Archives de catégorie : Manuscrits et bibliothèques

Louis Chevalier, Agere et statuere

Louis Chevalier, Agere et statuere : étude historique et édition critique et numérique des deux ordinaires liturgiques du Mont Saint-Michel (XIVe-XVe siècles) , thèse soutenue le 17 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau et Catherine Jacquemard dir.).

L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204)

(ill. Livre noir de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, BM, Y 41 (1406), fol. 12v)

Résumé de la thèse de Vangone (Laura), L’hagiographie latine du duché de Normandie (911-1204). Établissement d’un corpus raisonné de textes et analyse littéraire et historique. Thèse de doctorat d’histoire médiévale soutenue à l’Université de Caen Normandie le 5 décembre 2019 en cotutelle avec l’Université de Naples Suor Orsola Benincasa, dir. Pierre Bauduin et Edoardo D’Angelo.

 

La production hagiographique écrite pendant la période ducale en Normandie (911-1204) n’a jamais fait l’objet d’une étude complète et ponctuelle. Des études qui traitent de tel ou tel aspect de ce domaine (d’un texte, d’un auteur, de la production d’un monastère ou d’un diocèse) existent mais, avant la réalisation de cette thèse, on n’avait pas de données statistiques précises sur les caractéristiques, même simplement quantitatives, de cette production : sa division par siècles, les rapports entre les textes d’écrivains connus et les textes rédigés par des auteurs anonymes, la distribution entre le nombre des saints antiques ou médiévaux, les typologies hagiographiques (vitae, passiones, miracula, translationes), les « typologies de sainteté » (évêque, abbé, laïc, femme, etc.). Cette situation, préjudiciable à la critique des textes, est due tout d’abord à la difficulté du traitement des textes hagiographiques sur le plan de l’histoire de la littérature : trop d’auteurs restent anonymes, beaucoup de textes ne sont pas datés et leur lieu de production demeure incertain. Ainsi, si l’hagiographie est une source essentielle de l’histoire normande, les conditions de sa production et de sa diffusion n’ont pas été étudiées de manière globale, ni donné lieu à la constitution d’outils de recherche.

Cette thèse a essayé de combler cette lacune, à la fois en créant un Repertorium (avec une base de données « chrono-géo-hagiographique », permettant une cartographie de la production normande médiévale) des textes hagiographiques rédigés pendant la période 911-1204, et en ouvrant la réflexion critique et historique sur ce corpus. Il s’est agi ainsi de rechercher et de comprendre les foyers de production hagiographiques ; de montrer les relations entre les textes, les auteurs, les bibliothèques, les établissements où ces documents ont été produits ; de comprendre le travail des auteurs (recherche et usage des sources, choix littéraires) ; d’expliquer les motifs (religieux, pastoraux, liturgiques, mais aussi politiques et économiques) qui sont à la base de l’écriture hagiographique médiévale.

À cette fin, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre axes principaux :

 

  1. Nous avons en premier lieu présenté l’histoire de la province ecclésiastique de Rouen et sa transformation sous les Normands. Dans un deuxième temps nous avons considéré les structures culturelles du duché de Normandie et leur évolution. Leur compréhension, aidée par le classement des centres culturels sur la base de leur orientation religieuse (monastique, séculière) était nécessaire dans le but d’analyser ces centres où la littérature hagiographique a été rédigée : scriptoria, bibliothèques, écoles. Cet aspect a représenté le fondement de la recherche.
  2. Le Repertorium textuum hagiographicorum in ducatu Normannorum conscriptorum (ReTeHNor) représente le coeur de la thèse. Il s’est basé sur un outil très connu comme la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) ainsi que sur son complément, la Bibliotheca Hagiographica Latina manuscripta (BHLms). La structure du Répertoire a favorisé sa transposition sous forme électronique. La base de données qui a été créée est conçue pour être enrichie même après la fin de la thèse et grâce à la contribution d’autres chercheurs. L’outil s’appuie, sur le plan technique, sur une structure numérique en EAD (Encoded Archival Description), qui est largement utilisée pour la description de fonds d’archives ou de bibliothèques. Bien entendu, l’établissement et la structure du Répertoire a eu besoin d’une explication de la méthode et de ses objectifs. Nous avons ainsi défini les bornes géographiques et chronologiques de la recherche et établi la structure des fiches qui constituent le Repertorium. Chaque fiche est organisée comme une espèce de « notice d’autorité », structurée de manière synthétique, riche de données objectives de nature historico-littéraire et philologique, et faite de façon à ce qu’elle puisse être aisément partagée avec d’autres outils numériques. Toutes les fiches ont reçu un identifiant BHN (acronyme parlant de Bibliotheca Hagiographica Normanniae) et comprennent les champs suivants : la référence au numéro du texte dans la BHL ; le nom du saint en latin et la datation traditionnelle de sa vie ; le modèle de sainteté du personnage hagiographique tel qu’il est exprimé par le texte de référence ; la typologie de la pièce hagiographique narrative (Vita, Passio, Miracula, Translatio, etc.) ; l’incipit et l’explicit ; l’aspect formel du texte (prose, vers, prosimètre) ; l’auteur ; le commanditaire ; la datation ; le lieu de rédaction ; la liste des éditions imprimées du texte ; la liste de tous les témoins manuscrits connus du texte ; le résumé critique. En outre, utiliser le modèle de la BHL devrait signifier en théorie que chaque item de la BHN correspond à un item de la BHL. En réalité, puisque la BHL – outil élaboré à la fin du XIXe siècle – déroge dans de nombreux cas au principe « un texte / un identifiant alphanumérique », cette correspondance ne se réalise pas toujours : en entrant davantage dans le détail des dossiers, la BHN propose une lecture philologiquement rigoureuse et mise à jour de ces mêmes dossiers, en parvenant, dans plusieurs cas, à fusionner plusieurs items donnés comme distincts par la BHL, ou, inversement, à reconnaître comme unités textuelles distinctes ce que la BHL a répertorié comme un texte unique (c’est le cas du recensement de rédactions différentes de la même légende dans une liste de manuscrits).
  3. À partir des fiches, nous avons ensuite dû évaluer les données qu’on pouvait en tirer, nous en avons interprété les éléments, nous les avons expliqués, posés dans leur contexte, croisés. Autrement dit, une présentation raisonnée et discursive (mais accompagné de tableaux, graphiques et cartes) des données du ReTeHNor a été réalisée. Rappelons tout ce que nous ne savions pas avant la construction du Repertorium : le nombre exact de textes écrits dans le duché pendant la période donné ; les saints traités ; les textes datables ; la tradition manuscrite ; la qualité des éditions imprimées (plusieurs textes demeurent encore aujourd’hui totalement inédits, ou ont été édités très anciennement [notamment au XVIIe siècle pour une partie du corpus des Acta Sanctorum]) ; les textes anonymes et les textes d’auteur; la typologie précise des « modèles de sainteté » ; les typologies hagiographiques employées ; la distribution quantitative de la production hagiographique entre les différents foyers culturels (où écrit-on, combien et quoi?). L’analyse des données nous a ainsi permis de connaître la situation précise de l’hagiographie normande, les pourcentages et les rapports entre les œuvres d’auteur et les œuvres anonymes ; de connaître en détail le statut éditorial des textes; la situation exacte et les pourcentages des typologies de récits hagiographiques (Vies, Passiones, translations, miracles, etc.); la situation des « modèles hagiographiques » (moines, prêtres, évêques, abbés, rois, laïcs, femmes, autres); la distribution « géographique » (par foyer culturel) des textes; le rapport sur le plan quantitatif entre les textes « primaires » et leurs réécritures.
  4. Ces données ont évidemment aussi été analysées à un niveau historique. Nous avons donc pris soin de dévoiler les différentes raisons qui peuvent être à la base de l’écriture hagiographique, en entrant dans les questions de la politique à la fois laïque et ecclésiastique de le Normandie ducale. Le phénomène de la réécriture hagiographique s’est révélé très important en ce sens. Il a été approché sous deux différents plans d’investigation : nous avons qualifié le premier plan de « vertical » car il suit la trace « du saint » à travers les différents textes traitant de ce dernier (dossiers hagiographiques), et donc des différents auteurs et de leurs buts et motivations. Nous nous sommes ici intéressés à l’écriture sur les saints comme un témoignage du développement socio-politique de la sainteté (en d’autres termes, il s’est agi de réaliser une analyse des contenus de la [ré]écriture). Nous avons nommé le deuxième plan de « horizontal » car il suit la trace « des textes » afin de connaître les échanges entre les hagiographes (et donc entre les intellectuels et les foyers de culture), les techniques d’écriture hagiographique, les structures, les topoï, les citations, les sources (en d’autres termes, il s’est agi de mettre l’accent sur les formes de la [ré]écriture). Cette évaluation historique nous a donc sans doute permis d’apprécier les structures culturelles du duché sous un autre angle, comme mentionné dans la partie initiale de cette présentation.

 

Résultats

En conclusion, pour les sept diocèses du duché normand qui ont été pris en examen sur les trois siècles, nous avons mis ensemble un répertoire comprenant 132 unités textuelles et constituant l’objet principal du travail. Cependant, un second répertoire, appelé « Appendice » et composé de 123 fiches, contient les textes qui ont été exclus du premier corpus pour diverses raisons (datation, lieu de rédaction, caractéristiques typologiques) mais qui sert néanmoins à enrichir le cadre de cette recherche.  Cette thèse, première étude d’ensemble de la production hagiographique réalisée dans le duché de Normandie, nous a permis de suggérer des attitudes particulières de chaque foyer par rapport à la production hagiographique : des centres, comme l’abbaye de Saint-Ouen, ont construit un véritable programme hagiographique écrit visant aussi à récupérer les traditions pré-normandes, tandis que d’autres abbayes ne cherchent pas à obtenir leurs anciennes reliques ni à honorer leurs figures fondatrices (Fécamp) ; d’autres encore considèrent comme une tâche importante de s’emparer de reliques mais non de produire des écrits hagiographiques (Jumièges). Nous avons ainsi pu déterminer les principaux foyers hagiographiques normands et en établir une géographie pour la première fois : on peut donc voir le déséquilibre entre la partie orientale du duché avec les centres de la vallée de la Seine et la partie orientale du duché, bien avant la création du duché, ce que nous avons montré en reprenant les traits de la production hagiographique carolingienne de cette partie de la Neustrie. Nous avons pu également identifier des auteurs et des commanditaires, dont beaucoup étaient jusque-là inconnus, discuter des attributions pseudépigraphiques et/ou problématiques (notamment dans le cas de Fulbert) et reprendre à nouveaux frais certains dossiers : quelques-uns de ces dossiers n’avaient jamais été étudiés (Maxime et Vénérand), ou bien l’avaient été sans que le dossier dans son ensemble n’ait fait l’objet d’une présentation claire (Évroul) ou encore l’avaient été – même récemment – mais il nous semblait indispensable, dans ces cas, de proposer de nouvelles hypothèses (Romain). Nous avons vu également que sur les 68 saints qui sont réunis dans notre thèse, et qui ont donc été honorés d’un texte hagiographique, seuls certains d’entre eux ont fait l’objet de plusieurs réécritures : tout d’abord Ouen et Romain, dont les textes qui les concernent illustrent la vivacité de l’opposition entre l’abbaye et la cathédrale de la ville de Rouen ; Anselme d’Aoste, ensuite, dont la figure a suscité un véritable recueil d’anecdotes et de contes qui ont été ensuite mis par écrit ; Évroul et Taurin enfin. Il est clair que les saints qui ont un dossier plus épais sont aussi ceux dont les textes ont été utilisés le plus dans d’autres Vies. Le modèle de sainteté de l’évêque, à côté de celui du moine, est le plus utilisé et le plus réécrit. Nous avons également réalisé une étude inédite de l’hagiographie en vers, qui représente un peu moins de 10 % de la production hagiographique normande conservée. 4 textes inédits ont été transcrits pour la première fois afin de donner au lecteur la possibilité de suivre les chemins de l’intertextualité que nous avons pu repérer au cours de notre apprivoisement de la matière hagiographique de Normandie ducale.

La démarche adoptée nous a donc permis de construire un Répertoire qui, ayant pris inspiration d’autres travaux de cette nature (notamment les Sources Hagiographiques de la Gaule et le recueil Hagiographies) pourrait servir de base à la réalisation de répertoires similaires pour tenter d’ajouter une pièce à la reconstruction de l’histoire littéraire de l’hagiographie, si longtemps pratiquée dans tous les centres de la chrétienté latine.

                                                                                    Laura VANGONE                                                                                                                         (CRAHAM- UMR 6273)

 

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, a été publié dans le Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 55-61 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), et il doit être publié également dans la Revue Mabillon, vol. 30.

 

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Montpellier 3)

Continuer la lecture de Franck Lahbib, Edition et traduction du manuscrit F de Gui de Warewic : un roman anglo-normand de la fin du XIIe siècle

Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition

Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de St Andrews)

Continuer la lecture de Vittorio Mattioli, Grímnismál : a critical edition

Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century

Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Aberdeen)

Continuer la lecture de Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Bergen)

Continuer la lecture de Synnøve Midtbø Myking, The French connection : Norwegian manuscript fragments of Fench origin and their historical context

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Splendeur et dispersion d’une prestigieuse bibliothèque monastique normande (Xe-XVIIIe siècle)

Organisateurs : Association des Amis du Vieux Fécamp et du Pays de Caux et Association des Amis de l’Abbatiale

Partenariat : Ville de Fécamp et Association Musarte

Présentation générale : Cette initiative est née de la volonté de valoriser la thèse importante de Stéphane Lecouteux : « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp » soutenue le 25 novembre 2015 à l’Université de Caen. L’objectif principal est de faire connaître à un large public ces recherches universitaires et le rayonnement de cette bibliothèque monastique prestigieuse. Compte tenu des problèmes de restauration de l’abbatiale de la sainte Trinité actuellement, il est crucial de diffuser et d’évoquer l’histoire d’un tel patrimoine écrit, aussi important pour les spécialistes que celui du Mont Saint-Michel. À cette occasion, seront réunis pour ces deux journées d’études les meilleurs spécialistes des manuscrits normands. Continuer la lecture de La bibliothèque de l’abbaye de la Sainte Trinité de Fécamp

Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Stéphane Lecouteux

Le mérite de la redécouverte du De abbatibus – ou Chronique des abbés du Mont Saint-Michel (dont la partie primitive est due à Robert de Torigni) – revient au Professeur Thomas Bisson : c’est lui qui, le premier, a vu l’intérêt de ce document considéré comme perdu depuis l’« édition princeps » de Philippe Labbe (Novae Bibliothecae manuscriptorum librorum, Paris, t. 1, 1657, p. 350-352). Cette dernière, bien que très imparfaite, a été reproduite à l’identique dans la Patrologia Latina de l’abbé Migne (t. 202, 1855, col. 1325-1328) et a ainsi servi de référence aux historiens pendant plus de trois siècles. Thomas Bisson, professeur à Harvard et spécialiste de la crise du XIIsiècle, a étudié les folios 178r-181v du manuscrit 213 de la Bibliothèque patrimoniale d’Avranches à l’occasion de ses séjours en France. Il s’est fait en quelque sorte « l’ambassadeur » de ce texte auprès de ses collègues de l’université de Caen Normandie qui travaillaient sur l’histoire des origines du Mont Saint-Michel, montrant qu’il contenait des informations capitales sur les abbés de ce monastère. Au terme de ses recherches, Thomas Bisson a publié en 2010 une édition et une traduction anglaise du De abbatibus, précédées d’une importante introduction destinée à fixer les premiers jalons indispensables à la compréhension des différentes phases d’élaboration du texte (Bisson, 2010, p. 163-192).

Continuer la lecture de Projet d’édition critique et traduction du De abbatibus (Chronique des abbés du Mont Saint-Michel)

Ad Petri de Vineis Epistolas critice edendas

Responsables du projet/Project leaders : Edoardo D’Angelo (edoardo.dangelo@unina.it )

 

Établissements principaux/Main institutions : CESN (Centro Europeo di Studi Normanni, Ariano Irpino) ; SISMEL (Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino) ; Letteratura Latina Medievale, Università degli Studi di Napoli Suor Orsola Benincasa – facoltà di Lettere

 

Description :

Il cosiddetto Epistolario di Pier della Vigna costituisce senz’altro uno dei monumenti della letteratura latina medievale. Opera di uno dei personaggi più importanti, non solo in quanto scrittore, ma soprattutto in quanto pensatore ed uomo politico, dell’Europa del sec. XIII, esso rappresenta una fonte inestimabilmente ricca e profonda per la ricostruzione della cultura “sveva” in Italia meridionale.

Ciononostante, la raccolta di lettere che va sotto il suo nome giace ancora, incredibilmente, in uno stato ecdotico che può essere definito senz’ombra di dubbio embrionale: si è fermi, infatti, all’edizione settecentesca dell’Iselius (Petri de Vineis iudicis aulici et cancellarii Frederici II. Imp. Epistolarum … libri VI, (Ed. Johannes Rudolphus Iselius Basileae 1740), basata su un numero irrilevante di testimoni, perlatro non tutti oggi perfettamente identificabili.

L’ampiezza enorme della tradizione manoscritta (oltre 250 codici), e soprattutto la complessità delle problematiche teoriche relative all’impostazione dell’edizione critica hanno finora verosimilmente scoraggiato gli studiosi dall’intraprendere concretamente l’iniziativa.

Il CESN intende dunque portare avanti tale difficile e arduo percorso, a tal fine ha costituito un gruppo di lavoro che sta procedendo all’acquisizione di materiali e bibliografia.

Il lavoro è cominciato partendo dalle lettere contenute in quello che nell’edizione Iselius è il “IV libro”, alla fine del 2011 si prevede la pubblicazione del primo volume; l’opera si svilupperà in sei volumi.

 

[Lien/Link : http://www.unisob.na.it/ateneo/b001_a.htm?vr=2 ]

 

Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Compte rendu de la soutenance de thèse par Jacques Le Maho, Centre Michel de Bouärd – Craham (UMR 6273 CNRS/Unicaen)

Le 23 novembre 2015, à l’université de Caen Basse-Normandie, Stéphane Lecouteux a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp », devant un jury composé de Pierre Bauduin, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie, président du jury ; François Bougard, professeur à l’Université Paris-Ouest-Nanterre (rapporteur) ; Laurent Morelle, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (rapporteur) ; Edoardo D’Angelo, professeur à l’Università degli studi Suor Orsola Benincasa de Naples ; Anne-Marie Turcan-Verkerk, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (co-directrice de la thèse) et Catherine Jacquemard, professeur à l’Université de Caen Basse-Normandie (directrice de la thèse).

Continuer la lecture de Stéphane Lecouteux, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques : l’exemple de l’abbaye bénédictine de Fécamp

Reconstructing the Earliest Illustrated Chronicle from the Medieval Latin West

Responsables du projet/Project leaders : Benjamin Pohl (benjamin.pohl@bristol.ac.uk)

Établissements principaux/Main institutions : University of Cambridge

Projet en cours/Project in progress

Description :

My project will be the first to identify and analyse the evidence for an illuminated exemplar for London, British Library, MS Cotton Nero D viii. MS Cotton Nero D viii is an English manuscript produced during the second half of the twelfth century, perhaps at St. John’s Abbey, Colchester. The manuscript’s context of transmission before the later Middle Ages has so far remained largely unexplored. The implications of my analysis of the material features of MS Cotton Nero D viii, especially remnants of illustrative matter from its exemplar, would be transformative in informing our present knowledge about the manuscript’s use and prospective readership, as well as of medieval Latin manuscript culture in general. Indeed, to date, both MS Cotton Nero D viii and other Latin historical manuscripts from the period c.1000-1150 have been considered as lacking illustrative content beyond the level of decorated initials and litterae notabiliores. However, as my preliminary investigation of MS Cotton Nero D viii demonstrated, this manuscript almost certainly derives from an illustrated copy of Dudo of St. Quentin’s Historia Normannorum. Indeed, the research I propose here will establish that MS Cotton Nero D viii can also be related, via a shared exemplar, to another Norman manuscript (Rouen, Bibliothèque Municipale, MS 1173/Y11) which, albeit considered unillustrated by previous scholars, I was able to conclusively show contained traces of figurative illuminations in the form of pen line drawings (see my article B. Pohl, ‘Poems, Pictures and Purpose: New Perspectives on the Manuscripts of Dudo of St. Quentin’s Historia Normannorum’, Scriptorium 67 (2013), 229-58).

Continuer la lecture de Reconstructing the Earliest Illustrated Chronicle from the Medieval Latin West

Lavender Philip Thomas, Whatever Happened to Illuga saga Gríðarfóstra ? Origin, Transmission and Reception of a Fornaldarsaga

Lavender Philip Thomas, Whatever Happened to Illuga saga Gríðarfóstra ? Origin, Transmission and Reception of a Fornaldarsaga, Thèse de doctorat soutenue en 2015, (Université de Copenhague)

Résumé/abstract :

Never heard of Illuga saga Gríðarfóstra? You’re not alone. Alongside the canon of world literary treasures there lies a shady world of forgotten and abandoned texts. The focus of my doctoral research has been the revindication of one such work, not simply because humanities research revels in the excavation of recondite relics of yesteryear, but also because behind every currently unpopular work there can lie a prehistory of untold entertainment and edification. Illuga saga Gríðarfóstra tells the story of a viking hero and his encounter with a lewd and troublesome trollwoman in the far north. It is found in 37 manuscript witnesses, but also in a number of other literary and textual formats. The relationships between these various formats – a passage from Saxo Grammaticus’ Gesta Danorum, Faroese ballads, Swedish ‘Stormaktstiden’ academic interventions and post-medieval Icelandic rímur – will be adumbrated and their production contexts analyzed in an attempt to account for how past audiences interacted with this quirky saga. The result hopefully provides a partial blueprint for the salvaging of similar literary flotsam and jetsam.

[Source : http://humanities.ku.dk/calendar/2015/january/illuga_saga/]

Triquet Ismérie, Les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie aux XIVe et XVe siècles

Triquet Ismérie, Les manuscrits enluminés de la Grande Chronique de Normandie aux XIVe et XVe siècles, Thèse de doctorat soutenue en 2014, (dir. B. Boerner, D. Hüe, Université de Rennes 2)

Résumé/abstract :

A la fin du Moyen Age l’historiographie normande connaît un nouvel essor par la rédaction dans la seconde moitié du XIVe siècle de la Grande Chronique de Normandie. Le texte relate l’histoire du duché de Normandie et du monde anglo-Normand entre 911 et 1204. En 911 le chef viking Rollon recevait du roi de France Charles le Simple le territoire de Neustrie contre promesse de défendre ses frontières et de se convertir au catholicisme. Les Normands feront croître leur territoire au-Delà des limites de la Manche, initiant ainsi une nouvelle dynastie royale en Angleterre. La Normandie sera rattachée en 1204 à la couronne française de Philippe Auguste. Tardivement mis en image au XVe siècle, le texte sera illustré de scènes typologiques, traditionnellement utilisées dans les chroniques médiévales. Puis, se développerons des images plus complexes et narratives. Le but étant toujours la mise en exergue de la dynastie anglo-Normande. Produits durant ou juste après la guerre de Cent Ans, les manuscrits s’inscrivent dans un contexte tout à fait singulier. L’histoire normande sera utilisée à des fins politiques pour servir les prétentions des belligérants ou pour éduquer le lectorat médiéval. Largement diffusée dans le nord de la France l’illustration des manuscrits a permis la mise en place d’une tradition iconographique relative à la dynastie anglo-Normande dans trois grands centres artistiques : la Normandie, Paris et les Flandres. Enfin, le texte sera remanié et continué afin de poursuivre l’histoire normande jusqu’aux temps présents de la production. La Grande Chronique de Normandie a survécu à l’apparition de l’imprimerie tout en perdant toutefois sa récente tradition iconographique.

In the late Middle Ages, the writing of the GCN gave to the norman historiography a new growth in the second half of the 14th century. The text dealt with the history of the duchy of Normandy and the anglo-Norman world from 911 to 1204. In 911, the Viking chief Rollo received the territory of Neustrie from Charles the Simple, king of France, in exchange of the promise to defend the border and to become catholic. The Normans increased there territory over the Channel, thus they started a new dynasty in England. The Normandy has been attached to the french crown under the reign of Philippe Auguste. At a late stage, the text of the GCN has been illuminated with typologic scenes, traditionally used in medieval chronicles. Moreover, images became more and more complicated and narrative as well, whose purpose was still the highlighting of the anglo-Norman dynasty. The context of the making of the manuscripts is very specific in so far as they have been made during or shortly after the One Hundred Year War. The norman history will be used for the political interest of the belligerents as well as to educate the medieval readership. Widely spread in Northern France, the illuminated manuscripts permitted the settlement of an iconographic tradition related to the anglo-Norman dynasty in three great artistic centres : the Normandy, Paris and Flanders. Finally, the text has been changed and increased in order to go on the norman history till now. The GCN managed to go through the period of printing, therefore it lost its new iconography recently gained.

[Source : http://www.theses.fr/2014REN20032]

Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?

Alexander Musin, Institut pour l’Histoire de la Culture Matérielle, Académie des Sciences de Russie, Saint-Pétersbourg

La campagne de fouilles réalisée à Novgorod la Grande (Russie) en 2015 a apporté quatre documents sur écorce de bouleau des XIIIe-XIVe siècles dont l’un mentionne le mot « varègue ». Le Récit des Temps Passés, la première Chronique russe, identifie généralement sous ce terme, des Scandinaves et, surtout pour les XIe-XIIe siècles, des Suédois. Le document trouvé dans les couches du XIIIe siècle a reçu le numéro 1064 dans la collection de cette série documentaire issue des fouilles de Novgorod, qui comptait, à la fin de la campagne de 2015, 1067 documents sur écorce de bouleau. Il a été rédigé en vieux slavon comme tous les textes de ce genre. À la suite d’une liste de dettes mal conservée figure une liste de sept noms avec parfois des surnoms à l’accusatif, parmi lesquels OSIPE VAREGE, c’est-à-dire « Joseph Varègue ».

Continuer la lecture de Des « Varègues » sur écorce de bouleau ?