Archives de catégorie : Migrations et diasporas / Migration and diasporas

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Nikolas Gunn, Contact and Christianisation: Reassessing Purported English Loanwords in Old Norse

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Exeter)

Continuer la lecture de Thomas Harry Chadwick, ‘Normanitas’ revisited : reconsidering Norman ethnicity, 996-1159

Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull

Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Glasgow)

Continuer la lecture de Alasdair C. Whyte, Settlement-names and society : analysis of the medieval districts of Forsa and Moloros in the parish of Torosay, Mull

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Glasgow)

Continuer la lecture de Sofia Evemalm, Theory and practice in the coining and transmission of place-names : a study of the Norse and Gaelic anthropo-toponyms of Lewis

Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape

Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’York)

Continuer la lecture de Nela Scholma-Mason, Archaeology and folklore : the Norse in Orkney’s prehistoric landscape

Jane Harrison, Building mounds : Viking-Late Norse settlement in the North Atlantic, c. AD800-1200

Jane Harrison, Building mounds : Viking-Late Norse settlement in the North Atlantic, c. AD800-1200, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Oxford)

Continuer la lecture de Jane Harrison, Building mounds : Viking-Late Norse settlement in the North Atlantic, c. AD800-1200

The Viking Phenomenon

The Viking Phenomenon

Responsables du projet/Project leaders : Neil Price

Établissements principaux/Main institutions : Université d’Uppsala

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Viking Age (c.750-1050 CE) has long been a touchstone of identity in the Nordic countries, not least in Sweden where the primary project focus lies. While the Vikings enjoy a popular recognition common to few other ancient cultures, their history has been reinvented, used and abused to suit the needs of successive generations, in a process that continues today.

Continuer la lecture de The Viking Phenomenon

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix | Normonde

Normonde
Journée d’études organisée par P. Bauduin (Université de Caen Normandie) et A. Peters-Custot (Université de Nantes)

Bâtir un État « normand » aux XIe-XIIe siècles : de la guerre à la paix

Appel à communication

Université de Caen- MRSH SH 028
Vendredi 1er mars 2019

La transition entre l’état de guerre censé présider à une conquête territoriale, et l’état de paix censé inaugurer l’émergence d’une nouvelle construction politique est de moins en moins pensée comme le saut d’un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière d’un côté, de l’établissement apaisé d’une logique étatique ou pseudo-étatique, et qui distinguerait les farouches et sanglants conquérants (et/ou envahisseurs) d’une part, des pacifiques édificateurs d’une organisation politique nouvelle embrassant les territoires et populations « conquises » d’autre part. Le renouvellement historiographique touchant ces questions est d’une acuité particulière en ce qui concerne la construction médiévale des « mondes normands ». Ces derniers, plus ou moins franchement marqués par l’origine scandinave – et le cortège de représentations associées aux vikings –  des acteurs ou de leurs descendants qui y opèrent, bénéficient des bouleversements historiographiques qui, depuis quelques décennies, relisent le phénomène viking lui-même. Ainsi, le passage de la conquête à la construction politique, en Normandie, dans l’Angleterre post-Hastings, et dans l’Italie méridionale et la Sicile du XIe siècle ne saurait plus être conçu de manière binaire comme un processus séquencé en deux temps exclusifs l’un de l’autre, faisant se succéder la guerre à la paix. Le processus de construction des royaumes scandinaves a été également l’objet de recherches importantes qui ont remis en cause une logique purement diffusionniste calquée sur un modèle occidental pour mettre en valeur les dynamiques propres aux sociétés scandinaves dans la construction des nouveaux pouvoirs.

L’actualité historiographique est fort riche sur ces sujets. La formation des royaumes scandinaves a été largement replacée dans un contexte européen (S. Bagge, From Viking Stronghold to Christian Kingdom. State Formation in Norway, c. 900-1350,2010 ; S. Bagge, Cross & Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, 2014). La naissance du duché de Normandie est désormais considérée comme une histoire largement marquée par une appropriation des codes francs par les nouveaux venus, et ce bien avant le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 (P. Bauduin, La première Normandie, 2004). Guillaume le Conquérant a fait l’objet d’une récente biographie – en cours de traduction en langue française – par David Bates, qui  avait proposé voici quelques années  une analyse de la conquête normande de l’Angleterre et de ses conséquences (Normans and Empire, 2013) permettant une révision du paradigme impérialiste à partir de nouveaux outils d’analyse. Les liens entre conquêtes et exercice du pouvoir sont au cœur de l’ouvrage d’Annliese Nef sur la Sicile des Hauteville (Conquérir et gouverner la Sicile islamique, 2010) et interrogent les catégories du pouvoir et de la domination dans le contexte très particulier des héritages islamiques actifs dans l’île à l’arrivée des « Normands » : le passage de la conquête à la construction politique y prend un tour d’autant plus exceptionnel que la conquête a duré plus de trois décennies, durant lesquelles les conquérants construisent un territoire politique en même temps qu’ils poursuivent la conquête  – si on peut appeler ainsi une si lente entreprise, qui ressemble beaucoup à une imprégnation. Pouvoir, domination, construction politique sont aussi au cœur des récentes études sur la Normandie (M. Hagger, Norman Rule in Normandy [911-1144], 2017) ou sur le royaume anglo-saxon et/ou anglo-normand (G. Molyneaux, The Formation of the English Kingdom in the Tenth Century, Oxford, 2015 ; J. Green, Forging the Kingdom : Power in English Society, 973-1189, 2017).

De telles relectures historiques nous invitent à reprendre, par le biais d’une approche comparatiste classique, les modalités dûment contextualisées et historicisées du passage de la conquête à la construction étatique. L’originalité de notre démarche tient à son audace épistémologique : nous souhaiterions, au-delà d’une synthèse comparatiste des cas, travailler en partant de modèles anachroniques ou politiquement divergents, en particulier en ne nous empêchant pas de nous inspirer, au risque de l’anachronisme, afin d’en tester la validité, de types connus de dynamiques politiques (empires anciens, empires coloniaux) voire de réflexions contemporaines sur la logique étatique (P. Bourdieu, De l’Etat) :

  • La logique du gouvernement des populations conquises : maintien ou solidité de structures préexistantes (ex. Old English State, cadres administratifs et fiscaux byzantins et islamiques en Sicile), revendication ou non d’une continuité de la domination politique par les nouveaux pouvoirs ; élimination massive ou sélective, particulièrement des anciennes élites ; processus militaire et social de « pacification » (en s’inspirant des théories du XIXe siècle notamment, pour la France, Pennequin / Lyautey / Gallieni) ; création de formes de consensus, d’adhésion et de participation des communautés conquises.
  • La logique juridique : légitimation de la conquête ; passage de l’état de guerre à l’état de paix par une constitution juridique nouvelle ; adoption ou adaptation des corpus législatifs, positionnement des nouveaux dominants dans cette logique.
  • La logique socio-politique : intégration sociale, reconfiguration politique des élites, intégration idéologique, formation de nouvelles identités.

D’autres logiques, qui recoupent en partie les précédentes peuvent être évoquées et être croisées avec celles énumérées ci-dessus ou faire l’objet de développements ultérieurs :

  • La construction économique et foncière  de la domination : appropriation, recensement, cadastration, relance de la pompe fiscale (imposition de nouveaux flux fiscaux et/ou reprise des anciennes fiscalités), modifications dans la production économique.
  • La logique religieuse : entreprises « missionnaires », conversions, reconfigurations territoriales des religions et de leurs points d’appui…
  • La logique « culturelle » : modifications linguistiques, usages de l’écrit, politique mono ou pluri-linguistique, appropriations esthétiques et artistiques, échanges de culture matérielle.

A défaut d’embrasser toutes ces thématiques cette journée d’étude se propose de réfléchir aux points d’entrées possible à une réflexion collective et comparatiste sur la construction politique en contexte post-conquête en partant des expériences historiques étudiées dans les mondes normands.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de l’ axe « Une mondialisation médiévale : les Normands (IXe-XVe siècle) », du projet NORMONDE (dir. Jean-François Klein, Université du Havre), financé par la Région Normandie (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=13327).

Le retour des propositions de communication est attendu au 15 septembre 2018, avec un court résumé (1000 caractères/150 mots).

Contacts :
Annick Peters-Custot : annick.peterscustot@univ-nantes.fr
Pierre Bauduin : pierre.bauduin@unicaen.fr

Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni

Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Università di Bologna)

Continuer la lecture de Di Bartolo Francesco, Abitati rupestri e citta’ fortificate nella Sicilia occidentale dai bizantini ai normanni

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Leonard, Alison M. A., Nested negotiations : landscape and portable material culture in Viking-Age England

Leonard, Alison M. A., Nested negotiations : landscape and portable material culture in Viking-Age England, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of York)

Continuer la lecture de Leonard, Alison M. A., Nested negotiations : landscape and portable material culture in Viking-Age England

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of St Andrews)

Continuer la lecture de McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

Cartwright Ben Helmut John, Making the cloth that binds us : the role of spinning and weaving in crafting the communities of Viking Age Atlantic Scotland (AD c.600-1400)

Cartwright Ben Helmut John, Making the cloth that binds us : the role of spinning and weaving in crafting the communities of Viking Age Atlantic Scotland (AD c.600-1400), Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Cambridge)

[Source : http://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?did=1&uin=uk.bl.ethos.708804]

 

De Roo Tessa Frances, The Viking sea from A to B : charting the nautical routes from Scandinavia in the early Viking Age

De Roo Tessa Frances, The Viking sea from A to B : charting the nautical routes from Scandinavia in the early Viking Age, Thèse de doctorat soutenue en 2015, (University of Cambridge)

[Source : http://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?did=1&uin=uk.bl.ethos.709070]

From Vikings to Normans in England and Ireland

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

From Vikings to Normans in England and Ireland

David Griffiths

University of Oxford, England, UK


In this short piece, I address the ways in which historians and archaeologists have approached, interpreted and described the Viking and Norman presences in England and Ireland. These are treated as very different phenomena, yet in many ways have similar origins and effects. ‘Vikings’ (a word hardly used in near-contemporary historical sources, which use ‘Northmen’, ‘Gentiles’, Foreigners’) became a feature of English and Irish historical consciousness from the 780s AD, with raids followed by more sustained semi-systematic warfare coupled to settlement and assimilation, and ultimately dynastic rivalry and competing claims on statehood. The latter are exemplified in England by the successful attempt by Svein Forkbeard of Denmark to wrest the crown and make way for his son Cnut’s accession in 1016, and in Ireland by the creation of the kingdom of Dublin and the failed attempts by external powers in the Norse world to invade Ireland in 1014 and by Magnus Barelegs of Norway in 1098/1103. Duke William of Normandy, it will need no reminder to say, invaded southern England in 1066, and over the following 20 years (expensively and often bloodily) established Norman rule over the majority of the country. An important dimension to the Norman invasion is its coincidence with the Northumbrian rebellion against Harold II and the Norwegian invasion led by Harald Hardraði, which narrowly failed at the Battle of Stamford Bridge on 25 September 1066, three days prior to the Norman fleet landing at Pevensey, Sussex. Following William’s success at Hastings, and his assumption of the crown, further unsuccessful Danish campaign was mounted against England in 1069-70. Subsequently in 1169-71, led initially by Norman settlers from West Wales, and representing the king Henry II (also Duke of Normandy and Aquitaine and Count of Anjou), an Anglo-Norman army landed (initially by Irish invitation) in south-eastern Ireland, rapidly effecting a take-over of the towns and then the Irish countryside. Continuer la lecture de From Vikings to Normans in England and Ireland