Archives de catégorie : Hiérarchies et groupes sociaux / Hierarchies and social groups

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s., thèse soutenue le 19 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

 

Résumé : L’Avranchin occupe au sein du duché de Normandie une position frontalière, partageant ses confins occidentaux avec la Bretagne, le Maine et la seigneurie de Bellême. Territoire envisagé à la fois comme interface, périphérie et interstice, c’est également un espace vécu, résultat d’une dynamique propre, animée par les sociétés qui l’habitent. À travers son rapport au pouvoir et ses ambitions locales, le groupe aristocratique, dont la formation résulte d’un processus complexe et ancien, constitue une composante essentielle de l’identité frontalière.Loin d’être une région désertique, l’Avranchin présente au IXe siècle une organisation politique et sociale dans laquelle les familles aristocratiques s’intègrent. Cette société, dont on ignore le caractère endogène ou exogène, apparaît comme le produit manifeste du regnum neustrien. Elle se révèle notamment par le prisme des anciennes circonscriptions administratives, l’action royale ou encore le rôle des évêques et des ermites. Affectées par les profondes transformations du royaume carolingien, les familles aristocratiques sont touchées par l’influence des puissants groupes familiaux des Rorgonides puis des Robertiens, dont la stratégie de domination de l’espace se fait ressentir jusque dans l’Avranchin. La poussée bretonne du milieu du IXe siècle et la domination politique des comtes de Rennes accentuent le caractère composite et multiscalaire de cette société.Lorsque les ducs de Normandie, puis les comtes de Mortain, étendent leur autorité sur l’Avranchin au cours du XIe siècle, le groupe aristocratique présente une certaine forme de continuité. La mise en place d’un espace institutionnel résulte d’une construction habile, parfois fruit d’une politique d’accommodation et de compromis, et s’appuie sur des familles extérieures au territoire ou anciennement implantées dans l’Avranchin. Celles-ci façonnent leur pouvoir autour de nouvelles logiques et de nouvelles fidélités, induites par le contrôle ducal ou comtal, la détention d’offices administratifs ou la garde de forteresses. Elles ordonnent également leurs territoires suivant leurs propres dynamiques, parfois autour d’une fondation prieurale ou d’une fortification. Réseaux de relations élargis et de vassalité, cercles familiaux ou de voisinage montrent que les horizons de cette aristocratie ne s’arrêtent pas aux limites de ses possessions, ni à celles à l’Avranchin.Bien que n’ayant jamais engendré de vastes honneurs ou de grandes entités seigneuriales, les familles aristocratiques jouent un rôle essentiel le long des frontières. Parfois en appui de l’autorité ducale, mais bien souvent suivant leurs propres intérêts et au-delà de la maîtrise politique de la frontière, elles influent grandement sur les fluctuations du pouvoir dans les espaces périphériques de l’Avranchin où leurs interventions prennent diverses formes. La fondation de l’abbaye de Savigny en 1112-1113 éclaire cette société complexe, fortement marquée par les réseaux d’influence et d’alliance, où espace vécu et géographie des pouvoirs des familles aristocratiques façonnent l’espace frontalier.

Le texte de la thèse est déposé sur HAL.

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Poitiers)

Continuer la lecture de Amélie Rigollet, La famille de Briouze, mi-XIᵉ siècle – 1326

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (University College London)

Continuer la lecture de Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork

Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (NUI Galway)

Continuer la lecture de Gleeson Caitríona M., A social archaeology of Anglo-Norman Cork

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Durham University)

Continuer la lecture de Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Sandro Carocci, Signorie di Mezzogiorno

Sandro Carocci, Signorie di Mezzogiorno. Società rurali, poteri aristocratici e monarchia (XII-XIII secolo), Roma (Viella) 2014.

 

Résumé/abstract :

 

Qual era il vero volto della signoria nel Mezzogiorno italiano? Cosa può apportare il Sud alle grandi discussioni sul feudalesimo e sui poteri aristocratici, sulla loro struttura e sulla loro evoluzione, sul loro impatto economico e sociale? Che contributo può venire dal Regno di Sicilia agli studi sulla dialettica che avveniva fra sovrani, nobiltà e società contadine? E poi, lo studio dei poteri signorili e delle società rurali può riconfigurare le classiche tematiche meridionali dell’arretratezza economica e della centralità monarchica?

 

Questo libro costituisce la prima analisi sistematica sulla signoria nel Mezzogiorno durante l’epoca normanno-sveva e primo-angioina. Offre nuove interpretazioni sul potere della nobiltà, sulle società rurali e sulla politica monarchica. Mostra come fra re, nobili e contadini si attuò un gioco complesso, condotto attraverso le leggi e la violenza, i rapporti feudali e gli investimenti economici, le discussioni sulla libertà e la servitù, lo sfruttamento di uomini e risorse naturali. I suoi protagonisti sono mondi contadini dal dinamismo finora insospettato, re determinati a limitare il potere aristocratico, e nobili costretti ad adattare la propria signoria alla forza delle società rurali e della politica monarchica. Ne esce un Mezzogiorno finora sconosciuto, vitale e articolato, la cui lettura permette di comprendere meglio non solo le vicende del meridione, ma quelle di molte altre regioni.

 

Lien/Link http://www.viella.it/libro/9788867283224

Paul Hill, The Norman Commanders

Paul Hill, The Norman Commanders: Masters of Warfare 911-1135, Pen and Sword 2015.

Résumé/abstract :

Robert Guiscard, William the Conqueror, Roger I of Sicily and Bohemond Prince of Antioch are just four of the exceptional Norman commanders who not only led their armies to victory in battle but also, through military force, created their own kingdoms in the eleventh and twelfth centuries. Their single-minded and aggressive leadership, and the organization, discipline and fighting qualities of their armies, marked them out from their Viking forebears and from many of the armed forces that stood against them. Their brilliant careers, and those of Robert Curthose, William Rufus, Richard I of Capua and Henry I of England, are the subject of Paul Hill’s latest study of medieval warfare.

In a narrative packed with detail and insight, and with a wide-ranging understanding of the fighting methods and military ethos of the period, he traces the course of their conquests, focusing on them as individual commanders and on their achievements on the battlefield. The military context of their campaigns, and the conditions of warfare in France and England, in southern Italy and Sicily, and in the Near East, are vividly described, as are their decisive operations and sieges – among them Hastings, Brémule, Tinchebrai, Civitate, Misilmeri, Dyrrhachium and the Siege of Antioch.

There is no doubt that the Normans’ success in war depended upon the leadership qualities and military capabilities of the commanders as well as the special strengths of the armies they led. Paul Hill’s accessible and authoritative account offers a fascinating portrait of these masters of warfare.

 

Lien/Link http://www.pen-and-sword.co.uk/The-Norman-Commanders-Hardback/p/10745

Hervin Fernández Aceves, County and Nobility in Norman Italy (1130–1189)

Hervin Fernández Aceves, County and Nobility in Norman Italy (1130–1189), Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université de Leeds)

Continuer la lecture de Hervin Fernández Aceves, County and Nobility in Norman Italy (1130–1189)

Rosa CANOSA, Il titolo comitale nella prima età normanna,

Rosa Canosa, Il titolo comitale nella prima età normanna: un esperimento di contestualizzazione, Thèse de doctorat soutenue en 2012, (dir. G. Sergi, Università degli studi di Torino)

 

Résumé/abstract :

This PhD thesis reconsiders the issue of the continuity elements in Southern Italy after the Norman conquest (eleventh–twelfth centuries), claiming that the changes in the Southern Italian political frameworks due to the strengthening of Norman powers were more noteworthy than generally recognised by scholars, as one can see by the exam of the count title (comes in Latin). Through the analysis of three main factors (i.e. the function and the social status of the counts; the nature of the wielded power and its territorial dimension) the author can prove the count title to be an important and very useful key to better understand how and how much the local élite could really continue to hold the power and to share it with the Normans (i.e. the new rulers).

***

La storiografia sui Normanni d’Italia si è da sempre confrontata con un problema identitario. La conquista normanna ha, infatti, introdotto nuovi protagonisti nel panorama politico dell’Italia del Sud, già molto vario. Si è reso necessario, dunque, da un lato indagare le permanenze e i fattori di discontinuità nei quadri istituzionali e politici; dall’altro lato, esaminare gli elementi di raccordo fra conquistatori ed élites locali. Questa tesi si inserisce all’interno di questi due filoni di indagine tradizionali, per riesaminare il problema degli elementi di continuità fra i ceti dominanti dopo la conquista (metà secolo XI-inizi XII) attraverso l’esame della titolatura e nello specifico del titolo comitale, scelto come filo conduttore perché si colloca alla convergenza di tre dimensioni diverse: la funzione e lo status sociale dei soggetti titolati, la natura del potere esercitato, e la dimensione territoriale della carica. Le indagini sono state svolte negli antichi principati longobardi, soprattutto quelli di Capua e di Benevento, e nell’antico Tema di Longobardia. Sono emersi alcuni mutamenti significativi. In primo luogo fra i detentori del titolo comitale, che dopo la conquista sono quasi unicamente normanni: i rari casi di conti longobardi (nel secolo X il titolo di conte aveva sostituito quello di gastaldo fra i Longobardi meridionali) che mantennero il titolo sotto il dominio normanno, mostrano un adeguamento sostanziale alle nuove forme di esercizio del potere diffuse dai Normanni. Anche sul piano dell’organizzazione territoriale sono stati individuati cambiamenti di rilievo, che hanno mostrato l’inadeguatezza della nozione di ‘contea normanna’ come rimando a modelli ben definiti: le tipologie di specificazione territoriale del titolo comitale ‘alternative’ all’uso del termine comitatus sono varie e rimandano alle diverse strutturazioni che i singoli conti diedero ai loro ambiti territoriali. È stato così possibile sfumare un’opposizione frequentemente proposta dagli storici fra la capacità di sopravvivenza e di integrazione dell’antica nobiltà longobarda dei principati con i nuovi dominatori, soprattutto attraverso i matrimoni misti, e la rottura provocata dalla conquista normanna nell’antico Tema di Longobardia, dove l’assenza di un preesistente ceto comitale di lingua latina e di religione cristiana rendeva più evidente il cambiamento. Nel corso del lavoro è stato possibile osservare che anche negli antichi principati longobardi, dove questo ceto era presente e dominante al momento dell’arrivo dei Normanni, emerge un mutamento molto più profondo di quanto si sia finora pensato. E che se è vero che i Normanni si ispirarono in vari modi alla tradizione di potere pubblico dei principi e dei re longobardi, è altrettanto evidente che essi costruirono empiricamente il loro potere usando materiale eterogeneo, ma soprattutto una superiorità politica che li rendeva di fatto i nuovi detentori del potere pubblico.

[Source : http://dott-sts.campusnet.unito.it/do/home.pl/ViewMobile?doc=Tesi_di_dottorato/tesi_discusse.html ]

 

 

Duncan Dale Roderick Thomas, Berserkir : a re-examination of the phenomenon in literature and life

Duncan Dale Roderick Thomas, Berserkir : a re-examination of the phenomenon in literature and life, Thèse de doctorat soutenue en 2014, (dir. J. Jesch, Université de Nottingham)

Résumé/abstract :

This thesis discusses whether berserkir really went berserk. It proposes revised paradigms for berserkir as they existed in the Viking Age and as depicted in Old Norse literature. It clarifies the Viking Age berserkr as an elite warrior whose practices have a function in warfare and ritual life rather than as an example of aberrant behaviour, and considers how usage of PDE ‘berserk’ may affect the framing of research questions about berserkir through analysis of depictions in modern popular culture. The analysis shows how berserksgangr has received greater attention than it warrants with the emphasis being on how berserkir went berserk. A critical review of Old Norse literature shows that berserkir do not go berserk, and suggests that berserksgangr was a calculated form of posturing and a ritual activity designed to bolster the courage of the berserkr.

It shows how the medieval concept of berserkir was more nuanced and less negative than is usually believed, as demonstrated by the contemporaneous existence in narratives of berserkir as king’s men, hall challengers, hólmgöngumenn, Viking raiders and Christian champions, and by the presence of men with the byname berserkr in fourteenth-century documents. Old Norse literature is related to pre-Viking Age evidence to show that warriors wearing wolfskins existed and can be related to berserkir, thus making it possible to produce models for Viking Age and medieval concepts of berserkir.

The modern view of berserkir is analysed and shows that frenzy is the dominant attribute, despite going berserk not being a useful attribute in Viking Age warfare which relied upon men holding a line steady rather than charging individually.

The thesis concludes that ON berserkr may be best translated as PDE ‘champion’, while PDE ‘berserker’ describes the type of uncontrollable warrior most commonly envisaged when discussing berserkir.

[Source : http://eprints.nottingham.ac.uk/28819/]

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles)

Groud-Cordray Claude, L’aristocratie aux frontières occidentales du duché de Normandie, face à la Bretagne et au Maine (Xe-XIIIe siècles), (dir. V. Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie)

En cours depuis 2011/In preparation since 2011

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source :
http://w3.unicaen.fr/ufr/histoire/craham/spip.php?article587]

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle)

Mauduit Christophe, Princes et réseaux de pouvoir dans l’Ouest de la Normandie (XIe -XIIIe siècle), (dir. Veronique Gazeau, Université de Caen Basse-Normandie).

En cours depuis 2013/In preparation since 2013

Résumé/abstract :

L’ouest de la Normandie fait souvent figure de parent pauvre dans l’historiographie de la Normandie médiévale. Les seigneurs, laïcs et ecclésiastiques, influents de l’ouest de la Normandie sont mal connus. Leurs installations, souvent initiées par le pouvoir royal, et leurs motivations politiques, personnelles ou religieuses, ainsi que leurs relations n’ont pas été étudiés. Commencer l’étude dans les années 1040 permet d’étudier les transformations politiques engagées par le duc de Normandie, Guillaume, dans l’ouest de la Normandie, tant du point de vue religieux (évêques et fondations d’abbaye) que du point de vue féodal (réorganisation de la hiérarchie seigneuriale). Les rois d’Angleterre, duc de Normandie continuent jusque 1204 d’influer sur cette zone, certes avec des développements et des fluctuations selon les rois : Henri Ier, ancien comte du Cotentin reste toujours proche de cette région, alors que Jean sans terre, pourtant ancien comte de Mortain, n’a pas entretenu de lien particulier. À partir de 1137-1138, les seigneurs s’affirment et mènent des stratégies personnelles aux dépens des princes. Un second tournant débute dans les années 1193-1195. A partir de 1204, la conquête capétienne marque une nouvelle évolution dans les rapports entre le souverain et les détenteurs de pouvoirs locaux. Mais éloignée de la frontière anglo-française, c’est surtout à partir des années 1248-1254, que l’influence royale se fait sentir, notamment avec l’affirmation du pouvoir des représentants du roi, les baillis, qui encadrent progressivement les privilèges des seigneurs laïcs comme ecclésiastiques. Le règne de Philippe III (1270-1285) finit d’intégrer complètement l’ouest de la Normandie dans le domaine royal français, même si dans les textes la différence entre Normannia et Francia est toujours présente. L’ouest de la Normandie, expression volontairement imprécise, correspond toutefois à un espace cohérent. L’aristocratie qui domine cet espace met en place des stratégies matrimoniales au cœur de cette zone, on parle parfois d’aristocratie « bajocasso-cotentinaise ». Le comte de Mortain, comme d’autres seigneurs, est le bienfaiteur d’abbayes tant dans le Cotentin, dans le Bessin que dans l’Avranchin. Au XIIIe siècle, cette cohérence est renforcée par la création du bailliage du Cotentin qui englobe le diocèse de Coutances, d’Avranches, et d’une partie de celui de Bayeux. Les îles anglo-normandes sont comprises dans cette étude, puisque l’archidiaconé des îles dépend de l’évêché de Coutances, et les abbayes normandes y sont fortement implantées. L’historiographie normande a peu traité ces espaces, surtout dans une réflexion sur la volonté des princes d’y affirmer leur présence et leur pouvoir, et sur celles des aristocrates de s’affranchir de l’autorité de ces derniers. Pourtant pour répondre à ces interrogations les sources sont nombreuses, les 21 abbayes couvrant notre espace, ont presque toutes laissées de nombreux actes de la pratique, pour la plupart inédit, qui éclairent les réseaux de pouvoirs. A côté de ces milliers de chartes, les autres sources diplomatiques (actes des ducs de Normandie, des rois de France), les sources littéraires, mais aussi la sigillographie et l’archéologie permettent de discuter ce que l’on sait aujourd’hui de l’intégration d’un territoire à un royaume, et aussi de mieux appréhender la vision que les seigneurs avaient de leur pouvoir, et que les princes avaient de ces territoires.

[source : http://www.theses.fr/s116672]

Berardi Riccardo, Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Age : la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1282)

Berardi Riccardo, Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Age : la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1282), (dir. Annick Peters Custot – Université de Saint-Etienne).

En cours depuis 2014/In preparation since 2014

Aucun résumé retrouvé/No abstract available

[source : http://www.theses.fr/s105690]