Archives de catégorie : Cultures en contact et transferts culturels / Cultures in contact and cultural transfers

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Glasgow)

Continuer la lecture de Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape

Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Bergen)

Continuer la lecture de Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

The Viking Phenomenon

The Viking Phenomenon

Responsables du projet/Project leaders : Neil Price

Établissements principaux/Main institutions : Université d’Uppsala

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Viking Age (c.750-1050 CE) has long been a touchstone of identity in the Nordic countries, not least in Sweden where the primary project focus lies. While the Vikings enjoy a popular recognition common to few other ancient cultures, their history has been reinvented, used and abused to suit the needs of successive generations, in a process that continues today.

Continuer la lecture de The Viking Phenomenon

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Compte-rendu du colloque « « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs »

Le colloque international « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs » s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2017 à l’Auditorium du Château de Caen. Cette rencontre (resp. Pierre Bauduin, Luc Bourgeois et Simon Lebouteiller) était organisée par le Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273) avec le soutien de l’Institut universitaire de France, l’Université de Caen Normandie, le CNRS, l’Office universitaire d’études normandes, la Ville de Caen, la Communauté urbaine Caen la mer et la Région Normandie (projet RIN Normonde). Elle rassemblait 19 intervenants venus du Danemark (2), de Norvège (1), de Suède (2), de Russie (1), de Pologne (1), d’Italie (3), du Royaume Uni (4) et de France (6). Au total, près de 70 personnes (intervenants compris) ont assisté à ces journées, dont un grand nombre d’étudiants.

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands médiévaux et leurs multiples interfaces avec le monde scandinave, les îles Britanniques, l’Europe orientale et la Méditerranée. Dans la perspective du colloque, celle des transferts culturels, il s’agissait de s’intéresser aux processus de transmission et de réception, d’adaptation, d’adoption ou de rejet, en montrant comment ces dynamiques font évoluer les cultures.

Différentes catégories d’objets ont été ainsi abordées, qu’ils soient matériels (broderie ; accessoires du costume ; artefacts en fer ; monnaies ; alimentation ; manuscrits, monuments funéraires) ou immatériels (savoir-faire, modèles littéraires, langue, pratiques religieuses et funéraires ; idéologie du pouvoir, serment…) ; parmi lesquels figuraient des objets emblématiques des mondes normands (Tapisserie de Bayeux ; Domesday Book ; mosaïque du sol de la cathédrale d’Otrante). Une attention particulière a été attachée à la mise en contexte de ces objets permettant d’en saisir la réinterprétation dans des environnements socio-culturels différents. L’objet n’est pas uniquement une production matérielle mais aussi culturelle, il peut être un facteur de distinction, de singularité ou d’identité dont la valeur n’est pas identique d’un milieu à l’autre.

Le colloque permettait d’approfondir le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels (élites princières et aristocratiques, hommes d’Eglise, marchands, architectes, artisans, lettrés, scribes, femmes…) de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert. Certains d’entre eux apparaissent comme des médiateurs privilégiés, comme des articulateurs entre les groupes, en adoptant des objets et des usages non pas tels quels mais en les réinterprétant au sein de leur propre culture.

L’un des faits marquants de la rencontre a été son caractère international très prononcé, qui a permis d’aborder des situations de transferts culturels dans des horizons très différents. Le colloque s’est accompagné d’une conférence publique d’Edoardo D’Angelo, nouveau lauréat du doctorat honoris causa de l’Université de Caen Normandie, et d’une visite de l’Abbaye aux Hommes, suivie d’une réception à l’Hôtel de Ville.

Certaines interventions ont été postées sur la « Forge numérique » de la MRSH de Caen :

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/finder?populate=transferts+culturels+dans+les+mondes+normands+m%C3%A9di%C3%A9vaux

Le fascicule de résumés des communications est accessible à l’adresse suivante : https://transferts2017.sciencesconf.org/

Un projet de publication des actes de la rencontre est envisagé chez Brepols.

Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs

5-7 octobre 2017, Caen, Auditorium du Château de Caen

(resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller)

https://transferts2017.sciencesconf.org/

Les objets des transferts culturels sont innombrables et leur étude est particulièrement importante pour comprendre les mondes normands aux frontières de la Chrétienté, dans le monde scandinave, en Europe orientale et en Méditerranée. Il s’agira aussi de réfléchir à l’organisation possible de nos connaissances, en évaluant la pertinence de cadres d’analyse proposés selon les catégories d’objets (matériels et immatériels), leur capacité ou l’aptitude à subir des transformations ou leur mobilité. Le colloque examinera également le rôle et l’implication des acteurs des transferts culturels de par leur statut ou leur fonction, mais aussi selon leur aptitude à initier ou promouvoir un transfert.

Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles)

Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles), Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Université Paris-Sorbonne)

Continuer la lecture de Meloni Dino, Cuisine, écriture et savoir : transmissions et renaissance de la cuisine médiévale anglaise (XIe-XVe siècles)

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of St Andrews)

Continuer la lecture de McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

Les emporia comme lieux de transferts culturels aux VIIIe-Xe siècles

Séance du séminaire du Centre Michel de Boüard-CRAHAM, organisé avec le soutien de l’Institut universitaire de France – 24 février 2017

Les emporia, sites commerciaux abritant des activités artisanales, apparaissent aux VIIe et VIIIe siècles sur les rives des mers du Nord, Baltique et Manche, à un moment où le centre de gravité économique se déplace de la Méditerranée vers le Nord. Situés au centre des réseaux d’échanges, ce sont des lieux de rencontre (économique, politique, culturelle), où marchands anglo-saxons, francs, frisons, scandinaves et slaves échangent marchandises et idées, ainsi que des centres de consommation, de production, d’échange, de stockage et de transit.

Le développement de ces centres urbains semble fortement lié à la présence d’un pouvoir royal ou princier. Cependant, il semble que l’initiative soit souvent revenue aux acteurs économiques, marchands principalement, puis que ces élites en aient pris le contrôle dans un second temps. On a pu aussi souligner les différences qui existaient entre ces communautés urbaines et les populations rurales environnantes : en Scandinavie, il est possible qu’elles aient bénéficié d’une législation particulière (attestée ultérieurement en Scandinavie sous le nom de « loi de Birka ») et d’un thing (assemblée, bien attestée pour Birka au IXe siècle). Des formes d’organisation communes étaient nécessaires pour l’entretien des rues, des installations portuaires ou commerciales. Il apparaît enfin que ces emporia ont développé des modes de vie et des formes d’identité – visible par exemple au travers d’activités ou d’un type de consommation particuliers – qui les distinguent des espaces alentours.

Fréquentés par des voyageurs, des marchands, des missionnaires, des envoyés ; ces emporia ont été des lieux d’échanges culturels (et pas seulement économiques). Des lieux où se manifestent et s’expriment des interactions entre les cultures. De ce point de vue ils apparaissent comme des points d’observation privilégiés pour aborder les processus de réception, d’adaptation, de transformation des objets matériels et immatériels (idées, religion, pratiques…), ainsi que les acteurs qui interviennent lors de ces processus.

Accéder aux conférences :

Lucie Malbos (Université d’Evry-Val d’Essonne, IDHES, Lamop), Pratiques alimentaires et transferts culturels dans les emporia d ’Europe du Nord-Ouest (VIIIe-Xe siècle) : l’émergence d’une identité «urbaine» ?

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4509

Sarah Croix (Université d’Aarhus), Entre Nord et Sud : mobilité, identités et modes de vie à Ribe aux VIIIe-Xe siècles

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/4508

 

Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands

 Luc Bourgeois

Université de Caen, Craham

La diffusion du jeu d’échecs en Occident

En l’état des connaissances, le jeu d’échecs aurait pris naissance autour du vie siècle dans le sous-continent indien. Il oppose deux armées qui se déplacent dans un espace de soixante-quatre cases. Sa composition reproduit celle des armées indiennes : des éléphants, des cavaliers, des chars et des fantassins ; ces troupes étant dirigées par un roi associé à un conseiller. Le jeu est transmis à la Perse dès le viie siècle et sa progression vers l’ouest suit la foudroyante expansion arabe entre 632 et 732. La proscription des représentations humaines par certains courants de l’Islam va entraîner le développement parallèle de deux types de pièces : des objets figuratifs, relativement faciles à interpréter lors de leur réception en Occident, et des pièces schématisées, qui vont donner lieu aux lectures les plus baroques.

Continuer la lecture de Luc Bourgeois, Recevoir et réinventer la culture matérielle de l’autre : le jeu d’échecs entre espace islamique et mondes normands