus frappant avec le genre des fornaldarsögur qui figure une véritable évolution où les régions de la Russie médiévale sont pour la première fois décrites, et où la géographie physique fait place à une conception mentale des frontières reposant sur la définition de l’altérité et la prise de conscience de l’unité culturelle scandinave.

Mots-clés : sagas légendaires, Rus’ ancienne, monde Viking, altérité, frontières, marges, voyages

Abstract:
Recurring theme of medieval Scandinavian literature, travel in Russia seems to evolve according to time and genres. The Russian geography appears in fact as a literary construction far from the physical and historical realities, which results from a syncretism between different types of sources. This is even more striking with the genre of fornaldarsögur which introduces a real change where the regions of Medieval Russia are physically described for the first time, and where the geography gives way to a mental conception of geography and borders based on the definition of otherness and the awareness of a Scandinavian cultural unity.

Keywords: legendary sagas, Old Rus’, Viking world, otherness, borders, margins, travels

Riassunto :
Tema ricorrente della letteratura scandinava medievale, il viaggio in Russia sembra evolvere a seconda delle epoche e dei generi. La geografia russa si presenta come una costruzione letteraria avulsa dalle realtà fisiche e storiche, risultato di un sincretismo fra diversi tipi di fonti. Questa considerazione è tanto più evidente nel genere delle fornaldarsögur, che mostra un cambiamento significativo : le regioni della Russia medievale sono descritte per la prima volta, e la geografia fisica è sostituita da una concezione delle frontiere basata sulla definizione dell’alterità e sulla presa di coscienza dell’unità culturale scandinava.

Parole-chiave : saghe del tempo antico, antica Russia, mondo vichingo, alterità, frontiere, confini, viaggi

Nef Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles

Nef Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles (B.E.F.A.R.), Rome, 2011.

 

Résumé/abstract :

Conquérant la Sicile à partir du milieu du XIe siècle, les Hauteville sont les premiers à mettre en place un gouvernement qui se définit comme chrétien et, au moins en partie, de langue latine, tout en exerçant ses prérogatives sur une population majoritairement musulmane et arabophone. Pour ce faire, ils élaborent progressivement des instruments de gouvernement, mais se font aussi les mécènes d’une production culturelle qui a suscité admiration et commentaires jusqu’à aujourd’hui.

Cet ouvrage se présente comme une enquête sur les différentes dimensions du pouvoir des Hauteville de la conquête de la Sicile à la fin du XIIe siècle (politique linguistique, construction d’un État, mécénat, mais aussi contrôle des populations et du territoire). Il vise à dé-mythifier les représentations que l’on a souvent de ce long siècle de « tolérance », mais aussi à déconstruire l’idée que l’échec de la dynastie était écrit d’avance. Il postule néanmoins que la construction « normande » en Sicile demeure originale et novatrice et qu’elle fournit des éléments de comparaison utiles à tous ceux qui analysent les situations de conquête et de gouvernement minoritaire en contexte multiculturel.

 

Lien/Link http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/conqu%C3%A8rir_et_gouverner_la_sicile_islamique_aux_xie_et_xiie_si%C3%A8cles_d9e77dd7-e8e0-11e0-bed9-000c291eeace.html

Norman Tradition and Transcultural Heritage

Norman Tradition and Transcultural Heritage: Exchange of Cultures in the ‘Norman’ Peripheries of Medieval Europe, éd. Thomas Foerster, Stefan Burkhardt, Ashgate 2013.

 

Résumé/abstract :

The Normans have long been recognised as one of the most dynamic forces within medieval western Europe. With a reputation for aggression and conquest, they rapidly expanded their powerbase from Normandy, and by the end of the twelfth century had established themselves in positions of strength from England to Sicily, Antioch to Dublin. Yet, despite this success recent scholarship has begun to question the ‘Norman Achievement’ and look again at the degree to which a single Norman cultural identity existed across so diverse a territory. To explore this idea further, all the essays in this volume look at questions of Norman traditions in some of the peripheral Norman dominions. In response to recent developments in cultural studies the volume uses the concepts of ‘tradition’ and ‘heritage’ to question the notion of a stable pan-European Norman culture or identity, and instead reveals the degrees to which Normans adopted and adapted to local conditions, customs and requirements in order to form their own localised cultural heritage. Divided into two sections, the volume begins with eight chapters focusing on Norman Sicily. These essays demonstrate both the degree of cultural intermingling that made this kingdom an extraordinary paradigm in this regard, and how the Normans began to develop their own distinct origin myths that diverged from those of Norman France and England. The second section of the volume provides four essays that explore Norman ethnicity and identity more broadly, including two looking at Norman communities on the opposite side of Europe to the Kingdom of Sicily: Ireland and the Scandinavian settlements in the Kievan Rus. Taken as a whole the volume provides a fascinating assessment of the construction and malleability of Norman identities in transcultural settings. By exploring these issues through the tradition and heritage of the Norman’s ‘peripheral’ dominions, a much more sophisticated understanding can be gained, not only of the Normans but of the wider cultural forces at work with the medieval west.

 

Lien/Link https://www.routledge.com/products/9781409463306

Marcello RIZZO, La cultura architettonica del periodo normanno e l’influenza bizantina in Sicilia

Marcello Rizzo, La cultura architettonica del periodo normanno e l’influenza bizantina in Sicilia, Thèse de doctorat soutenue en 2011, (dir. A. R. Carile, Université de Bologne)

 

Résumé/abstract :

 

The arguments of the thesis is the relationship between the Norman domination and the Greek-speaking people living in Sicily and Southern Italy. Particularly the ascendancy of the greek culture on the norman architecture and his role in the construction of the Norman Kingdom.

[Source : http://amsdottorato.unibo.it/4140/]

Stambul/Constantinople-Kucukcekmece – the Destination Port of the Way from the Varangians to the Greeks, a Centre of “Byzantinization” of the Rus’ Community

Responsables du projet/Project leaders : Błażej M. Stanisławski (st-wski@wp.pl), Sengül Aydingün (sengulaydingun@kocaeli.edu.tr), Hakan Öniz (hakan.oniz@gmail.com)

Établissements principaux/Main institutions : Wrocław University, Kocaeli University, Selçuk University

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Way from the Varangians to the Greeks linked Eastern Europe and the Baltic Sea zone with Constantinople. Through the route Byzantine goods and ideas reached the North. The ideas which, amongst others, created foundations of medieval European civilization in our part of the continent. The artery functioned as the result of relations between the Rus’/Scandinavians and Byzantines started in the 9th and continued in the 10th and 11th century. Their testimony are treaties from 911 and 944 mentioned in the Nestor’s Chronicle (Tale of Bygone Years). Under the agreements the Rus’ gained the right to stay in the neighbourhood of Constantinople.

The aim is: to locate the place of stay of the Rus’ at the gates of the capital of the Empire based on material and written sources (Greek and Latin); reconstruction of the cultural environment – based on archaeological data and historical texts- in which directly lived newcomers from Eastern Europe in Miklagård and determination of the impact of this environment on their culture.

The basis of the project is the hypothesis that the Byzantine settlement complex situated at Kucukcekmece Lake near Istanbul was the destination port of the route, perhaps identical with the zone appointed to the Rus’ as their place of residence at the gates of Constantinople mentioned in the treaties. This concept was formulated by S. Aydingün – the director of the excavations in Kucukcekmece and H. Öniz – the member of the excavation team. It is confirmed by artefacts of Rus’/Scandinavian origins discovered there, identified by the author of the project.

Interdisciplinary Project, Turkey and brings together the experience of Polish medieval studies. It includes specialists in archaeology (Viking culture, Byzantine studies, land and underwater excavations), classical philology, history and architecture. Its basis are studies of material sources obtained as a result of archaeological work in Kucukcekmece (using the classical and the latest methods of field prospection and documentation) as well as historical research of written sources (Greek and Latin) associated with this centre and problems in question.

The project will contribute to the perception of the cultural environment in which the first direct contact of communities from our part of the continent and the Byzantine civilization occurred and we will be able to recognize the Byzantine impact on the newcomers from the North.

It will create a new source foundation and fields to discussion within studies carried out in recent years, which aim to: (1) to illustrate the socio-economic background, against which the process of formation of first states in the Early Middle Ages occurred, with particular emphasis on the role played by the Norse; and (2) to study problems associated with the beginnings of the medieval European civilization started by Lech Leciejewicz (Nowa postać świata, Wrocław 2000). It will also contribute to resurrect the tradition of Wrocław Byzantine studies, initiated by George Ostrogorski and Mediterranean archaeology of the Middle Ages, created by Lech Leciejewicz.

[Lien/Link : http://www.arch.pan.wroc.pl/index.php?lang=pl&dzial=artykuly&k=stambulkonstantynopolkucukcekmece_port_docelowy_szlaku_od_waregow_do_grekow]