Archives de catégorie : Normes et sociétés / Norms and societies

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier

Laure Cèbe, La mise en écriture d’un droit coutumier : les coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen (xiiie-xvie siècles), dir. L. Jean-Marie, Université de Caen Normandie, CRAHAM

Résumé du projet

Ce sujet de recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des pratiques de l’écrit à l’époque médiévale ; domaine qui connaît une profonde réévaluation depuis trente ans. Cependant, si la plupart des types de sources relatives aux pouvoirs urbains font l’objet d’attention, ce n’est pas le cas des coutumiers, qui pourtant témoignent des règles régissant la vie d’un espace et de populations sur de longues périodes. Dépourvus de signes d’authentification, les coutumiers sont généralement copiés en plusieurs exemplaires, traduits en langue vernaculaire, amendés dans le temps ; tant leur date d’élaboration, que leurs producteurs et utilisateurs restent le plus souvent inconnus. Ces aspects caractérisent le coutumier de la vicomté de l’eau de Rouen, faisant de ce texte un objet d’étude propice à enrichir la recherche dans ce domaine.

Au travers d’un corpus de près de quinze manuscrits, cette thèse se propose donc de reconstituer l’histoire de ce texte. Les conceptions qui président à l’élaboration d’un tel document constitueront un axe majeur de cette recherche, ainsi que la manière dont le document évolue au fil du temps que ce soit dans la forme (évolution de la structure du texte, introduction d’aides à la lecture par exemple) ou sur le fond (ajouts ou retrait d’informations). Il s’agira en effet de comprendre les rapports qu’entretiennent les contemporains avec ce type d’écrits, la manière dont ils en conçoivent l’élaboration, la valeur, ainsi que l’utilisation et la conservation.

Dans ce cadre, les modalités de construction du texte lui-même feront l’objet d’une attention particulière, afin de déterminer s’il résulte de la compilation de documents préexistants et/ou de règles orales, ou encore si certaines coutumes de la vicomté de l’eau de Rouen proviennent ou non de l’influence de coutumes appliquées ailleurs. En outre, les différents manuscrits qui nous sont parvenus présentant des différences notables, leur comparaison permettra d’éclairer les habitudes de copie des scripteurs, de même que l’évolution de l’organisation et de l’utilisation du texte.

Une étude approfondie des contextes d’élaboration des manuscrits permettra de plus de déterminer les motifs qui président aux mises par écrit successives ainsi que la valeur accordée à ce type de documents par les contemporains. En effet, le coutumier constitue un outil de référence, qui pourtant reste dénué de valeur juridique, puisque son authenticité n’est attestée par la marque d’aucune autorité ; interrogeant sur la valeur qu’accordent les contemporains aux écrits de cette nature. Cet aspect alimentera d’ailleurs une réflexion plus large concernant l’autorité de l’écrit, ainsi que les procédures de validation ayant cours dans les pays de droit coutumier.

 

                                                                       Laure Cèbe, CRAHAM UMR 6273

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s., thèse soutenue le 19 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

 

Résumé : L’Avranchin occupe au sein du duché de Normandie une position frontalière, partageant ses confins occidentaux avec la Bretagne, le Maine et la seigneurie de Bellême. Territoire envisagé à la fois comme interface, périphérie et interstice, c’est également un espace vécu, résultat d’une dynamique propre, animée par les sociétés qui l’habitent. À travers son rapport au pouvoir et ses ambitions locales, le groupe aristocratique, dont la formation résulte d’un processus complexe et ancien, constitue une composante essentielle de l’identité frontalière.Loin d’être une région désertique, l’Avranchin présente au IXe siècle une organisation politique et sociale dans laquelle les familles aristocratiques s’intègrent. Cette société, dont on ignore le caractère endogène ou exogène, apparaît comme le produit manifeste du regnum neustrien. Elle se révèle notamment par le prisme des anciennes circonscriptions administratives, l’action royale ou encore le rôle des évêques et des ermites. Affectées par les profondes transformations du royaume carolingien, les familles aristocratiques sont touchées par l’influence des puissants groupes familiaux des Rorgonides puis des Robertiens, dont la stratégie de domination de l’espace se fait ressentir jusque dans l’Avranchin. La poussée bretonne du milieu du IXe siècle et la domination politique des comtes de Rennes accentuent le caractère composite et multiscalaire de cette société.Lorsque les ducs de Normandie, puis les comtes de Mortain, étendent leur autorité sur l’Avranchin au cours du XIe siècle, le groupe aristocratique présente une certaine forme de continuité. La mise en place d’un espace institutionnel résulte d’une construction habile, parfois fruit d’une politique d’accommodation et de compromis, et s’appuie sur des familles extérieures au territoire ou anciennement implantées dans l’Avranchin. Celles-ci façonnent leur pouvoir autour de nouvelles logiques et de nouvelles fidélités, induites par le contrôle ducal ou comtal, la détention d’offices administratifs ou la garde de forteresses. Elles ordonnent également leurs territoires suivant leurs propres dynamiques, parfois autour d’une fondation prieurale ou d’une fortification. Réseaux de relations élargis et de vassalité, cercles familiaux ou de voisinage montrent que les horizons de cette aristocratie ne s’arrêtent pas aux limites de ses possessions, ni à celles à l’Avranchin.Bien que n’ayant jamais engendré de vastes honneurs ou de grandes entités seigneuriales, les familles aristocratiques jouent un rôle essentiel le long des frontières. Parfois en appui de l’autorité ducale, mais bien souvent suivant leurs propres intérêts et au-delà de la maîtrise politique de la frontière, elles influent grandement sur les fluctuations du pouvoir dans les espaces périphériques de l’Avranchin où leurs interventions prennent diverses formes. La fondation de l’abbaye de Savigny en 1112-1113 éclaire cette société complexe, fortement marquée par les réseaux d’influence et d’alliance, où espace vécu et géographie des pouvoirs des familles aristocratiques façonnent l’espace frontalier.

Le texte de la thèse est déposé sur HAL.

Deux publications récentes sur les vikings

Jóhanna Katrín Friðriksdóttir The Valkyrie. Women of the Viking World, Londres, Bloomsbury Publishing, 2020.

Extrait, p. 14 :

« Gender is a fundamental category that has structured human societies throughout history, but it is much more complex than a simple male/female binary. One of the factors that complicate gender identity, especially for women, is age. Women were (and are) perceived differently depending on whether they are unmarried or married, fertile or not, and becoming a widow could give women a new-found freedom and independence but also leave them unprotected. As both literary sources and burials show, old women were sometimes seen as dignified and worthy of respect, or witch-like. The Norse had sophisticated laws that provided married and widowed women with substantial scope and security, and the protections afforded to children suggest that they were seen as valuable members of society. On the other hand, adolescent girls seem to have had little ability to make their own decisions and they were often married off as suited their family. The book will follow the life cycle, addressing each of these phases in turn to uncover the complexity of a woman’s experiences and the shifting identities and roles she might have had.”

Christian Cooijmans, Monarchs and Hydrarchs: The Conceptual Development of Viking Activity across the Frankish Realm (c. 750–940), Londres et New York, Routledge, 2020.

Extrait, p. 9:

“All in all, by introducing and implementing an original methodological framework to reconsider regional viking movements around the Frankish realm, this study allows overarching patterns of said endeavour to be identified and interpreted, offering a beneficial, novel perspective on the logistical and strategic considerations that would have governed them. Likewise, due to its focus on a sizeable yet comparatively underrepresented portion of the wider viking world, it will amass and accommodate bodies of evidence that have hitherto often been divided across disciplinary, linguistic, and geopolitical lines. By pairing this respective source material and research methodology – and presenting them to a wider academic audience – this work aspires to open up future opportunities for comparative and critical study of this far- reaching Scandinavian presence across the European mainland.”

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Poitiers)

Continuer la lecture de Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150

Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Hazel Anne Freestone, The priest’s wife in the Anglo-Norman realm, 1050-1150

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (University College London)

Continuer la lecture de Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Centre for Advanced Study (Oslo) – Department of Archaeology, Conservation and History (University of Oslo)

Conference – 22-23 February 2018

Det Norske Videnskaps-Akademi/Norwegian Academy of Science and Letters (Drammensveien 78, 0271 Oslo)

In high medieval Europe, conflict took a number of different forms, from large-scale battles, such as disputes over crowns, power and lands, to more local disputes over inheritance and property. In the absence of well-developed administrative structures which could limit conflict, cultural conventions, rituals and behavioural norms evolved to moderate violence within the elite community. The exchange of hostages, ransom of defeated opponents, oath-taking and creation of new bonds of friendship, all helped to re-establish stable relations between former opponents. With peace came a change in the balance of power within a region. Relationships between adversaries were restructured and redefined as treaties were concluded and new agreements made. Peace rituals allowed the new status quo to be publicly proclaimed and understood. By studying the restraint of violence and the imposition of peace, we can examine both the long and short term implications of conflict, and improve our understanding of how violence shaped the elite community in medieval Europe.

Continuer la lecture de Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Mattison Alyxandra, The Execution and Burial of Criminals in Early Medieval England, c. 850-1150: an examination of changes in judicial punishment across the Norman Conquest

Mattison Alyxandra, The Execution and Burial of Criminals in Early Medieval England, c. 850-1150: an examination of changes in judicial punishment across the Norman Conquest, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (University of Sheffield)

Continuer la lecture de Mattison Alyxandra, The Execution and Burial of Criminals in Early Medieval England, c. 850-1150: an examination of changes in judicial punishment across the Norman Conquest

Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork

Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (NUI Galway)

Continuer la lecture de Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Durham University)

Continuer la lecture de Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia

Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia