Archives de catégorie : Langues, création, arts et savoirs

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier : les coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen (xiiie-xvie siècles), dir. L. Jean-Marie, Université de Caen Normandie, CRAHAM

Résumé du projet

Ce sujet de recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des pratiques de l’écrit à l’époque médiévale ; domaine qui connaît une profonde réévaluation depuis trente ans. Cependant, si la plupart des types de sources relatives aux pouvoirs urbains font l’objet d’attention, ce n’est pas le cas des coutumiers, qui pourtant témoignent des règles régissant la vie d’un espace et de populations sur de longues périodes. Dépourvus de signes d’authentification, les coutumiers sont généralement copiés en plusieurs exemplaires, traduits en langue vernaculaire, amendés dans le temps ; tant leur date d’élaboration, que leurs producteurs et utilisateurs restent le plus souvent inconnus. Ces aspects caractérisent le coutumier de la vicomté de l’eau de Rouen, faisant de ce texte un objet d’étude propice à enrichir la recherche dans ce domaine.

Au travers d’un corpus de près de quinze manuscrits, cette thèse se propose donc de reconstituer l’histoire de ce texte. Les conceptions qui président à l’élaboration d’un tel document constitueront un axe majeur de cette recherche, ainsi que la manière dont le document évolue au fil du temps que ce soit dans la forme (évolution de la structure du texte, introduction d’aides à la lecture par exemple) ou sur le fond (ajouts ou retrait d’informations). Il s’agira en effet de comprendre les rapports qu’entretiennent les contemporains avec ce type d’écrits, la manière dont ils en conçoivent l’élaboration, la valeur, ainsi que l’utilisation et la conservation.

Dans ce cadre, les modalités de construction du texte lui-même feront l’objet d’une attention particulière, afin de déterminer s’il résulte de la compilation de documents préexistants et/ou de règles orales, ou encore si certaines coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen proviennent ou non de l’influence de coutumes appliquées ailleurs. En outre, les différents manuscrits qui nous sont parvenus présentant des différences notables, leur comparaison permettra d’éclairer les habitudes de copie des scripteurs, de même que l’évolution de l’organisation et de l’utilisation du texte.

Une étude approfondie des contextes d’élaboration des manuscrits permettra de plus de déterminer les motifs qui président aux mises par écrit successives ainsi que la valeur accordée à ce type de documents par les contemporains. En effet, le coutumier constitue un outil de référence, qui pourtant reste dénué de valeur juridique, puisque son authenticité n’est attestée par la marque d’aucune autorité ; interrogeant sur la valeur qu’accordent les contemporains aux écrits de cette nature. Cet aspect alimentera d’ailleurs une réflexion plus large concernant l’autorité de l’écrit, ainsi que les procédures de validation ayant cours dans les pays de droit coutumier.

 

                                                                       Laure Cèbe, CRAHAM UMR 6273

Louis Chevalier, Agere et statuere

Louis Chevalier, Agere et statuere : étude historique et édition critique et numérique des deux ordinaires liturgiques du Mont Saint-Michel (XIVe-XVe siècles) , thèse soutenue le 17 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau et Catherine Jacquemard dir.).

L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204)

(ill. Livre noir de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, BM, Y 41 (1406), fol. 12v)

Résumé de la thèse de Vangone (Laura), L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204). Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique. Thèse de doctorat d’histoire médiévale soutenue à l’Université de Caen Normandie le 5 décembre 2019 en cotutelle avec l’Université de Naples Suor Orsola Benincasa, dir. Pierre Bauduin et Edoardo D’Angelo.

 

La production hagiographique écrite pendant la période ducale en Normandie (911-1204) n’a jamais fait l’objet d’une étude complète et ponctuelle. Des études qui traitent de tel ou tel aspect de ce domaine (d’un texte, d’un auteur, de la production d’un monastère ou d’un diocèse) existent mais, avant la réalisation de cette thèse, on n’avait pas de données statistiques précises sur les caractéristiques, même simplement quantitatives, de cette production : sa division par siècles, les rapports entre les textes d’écrivains connus et les textes rédigés par des auteurs anonymes, la distribution entre le nombre des saints antiques ou médiévaux, les typologies hagiographiques (vitae, passiones, miracula, translationes), les « typologies de sainteté » (évêque, abbé, laïc, femme, etc.). Cette situation, préjudiciable à la critique des textes, est due tout d’abord à la difficulté du traitement des textes hagiographiques sur le plan de l’histoire de la littérature : trop d’auteurs restent anonymes, beaucoup de textes ne sont pas datés et leur lieu de production demeure incertain. Ainsi, si l’hagiographie est une source essentielle de l’histoire normande, les conditions de sa production et de sa diffusion n’ont pas été étudiées de manière globale, ni donné lieu à la constitution d’outils de recherche.

Cette thèse a essayé de combler cette lacune, à la fois en créant un Repertorium (avec une base de données « chrono-géo-hagiographique », permettant une cartographie de la production normande médiévale) des textes hagiographiques rédigés pendant la période 911-1204, et en ouvrant la réflexion critique et historique sur ce corpus. Il s’est agi ainsi de rechercher et de comprendre les foyers de production hagiographiques ; de montrer les relations entre les textes, les auteurs, les bibliothèques, les établissements où ces documents ont été produits ; de comprendre le travail des auteurs (recherche et usage des sources, choix littéraires) ; d’expliquer les motifs (religieux, pastoraux, liturgiques, mais aussi politiques et économiques) qui sont à la base de l’écriture hagiographique médiévale.

À cette fin, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  1. Nous avons en premier lieu présenté l’histoire de la province ecclésiastique de Rouen et sa transformation sous les Normands. Dans un deuxième temps nous avons considéré les structures culturelles du duché de Normandie et leur évolution. Leur compréhension, aidée par le classement des centres culturels sur la base de leur orientation religieuse (monastique, séculière) était nécessaire dans le but d’analyser ces centres où la littérature hagiographique a été rédigée : scriptoria, bibliothèques, écoles. Cet aspect a représenté le fondement de la recherche.
  2. Le Repertorium textuum hagiographicorum in ducatu Normannorum conscriptorum (ReTeHNor) représente le coeur de la thèse. Il s’est basé sur un outil très connu comme la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) ainsi que sur son complément, la Bibliotheca Hagiographica Latina manuscripta (BHLms). La structure du Répertoire a favorisé sa transposition sous forme électronique. La base de données qui a été créée est conçue pour être enrichie même après la fin de la thèse et grâce à la contribution d’autres chercheurs. L’outil s’appuie, sur le plan technique, sur une structure numérique en EAD (Encoded Archival Description), qui est largement utilisée pour la description de fonds d’archives ou de bibliothèques. Bien entendu, l’établissement et la structure du Répertoire a eu besoin d’une explication de la méthode et de ses objectifs. Nous avons ainsi défini les bornes géographiques et chronologiques de la recherche et établi la structure des fiches qui constituent le Repertorium. Chaque fiche est organisée comme une espèce de « notice d’autorité », structurée de manière synthétique, riche de données objectives de nature historico-littéraire et philologique, et faite de façon à ce qu’elle puisse être aisément partagée avec d’autres outils numériques. Toutes les fiches ont reçu un identifiant BHN (acronyme parlant de Bibliotheca Hagiographica Normanniae) et comprennent les champs suivants : la référence au numéro du texte dans la BHL ; le nom du saint en latin et la datation traditionnelle de sa vie ; le modèle de sainteté du personnage hagiographique tel qu’il est exprimé par le texte de référence ; la typologie de la pièce hagiographique narrative (Vita, Passio, Miracula, Translatio, etc.) ; l’incipit et l’explicit ; l’aspect formel du texte (prose, vers, prosimètre) ; l’auteur ; le commanditaire ; la datation ; le lieu de rédaction ; la liste des éditions imprimées du texte ; la liste de tous les témoins manuscrits connus du texte ; le résumé critique. En outre, utiliser le modèle de la BHL devrait signifier en théorie que chaque item de la BHN correspond à un item de la BHL. En réalité, puisque la BHL – outil élaboré à la fin du XIXe siècle – déroge dans de nombreux cas au principe « un texte / un identifiant alphanumérique », cette correspondance ne se réalise pas toujours : en entrant davantage dans le détail des dossiers, la BHN propose une lecture philologiquement rigoureuse et mise à jour de ces mêmes dossiers, en parvenant, dans plusieurs cas, à fusionner plusieurs items donnés comme distincts par la BHL, ou, inversement, à reconnaître comme unités textuelles distinctes ce que la BHL a répertorié comme un texte unique (c’est le cas du recensement de rédactions différentes de la même légende dans une liste de manuscrits).
  3. À partir des fiches, nous avons ensuite dû évaluer les données qu’on pouvait en tirer, nous en avons interprété les éléments, nous les avons expliqués, posés dans leur contexte, croisés. Autrement dit, une présentation raisonnée et discursive (mais accompagné de tableaux, graphiques et cartes) des données du ReTeHNor a été réalisée. Rappelons tout ce que nous ne savions pas avant la construction du Repertorium : le nombre exact de textes écrits dans le duché pendant la période donné ; les saints traités ; les textes datables ; la tradition manuscrite ; la qualité des éditions imprimées (plusieurs textes demeurent encore aujourd’hui totalement inédits, ou ont été édités très anciennement [notamment au XVIIe siècle pour une partie du corpus des Acta Sanctorum]) ; les textes anonymes et les textes d’auteur; la typologie précise des « modèles de sainteté » ; les typologies hagiographiques employées ; la distribution quantitative de la production hagiographique entre les différents foyers culturels (où écrit-on, combien et quoi?). L’analyse des données nous a ainsi permis de connaître la situation précise de l’hagiographie normande, les pourcentages et les rapports entre les œuvres d’auteur et les œuvres anonymes ; de connaître en détail le statut éditorial des textes; la situation exacte et les pourcentages des typologies de récits hagiographiques (Vies, Passiones, translations, miracles, etc.); la situation des « modèles hagiographiques » (moines, prêtres, évêques, abbés, rois, laïcs, femmes, autres); la distribution « géographique » (par foyer culturel) des textes; le rapport sur le plan quantitatif entre les textes « primaires » et leurs réécritures.
  4. Ces données ont évidemment aussi été analysées à un niveau historique. Nous avons donc pris soin de dévoiler les différentes raisons qui peuvent être à la base de l’écriture hagiographique, en entrant dans les questions de la politique à la fois laïque et ecclésiastique de le Normandie ducale. Le phénomène de la réécriture hagiographique s’est révélé très important en ce sens. Il a été approché sous deux différents plans d’investigation : nous avons qualifié le premier plan de « vertical » car il suit la trace « du saint » à travers les différents textes traitant de ce dernier (dossiers hagiographiques), et donc des différents auteurs et de leurs buts et motivations. Nous nous sommes ici intéressés à l’écriture sur les saints comme un témoignage du développement socio-politique de la sainteté (en d’autres termes, il s’est agi de réaliser une analyse des contenus de la [ré]écriture). Nous avons nommé le deuxième plan de « horizontal » car il suit la trace « des textes » afin de connaître les échanges entre les hagiographes (et donc entre les intellectuels et les foyers de culture), les techniques d’écriture hagiographique, les structures, les topoï, les citations, les sources (en d’autres termes, il s’est agi de mettre l’accent sur les formes de la [ré]écriture). Cette évaluation historique nous a donc sans doute permis d’apprécier les structures culturelles du duché sous un autre angle, comme mentionné dans la partie initiale de cette présentation.

 

Résultats

En conclusion, pour les sept diocèses du duché normand qui ont été pris en examen sur les trois siècles, nous avons mis ensemble un répertoire comprenant 132 unités textuelles et constituant l’objet principal du travail. Cependant, un second répertoire, appelé « Appendice » et composé de 123 fiches, contient les textes qui ont été exclus du premier corpus pour diverses raisons (datation, lieu de rédaction, caractéristiques typologiques) mais qui sert néanmoins à enrichir le cadre de cette recherche.  Cette thèse, première étude d’ensemble de la production hagiographique réalisée dans le duché de Normandie, nous a permis de suggérer des attitudes particulières de chaque foyer par rapport à la production hagiographique : des centres, comme l’abbaye de Saint-Ouen, ont construit un véritable programme hagiographique écrit visant aussi à récupérer les traditions pré-normandes, tandis que d’autres abbayes ne cherchent pas à obtenir leurs anciennes reliques ni à honorer leurs figures fondatrices (Fécamp) ; d’autres encore considèrent comme une tâche importante de s’emparer de reliques mais non de produire des écrits hagiographiques (Jumièges). Nous avons ainsi pu déterminer les principaux foyers hagiographiques normands et en établir une géographie pour la première fois : on peut donc voir le déséquilibre entre la partie orientale du duché avec les centres de la vallée de la Seine et la partie orientale du duché, bien avant la création du duché, ce que nous avons montré en reprenant les traits de la production hagiographique carolingienne de cette partie de la Neustrie. Nous avons pu également identifier des auteurs et des commanditaires, dont beaucoup étaient jusque-là inconnus, discuter des attributions pseudépigraphiques et/ou problématiques (notamment dans le cas de Fulbert) et reprendre à nouveaux frais certains dossiers : quelques-uns de ces dossiers n’avaient jamais été étudiés (Maxime et Vénérand), ou bien l’avaient été sans que le dossier dans son ensemble n’ait fait l’objet d’une présentation claire (Évroul) ou encore l’avaient été – même récemment – mais il nous semblait indispensable, dans ces cas, de proposer de nouvelles hypothèses (Romain). Nous avons vu également que sur les 68 saints qui sont réunis dans notre thèse, et qui ont donc été honorés d’un texte hagiographique, seuls certains d’entre eux ont fait l’objet de plusieurs réécritures : tout d’abord Ouen et Romain, dont les textes qui les concernent illustrent la vivacité de l’opposition entre l’abbaye et la cathédrale de la ville de Rouen ; Anselme d’Aoste, ensuite, dont la figure a suscité un véritable recueil d’anecdotes et de contes qui ont été ensuite mis par écrit ; Évroul et Taurin enfin. Il est clair que les saints qui ont un dossier plus épais sont aussi ceux dont les textes ont été utilisés le plus dans d’autres Vies. Le modèle de sainteté de l’évêque, à côté de celui du moine, est le plus utilisé et le plus réécrit. Nous avons également réalisé une étude inédite de l’hagiographie en vers, qui représente un peu moins de 10 % de la production hagiographique normande conservée. 4 textes inédits ont été transcrits pour la première fois afin de donner au lecteur la possibilité de suivre les chemins de l’intertextualité que nous avons pu repérer au cours de notre apprivoisement de la matière hagiographique de Normandie ducale.

La démarche adoptée nous a donc permis de construire un Répertoire qui, ayant pris inspiration d’autres travaux de cette nature (notamment les Sources Hagiographiques de la Gaule et le recueil Hagiographies) pourrait servir de base à la réalisation de répertoires similaires pour tenter d’ajouter une pièce à la reconstruction de l’histoire littéraire de l’hagiographie, si longtemps pratiquée dans tous les centres de la chrétienté latine.

                                                                                    Laura VANGONE                                                                                                                         (CRAHAM- UMR 6273)

 

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, a été publié dans le Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 55-61 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), et il doit être publié également dans la Revue Mabillon, vol. 30.

 

Stage d’initiation au tabellionage normand

Le premier Stage d’initiation au tabellionage normand médiéval et moderne aura lieu du  

lundi 16 au vendredi 20 novembre 2020

aux Archives départementales de Seine-Maritime

(42 Rue Henri II Plantagenêt, 76100 Rouen)

Les registres des tabellions (notaires de la France du Nord) restent peu utilisés malgré la publication des colloques dirigés par Mathieu Arnoux et Olivier Guyotjeannin (2011) et Jean-Louis Roch (2014), et les recherches récentes en histoire et en droit. Historiens et juristes médiévistes et modernistes, déjà initiés au tabellionage, regrettent que certaines difficultés structurelles et formelles des actes rédigés en français privent les chercheurs de cette source. Ce premier Stage d’initiation au tabellionage normand a pour but de fournir aux stagiaires les clés d’entrée en tabellionage et leur indiquer par des cas concrets la richesse des registres. 

Le stage aura lieu sur le site des Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) en raison de l’importance du tabellionage de Rouen (1360-1687), mais l’initiation portera sur l’ensemble du tabellionage normand (Seine-Maritime, Calvados, Manche, Orne et Eure).

Il est fléché en direction des historiens et juristes (master, doctorat, chercheurs) travaillant sur les métiers, les familles, l’occupation des espaces urbains et ruraux, le bâti, les croyances, les relations entre Normands et Anglais sous la monarchie lancastrienne…

Différents thèmes seront abordés sous la forme de cours et d’ateliers : historique du tabellionage, présentation des registres, codicologie, le tabellion au travail, la « chaîne d’écritures » des tabellions, études de cas concrets, exercices en petits groupes, présentation des cinq fonds normands, comparaison avec les notaires de Paris, édition d’un acte de tabellionage…  

Le stage sera l’occasion pour les étudiants de découvrir le site des ADSM et sa riche documentation (bibliothèque, catalogues) accessible aux chercheurs.

Pour des raisons matérielles et en fonction du contexte sanitaire, nous sommes contraints de limiter à 20 le nombre des participants au Stage d’initiation au tabellionage. Les inscriptions se feront en fonction des sujets et de l’ordre d’arrivée des candidatures. Nous ouvrirons une liste d’attente au cas où nous recevrions l’autorisation de dépasser ce nombre.

Afin d’alléger les tâches d’organisation, nous vous serions reconnaissants de demander à vos étudiants en Master 1 ou 2 ou en thèse de se préinscrire (cf Formulaire d’inscription à demander à Madame L. Scordia) après avoir choisi leur sujet de mémoire et en tout cas, avant le 30 septembre. Ils recevront une réponse sitôt le dossier traité. Ils recevront avant le stage le programme définitif et les indications pratiques.

Les inscriptions sont à envoyer à : lydwine.scordia@univ-rouen.fr

Grâce aux ADSM et au GRHis (Groupe de recherche d’histoire, université de Rouen Normandie), les déjeuners des cinq journées du Stage d’initiation seront pris en charge, ainsi que la distribution d’un manuel sur Le Tabellionage normand. Cependant une participation forfaitaire de 20 € aux frais d’organisation sera demandée et à envoyer lors de la confirmation d’inscription.

Une attestation de présence sera délivrée en fin de stage et un exercice à faire tiendra lieu de rapport de stage (dans le cadre du Master : 40h/120h).

Vous pouvez également trouver des références utiles dans le dossier de la revue Tabularia consacré à la Richesse du tabellionage normand au Moyen Âge

(image : Tabellionage de la sénéchaussée d’Argences, Sainte-Paix, Saint-Gabriel, Caen, Archives du Calvados, 7E/5/1)

Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Résumé de la thèse Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp :

étude et édition critique, 928/929 – 1190 ; postérité du fonds

 

(Image de fond de titre : Acte de Richard II pour Fécamp, 30 mai 1006, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 NUM 316 (1), recto. Collection Musée du Palais Bénédictine, Fécamp, Inv. 1/1 (Engel 2). Scripta n° 264).

 

Thèse de doctorat soutenue par Michaël Bloche le 10 décembre 2019, Université de Caen Normandie, devant un jury composé de Véronique Gazeau (dir.), Pierre Bauduin (co-dir.), Nicholas Vincent (rapporteur), Benoît-Michel Tock (rapporteur), Laurent Morelle, Olivier Guyotjeannin et Elisabeth Lalou (présidente), 3 vol. (i – 478 p. – ; ii – 700 p. – ; iii – 348 p.).

 

Introduction

Richard Ier, duc de Normandie, fonda à Fécamp, en 990, une collégiale, vite transformée en abbaye bénédictine en 1001 par son fils Richard II. Fécamp était alors l’une des capitales du duché, et l’abbaye, dans l’enceinte du palais, fut longtemps une nécropole ducale. Richement doté, le monastère devint une des abbayes bénédictines les plus importantes du duché et même au-delà. Pionnier dans le domaine de l’écrit, son scriptorium produisit les plus anciennes annales, le plus ancien nécrologe, le plus ancien livre du chapitre et l’un des plus anciens cartulaires connus en Normandie. C’est pourquoi il a dès le xviie siècle attiré l’attention d’immenses historiens et érudits tels que Jean Mabillon et Étienne Baluze, ou plus récemment Charles H. Haskins, Jean-François Lemarignier ou Lucien Musset. Continuer la lecture de Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Parution de G. Combalbert (ed), Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223)

Vient de paraître :  Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223), Grégory Combalbert (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen (e-Cartae – Actépi), 2019.

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques, tous étant également destinés à faire l’objet d’une publication papier.

Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) comprennent 266 unités documentaires : actes, fragments et mentions d’actes aujourd’hui disparus. Le site web propose plusieurs modes d’entrée dans le corpus : par la constitution de sous-corpus, par caractère interne, par les index, par une carte, par une requête dans le moteur de recherche. Il permet également la circulation dynamique entre les différents éléments constitutifs de l’édition.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication multimodale et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par Grégory Combalbert et le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique.

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Montpellier 3)

Continuer la lecture de Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de William Hereward Norman, The classical Barbarian in the Íslendingasögur

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Aberystwyth)

Continuer la lecture de Megan Tiddeman, Money talks : Anglo-Norman, Italian and English language contact in medieval merchant documents, c1200-c1450

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Emily Dolmans, Regional identities and cultural contact in the literatures of post-conquest England

Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull

Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Glasgow)

Continuer la lecture de Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Glasgow)

Continuer la lecture de Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition

Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de St Andrews)

Continuer la lecture de Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition