Archives de catégorie : Oral, écrit et pratiques lettrées / Oral, written and literary practices

Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, résumé de la thèse de M. Bloche

Résumé de la thèse Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp :

étude et édition critique, 928/929 – 1190 ; postérité du fonds

 

(Image de fond de titre : Acte de Richard II pour Fécamp, 30 mai 1006, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime, 1 NUM 316 (1), recto. Collection Musée du Palais Bénédictine, Fécamp, Inv. 1/1 (Engel 2). Scripta n° 264).

 

Thèse de doctorat soutenue par Michaël Bloche le 10 décembre 2019, Université de Caen Normandie, devant un jury composé de Véronique Gazeau (dir.), Pierre Bauduin (co-dir.), Nicholas Vincent (rapporteur), Benoît-Michel Tock (rapporteur), Laurent Morelle, Olivier Guyotjeannin et Elisabeth Lalou (présidente), 3 vol. (i – 478 p. – ; ii – 700 p. – ; iii – 348 p.).

 

Introduction

Richard Ier, duc de Normandie, fonda à Fécamp, en 990, une collégiale, vite transformée en abbaye bénédictine en 1001 par son fils Richard II. Fécamp était alors l’une des capitales du duché, et l’abbaye, dans l’enceinte du palais, fut longtemps une nécropole ducale. Richement doté, le monastère devint une des abbayes bénédictines les plus importantes du duché et même au-delà. Pionnier dans le domaine de l’écrit, son scriptorium produisit les plus anciennes annales, le plus ancien nécrologe, le plus ancien livre du chapitre et l’un des plus anciens cartulaires connus en Normandie. C’est pourquoi il a dès le xviie siècle attiré l’attention d’immenses historiens et érudits tels que Jean Mabillon et Étienne Baluze, ou plus récemment Charles H. Haskins, Jean-François Lemarignier ou Lucien Musset.

Cette thèse en édite le chartrier, à savoir les actes présents dans les archives du monastère, de sa fondation à 1190, date d’élection de l’abbé Raoul d’Argences (1190-1219), ainsi que les archives de ses prieurés : en Normandie Saint-Gabriel (Calvados), Saint-Martin-du-Bosc (Calvados), Saint-Gervais de Rouen et Notre-Dame-du-Bourg-Baudoin à Fécamp ; en Île-de-France, Saint-Georges de Mantes, Nogent-lès-Vierges et Villers-Saint-Paul, Évecquemont et La Roche-Guyon ; en Angleterre Cogges. Les actes des abbayes filles (Saint-Taurin d’Évreux, Notre-Dame de Bernay, Sainte-Berthe de Blangy-sur-Thérouanne), trop nombreux, ne sont pas inclus dans l’édition. Cela n’exclut pas la présence dans le corpus d’actes les concernant. Cette thèse, outre la partie dédiée à l’édition (t. II), est une étude du fonds d’archives de la Trinité et de son histoire davantage qu’une étude des actes du chartrier, bien qu’ils soient analysés, parfois longuement, un par un dans le tome II, et que des focus sur certains actes et sur les cartulaires figurent dans le tome I.

Ce travail prend la suite d’une thèse de l’École des chartes soutenue en 2012. Ses principaux apports par rapport  à cette dernière sont : une partie importante sur la postérité du fonds sous l’angle de l’histoire des collections, l’étude plus approfondie des cartulaires, des études d’actes ou dossiers d’actes remarquables, l’intégration du cartulaire-bullaire du xviie siècle retrouvé en 2012 au Palais Bénédictine et de nouveaux actes, l’approfondissement des datations et dissertations critiques sur l’authenticité des actes, l’ajout d’un index nominum. Il se compose de trois volumes : étude, édition (cœur de la thèse)  et annexes.

 

I – Étude

 

Après une présentation du contexte de la présente thèse ainsi que de l’écrit au monastère et de l’histoire de ce dernier, le premier tome se concentre sur l’étude du chartrier et de son histoire. Il présente les cartulaires de la Trinité, les caractéristiques de certains actes et leur intérêt pour l’historien, le parcours du chartrier jusqu’à nos jours, une étude diplomatique des actes des abbés et du convent et des études d’actes (dont un acte avec objet de tradition, un autre peut-être souscrit par Richard II conservé en copie figurée ou pseudo-original à Manchester, et certains actes importants pour l’abbaye « fille » Notre-Dame de Bernay).

 

Les sources

Les actes originaux du corpus sont principalement conservés aux Archives de la Seine-Maritime (68%) dans le fonds de l’abbaye (sous-série 7 H), le reste étant surtout conservé au Palais Bénédictine (26%), et quelques actes du prieuré Saint-Gabriel aux Archives du Calvados et en Angleterre. Quelques chirographes sont conservés en double original aux Archives nationales et aux Archives du Maine-et-Loire. Pour la période antérieure à 1121, la moitié des originaux (près d’une douzaine) sont au Palais Bénédictine, institution atypique à la fois musée et distillerie fondée en 1863. Notons que si l’on ajoute, aux 40 mètres linéaires (ml) de 7 H, les archives de la Trinité au Palais Bénédictine, les fonds des prieurés, des hautes justices et de l’officialité de l’abbaye, près de 110 ml d’archives de la Trinité sont conservés, ce qui fait du chartrier de Fécamp l’un des trois plus importants en Normandie. Les copies, abondantes, sont principalement conservées, outre les cartulaires, à la Bibliothèque nationale de France.

Au-delà de l’édition proprement dite, l’analyse de l’histoire des collections n’aurait pas été possible sans de nombreux dépouillements, dans les fonds de l’abbaye mais aussi les séries F (papiers d’érudits), G (archevêché), L (période révolutionnaire), Q (biens nationaux), T (archives des Archives) des Archives de la Seine-Maritime, ainsi que dans les « cartons normands » de l’Institut, le fonds Armand Bénet de la Bibliothèque municipale d’Évreux, et surtout les archives de la Société Bénédictine.

 

Histoire du fonds du Moyen Âge à nos jours

Le chartrier de Fécamp est étudié sous l’angle de l’histoire de sa conservation, de son exploitation et de son traitement. Il subit plusieurs pertes importantes au Moyen Âge lors d’un naufrage, probablement lors d’incendies, mais aussi pendant des conflits, et souffre de mauvaises conditions de conservation.

Après la dispersion de la communauté en 1790, l’essentiel du chartrier est transféré à Montivilliers, où il continue d’être utilisé régulièrement jusqu’à la fin de l’Empire, avant son entrée tardive et laborieuse aux Archives départementales en 1816. Charles de Beaurepaire, directeur des Archives, lutte pour récupérer les membra disjecta du fonds tout au long de la seconde moitié du xixe siècle.

Une partie du chartrier échappe toutefois à ses efforts : les actes acquis par le Palais Bénédictine en 1901, malgré des tentatives d’achat par la Bibliothèque nationale et les Archives départementales. La thèse nous apprend que le vendeur en était Charles Maurice Lefebvre, notable né en 1861, propriétaire du château du Raimbourg à Montivilliers, dont les ancêtres furent administrateurs du district et maires de la ville à l’époque où le chartrier y était en dépôt.

Il est possible que l’un des motifs de l’achat des actes de la Trinité par le Palais ait été la nécessité d’accréditer l’impression de continuité entre l’abbaye bénédictine et la Bénédictine, mais aussi d’asseoir la légitimité de l’entreprise et de disposer d’arguments dans les débats judiciaires pour légitimer l’appellation de la liqueur. Quoi qu’il en soit, des chartes sont très vite exposées au Palais.

 

Les cartulaires

Les différents cartulaires du monastère sont étudiés, et tout particulièrement le Livre rouge, cartulaire perdu de la fin du xie ou du tout début du xiie siècle, dont le contenu est partiellement reconstitué en Annexes. Ce manuscrit connu principalement par des copies du xviiie siècle est la source unique de la tradition d’une vingtaine d’actes du xie siècle. D’autres cartulaires furent réalisés au Moyen Âge : un probablement au milieu du xiiie siècle, qui débute par 5 actes suspects (cartulaire A), et un autre probablement à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle (cartulaire B), ainsi qu’un cartulaire-obituaire de la pitancerie (seconde moitié du xiiie siècle). Le Livre rouge et les cartulaires A et B contiennent les transcriptions de la moitié des actes du corpus édité. S’y ajoute, redécouvert en 2012 au Palais Bénédictine, un cartulaire-bullaire du second quart du xviie siècle.

 

Les actes suspects

À l’étude des actes suspects, trois phases probables de forgeries sont identifiées : de probables remaniements, si ce n’est des créations ex-nihilo (qui resteraient à être prouvées), de chartes ducales et royales dans le dernier tiers du xie siècle ou au tout début du xiie siècle autour de l’exemption, de l’immunité et de la franchise des coutumes épiscopales ; de probables forgeries d’actes de Guillaume le Conquérant et Henri II Plantagenêt à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle ; une dernière phase à la fin du xiiie siècle et au xive siècle. Ces phases et ces actes doivent encore être approfondis.

 

Diplomatique abbatiale

À partir d’un corpus intégrant l’abbatiat de Raoul d’Argences (1190-1219), composé de 88 actes et 5 lettres de gouvernement et affaires, est menée l’analyse diplomatique (caractères internes et externes) des actes des abbés et du convent. L’étude de toutes les parties du formulaire montre une relative liberté des rédacteurs d’actes au xie siècle, pour aller vers une codification accrue du formulaire sous Henri de Sully et surtout Raoul d’Argences, et une emprise croissante du moule épistolaire, processus peu surprenant d’homogénéisation des actes à la fin du xiie siècle. Pour ce qui concerne les sceaux, dont les plus vieilles empreintes conservées datent d’Henri de Sully, ils sont étudiés dans le contexte plus large de l’apparition du sceau monastique en Normandie et au-delà.

 

II – Édition critique

 

Bien que l’acte de fondation de la collégiale soit daté de 990, le terminus a quo est déterminé par le testament d’Adélaïde rattachant Romainmôtier à Cluny (928-929), dont une copie était conservée dans le chartrier de la Trinité probablement dès le xie siècle, et le terminus ad quem par le début de l’abbatiat de Raoul d’Argences en 1190.

Le corpus de l’édition, hors Annexes, compte 308 entrées, dont 224 actes pour lesquels le texte nous est parvenu (parmi lesquels 86 en original) et 84 deperdita mais aussi actions juridiques ayant probablement donné lieu à des actes, trouvés grâce au dépouillement systématique des inventaires de titres, chroniques, annales, factums, histoires imprimées ou manuscrites de l’abbaye, histoires de la Normandie ecclésiastique, notes d’érudits, actes édités dans la thèse et actes postérieurs, ainsi que de la table des matières commentée (77 feuillets) de l’histoire de l’abbaye de Fécamp, perdue, de Mareste d’Alge. La notion de chartrier est donc entendue au sens large. Les principes d’édition détaillent longuement la constitution du corpus et les difficultés rencontrées (datation des nombreux actes sans mention de millésime, critique diplomatique des actes suspects, etc.).

Annexes comprises, 93 actes inédits (jamais transcrits ou édités intégralement dans une publication imprimée ou électronique) sont édités, dont 16 pour le xie siècle, et 35 qui nous sont parvenus en original. Hormis ces 93 inédits, nombre d’actes ne bénéficiaient par ailleurs, autrefois, que d’une transcription sans apparat critique. De même, la plupart des deperdita étaient inconnus auparavant.

Parmi les belles découvertes de cette thèse, peuvent être signalés par exemple un acte original d’Hairicus, chevalier de Mantes la Jolie (1085), l’acte de rattachement de l’abbaye Notre-Dame de Bernay à Fécamp (copie du xie siècle sans doute), jadis connu seulement par des copies modernes, une bulle de Pascal II (copie partielle du xviie siècle), une bulle originale d’Alexandre III ou encore quelques actes royaux originaux (dont un, inédit, de Louis VII). Le pays de Caux ainsi que les environs d’Argences et le Bessin sont surreprésentés, mais on trouve aussi de nombreux actes sur l’Angleterre, où la Trinité était bien dotée, ou encore sur l’Île-de-France, notamment le Vexin français.

 

III – Annexes

 

Dans le dernier tome figurent les faux avérés confectionnés après 1190 et les mentions d’actes n’ayant sans doute jamais existé, les lettres de gouvernement et affaires, les actes jadis attribués à tort à la période étudiée, deux « notices » à caractères plus narratif que diplomatique (dont l’Appendice de Saint-Gabriel, jadis étudié et édité par Lucien Musset dans ses « Notules fécampoises », et pour lequel est proposée une édition revue et augmentée), la reconstitution partielle du Livre rouge, celle du personnel monastique d’après les mentions dans les actes, diverses statistiques, des tables (auteurs d’actes, deperdita, chirographes, sceaux, actes concernant les prieurés et abbayes « filles ») et un index nominum (de près de 120 pages). Enfin, un DVD présente les clichés de tous les actes originaux et pseudo-originaux du corpus, annexes comprises, ainsi que des copies quasi-contemporaines, des minutes ou brouillons et des feuillets de manuscrits des xie et xiie siècles renfermant des copies d’actes parvenus jusqu’à nous par des voies non diplomatiques.

 

 

Conclusion

La partie proprement historique de la thèse est surtout consacrée à l’histoire du chartrier jusqu’à la période contemporaine, davantage qu’à l’histoire des pratiques diplomatiques et archivistiques au sein du scriptorium de la Trinité durant la période ducale, même si de nombreux aspects des actes de cette époque sont étudiés.

Ce travail met à disposition des chercheurs un important corpus d’actes d’une richesse incroyable pour l’histoire normande et anglo-normande voire au-delà, qu’elle soit religieuse, sociale ou bien économique et foncière, mais aussi pour les études diplomatiques et sigillographiques, toponymiques et anthroponymiques, etc. Entre autres, le corpus étudié apporte un éclairage nouveau sur l’histoire de la constitution du réseau des prieurés et abbayes dépendant de la Trinité.

Les photographies numériques en haute définition de tous les originaux de ce corpus conservés aux Archives de la Seine-Maritime et au Palais Bénédictine sont désormais accessibles à tous sur le site Internet des Archives de la Seine-Maritime et pour partie dans la base des actes normands SCRIPTA du CRAHAM de l’Université de Caen Normandie.

 

Michaël Bloche

Archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine

Docteur en histoire

CRAHAM-Université de Caen Normandie

michael.bloche@hotmail.fr

 

Ce résumé, dans ses grandes lignes, doit par ailleurs être publié dans Bulletin du CERCOR, n° 44, Université de Saint-Étienne, 2020, p. 68-73 (Centre européen de recherche sur les communautés et ordres religieux), à paraître.

 

English abstract

The muniments of the abbey of Holy Trinity, Fécamp : study and critical edition, 928/929-1190 ; fate of the archives.

 

The abbey of Holy Trinity is, during the ducal period, one of the most prominent Norman Benedictine abbeys. This thesis studies and publishes its muniments as well as the archives of its priories up until 1190 and Raoul of Argences’ (1190-1219) appointment as abbot. The corpus of the critical edition (vol. ii), beside the annexes (vol. iii : proved forgeries, letters of administration, statistics, etc.), includes 308 entries, including 224 charters whose text has survived and 84 deperdita  and legal actions that may have resulted in charters. The muniments are mainly kept at the Archives départementales de la Seine-Maritime, but the Palais Bénédictine in Fécamp keeps many charters as well, notably from the 11th century. Volume I studies their history, up to the present day, by investigating their fate during the Middle Ages and the early modern period, their partial dispersion during the French Revolution and the 19th century and, among other aspects, the acquisition of part of them by the Palais  Bénédictine. The monastery’s cartularies are looked into, especially the Red Book, a late 11th or early 12th century lost cartulary, which is reconstituted in the annexes. A section is dedicated to the diplomatic of the abbots’ and the abbey’s charters : internal (common forms) and external (especially the seals) features. Another section is devoted to the forgeries, and, lastly, some case studies tackle the subject of the charters with traditional symbolic objects attached and some charters from the muniments for the abbey of Our Lady of Bernay, “daughter” of Fécamp.

 

Un compte-rendu de soutenance par Thierry Buquet est disponible dans les Echos du CRAHAM

Parution de G. Combalbert (ed), Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223)

Vient de paraître :  Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223), Grégory Combalbert (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen (e-Cartae – Actépi), 2019.

Il s’agit d’une édition numérique publiée par les Presses Universitaires de Caen et accessible en suivant ce lien : https://www.unicaen.fr/puc/sources/ecartae/evreux/. Ce corpus numérique se distingue d’une base de données textuelles et constitue une véritable édition, aux deux sens que le terme peut avoir en français pour les spécialistes des sources anciennes : il a fait l’objet non seulement d’un traitement critique complet, pour garantir la fiabilité et la normalisation des textes, mais aussi d’un protocole éditorial classique aux Presses Universitaires de Caen. Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) constituent le premier volume de la collection « e-Cartae ». Celle-ci est destinée à rassembler d’autres volumes d’actes épiscopaux (ensemble « Actépi », issu du projet ANR homonyme actuellement en cours) ainsi que d’autres corpus d’actes diplomatiques, tous étant également destinés à faire l’objet d’une publication papier.

Les Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) comprennent 266 unités documentaires : actes, fragments et mentions d’actes aujourd’hui disparus. Le site web propose plusieurs modes d’entrée dans le corpus : par la constitution de sous-corpus, par caractère interne, par les index, par une carte, par une requête dans le moteur de recherche. Il permet également la circulation dynamique entre les différents éléments constitutifs de l’édition.

L’édition des Actes des évêques d’Évreux (XIe siècle-1223) a été réalisée dans e-Cartae, outil d’édition critique en XML-TEI, de publication multimodale et de consultation en ligne des corpus de chartes médiévales. Les actes ébroïciens constituent le corpus expérimental qui a permis la mise au point de cet outil. E-Cartae repose sur un environnement de travail pour l’édition des sources diplomatiques en XML, créé par Grégory Combalbert et le Pôle Document Numérique de la MRSH de Caen, et optimisé pour la version 8.3 du logiciel XMLmind-XMLeditor. Cet environnement et la méthodologie d’encodage sont désormais librement téléchargeables sur le site du Pôle Document numérique.

NORECRIT – Aux sources de la Normandie. Pratiques de l’écrit dans la Normandie médiévale

Début du Contra Faustum Manicheum de saint Augustin copié par le moine du Mont Saint-Michel Gyraldus (Avranches, BM, 90, f. 1v)

Ce projet, retenu et financé par la région Normandie dans le cadre des appels à projet RIN (Réseaux d’intérêt normands) a démarré à l’automne 2018 pour une durée de trois ans. Porté par Laurence Jean-Marie et Grégory Combalbert (CRAHAM, UMR 6273), il associe des membres du GrHis de Rouen (Elisabeth Lalou, Alexis Grélois) et du Pôle Document Numérique de la MRSH de l’université de Caen Normandie (Marie Bisson, Pierre-Yves Buard). Des institutions de conservation sont également partie prenante.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

NORECRIT allie plusieurs objectifs. Il s’agit à la fois de proposer une édition numérique de sources normandes variées et de reconstituer des patrimoines écrits en partie disparus, permettant ainsi de mieux comprendre les modalités de production et d’usage de l’écrit dans la Normandie médiévale. Cette étude de cas à l’échelle régionale a une dimension inédite par l’inclusion de sources de natures différentes (coutumiers, chartes, registres d’administration, textes littéraires, textes liturgiques, pièces de chant, bibliothèques et chartriers médiévaux et modernes) et la prise en compte simultanée de plusieurs types de foyers d’écriture (monastères, cathédrales, clercs locaux, autorités municipales et élites urbaines) avec une perspective comparatiste.

Les trois axes thématiques sont le reflet de la diversité des sources concernées par le projet :

  1. Écrit normatif et vitalité économique : les coutumiers des villes et des ports
  2. Le développement de l’administration par l’écrit dans l’Église du XIIIe siècle
  3. Archives et bibliothèques des abbayes normandes.

L’axe transversal, intitulé « Construire un laboratoire régional de sources anciennes », a pour objectif de créer un environnement d’édition numérique générique et modulaire pour le logiciel XML Mind XML Editor et une plateforme expérimentale de consultation des sources anciennes encodées en XML-TEI, à même de soutenir d’autres projets.

Un laboratoire de sources anciennes, depuis la structuration numérique des textes jusqu’à leur diffusion en ligne, permettra d’associer mise à disposition des sources et exploitation de leur contenu. Les liens (partage d’outils et de méthodes) entre équipes scientifiques et institutions patrimoniales contribueront à la valorisation des sources anciennes relatives à la Normandie.

Dans le cadre de ce projet, plusieurs contrats d’ingénieur en sources anciennes, rattachés au laboratoire du CRAHAM, ont été établis :

Emeline MANCEL travaille à l’édition en XML-TEI du registre des églises du diocèse de Rouen (pouillé), rédigé par trois archevêques entre 1236/1240 et 1278/1306. Il s’agit, d’une part, de segmenter le texte en fonction des ajouts des archevêques afin de pouvoir afficher le pouillé dans ses différents états successifs et, d’autre part, d’indexer les noms de personnes et de lieux présents dans le manuscrit afin de pouvoir constituer un aperçu du clergé normand au XIIIe siècle.

Barbara JACOB s’attache à la création de notices d’autorité « œuvres » pour l’indexation du corpus montois en vue de sa publication dans la collection Thecae (collection des Presses universitaires de Caen).

Stéphane LECOUTEUX travaille à l’enrichissement de la Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel par le catalogage de manuscrits dispersés dans différentes bibliothèques : Figeac, Vendôme, Paris, etc.

D’autres contrats débuteront dans le courant de l’année 2019, notamment pour l’édition critique et numérique des recueils de coutumes urbaines – au sens de règles de droit mais aussi de règles fiscales –, ou encore pour celle d’un manuscrit liturgique du Mont Saint-Michel.

Laurence JEAN-MARIE (CRAHAM)

Brian McMahon, The role of the storyteller in Old Norse literature

Brian McMahon, The role of the storyteller in Old Norse literature, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’ Oxford)

Continuer la lecture de Brian McMahon, The role of the storyteller in Old Norse literature

Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century

Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Aberdeen)

Continuer la lecture de Stefan Andreas Drechsler, Making manuscripts at Helgafell in the fourteenth century

Alessandro Palumbo, Skriftsystem i förändring: en grafematisk och paleografisk studie av de svenska medeltida runinskrifterna

Alessandro Palumbo, Skriftsystem i förändring: en grafematisk och paleografisk studie av de svenska medeltida runinskrifterna, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université d’Uppsala)

Continuer la lecture de Alessandro Palumbo, Skriftsystem i förändring: en grafematisk och paleografisk studie av de svenska medeltida runinskrifterna

Lancement du projet VEXICAEN

Le projet VEXICAEN (Valorisation, EXploration et Indexation de Corpus des ActEs Normands) a démarré en septembre 2017 et doit se poursuivre jusqu’en juin 2019. Il associe plusieurs chercheurs et ingénieurs du Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273)[1] et du Pôle du Document numérique de la MRSH de Caen[2] : Pierre Bauduin (resp. du projet), Marie Bisson, Thierry Buquet, Grégory Combalbert, Tamiko Fournier-Fujimoto, Véronique Gazeau. Le projet s’appuie sur les résultats de l’Equipex Biblissima et de l’ANR « Charcis » (« Chartes cisterciennes »). VEXICAEN est cofinancé par l’Union européenne, la Région Normandie dans le cadre du programme opérationnel FEDER/ FSE 2014-2020 . Continuer la lecture de Lancement du projet VEXICAEN

Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Par Michaël Bloche, Conservateur aux Archives départementales de la Seine-Maritime

Dans le cadre de sa politique de mise en ligne, initiée en 2012, la Direction des Archives départementales de la Seine-Maritime a souhaité notamment mettre à la disposition du public les documents les plus anciens et les plus précieux qu’elle conserve et qui ne pourraient pas être communiqués autrement. Le 18 octobre 2017, le site s’est ainsi enrichi, pour la période du Moyen Age, de plus de 200 chartes et d’une vingtaine de cartulaires, obituaires et coutumiers, venant compléter les bases de chartes, sceaux et cartulaires en ligne lancées il y a 4 ans, le 18 octobre 2013. Continuer la lecture de Reconstitution virtuelle du chartrier de la Trinité de Fécamp pendant la période ducale

Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga

Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Uppsala universitet)

Continuer la lecture de Petrulevich Alexandra, Ortnamnsanpassning som process: En undersökning av vendiska ortnamn och ortnamnsvarianter i Knýtlinga saga

Ljung Cecilia, Under runristad häll : Tidigkristna gravmonument i 1000-talets Sverige

Ljung Cecilia, Under runristad häll : Tidigkristna gravmonument i 1000-talets Sverige, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (Stockholm University)

Continuer la lecture de Ljung Cecilia, Under runristad häll : Tidigkristna gravmonument i 1000-talets Sverige

Pereswetoff-Morath Sofia, Vikingatida runbleck Läsningar och tolkningar

Pereswetoff-Morath Sofia, Vikingatida runbleck Läsningar och tolkningar, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Uppsala universitet)

Continuer la lecture de Pereswetoff-Morath Sofia, Vikingatida runbleck Läsningar och tolkningar

Mise en ligne de la base Scripta

Scripta est l’acronyme de Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication des Textes Anciens. Il s’agit d’une base de données des chartes normandes des Xe-XIIIe siècles. Scripta est, avec la revue électronique Tabularia et le projet E-Cartae, l’une des réalisations opérées dans le programme « sources textuelles et production documentaire dans la Normandie médiévale », développé au Centre Michel de Boüard-Craham. Cette édition en ligne de la base est la première version accessible au public (http://www.unicaen.fr/scripta/). La base compte environ 8500 actes, pour l’essentiel issus d’éditions anciennes, permettant l’accès au plus vaste corpus de chartes normandes jamais réuni. L’accès aux données de Scripta pour cette partie du corpus ne dispense pas d’un recours aux éditions elles-mêmes, ou aux actes conservés dans les archives et les bibliothèques, pour repérer la tradition et les variantes de la plupart des documents. La base s’élargira avec d’autres corpus, issus d’éditions récentes, et également d’actes inédits directement encodés en XML-TEI et accompagnés de l’apparat critique nécessaire à leur édition. La base publiée en février 2017 est donc la première version d’un outil qui continuera à évoluer à l’avenir.

Historique du projet et aspects techniques

Le projet Scripta est né en 2004 avec l’objectif de publier en ligne des documents relatifs à la Normandie médiévale, actes et chartes anciennes, manuscrits ou édités, mais dont l’extrême dispersion nécessitait de les regrouper dans un outil unique.

La première version de la base a été réalisée en PHP MySQL et était consultable en ligne sur accès réservé. L’évolution du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI élaborés au sein du pôle du Document numérique de la MRSH de Caen. Un autre projet, E-Cartae, en relation avec Scripta, a pour l’objet l’édition en ligne des actes des évêques d’Évreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-Craham). D’autres projets du Craham utilisent également les outils d’édition XML-TEI développés à la MRSH : Ichtya, (encodage TEI et mise en ligne de traités encyclopédiques médiévaux sur les poissons) et Nummus (catalogue XML-EAD de découvertes monétaires issues de fouilles archéologiques).

La base MySQL a donc été exportée en XML-TEI, pour être mise en ligne, dans la version actuelle, via le logiciel Pleade, utilisé dans de nombreux projets numériques de la MRSH et du Craham (notamment Nummus). Le corpus d’actes de Scripta en TEI est converti en XML-EAD pour sa mise en ligne. L’étape suivante sera de publier une deuxième version, enrichie de nouveaux actes, de nouvelles images numériques (ex. provenant du Musée bénédictine de Fécamp), de nouveaux index, de Scripta en XML-TEI avec un nouvel outil de mise en ligne de corpus XML en cours de développement au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen.

Le fait d’avoir pour source un ensemble de fichiers XML-TEI permettra, le cas échéant, de réaliser la publication multisupport de corpus d’actes, tout en permettant d’envisager une pérennité des données numériques.

Contenu de la base et moteur de recherche

Scripta propose la consultation d’actes dans leur langue originale (majoritairement le latin), sans traduction. Chaque notice présente un ensemble de métadonnées analytiques : genre (diplomatique) et type (juridique) d’acte, lieu d’émission, auteur (nom, fonction, institution), bénéficiaire (nom, fonction, institution), date, lieu de conservation, bibliographie, authenticité, langue, tableau de la tradition (liste des éditions et le cas échéant, des témoins manuscrits) et dissertation critique (éléments sur la datation, la source de l’information, renvoi bibliographique, etc.). Le contenu du document est présenté par l’analyse (regeste ou résumé de l’acte) et le texte intégral du document. Le cas échéant, l’acte peut être accompagné de reproductions numériques du manuscrit original, ou par un lien vers une ressource en ligne (par exemple, sur gallica.bnf.fr). Pour les chartes originales antérieures à 1121, un lien renvoie à son enregistrement dans la base des originaux de l’Artem hébergée sur le portail Telma (http://www.cn-telma.fr/originaux/).

Un moteur de recherche avancée permet d’effectuer et de croiser des requêtes sur les champs suivants : numéro d’acte, genre et type d’acte, lieu d’émission, auteur (et sa fonction), bénéficiaire (et sa fonction), date ; ainsi que sur la bibliographie (auteur et titre). Le moteur de recherche simplifiée permet de faire une requête sur le contenu des actes (recherche plein texte, avec opérateurs booléens et troncatures), mais aussi sur tous les champs descripteurs d’un document.

Il est possible d’effectuer une recherche en sélectionnant des entrées d’index classées alphabétiquement, sur les champs genre et type d’acte, authenticité, lieux d’émission, auteurs/disposants (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions), bénéficiaires (avec un index séparé sur leurs fonctions/institutions) ; et sur les champs auteurs et titres de la bibliographie. En revanche, il n’est pas encore possible d’accéder à l’indexation de tous les noms de personnes et de lieux contenus dans chaque acte, qui est prévue dans les développements ultérieurs du projet.

Enfin, un outil permet d’exporter une notice ou un ensemble de notices au format PDF. Un porte-documents (sans authentification) permet d’isoler des actes le temps de la session utilisateur).

Chaque acte est référencé par un numéro qui reste pérenne et reçoit une adresse. Il est donc possible de citer un acte de Scripta dans des travaux de recherche et d’y renvoyer. Le mode de citation est affiché en fin de page pour chaque document.

Une version en anglais de l’interface est également disponible : http://www.unicaen.fr/scripta/?locale=en

Partenaires du projet

Depuis son lancement, le projet Scripta a été soutenu ou associé à plusieurs programmes : appels d’offres MRSH Caen, ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales », projets ANR Espachar et Charcis. Il est soutenu par le Pôle du document numérique de la MRSH et par le consortium COSME du TGIR Huma-Num, et il bénéficie d’un soutien de l’Institut universitaire de France. (voir liste détaillée des partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html)

L’équipe du projet

Responsable scientifique du projet Scripta, Pierre Bauduin a été directeur du Craham de 2008 à 2016. Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen, il est membre senior de l’institut universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de la Normandie et l’intégration des Scandinaves dans le monde franc, les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux et les sources écrites (historiographie et documentation diplomatique).

L’ancienne interface sous MySQL a été réalisée (2004-2005) par dans le cadre d’un DESS par Benoît Trohel alors encadré Stéphane Brossard (Université de Caen Normandie).

Tamiko Fujimoto, docteure en histoire médiévale, est membre associée au Craham et travaille depuis de nombreuses années à l’enrichissement de la base de données (encodage des actes, indexation, bibliographie). Elle a été secondée par Clémentine Berthelot en 2014-2015, qui a assuré un travail de normalisation des entrées de la base.

Thierry Buquet, ingénieur de recherche au Craham, a assuré le suivi du projet depuis 2015 pour finaliser la mise en ligne.

Enfin, Anne Goloubkoff, ingénieure au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen, a assuré toutes les opérations informatiques et éditoriales nécessaires à la mise en ligne (conversions XML TEI EAD, intégration dans Pleade, gestion du site, nettoyage de données, insertion des images…). De manière plus générale, le projet a bénéficié de la réflexion croisée des chercheurs du Craham et des ingénieurs du pôle numérique de la MRSH.

Cette dynamique collective sera poursuivie, et il est possible aux lecteurs d’y contribuer en signalant les corrections qui leur sembleront pertinentes en cliquant sur l’onglet contact en haut de page.

Un outil pour la recherche

La base Scripta a été conçue comme un outil de recherche pour mettre à disposition un corpus de textes nécessaires aux études historiques et philologiques, qu’il s’agisse de documenter une institution, un établissement religieux, un personnage ou une famille, un groupe social, une série d’actes par genre, auteur ou bénéficiaire. Elle offre ainsi un ensemble d’actes de la pratique pour soutenir des recherches très différentes sur les institutions et les faits sociaux de la période médiévale, y compris sur des aspects inattendus (voir épilogue). Elle fournit également un ensemble de métadonnées nécessaires à l’édition ou à l’étude des actes, permettant de renvoyer à d’autres corpus (ex. actes originaux antérieurs à 1121, Chartae Galliae, CBMA, English Episcopal Acta…) et d’apporter les éléments pour une datation. On rappellera ici que beaucoup d’actes normands antérieurs à la première décennie du XIIIe siècle ne sont pas datés et nécessitent, pour autoriser une datation, souvent approximative, de croiser les informations. La documentation réunie dans Scripta intéresse également les recherches menées dans d’autres pays européens, et en premier lieu l’Angleterre et le monde anglo-normand et plantagenêt, qui partagent entre 1066 et 1204 les mêmes souverains, une partie de leurs élites laïques et ecclésiastiques, ainsi que nombre de caractéristiques institutionnelles et documentaires qu’il convient de préciser : de ce point de vue, on peut escompter que les développements futurs des outils d’indexation associés à la base permettront d’explorer de manière plus précise les relations établies de part et d’autre de la Manche ainsi que les études prosopographiques. Scripta est également un outil qui participe aux questionnements actuels sur les sources documentaires, qui se déclinent de multiples manières du genre diplomatique au contenu juridique des actes et aux formules employées dans les actes. Le développement de bases de données consacrées aux chartes permet de donner une dimension spatiale ou territoriale à l’étude des actes, en autorisant une comparaison des corpus régionaux et, au-delà, de prendre en compte l’évolution de ces pratiques diplomatiques, et d’en étudier les facteurs comme la circulation des documents et des modèles. Pour terminer ce tour d’horizon rapide, Scripta est également un outil de valorisation des recherches, notamment concernant la constitution de corpus (ex. actes d’évêques, chartes cisterciennes) en cours de réalisation.

Épilogue : l’un des plus anciens documents connus sur la pêche à la baleine en Pays basque

La charte 315 de Scripta (https://www.unicaen.fr/scripta/acte/3145), datée du 6 septembre 1199, est une donation du roi d’Angleterre Jean sans Terre à Vital de Villa. Il s’agit de l’échange d’une rente anciennement accordée par le roi Richard sur le droit de sécher du poisson dans les îles de Guernesey et de Jersey, contre la somme de 50 livres d’Anjou à prélever sur deux baleines prises dans le port de Biarritz, à condition que ces baleines valent par an plus de 50 livres, et que l’excédent soit reversé au roi.

Ce document prouve donc que l’on capturait régulièrement des baleines en Pays basque au XIIe siècle, et que ces prises généraient des sommes importantes, sur lesquelles le roi d’Angleterre (régnant à l’époque sur la Gascogne et sur la Normandie) pouvait lever des taxes. Il s’agit là d’un des plus anciens documents écrits attestant la chasse à la baleine à Biarritz. À travers cet exemple atypique, on perçoit toute la richesse de la base Scripta et sa grande variété d’informations historiques, parfois bien éloignées des rivages de la Normandie.

Liens

Consulter la base Scripta : https://www.unicaen.fr/scripta/

Mode d’emploi de la base : https://www.unicaen.fr/scripta/pages/aide.html
Partenariats : http://www.unicaen.fr/scripta/pages/partenariats.html

Illustration :

Caen, Archives départementales du Calvados, H 912.

https://www.unicaen.fr/scripta/acte/1814

Guillaume, évêque de Coutances, confirme qu’à l’occasion de la dédicace de l’abbaye Notre-Dame d’Aunay, Guillaume du Hommet, connétable du roi, a donné en dot à cette abbaye toute sa terre de Langrune.

Ad Petri de Vineis Epistolas critice edendas

Responsables du projet/Project leaders : Edoardo D’Angelo (edoardo.dangelo@unina.it )

 

Établissements principaux/Main institutions : CESN (Centro Europeo di Studi Normanni, Ariano Irpino) ; SISMEL (Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino) ; Letteratura Latina Medievale, Università degli Studi di Napoli Suor Orsola Benincasa – facoltà di Lettere

 

Description :

Il cosiddetto Epistolario di Pier della Vigna costituisce senz’altro uno dei monumenti della letteratura latina medievale. Opera di uno dei personaggi più importanti, non solo in quanto scrittore, ma soprattutto in quanto pensatore ed uomo politico, dell’Europa del sec. XIII, esso rappresenta una fonte inestimabilmente ricca e profonda per la ricostruzione della cultura “sveva” in Italia meridionale.

Ciononostante, la raccolta di lettere che va sotto il suo nome giace ancora, incredibilmente, in uno stato ecdotico che può essere definito senz’ombra di dubbio embrionale: si è fermi, infatti, all’edizione settecentesca dell’Iselius (Petri de Vineis iudicis aulici et cancellarii Frederici II. Imp. Epistolarum … libri VI, (Ed. Johannes Rudolphus Iselius Basileae 1740), basata su un numero irrilevante di testimoni, perlatro non tutti oggi perfettamente identificabili.

L’ampiezza enorme della tradizione manoscritta (oltre 250 codici), e soprattutto la complessità delle problematiche teoriche relative all’impostazione dell’edizione critica hanno finora verosimilmente scoraggiato gli studiosi dall’intraprendere concretamente l’iniziativa.

Il CESN intende dunque portare avanti tale difficile e arduo percorso, a tal fine ha costituito un gruppo di lavoro che sta procedendo all’acquisizione di materiali e bibliografia.

Il lavoro è cominciato partendo dalle lettere contenute in quello che nell’edizione Iselius è il “IV libro”, alla fine del 2011 si prevede la pubblicazione del primo volume; l’opera si svilupperà in sei volumi.

 

[Lien/Link : http://www.unisob.na.it/ateneo/b001_a.htm?vr=2 ]

 

Julia Becker, Documenti latini e greci del conte Ruggero I di Calabria e Sicilia

Julia Becker, Documenti latini e greci del conte Ruggero I di Calabria e Sicilia. Edizione critica, Ricerche dell’Istituto Storico Germanico di Roma 9, Roma 2013.

 

Résumé/abstract :

Dopo la conquista della Calabria meridionale e della Sicilia (fine dell’ XI secolo), il conte Ruggero I si concentrò sul consolidamento del potere all’interno dei propri domini. Attraverso la riorganizzazione dell’amministrazione e delle strutture ecclesiastiche Ruggero pose le basi per lo sviluppo della monarchia normanna nel Mezzogiorno.

 

Nonostante la sua importanza storica mancavano finora una raccolta e un’edizione critica dei documenti da lui prodotti: l’ultimo tentativo di pubblicare gran parte dei diplomi risale ai secoli XVIII-XIX. Tale situazione documentaria ha contribuito a far sí che la figura del primo conte di Sicilia sia stata oggetto di scarso interesse storiogra- fico. Il libro raccoglie per la prima volta tutti i documenti greci e latini di Ruggero, alcuni dei quali inediti. Attraverso un apparato critico e un dettagliato commento diplomatico e contenutistico di ogni documento il libro apre la strada a possibili nuovi studi sulla storia siculo-normanna.

 

Lien/Link http://www.viella.it/libro/9788883347474

 

Antonella UNDIEMI, Per un corpus delle epigrafi età normanna (secoli X-XII)

Antonella Undiemi, Per un corpus delle epigrafi età normanna (secoli X-XII), Thèse de doctorat soutenue en 2014, (dir. N. Giovè, F. De Rubeis, Université de Padoue)

 

Résumé/abstract :

 

The object of this research concerns the realization of a corpus of Latin epigraphs which were produced in northern France, England and southern Italy (specifically in Apulia and Sicily), that is in the main areas involved in the Norman expansion in Europe between X and XII century. The thesis consists of two parts developed into two volumes: the first one contains considerations emerged from the analysis of inscriptions, while the second one is the catalogue of sources. The first volume provides the historical context within which the epigraphic sources were produced, taking account of cultural aspects; it describes the corpus considering the different typologies of inscriptions and finally it dedicates a significant part to the writing, focusing on the paleographical analysis of epigraphs. The corpus collects 114 records: 43 in northern France, 26 in England and 45 in southern Italy. In order to analyze the inscriptions, it has been followed the methodology used for the latest volume of the Inscriptiones Medii Aevi Italiae (IMAI).

[Source : http://www.dart-europe.eu/full.php?id=1088452]

 

PDF : http://paduaresearch.cab.unipd.it/7005/2/antonella_undiemi_tesiII.pdf