Archives de catégorie : Écritures du passé / Writing the Past

L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204)

(ill. Livre noir de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, BM, Y 41 (1406), fol. 12v)

Résumé de la thèse de Vangone (Laura), L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204). Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique. Thèse de doctorat d’histoire médiévale soutenue à l’Université de Caen Normandie le 5 décembre 2019 en cotutelle avec l’Université de Naples Suor Orsola Benincasa, dir. Pierre Bauduin et Edoardo D’Angelo.

 

La production hagiographique écrite pendant la période ducale en Normandie (911-1204) n’a jamais fait l’objet d’une étude complète et ponctuelle. Des études qui traitent de tel ou tel aspect de ce domaine (d’un texte, d’un auteur, de la production d’un monastère ou d’un diocèse) existent mais, avant la réalisation de cette thèse, on n’avait pas de données statistiques précises sur les caractéristiques, même simplement quantitatives, de cette production : sa division par siècles, les rapports entre les textes d’écrivains connus et les textes rédigés par des auteurs anonymes, la distribution entre le nombre des saints antiques ou médiévaux, les typologies hagiographiques (vitae, passiones, miracula, translationes), les « typologies de sainteté » (évêque, abbé, laïc, femme, etc.). Cette situation, préjudiciable à la critique des textes, est due tout d’abord à la difficulté du traitement des textes hagiographiques sur le plan de l’histoire de la littérature : trop d’auteurs restent anonymes, beaucoup de textes ne sont pas datés et leur lieu de production demeure incertain. Ainsi, si l’hagiographie est une source essentielle de l’histoire normande, les conditions de sa production et de sa diffusion n’ont pas été étudiées de manière globale, ni donné lieu à la constitution d’outils de recherche.

Cette thèse a essayé de combler cette lacune, à la fois en créant un Repertorium (avec une base de données « chrono-géo-hagiographique », permettant une cartographie de la production normande médiévale) des textes hagiographiques rédigés pendant la période 911-1204, et en ouvrant la réflexion critique et historique sur ce corpus. Il s’est agi ainsi de rechercher et de comprendre les foyers de production hagiographiques ; de montrer les relations entre les textes, les auteurs, les bibliothèques, les établissements où ces documents ont été produits ; de comprendre le travail des auteurs (recherche et usage des sources, choix littéraires) ; d’expliquer les motifs (religieux, pastoraux, liturgiques, mais aussi politiques et économiques) qui sont à la base de l’écriture hagiographique médiévale.

À cette fin, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  1. Nous avons en premier lieu présenté l’histoire de la province ecclésiastique de Rouen et sa transformation sous les Normands. Dans un deuxième temps nous avons considéré les structures culturelles du duché de Normandie et leur évolution. Leur compréhension, aidée par le classement des centres culturels sur la base de leur orientation religieuse (monastique, séculière) était nécessaire dans le but d’analyser ces centres où la littérature hagiographique a été rédigée : scriptoria, bibliothèques, écoles. Cet aspect a représenté le fondement de la recherche.
  2. Le Repertorium textuum hagiographicorum in ducatu Normannorum conscriptorum (ReTeHNor) représente le coeur de la thèse. Il s’est basé sur un outil très connu comme la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) ainsi que sur son complément, la Bibliotheca Hagiographica Latina manuscripta (BHLms). La structure du Répertoire a favorisé sa transposition sous forme électronique. La base de données qui a été créée est conçue pour être enrichie même après la fin de la thèse et grâce à la contribution d’autres chercheurs. L’outil s’appuie, sur le plan technique, sur une structure numérique en EAD (Encoded Archival Description), qui est largement utilisée pour la description de fonds d’archives ou de bibliothèques. Bien entendu, l’établissement et la structure du Répertoire a eu besoin d’une explication de la méthode et de ses objectifs. Nous avons ainsi défini les bornes géographiques et chronologiques de la recherche et établi la structure des fiches qui constituent le Repertorium. Chaque fiche est organisée comme une espèce de « notice d’autorité », structurée de manière synthétique, riche de données objectives de nature historico-littéraire et philologique, et faite de façon à ce qu’elle puisse être aisément partagée avec d’autres outils numériques. Toutes les fiches ont reçu un identifiant BHN (acronyme parlant de Bibliotheca Hagiographica Normanniae) et comprennent les champs suivants : la référence au numéro du texte dans la BHL ; le nom du saint en latin et la datation traditionnelle de sa vie ; le modèle de sainteté du personnage hagiographique tel qu’il est exprimé par le texte de référence ; la typologie de la pièce hagiographique narrative (Vita, Passio, Miracula, Translatio, etc.) ; l’incipit et l’explicit ; l’aspect formel du texte (prose, vers, prosimètre) ; l’auteur ; le commanditaire ; la datation ; le lieu de rédaction ; la liste des éditions imprimées du texte ; la liste de tous les témoins manuscrits connus du texte ; le résumé critique. En outre, utiliser le modèle de la BHL devrait signifier en théorie que chaque item de la BHN correspond à un item de la BHL. En réalité, puisque la BHL – outil élaboré à la fin du XIXe siècle – déroge dans de nombreux cas au principe « un texte / un identifiant alphanumérique », cette correspondance ne se réalise pas toujours : en entrant davantage dans le détail des dossiers, la BHN propose une lecture philologiquement rigoureuse et mise à jour de ces mêmes dossiers, en parvenant, dans plusieurs cas, à fusionner plusieurs items donnés comme distincts par la BHL, ou, inversement, à reconnaître comme unités textuelles distinctes ce que la BHL a répertorié comme un texte unique (c’est le cas du recensement de rédactions différentes de la même légende dans une liste de manuscrits).
  3. À partir des fiches, nous avons ensuite dû évaluer les données qu’on pouvait en tirer, nous en avons interprété les éléments, nous les avons expliqués, posés dans leur contexte, croisés. Autrement dit, une présentation raisonnée et discursive (mais accompagné de tableaux, graphiques et cartes) des données du ReTeHNor a été réalisée. Rappelons tout ce que nous ne savions pas avant la construction du Repertorium : le nombre exact de textes écrits dans le duché pendant la période donné ; les saints traités ; les textes datables ; la tradition manuscrite ; la qualité des éditions imprimées (plusieurs textes demeurent encore aujourd’hui totalement inédits, ou ont été édités très anciennement [notamment au XVIIe siècle pour une partie du corpus des Acta Sanctorum]) ; les textes anonymes et les textes d’auteur; la typologie précise des « modèles de sainteté » ; les typologies hagiographiques employées ; la distribution quantitative de la production hagiographique entre les différents foyers culturels (où écrit-on, combien et quoi?). L’analyse des données nous a ainsi permis de connaître la situation précise de l’hagiographie normande, les pourcentages et les rapports entre les œuvres d’auteur et les œuvres anonymes ; de connaître en détail le statut éditorial des textes; la situation exacte et les pourcentages des typologies de récits hagiographiques (Vies, Passiones, translations, miracles, etc.); la situation des « modèles hagiographiques » (moines, prêtres, évêques, abbés, rois, laïcs, femmes, autres); la distribution « géographique » (par foyer culturel) des textes; le rapport sur le plan quantitatif entre les textes « primaires » et leurs réécritures.
  4. Ces données ont évidemment aussi été analysées à un niveau historique. Nous avons donc pris soin de dévoiler les différentes raisons qui peuvent être à la base de l’écriture hagiographique, en entrant dans les questions de la politique à la fois laïque et ecclésiastique de le Normandie ducale. Le phénomène de la réécriture hagiographique s’est révélé très important en ce sens. Il a été approché sous deux différents plans d’investigation : nous avons qualifié le premier plan de « vertical » car il suit la trace « du saint » à travers les différents textes traitant de ce dernier (dossiers hagiographiques), et donc des différents auteurs et de leurs buts et motivations. Nous nous sommes ici intéressés à l’écriture sur les saints comme un témoignage du développement socio-politique de la sainteté (en d’autres termes, il s’est agi de réaliser une analyse des contenus de la [ré]écriture). Nous avons nommé le deuxième plan de « horizontal » car il suit la trace « des textes » afin de connaître les échanges entre les hagiographes (et donc entre les intellectuels et les foyers de culture), les techniques d’écriture hagiographique, les structures, les topoï, les citations, les sources (en d’autres termes, il s’est agi de mettre l’accent sur les formes de la [ré]écriture). Cette évaluation historique nous a donc sans doute permis d’apprécier les structures culturelles du duché sous un autre angle, comme mentionné dans la partie initiale de cette présentation.

 

Résultats

En conclusion, pour les sept diocèses du duché normand qui ont été pris en examen sur les trois siècles, nous avons mis ensemble un répertoire comprenant 132 unités textuelles et constituant l’objet principal du travail. Cependant, un second répertoire, appelé « Appendice » et composé de 123 fiches, contient les textes qui ont été exclus du premier corpus pour diverses raisons (datation, lieu de rédaction, caractéristiques typologiques) mais qui sert néanmoins à enrichir le cadre de cette recherche.  Cette thèse, première étude d’ensemble de la production hagiographique réalisée dans le duché de Normandie, nous a permis de suggérer des attitudes particulières de chaque foyer par rapport à la production hagiographique : des centres, comme l’abbaye de Saint-Ouen, ont construit un véritable programme hagiographique écrit visant aussi à récupérer les traditions pré-normandes, tandis que d’autres abbayes ne cherchent pas à obtenir leurs anciennes reliques ni à honorer leurs figures fondatrices (Fécamp) ; d’autres encore considèrent comme une tâche importante de s’emparer de reliques mais non de produire des écrits hagiographiques (Jumièges). Nous avons ainsi pu déterminer les principaux foyers hagiographiques normands et en établir une géographie pour la première fois : on peut donc voir le déséquilibre entre la partie orientale du duché avec les centres de la vallée de la Seine et la partie orientale du duché, bien avant la création du duché, ce que nous avons montré en reprenant les traits de la production hagiographique carolingienne de cette partie de la Neustrie. Nous avons pu également identifier des auteurs et des commanditaires, dont beaucoup étaient jusque-là inconnus, discuter des attributions pseudépigraphiques et/ou problématiques (notamment dans le cas de Fulbert) et reprendre à nouveaux frais certains dossiers : quelques-uns de ces dossiers n’avaient jamais été étudiés (Maxime et Vénérand), ou bien l’avaient été sans que le dossier dans son ensemble n’ait fait l’objet d’une présentation claire (Évroul) ou encore l’avaient été – même récemment – mais il nous semblait indispensable, dans ces cas, de proposer de nouvelles hypothèses (Romain). Nous avons vu également que sur les 68 saints qui sont réunis dans notre thèse, et qui ont donc été honorés d’un texte hagiographique, seuls certains d’entre eux ont fait l’objet de plusieurs réécritures : tout d’abord Ouen et Romain, dont les textes qui les concernent illustrent la vivacité de l’opposition entre l’abbaye et la cathédrale de la ville de Rouen ; Anselme d’Aoste, ensuite, dont la figure a suscité un véritable recueil d’anecdotes et de contes qui ont été ensuite mis par écrit ; Évroul et Taurin enfin. Il est clair que les saints qui ont un dossier plus épais sont aussi ceux dont les textes ont été utilisés le plus dans d’autres Vies. Le modèle de sainteté de l’évêque, à côté de celui du moine, est le plus utilisé et le plus réécrit. Nous avons également réalisé une étude inédite de l’hagiographie en vers, qui représente un peu moins de 10 % de la production hagiographique normande conservée. 4 textes inédits ont été transcrits pour la première fois afin de donner au lecteur la possibilité de suivre les chemins de l’intertextualité que nous avons pu repérer au cours de notre apprivoisement de la matière hagiographique de Normandie ducale.

La démarche adoptée nous a donc permis de construire un Répertoire qui, ayant pris inspiration d’autres travaux de cette nature (notamment les Sources Hagiographiques de la Gaule et le recueil Hagiographies) pourrait servir de base à la réalisation de répertoires similaires pour tenter d’ajouter une pièce à la reconstruction de l’histoire littéraire de l’hagiographie, si longtemps pratiquée dans tous les centres de la chrétienté latine.

                                                                                    Laura VANGONE                                                                                                                         (CRAHAM- UMR 6273)

 

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, a été publié dans le Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 55-61 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), et il doit être publié également dans la Revue Mabillon, vol. 30.

 

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 2/3 : Le manuscrit du Vatican

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie                                                                                            CRAHAM (UMR 6273)

Ce texte fait suite à un premier article ; certains éléments donnés dans celui-ci ne sont pas explicités ici.

 

Le manuscrit Reg. Lat. 499 de la bibliothèque apostolique du Vatican est le seul témoin médiéval de la « chronique du Bec ». Son état actuel ne saurait néanmoins être représentatif de son état médiéval. La reliure a été refaite à une date inconnue, probablement avant l’acquisition du manuscrit par Paul Pétau ou au moment de celle-ci, puisque la mention d’appartenance à cette collection ne figure qu’au folio 1. Une étude du manuscrit n’en demeure pas moins possible, d’autant plus qu’elle n’a jamais été menée. Adolphe-André Porée édite la copie (non exhaustive) de ce manuscrit par André du Chesne et n’a pas consulté le manuscrit du Vatican, rendant de fait cohérent un ensemble qui ne l’était peut-être pas tant (Porée 1883) ; Léopold Delisle l’a brièvement décrit dans un article, mais il n’en donne que le contenu ou presque (Delisle 1876). Le but de ce billet est de proposer quelques pistes de recherche associant le contenu du manuscrit et des observations codicologiques, afin de montrer la pertinence d’une nouvelle lecture de ce manuscrit – pistes qui seront développées dans un article à paraître (Paquet, à paraître) et dans le cadre d’un projet de republication et de traduction de la « chronique du Bec ».

Ces réflexions semblent d’autant plus nécessaires que la « chronique du Bec » demeure un texte aux contours assez évanescents, dont par exemple on ne connaît pas le début. Elle commence en effet ainsi : « Huic sancto viro successit dominus Rogerius, prior… », évoquant la succession de l’abbé Létard, mort en 1149 (Gazeau 2007, vol. 2, p. 19-21). Une lecture attentive du texte montre aussi que plusieurs phases d’écriture peuvent être identifiées (Paquet 2018, vol. 1, p. 295-299 ; Paquet, à paraître). Un des enjeux de l’étude du manuscrit Reg. Lat. 499 est de savoir si son organisation est différente de celle du ou des manuscrit(s) médiévaux, et donc de comprendre dans quel ensemble la chronique du Bec s’insérait au Moyen Age.

Mise à part une version abrégée des chroniques de Jean Castel († 1476) qui couvre les six premiers folios, le manuscrit Reg. Lat 499 ne comprend que des documents relatifs au Bec : les noms des moines du Bec du xie siècle à 1468 (fol. 8-16), les noms des membres de la societas du Bec (fol. 24-29v), la vie d’Herluin (fol. 33-48) suivie de trois épitaphes de ce dernier fol. 48-v), la vie de Lanfranc (fol. 48v-71) suivie de vers composés par celui-ci (fol. 71-v), une lettre de Guillaume, abbé de Cormeilles à Guillaume, abbé du Bec (fol. 71v-73), la vie de saint Anselme (fol. 73-122) suivie d’un poème sur ses miracles (fol. 122v-124v) et de deux épitaphes de celui-ci (fol. 124v-133v), la vie de l’abbé Guillaume (fol. 125v-133v) et trois épitaphes le concernant (fol. 133v-134), la vie de l’abbé Boson (fol. 134v-140) et quatre épitaphes de celui-ci (fol. 140v-141), une version abrégée de la vie de l’abbé Thibaut (fol. 141-142) puis de celle de l’abbé Létard (fol. 142-143), le récit d’une vision d’un moine du Bec (fol. 143-v), des écrits de Pierre de Dives (fol. 143v-151v), le récit d’un miracle en faveur de Guillaume Crespin (fol. 152-157) suivi d’une épitaphe de ce dernier (fol. 157-v), l’histoire de trois dames qui se retirèrent au Bec du temps d’Anselme (fol. 157v-158), un poème de Pierre d’Eu (fol. 158-159v), le récit du miracle de la guérison de Turold d’Envermeu (fol. 161-162v) et, enfin, la « chronique du Bec » (fol. 166-187v).

À cette cohérence sur le fond répond, à première vue, une cohérence dans la forme. L’ensemble du manuscrit (en parchemin, à l’exception de 5 folios vierges initiaux en papier) est très homogène. L’écriture est de la fin du xve siècle et, semble-t-il, due à une main principale ; le texte est presque toujours organisé en une seule colonne (exception faite, notamment des listes du début), et le décor est dans l’ensemble modeste et limité à quelques initiales, dont certaines sont décorées à la feuille d’or, exclusivement dans la première partie du manuscrit (un N fol. 8, un Q fol. 33, un Q fol. 49, un Q fol. 73v). Leur style rappelle beaucoup celui d’initiales présentes dans une table de cartulaire de la fin du xve siècle toujours conservée à l’abbaye (non cotée). D’autres majuscules sont régulièrement modestement décorées au fil du texte, en rouge, bleu ou jaune.

Dans le détail, cependant, d’autres éléments montrent que ce manuscrit est composite. Deux foliotations, d’abord, existent ; la plus récente couvre l’ensemble du manuscrit, tandis qu’une autre, plus ancienne, commence au folio 32 (qui est numéroté 1). Ce folio est le premier d’un cahier (le cinquième quaternion du manuscrit) et ouvre sur un prologue aux vies des premiers abbés du Bec, attribué à Miles Crespin (il a été publié par plusieurs auteurs, par exemple par J. A. Giles dans les œuvres de Lanfranc : Giles 1844, vol. 1, p. 260-261). Ce prologue prend place, par ailleurs, après sept folios et demi vierges (fol. 16v-23v), mais réglés, qui suivent les noms des membres de la societas du Bec. Un dernier élément va dans le même sens : au début du septième quaternion (fol. 47-54) figure une numérotation de cahier, un C. Les folios ayant été coupés lors de la nouvelle reliure, les numéros des cahiers précédents ont certainement disparu pendant cette opération. Il n’en demeure pas moins que si l’on numérote A et B les cinquième et sixième quaternions (fol. 32-39 et 40-47), le folio 32 devient bien à nouveau un folio 1, montrant bien que les vies des premiers abbés du Bec formaient un ensemble à part avant d’être rassemblés avec d’autres documents dans le ms. Reg. Lat. 499.

Au total, l’analyse codicologique montre que plusieurs ensembles doivent être distingués. On peut en identifier quatre principaux :

  • La chronique de Jean Castel ; d’une main différente du reste du manuscrit, elle est concentrée dans le premier quaternion et devait appartenir à un autre manuscrit à l’origine.
  • Les deux listes des fol. 8-29v, qui occupent trois quaternions (fol. 8-15, 16-23 et 24-31).
  • Les vies des premiers abbés du Bec et les textes qui leurs sont liés (épitaphes, miracles…), qui courent sur dix-sept quaternions, dont certains sont numérotés, et qui correspondent aux actuels fol. 32-165, les folios 163-165v étant vierges. Dans cette partie, les éléments se suivent de façon continue, les textes s’enchaînant régulièrement au sein du même cahier, voire du même folio.
  • La « chronique du Bec », qui occupe deux quaternions et un ternion (fol. 166-173, 174-181 et 182-187), suivie d’un dernier ternion vierge.

La place de la chronique dans l’ensemble n’est pas aisée à établir et les indices sont parfois contradictoires. La numérotation la plus ancienne continue après les vies des abbés et intègre la chronique du Bec, prouvant que ces deux éléments ont été assemblés avant d’être reliés dans le manuscrit devenu Reg. Lat. 499. Cependant, celle-ci ne semble pas contemporaine de l’écriture du manuscrit. Surtout, la présence de quatre folios vierges et le fait que le texte actuel commence au début d’un nouveau cahier, alors que dans le reste du manuscrit les textes s’enchaînent sans rupture, tendent à faire penser que ces deux ensembles ont été conçus séparément. Le plus étonnant réside dans leur enchaînement. Au fol. 162v, a été copiée une partie du premier paragraphe de la chronique, au sujet de l’élection de l’abbé Roger en 1149 (cf. Porée 1883 p. 13), paragraphe repris de la chronique de Robert de Torigni (Bisson 2020, vol. 1, p. 152) ; dans le manuscrit du Vatican, il est interrompu en plein milieu d’une phrase (après les mots « ab eodem coram conventu »). Et c’est bien ce même paragraphe qui ouvre le fol. 166, cette fois avec une initiale décorée. Il faut dire que les premiers mots du texte (« huic sancto viro successit… ») donnent l’impression d’une continuité avec ce qui précède. Le copiste se sera peut-être laissé tromper par le texte qu’il copiait. Il est bien difficile de tirer des déductions certaines de ces éléments. Il semble cependant probable que cette version de la fin du xve siècle est le fruit de la copie d’un manuscrit où la « chronique du Bec » commençait déjà ainsi, c’est-à-dire en particulier sans prologue, contrairement aux autres textes du manuscrit.

Ces premiers éléments tendent à montrer, in fine, que le texte nommé « chronique du Bec » par Porée n’était certainement pas pensé comme un ensemble cohérent dans sa version médiévale et que le texte dont nous disposons compile, de fait, plusieurs écrits antérieurs, avec pour seule organisation la chronologie. Cette copie a-t-elle été faite dans le cadre de l’esprit de « reconstruction » qui s’empare de l’abbaye aux lendemains de la guerre de Cent Ans, afin de disposer d’une « histoire » complète du Bec, réalisée tant bien que mal avec les documents à la disposition des moines de la seconde moitié du xve siècle ? C’est du moins l’hypothèse de travail que l’on peut formuler, et qu’une étude du texte de la chronique, destinée en particulier à identifier des phases d’écriture, devra examiner.

 

Bibliographie

Chronique du Bec et chronique de François Carré, Porée Adolphe-André (éd.), Rouen, Métérie, 1883.

Delisle Léopold, « Notice sur vingt manuscrits du Vatican », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 37, 1876, p. 471-527 (p. 519-527 pour le ms. Reg. Lat. 499).

Gazeau Véronique, Normannia Monastica. Vol. 1 : Princes normands et abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle ; Vol. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins, Xe-XIIe siècle, Caen, Publications du CRAHM, 2007.

Giles John Allen, Beati Lanfranci Archiepiscopi Cantuariensis opera quae supersunt omnia, Oxford, Parker, 1844, 2 vol.

Paquet Fabien, Des crosses et des couronnes. Pouvoirs abbatiaux et pouvoirs royaux dans le diocèse de Rouen (fin du xiie-milieu du xve siècle), thèse de doctorat, université de Caen Normandie, 2018, 2 vol.

Paquet Fabien, « New research areas about the “chronique du Bec” », in History and archaeology of the abbey of Bec in the Middle Ages. Interdisciplinary research, Combalbert Grégory et Gazeau Véronique (dir.), Leiden, Brill, à paraître.

The chronography of Robert of Torigni, Bisson Thomas (éd. et trad. ang.), Oxford, Clarendon Press, 2020, 2 vol.

Une nouvelle édition de la Chronique de Robert de Torigni

The Chronography of Robert of Torigni, éd. et trad. Thomas Bisson, Oxford, Clarendon Press, (Oxford Medieval Texts), 2 vol., 2020.

Publiée en mars 2020, la nouvelle édition – accompagnée d’une tradition anglaise – de la Chronique de Robert de Torigni,  est l’aboutissement d’une recherche menée depuis 2009 par Thomas Bisson, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université de Harvard. L’ouvrage se présente sous la forme de deux volumes, chacun précédés d’une introduction. Le premier donne  le texte de la chronique couvrant la période 1100-1186 rédigée par Robert de Torigni à la suite de celle de Sigebert de Gembloux. Le second publie un ensemble de textes – réunis en neuf annexes, de nature et de dimensions variables – liés ou non à la Chronique, mais qui permettent de saisir le travail du moine (puis prieur, v. 1149) du Bec-Hellouin devenu en 1154 abbé du Mont Saint-Michel, ainsi que la genèse et le contexte de son œuvre historique. Y figurent une première version de la Chronique (876-1156), composée juste avant ou après 1160, qui représente une première tentative pour mettre à jour l’œuvre de Sigebert, un projet dont on suit l’évolution à partir de la mention de la mort de Sigebert (1113) vers la rédaction d’une chronique originale, suivie des interpolations couvrant une période allant l’an 33 à 1100. Les autres pièces qui font suite sont le De immutatione (composé vers 1152-1154) – un court traité sur les changements des usages des moines, les fondations des abbayes normandes et leurs abbés – ; près d’une cinquantaine de chartes (ou simplement leur résumé) datant des débuts de l’abbatiat de Robert (entre 1155 et 1159) et qui représentent une continuation du cartulaire (Avranches, Bibl. mun., ms 210) ; deux lettres (au prieur Gervais de Saint-Céneri et à l’abbé Roger du Bec) ; trois prologues rédigés par Robert pour différents ouvrages ; une continuation du Bec contenant des annales originales (1157-1160) distinctes de celles de Robert ; des additions aux œuvres de Robert de Torigni composées dans différents établissements normands ou anglais et enfin la liste des chevaliers et vavasseurs relevant du Mont saint-Michel dressée en 1172. Au total, près de 150 ans après l’édition de la Chronique par Léopold Delisle (1872-1873), Thomas Bisson a réuni un dossier documentaire exceptionnel qui, avec d’autres travaux récemment publiés sur les écritures de Robert de Torigni, documente une œuvre et un auteur essentiels à notre connaissance des mondes normands.

(ill. Avranches, Bibl. mun, ms 159, fol .7v)

 

Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Résumé de l’HDR de Marie-Agnès-Lucas-Avenel

Éditer des œuvres latines à l’ère du numérique. Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III & IV)

Dossier présenté à l’Université de Caen Normandie, le 6 décembre 2019, pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches, devant le jury composé de Pierre Bauduin (président) Edoardo D’Angelo, Isabelle Draelants (rapporteur), Brigitte Gauvin, Catherine Jacquemard (garant), Annick Peters-Custot (rapporteur), François Ploton-Nicollet (rapporteur), Elisabeth van Houts.

Le dossier d’HDR, « Éditer des œuvres latines à l’heure du numérique », comprenait un inédit intitulé « Édition critique multisupport de Geoffroi Malaterra, Histoire du Grand Comte Roger et de son frère Robert Guiscard (Livres III et IV) ». Celui-ci était lui-même composé d’un volume papier (trois fascicules pour l’introduction, le texte latin et l’apparat critique, la traduction annotée, les index et la bibliographie) et d’un site web sous la forme d’un prototype, conçu en partenariat avec le pôle Document numérique de la MRSH de Caen. Le site (dont l’accès est encore restreint) permet d’interroger les quatre livres en latin et français, les notes historiques et philologiques, les fac-similés des manuscrits et des restitutions du texte de chaque témoin. Ce résumé n’évoquera que l’inédit, qui vise à la publication multisupport (papier et numérique) des livres III et IV de Geoffroi Malaterra, aux Presses universitaires de Caen : il s’agira du second volume, complément du premier qui contient les livres I et II (Caen, PUC, 2016 ).

La place occupée par l’œuvre de Geoffroi Malaterra au sein de la production historiographique des conquêtes normandes – qui constitue un ensemble exceptionnel pour les siècles centraux du Moyen Âge par son ampleur, sa diversité, sa qualité littéraire – a suscité tout l’intérêt des historiens et des spécialistes de littérature latine. L’auteur est un moine de l’abbaye Sant’Agata de Catane qui écrit entre 1098 et 1101 une histoire à la gloire de Roger, dernier fils de Tancrède de Hauteville. On connaît Malaterra par son œuvre, préfacée par deux épîtres adressées l’une à son abbé-évêque Anger, l’autre à l’ensemble du clergé de Sicile : il y explique le contexte historique et littéraire qui lui a valu la commande du comte. Peut-être son lieu d’origine – probablement le Nord-Ouest de la France – et son engagement pour l’Église réformatrice ont-ils incité Roger à le choisir pour composer ce récit. L’histoire est composée de quatre livres, dont les deux héros, Robert Guiscard et Roger de Hauteville, assurent l’unité d’action ; l’ordre chronologique est assez bien respecté et marqué par un usage remarquable des millésimes au regard de la production historiographique contemporaine. La progression du récit et la recherche des causes, fondée sur l’exaltation des vertus des héros et la condamnation des vices et de l’impiété des ennemis, s’inscrit dans une tradition littéraire ancienne et alto-médiévale, qui associe étroitement narration et argumentation : il s’agit de rapporter les événements pour éviter qu’on les oublie, mais aussi d’en expliquer l’enchaînement et de démontrer le bien-fondé de la conquête, placée au service du temporel et du spirituel dès le début du livre II. Malaterra témoigne dans les livres III et IV des manifestations de la gratitude de Roger envers Dieu et souligne sa droiture et son sens de la justice, qui lui valent la confiance de tous, y compris du duc et du pape.

L’auteur prend soin de ne jamais lasser le lecteur-auditeur en variant le ton et la forme. Le livre III accorde une grande place à la poésie, au point d’être un véritable prosimètre. Les raisons qui poussent Malaterra à faire alterner la prose et le vers ne se laissent pas clairement discerner, car les thématiques sont des plus diverses et ne sont pas attachées à un type de vers, eux-mêmes tout aussi variables. Cet ensemble poétique alliant factures antique et médiévale témoigne de la technicité de l’auteur et de son haut niveau de formation, mais est aussi un lieu privilégié de l’éloge sous toutes ses facettes et de l’expression des sentiments : indignation suscitée par la simonie de Rome, lamentation après la mort d’Énisand, allégresse après la naissance de Simon, etc. Dans la suite des recherches de Paolo Garbini (Garbini 2015 et 2018), on a reconsidéré la possibilité d’une filiation entre Dudon de Saint-Quentin et Geoffroi Malaterra et le sens du terme poetria, utilisé à plusieurs reprises pour caractériser l’œuvre.

La portée épidictique de l’œuvre n’a pas empêché les historiens de reconnaître que l’Histoire est une source de premier ordre de la conquête de la Sicile et la plus importante de l’histoire familiale des Hauteville. Les exploits de Robert Guiscard et du comte Roger se situent en Italie méridionale entre Rome et Malte, en Afrique du Nord, ainsi que sur la côte dalmate. La prise de Palerme en 1072 par Robert Guiscard et Roger, qui mettait un terme au livre II, constitue un tournant dans la vie du comte. Dès lors, en effet, Roger devient le seul conquérant de l’île, tandis que les préoccupations et l’ambition du duc de Pouille sont ailleurs : contraint de réprimer les rébellions de ses vassaux, soucieux d’asseoir son autorité sur le continent jusqu’à s’emparer de la principauté de Salerne, il brigue bientôt la couronne impériale. Mais sa marche vers Constantinople est interrompue par l’appel de Grégoire VII assiégé dans Rome par Henri IV. Après la mort de Guiscard en 1085, mentionnée à la fin du livre III, le récit s’intéresse à la manière dont Roger achève la conquête de la Sicile, part à l’assaut de Malte et de Gozo et renforce ses positions par la construction de forteresses, tout en apportant son aide à Roger Borsa, héritier contesté du duc, ou même au jeune Richard, prince de Capoue. Malaterra fait le récit des batailles et des sièges, décrit les lieux, les méthodes, parfois les armes, rapporte les alliances, dénonce les trahisons et peint les sentiments ou les motivations des personnages. Entre deux victoires, Roger se préoccupe d’assurer sa lignée : il prend une deuxième puis une troisième épouse, marie ses fils et prend pour gendres Raymond de Toulouse, Conrad, fils d’Henri IV, Coloman, roi de Hongrie. En outre, Malaterra décrit la manière dont Roger s’occupe des affaires ecclésiastiques de la Sicile et entretient des relations « amicales » avec Urbain II, lui apportant son conseil dans ses différends avec Constantinople et obtenant finalement en 1098 le privilège de la légation apostolique, dont le texte clôt le récit.

On ne saurait relever un seul chapitre dans les livres III et IV qui ne soit marqué par la présence de Robert ou de Roger. L’évocation des autres personnages trouve une explication dans la relation qu’ils entretiennent avec les protagonistes, et cet ensemble de 87 personnages dans les livres III et IV (chevaliers, femmes, clercs) constitue une source d’informations très précieuse sur l’entourage des Hauteville et leurs relations avec les rois, empereurs, papes ou évêques. Deux aspects ont surtout suscité l’intérêt de Malaterra dans les livres III et IV, en plus de l’histoire des conflits et des trahisons : la politique familiale et la politique religieuse du Grand Comte. La seconde question a été à l’origine de multiples travaux, qui croisent les informations données par Malaterra avec une documentation assez bien conservée pour la réorganisation des évêchés de Sicile. Le privilège de la légation apostolique apparaît comme le point culminant de l’ascension dans les honneurs de Roger. Quant à la question de la politique familiale, elle permet de vanter le prestige de Roger, mais aussi de montrer son attachement au mariage légal au rebours de Philippe Ier, condamné par l’auteur.

Les travaux de Gianvito Resta publiés en 1964 ont montré que l’édition réalisée par Ernesto Pontieri en 1927-1928 devait être revue suite à la redécouverte du manuscrit Z conservé à la Biblioteca de Catalunya : Geronimo Zurita avait emporté ce manuscrit pour composer l’édition princeps en 1578. L’importance du manuscrit Z est incontestable, car dans la branche β, il est plus fiable que B et devient le témoin le plus sûr pour les derniers chapitres perdus par C, seul témoin de la branche α pour les livres III et IV. L’histoire du texte et les règles qui ont présidé à sa révision et à celle de l’apparat critique avaient été présentées dans le premier volume. Le travail critique a été poursuivi pour les livres III et IV selon les mêmes principes.

Les recherches pour l’inédit se sont inscrites, en outre, dans une réflexion plus large sur l’édition critique multisupport et multimodale des sources anciennes et médiévales, menée à Caen depuis plusieurs années en partenariat avec le Pôle du Document numérique de la MRSH. Cette réflexion se place dans le contexte du développement des humanités numériques et des nouvelles technologies pour l’édition scientifique : celle-ci est un lieu privilégié d’expérimentations et d’échanges pour proposer de nouveaux modèles et de nouveaux outils en libre accès. Pourtant, s’agissant des sources anciennes, le nombre en est encore très limité. Une place a donc été réservée, dans l’introduction de l’inédit, à la réflexion menée pour la réalisation de l’édition critique multisupport de Malaterra, à la présentation du cadre institutionnel qui l’a rendu possible et à celle des outils mis en œuvre pour faciliter la recherche ecdotique. Le but recherché est double : outiller efficacement la recherche en s’appuyant sur des standards internationaux avec le soutien des consortiums, et rendre les résultats mieux compréhensibles et exploitables par le lecteur. La situation difficile que connaissent aujourd’hui les humanités classiques appelle au développement de projets collaboratifs en humanités numériques, qui peuvent susciter de nouvelles vocations et faciliter l’engagement dans ce type de travaux, qui nécessitent des connaissances solides et pluridisciplinaires.

Éléments de bibliographie

Julia Becker, Graf Roger I. von Sizilien. Wegbereiter des normannischen Königreichs, Tübingen, M. Niemeyer (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom ; 117), 2008

Paolo Garbini, « Lo storiografo e il retore, Nota su Goffredo Malaterra e Alberico di Montecassino », Spolia. Journal of medieval studies, 2015, p. 22-34.

Id., « Lo stile della storia in Goffredo Malaterra », in In presenza dell’autore, L’autorappresentazione come evoluzione della storiografia professionale tra basso Medioevo e Umanesimo, Fulvio Delle Donne (dir.), Naples, Federico II University Press (Testi, Antichità, Medioevo e Umanesimo ; 1), 2018, p. 13-34

Salvatore Fodale, Comes et legatus Siciliae. Sul privilegio di Urbano II e la pretesa Apostolica Legazia dei Normanni di Sicilia, Palerme, U. Manfredi, 1970.

Graham A. Loud, The Age of Robert Guiscard : Southern Italy and the Norman Conquest, New York, Longman (The Medieval World), 2000

Jean-Marie Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 179), 1993

Anliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles, Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 346)

Annick Peters-Custot, Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine, IXe-XIVe siècle : une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome ; 420), 2009

Gianvito Resta, « Per il testo di Malaterra e di altre cronache meridionali », in Studi per il CL anno del Liceo ginnasio Tomasso Campanella di Reggio Calabria, Reggio de Calabria, De Franco, 1964, p. 3-60.

Huguette Taviani-Carozzi, La Terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie : mythe et histoire, Paris, Fayard, 1996.

Marie-Agnès LUCAS-AVENEL,

Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273

Ce billet est publié dans une version très proche dans le Bulletin du CERCOR 2020

Un compte-rendu de la soutenance d’HDR, rédigé par Thierry Buquet, est également disponible dans les Echos du CRAHAM

MAITRISER LE TEMPS ET FAÇONNER L’HISTOIRE LES HISTORIENS NORMANDS AUX EPOQUES MEDIEVALE ET MODERNE

Maîtriser le temps et façonner l’histoire

Les historiens normands aux époques médiévale et moderne

Colloque de Cerisy-la-Salle, 25-29 septembre 2019

Programme

JEUDI 26 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

Stéphane LECOUTEUX et Fabien PAQUET : Introduction

séquence 1 – l’historien et le temps

Charlie ROZIER (University of Durham) : « Maîtriser le temps dans l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital »

Laura VANGONE (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM/IRHT) : « Les locutions de temps dans l’hagiographie normande »

Edoardo D’ANGELO (Università degli studi Suor Orsola Benincasa di Napoli) : « Une variante rédactionnelle dans le Chronicon Beneventanum de Falcon de Bénévent »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 2 – écrire et traduire : la part de l’auteur

Pierre BOUET (Université́ de Caen Normandie/OUEN) : « Les marques de subjectivité́ dans l’Historia Normannorum de Dudon de Saint-Quentin »

Antonio TAGLIENTE (Università degli studi di Salerno) : « La ‘destruction de la seignorie de li Longobart’. Écriture, exégèse et traduction de l’Ystoire de li Normant, entre princes, saints et ‘faux prophètes’ »

Françoise LAURENT (Université́ de Clermont Auvergne/CELIS) : « ‘Ce qu’en l’estoire truis e vei / N’i vuil laisser ne oublier’. La conquête de la Sicile dans la version de l’Histoire des ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure »

Visite du château de Cerisy

VENDREDI 27 SEPTEMBRE

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 3 – histoire et politique, entre France et Angleterre

Marie-Céline ISAÏA (Université́ Jean-Moulin Lyon 3/CIHAM) : « Méthodes documentaires, représentations du temps et projet historiographique des hagiographes normands (XIe-XIIIe siècles) »

Laura CLEAVER (Trinity College Dublin) : « Eton College ms. 96 and the shaping of history »

Lydwine SCORDIA (Université́ de Rouen/GRHIS) : « Maîtriser le temps pour un jeune prince : le Rosier des guerres de Pierre Choinet, commandé par Louis XI pour le futur Charles VII »

Anne CURRY (University of Southampton) : « Une chronique écrite par des soldats : College of arms ms M9 et la guerre de Cent Ans en Normandie au XVe siècle »

APRES-MIDI (Avranches)

séquence 4 – l’historien face aux textes : critique et recherche du vrai

Thomas ROCHE (Archives départementales de l’Eure) : « Les naissances de la diplomatique en Normandie (XVIIIe-XIXe siècles)

Françoise VIEILLIARD (École nationale des chartes) et Christophe MANEUVRIER (Université́ Caen Normandie/CRAHAM/OUEN) : « Faut-il vraiment considérer la « Briev estoire del navigaige mounsire Jehan Prunaut » en Afrique comme une forgerie du XIXe siècle ? »

Visite du Scriptorial d’Avranches (Exposition temporaire « Façonner l’histoire de la Normandie. Manuscrits et chartes du Moyen Âge »)

SAMEDI 28 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATINEE (Cerisy-la-Salle)

séquence 5 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (1)

Lucile TRAN-DUC (Université́ de Caen Normandie/CRAHAM) : « Une entreprise mémorielle dans l’abbaye de Fontenelle au XIe siècle : l’œuvre du moine Guillaume »

Emily WINCKLER (University of Oxford) : « Wace, the Anglo-Norman Past, and the History of Human Experience »

Benjamin POHL (University of Bristol) : « The memory of Robert of Torigni from the Middle Ages to the present day »

Isabelle GUYOT-BACHY (Université́ de Nancy Lorraine/CRULH) : « Autour de la chronique universelle de l’anonyme de Caen »

APRES-MIDI (Cerisy-la-Salle)

séquence 6 – écrire l’histoire en milieu monastique et clérical (2 : le cas cistercien)

Richard ALLEN (University of Oxford) : « Écrire l’histoire dans la Normandie cistercienne (XIIe-XIIIe siècle) : premier aperçu »

Olivia BURGARD (Université́ de Strasbourg) : « La chronique de l’abbaye cistercienne de Mortemer (XIIe siècle) »

Mario LOFFREDO (Università degli studi di Salerno) : « Et cum prius fuisset ferus et crudelis… Les Normands et Roger II dans une chronique monastique de l’âge souabe »

DIMANCHE 29 SEPTEMBRE (Cerisy-la-Salle)

MATIN (Cerisy-la-Salle)

séquence 7 – des écoles historiques ?

Luigi RUSSO (Université́ européenne de Rome/CESN/OUEN) : « Les difficultés de l’historien : panorama historiographique de l’Orient normand (XIIe siècle) »

Amalia GALDI (Univesità degli studi di Salerno) : « Les Normands et l’historiographie urbaine : le Chronicon de Falcon Beneventanus »

Pierre COURROUX (University of Southampton) : « La topique des batailles chez les chroniqueurs normands du XIIe siècle »

Véronique GAZEAU (Université́ de Caen Normandie) : Conclusions

Inscriptions et contacts :
https://cerisy-colloques.fr/historiensnormands2019/

Une nouvelle traduction française du Livre des Islandais

Christophe Bord, spécialiste de langue et littérature scandinaves médiévales à l’Université de Toulouse, vient de faire paraître une nouvelle édition entièrement revue, corrigée et augmentée de son manuel d’initiation au scandinave médiéval. On y trouve à nouveau les éléments qui faisaient la qualité de la première édition, parue en 2004 : une présentation de l’histoire de la langue et de ses différentes variantes (en particulier les variétés orientales du norrois, souvent négligées par les manuels qui se concentrent sur les runes et sur le vieil islandais) ; une description de la grammaire illustrée par des exemples nombreux ; un choix de textes traduits et commentés.

À cela s’ajoute une contribution qui ne manquera pas d’intéresser tous les francophones qui s’intéressent aux mondes normands. Cette réédition contient en effet une traduction française complète et annotée du Livre des Islandais (Íslendingabók), composé aux environs de 1130 par le prêtre Ari Þorgilsson, dit Ari fróði (c’est-à-dire « le Savant »). Dans ce bref récit (vingt-cinq pages dans la traduction de Christophe Bord), l’auteur du XIIe siècle prétendait rapporter les conditions de la colonisation de l’Islande, la mise en place de plusieurs institutions (les « quartiers », l’Althing, le calendrier, etc.) et les premiers développements de l’Église islandaise (l’adoption du christianisme et l’histoire des premiers évêques de Skálholt). Cette œuvre, la plus ancienne composition historique réalisée par un Islandais dans sa propre langue, est donc d’une importance majeure pour la compréhension de l’histoire de l’île. À notre connaissance, elle n’avait pas fait l’objet d’une traduction française depuis celle (aujourd’hui bien vieillie) de Félix Wagner, parue à Bruxelles en 1898.

Christophe Bord, Initiation à l’étude de la langue des Vikings (scandinave médiéval), Paris, L’Harmattan, 2018 (la traduction du Livre des Islandais constitue la 6e partie du livre, p. 207-235).

Alban Gautier, Université de Caen Normandie / CRAHAM UMR 6273

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique | Journée d’étude | 16/2/18

Les sources des mondes normands à l’heure du numérique

Journée d’étude , Vendredi 16 février 2018

Université de Caen Normandie, campus 1
MRSH, salle des Actes, SH 027

9h-12h45

Accueil

Présentation de la journée

– Arnaud Daret (Unicaen, Certic), Jérome Chauveau (Unicaen, Certic), Julia Roger (Unicaen, MRSH-PDN), Pierre-Yves Buard (Unicaen, MRSH-PDN) et Clémentine Berthelot (Musée de la Tapisserie de Bayeux)
Redocumentariser la Tapisserie de Bayeux : base de données documentaire et système d’informations géoréférencées

– Peter Stokes (King’s College London)
Exon Domesday : étude numérique d’un manuscrit anglo-normand

– Stephen Baxter (St Peter’s College, Oxford)
Using Digital Methods to Reconstruct English Landed Society, 1066-1086

– Isabelle Bretthauer (Unicaen, Craham)
Texte, hypertexte, métatexte : édition et lectures plurielles d’un manuel juridique du XVsiècle

14h15-17h15

– Marie Bisson (Unicaen, MRSH-PDN, Craham)
Notices d’autorités en XML-TEI pour accumuler de la connaissance collaborativement et indexer des éditions de sources

– Laura Vangone (Unicaen, Craham)
Un corpus d’hagiographie latine

– Grégory Combalbert (Unicaen, Craham)
Les actes des évêques d’Évreux, corpus expérimental pour l’édition critique numérique des chartes normandes

– Pierre Bauduin (Unicaen, Craham), Sébastien Roncin (Palais Bénédictine, Bacardi), Michaël Bloche (Arch. dép. de Seine- Maritime, Craham), Thierry Buquet (Unicaen, Craham)
Les développements en cours de la base Scripta

Responsables : Pierre Bauduin et Marie-Agnès Lucas-Avenel, 

Unicaen, Centre Michel de Boüard-Craham | UMR 6273.

Tél. : +33 (0)2 31 56 57 25/59 17

e_Affiche_Mondes_Normands

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet VEXICAEN, financé par la région Normandie et l’Union européenne, au titre du programme FEDER (Fonds européen de Développement Régional).

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga

Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Uppsala universitet)

Continuer la lecture de Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga

Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions

Fabien Paquet

Université de Caen Normandie
CRAHAM (UMR 6273)

Les travaux sur l’abbaye du Bec ont récemment connu des avancées significatives en France et en Angleterre, en particulier pour les XIe-XIIe siècles. On peut songer, notamment, aux écrits de Jean-Hervé Foulon sur Herluin et les débuts de l’abbaye ou à la journée d’études organisée par Véronique Gazeau et Grégory Combalbert (Université de Caen Normandie, Craham), à l’abbaye même, les 22 et 23 avril 2016 (elle a notamment été l’occasion d’un bilan archéologique fort précieux, présenté par Gilles Deshayes). Ceux-ci seront complétés par plusieurs publications dans les mois qui viennent : ainsi, un Companion to history of Bec sera publié chez Brill ; Stéphane Lecouteux (Craham) proposera bientôt une mise au point sur la bibliothèque médiévale de l’abbaye ; nous travaillons aussi, avec Stéphane Lecouteux, à de nouvelles propositions sur les annales du Bec. Lors de la journée d’études de 2016, j’ai annoncé quelques travaux à venir, menés dans le cadre de ma thèse et en marge de celle-ci, dont je souhaiterais proposer un court bilan d’étape, centré sur la chronique du Bec. Continuer la lecture de Relire la « chronique du Bec », premiers jalons. 1/3 : les traditions