Archives de catégorie : Identité et altérité / Identity and otherness

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

The Viking Phenomenon

The Viking Phenomenon

Responsables du projet/Project leaders : Neil Price

Établissements principaux/Main institutions : Université d’Uppsala

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Viking Age (c.750-1050 CE) has long been a touchstone of identity in the Nordic countries, not least in Sweden where the primary project focus lies. While the Vikings enjoy a popular recognition common to few other ancient cultures, their history has been reinvented, used and abused to suit the needs of successive generations, in a process that continues today.

Continuer la lecture de The Viking Phenomenon

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of St Andrews)

Continuer la lecture de McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

911-2011. Penser les mondes normands médiévaux

Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011) publiés sous la direction de David Bates et PierreBauduin.

Collection Symposia.

Issu d’un colloque international tenu à l’occasion du 11e centenaire du traité de Saint-Clair-sur-Epte, ce volume s’intéresse aux débuts du duché de Normandie et aux différents aspects de l’expansion ou de la présence des Normands dans les îles Britanniques et en Méditerranée. Il expose les interprétations données aux conquêtes, explore la formation de réseaux et la construction d’espaces, ainsi que les notions de diaspora et d’identité « normandes ».
La pertinence de l’expression « monde(s) normand(s) » est discutée en soulignant son caractère à la fois singulier et pluriel, sa dimension européenne, sa valeur heuristique, capable de se dégager d’historiographies trop étroitement nationales et de remettre en question certains modèles explicatifs.

2016, 16 x 24, br., 572 p.

ISBN : 978-2-84133-774-3

35 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/article9550.html?id_article=1006

Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Alban Gautier

Université du Littoral-Côte d’Opale ; HLLI – EA 4030


L’expression « phénomène anglo-scandinave » fait référence à la présence du IXe au XIe siècle en Angleterre d’individus et de populations que divers éléments, dans la documentation écrite ou dans l’analyse des données archéologiques, permettent de rattacher à la Scandinavie. Deux ouvrages récents (Kopár 2012 ; McLeod 2014), mais aussi un article de Lesley Abrams (Abrams 2012) reconsidèrent cette « question anglo-scandinave », en cherchant à comprendre comment les migrants et les sociétés qui les ont accueillis ont été concrètement amenés à voir évoluer leurs appartenances telles qu’elles existaient avant la rencontre entre ces populations d’origines différentes… ou au contraire à les conserver, voire à les durcir. Pour rendre compte de ces changements, les auteurs utilisent des termes que l’on peut dire « processuels » (en cela qu’ils cherchent à nommer des processus) : des mots en –ation, a priori transparents, comme integration, accommodation, acculturation, assimilation, hybridation ou Christianization. Or l’apparente transparence de ces termes fait en réalité courir au lecteur francophone le risque du contresens.

Continuer la lecture de Alban Gautier, Du danger des mots transparents : dire le phénomène anglo-scandinave dans quelques publications récentes en langue anglaise

Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

 Geneviève Bührer-Thierry

(Université de Paris I, Lamop – UMR 8589)


Qu’est-ce que le Middle Ground ?

Le Middle Ground est un concept inventé par un historien américain [White 1991], servant à décrire les relations entre Indiens et Européens dans la région des Grands Lacs à la fin du XVIIe siècle et fondé sur l’importance de la médiation. Pour R. White les histoires de contact culturel sont perverties par une dichotomie entre absorption de l’autre ou résistance à l’autre : ne faut-il pas plutôt concevoir l’identité comme un réseau complexe de relations et d’échanges engageant activement chaque sujet ?

Continuer la lecture de Geneviève Bührer-Thierry, Quelle pertinence du concept de Middle Ground pour les premiers siècles du Moyen Âge ?

Écrire l’histoire d’une faide dans l’Islande du XIIIe siècle. Quelques remarques sur la Saga des Svínfellingar

Écrire l’histoire d’une faide dans l’Islande du XIIIe siècle. Quelques remarques sur la Saga des Svínfellingar

Writing the history of a feud in 13th century Iceland. Some remarks on the Saga of the Men of Svínafell

Scrivere la storia di una faida nell’Islanda del XIII secolo. Osservazioni sulla Saga dei Svínfellingar

Grégory CATTANEO, Universités de Paris IV Sorbonne et d’Islande, UMR 8596

Article dans Tabularia :
http://www.unicaen.fr/mrsh/craham/revue/tabularia/print.php?dossier=dossier14&file=03cattaneo.xml

Résumé :
Cette étude répond à un double objectif : analyser les mécanismes de la faide dans une contrée de l’est de l’Islande au milieu du XIIIe siècle et démontrer la valeur d’une saga de contemporains comme source historique. L’affrontement entre les élites locales apparaît à la lueur de deux sources : les annales islandaises et la Saga des Svínfellingar (Svínfellinga saga). Après un examen approfondi des sources de cette faide, force est de constater l’importance du témoignage fourni par la saga. Ce texte narratif permet de reconstruire les étapes de la faide et de comprendre comment l’élite locale est dépeinte dans la saga. Les alliances entre les puissants et la limitation de la violence sont examinées comme un aspect fondamental du jeu de la faide. Les processus de résolution du conflit et ses enjeux sociaux sont reconstitués à travers une étude minutieuse des acteurs de la médiation. Quand cela se révèle pertinent, on établit un parallèle entre le système faidal décrit dans la Saga des Svínfellingar et des exemples issus de sociétés faideuses, que ce soit dans l’Islande des sagas ou dans la France féodale.

Mots-clés : faide, système faidal, négociations de paix, élites locales, sagas de contemporains

Abstract:
This study is based on two purposes. First, it analyses the mechanism of a feud in an area of Eastern Iceland in the middle of the 13th century. Then it demonstrates the value of a contemporary saga as a historical source. The feud between the local elites appears in two written sources: the Icelandic Annals and the Saga of the Men of Svínafell (Svínfellinga saga). After a careful inspection of the sources of this feud, one can observe the importance of the saga testimony. The coalitions between the elite and the limitation of violence are analysed as a fundamental aspect of the feuding game. The process of conflict resolution and its social stakes are reconstituted through a meticulous study of the mediation. When it is relevant, one establishes a parallel between this feuding system and other examples, taken from other feuding societies, in Saga Age Iceland and in Feudal France.

Keywords: feud, feuding system, peacemaking, local elites, contemporary sagas

Riassunto :
Questo studio risponde a un doppio obiettivo : analizzare i meccanismi della faida in una contrada dell’Islanda dell’est in pieno XIII secolo e mostrare il valore di una saga di contemporanei comme fonte storica. L’affronto tra l’élite locale si manifesta alla luce di due fonti : gli annali islandesi e la Saga dei Svínfelligar (Svínfelliga saga). Dopo un esame approfondito delle fonti di questa faida, pare inevitabile costatare l’importanza della testimonianza fornita dalla saga. Questo testo a carattere narrativo permette di ricostruire le tappe della faida e di comprendere come l’élite locale è dipinta nella saga. Le alleanze tra i potenti e l’arginamento della violenza sono esaminati comme un aspetto fondamentale del gioco della faida. Il processo di risoluzione del conflitto e la sua posta in gioco sociale sono ricostituiti attraverso uno studio minuzioso degli attori della mediazione. Se pertinente, si è stabilito un parallelo tra il sistema della faida descritto nella Saga dei Svínfelligar e gli esempi provenienti dalle società vendicative, tanto nell’Islanda delle saghe quanto nella Francia feudale.

Parole chiave : faida, sistema della faida, trattative di pace, élites locali, saga di contemporanei

Norman Tradition and Transcultural Heritage

Norman Tradition and Transcultural Heritage: Exchange of Cultures in the ‘Norman’ Peripheries of Medieval Europe, éd. Thomas Foerster, Stefan Burkhardt, Ashgate 2013.

 

Résumé/abstract :

The Normans have long been recognised as one of the most dynamic forces within medieval western Europe. With a reputation for aggression and conquest, they rapidly expanded their powerbase from Normandy, and by the end of the twelfth century had established themselves in positions of strength from England to Sicily, Antioch to Dublin. Yet, despite this success recent scholarship has begun to question the ‘Norman Achievement’ and look again at the degree to which a single Norman cultural identity existed across so diverse a territory. To explore this idea further, all the essays in this volume look at questions of Norman traditions in some of the peripheral Norman dominions. In response to recent developments in cultural studies the volume uses the concepts of ‘tradition’ and ‘heritage’ to question the notion of a stable pan-European Norman culture or identity, and instead reveals the degrees to which Normans adopted and adapted to local conditions, customs and requirements in order to form their own localised cultural heritage. Divided into two sections, the volume begins with eight chapters focusing on Norman Sicily. These essays demonstrate both the degree of cultural intermingling that made this kingdom an extraordinary paradigm in this regard, and how the Normans began to develop their own distinct origin myths that diverged from those of Norman France and England. The second section of the volume provides four essays that explore Norman ethnicity and identity more broadly, including two looking at Norman communities on the opposite side of Europe to the Kingdom of Sicily: Ireland and the Scandinavian settlements in the Kievan Rus. Taken as a whole the volume provides a fascinating assessment of the construction and malleability of Norman identities in transcultural settings. By exploring these issues through the tradition and heritage of the Norman’s ‘peripheral’ dominions, a much more sophisticated understanding can be gained, not only of the Normans but of the wider cultural forces at work with the medieval west.

 

Lien/Link https://www.routledge.com/products/9781409463306

The Norman Edge: Identity and state formation on the frontiers of Europe

Responsables du projet/Project leaders : Keith Stringer (k.stringer@lancaster.ac.uk )

 

Établissements principaux/Main institutions : Lancaster University, Department of History

 

Description:

The Norman Edge: Identity and State-Formation on the Frontiers of Europe is a colloborative research project based in the History Department at Lancaster University. The project was funded by a major grant from the Arts and Humanities Research Council between December 2008 and December 2011.

The research investigated the salient characteristics of Norman expansion from their northern French homeland to the frontiers of Christian Europe, assessing the relationships between medieval ‘state-formation’ and political identities. The project provided new insights into the processes of medieval western European expansion, state-formation and identity-construction, and sought to re-evaluate the political ontology of the Norman world.

The project addressed the historical development of political cultures in three areas on the periphery of the ‘Norman world’: middle Britain (northern England and southern Scotland), southern Italy, and the crusader states.

Preliminary work comparing Norman elites in southern Italy and Normandy suggests that an important factor in the construction of new Norman polities was the capacity of settlers in the diaspora to maintain connections between themselves and with the ‘homeland’ of Normandy. This project has and will continue to produce a systematic study of the relationships between different parts of the Norman diaspora.

In each area of new settlement, Normans faced also established local elites with whom power had to be either contested or shared. Moreover, the ethnic and religious composition of the native peoples differed across and within these regions, and included Muslims, Arabic-speaking Christians, Greeks, and English- and Celtic-speaking inhabitants. The challenges posed by this diversity to Norman political and ethnic identity will provide a crucial dimension to the research.

[Lien/Link : http://www.lancaster.ac.uk/normanedge/ ]

Humbert Benoit, La circulation des biens et des hommes dans la Rus’ ancienne d’après l’historiographie (IXe-XIIe siècle).

Humbert Benoit, La circulation des biens et des hommes dans la Rus’ ancienne et l’impact des Scandinaves sur le développement de la Rus’ d’après l’historiographie (IXe-XIIe siècle). Apport des sources scandinaves et perspectives comparées avec les fondations scandinaves occidentales : Normandie et iles anglo-saxonnes, Thèse de doctorat soutenue en 2015, (dir. Constantin Zuckerman, École Pratique des Hautes Etudes).

Résumé/Abstract :

La pénétration des Scandinaves en Russie, qui s’insère dans ce vaste mouvement d’échanges qui entre les VIIIe et XIIe siècles fait circuler hommes et biens au sein de ces régions, apparaît à bien des égards comme un stimulant économique et politique d’importance dans l’émergence d’organisations politiques et sociales qui aboutirent au développement de centres proto-urbains d’importance et du premier État russe.

Continuer la lecture de Humbert Benoit, La circulation des biens et des hommes dans la Rus’ ancienne d’après l’historiographie (IXe-XIIe siècle).

Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles)

Trân-Duc Lucile, Maîtrise du culte des saints et enjeux de pouvoir dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen (IXe-XIIIe siècles),  thèse soutenue en 2015, (dir. V. Gazeau – co-directeur : C. Lorren, Université de Caen Basse-Normandie).

Résumé/abstract :

Depuis une trentaine d’années, l’hagiologie fait l’objet d’un profond renouvellement historiographique, passant d’une approche purement cultuelle à une approche anthropologique et sociale. L’un des axes les plus féconds à l’heure actuelle consiste à étudier l’instrumentalisation du sacré, indispensable pour étayer, glorifier voire légitimer l’autorité politique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective que l’on a choisi d’examiner, dans le cadre de ce doctorat, la question de la maîtrise du culte des saints dans les établissements ecclésiastiques du diocèse de Rouen aux IXe-XIIIe siècles. En effet, dans un contexte de restauration de la vie religieuse au lendemain des invasions scandinaves, le sanctoral devient un enjeu de pouvoir dont la cathédrale et les grands monastères de la région cherchent à s’assurer la domination. Afin de mener à bien cette recherche, on dispose de nombreuses sources : calendriers liturgiques, vitae et recueils de miracula, inventaires de reliques, etc. Une fois ceux-ci dépouillés, la réflexion s’organisera autour de trois axes principaux. Après avoir démontré que l’apparition des Normands dans la vallée de la basse Seine conduit à une désorganisation réelle du culte des saints, il conviendra de dresser un état du sanctoral reconstitué à la fin de la période, d’en étudier la physionomie et l’évolution des modèles de sainteté en vigueur dans l’espace et la période considérés puis de montrer sous l’effet de quelles logiques il se met en place au lendemain de la fondation de la principauté normande. Cela conduira à s’interroger sur la question des rapports entre sanctoral et restauration monastique, sanctoral et pouvoir territorial (contribution du culte des saints à la formation territoriale et identitaire du duché de Normandie puis à la formation d’un espace anglo-normand et d’un espace Plantagenêt), sanctoral et réforme de l’Eglise, sanctoral et rayonnement des différents établissements du diocèse de Rouen. En d’autres termes, l’étude du culte des saints dépasse très largement le seul cadre de l’histoire religieuse et constitue une porte d’entrée ouvrant sur l’étude des structures et des mentalités au Moyen Âge.

[source : http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article605]

History Books in the Anglo-Norman World c.1100-c.1300

History Books in the Anglo-Norman World c.1100-c.1300

Responsable du projet/Project leader :

Laura Cleaver (cleaverl@tcd.ie)

Établissement principal/Main institution :

Trinity College Dublin

Projet en cours/Project in progress

Description :

In the twelfth and thirteenth centuries history (interpreted as both the recent past and a period stretching back to include the biblical narrative) seems to have become a major interest for both the educated elite and a growing audience who accessed ideas through vernacular texts. New chronicles and annals were produced, together with accounts of the histories of particular peoples, nations and subjects. At the same time, history was explored through images in books and other media. Much historical writing in this period dealt with issues of conquest and identity, which were often allied to geography, ethnicity or particular institutions. The ‘History Books’ project, funded by the Marie Curie Programme (FP7), will examine surviving medieval manuscripts in order to investigate the writing of history in areas controlled by the Anglo-Norman Empire, concentrating on the period 1100-1300. In particular the project will explore the use of images in the presentation of history in books and beyond.

[Lien/Link : https://www.tcd.ie/History_of_Art/research/history-books.php]