Archives de catégorie : Pouvoirs et institutions politiques / Power and political institutions

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis

Claude Groud, In confinio Abrincatensis regionis. L’aristocratie des espaces frontaliers du IXe au milieu du XIIe s., thèse soutenue le 19 décembre 2019 à l’Université de Caen Normandie (V. Gazeau dir.).

 

Résumé : L’Avranchin occupe au sein du duché de Normandie une position frontalière, partageant ses confins occidentaux avec la Bretagne, le Maine et la seigneurie de Bellême. Territoire envisagé à la fois comme interface, périphérie et interstice, c’est également un espace vécu, résultat d’une dynamique propre, animée par les sociétés qui l’habitent. À travers son rapport au pouvoir et ses ambitions locales, le groupe aristocratique, dont la formation résulte d’un processus complexe et ancien, constitue une composante essentielle de l’identité frontalière.Loin d’être une région désertique, l’Avranchin présente au IXe siècle une organisation politique et sociale dans laquelle les familles aristocratiques s’intègrent. Cette société, dont on ignore le caractère endogène ou exogène, apparaît comme le produit manifeste du regnum neustrien. Elle se révèle notamment par le prisme des anciennes circonscriptions administratives, l’action royale ou encore le rôle des évêques et des ermites. Affectées par les profondes transformations du royaume carolingien, les familles aristocratiques sont touchées par l’influence des puissants groupes familiaux des Rorgonides puis des Robertiens, dont la stratégie de domination de l’espace se fait ressentir jusque dans l’Avranchin. La poussée bretonne du milieu du IXe siècle et la domination politique des comtes de Rennes accentuent le caractère composite et multiscalaire de cette société.Lorsque les ducs de Normandie, puis les comtes de Mortain, étendent leur autorité sur l’Avranchin au cours du XIe siècle, le groupe aristocratique présente une certaine forme de continuité. La mise en place d’un espace institutionnel résulte d’une construction habile, parfois fruit d’une politique d’accommodation et de compromis, et s’appuie sur des familles extérieures au territoire ou anciennement implantées dans l’Avranchin. Celles-ci façonnent leur pouvoir autour de nouvelles logiques et de nouvelles fidélités, induites par le contrôle ducal ou comtal, la détention d’offices administratifs ou la garde de forteresses. Elles ordonnent également leurs territoires suivant leurs propres dynamiques, parfois autour d’une fondation prieurale ou d’une fortification. Réseaux de relations élargis et de vassalité, cercles familiaux ou de voisinage montrent que les horizons de cette aristocratie ne s’arrêtent pas aux limites de ses possessions, ni à celles à l’Avranchin.Bien que n’ayant jamais engendré de vastes honneurs ou de grandes entités seigneuriales, les familles aristocratiques jouent un rôle essentiel le long des frontières. Parfois en appui de l’autorité ducale, mais bien souvent suivant leurs propres intérêts et au-delà de la maîtrise politique de la frontière, elles influent grandement sur les fluctuations du pouvoir dans les espaces périphériques de l’Avranchin où leurs interventions prennent diverses formes. La fondation de l’abbaye de Savigny en 1112-1113 éclaire cette société complexe, fortement marquée par les réseaux d’influence et d’alliance, où espace vécu et géographie des pouvoirs des familles aristocratiques façonnent l’espace frontalier.

Le texte de la thèse est déposé sur HAL.

Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

Fin 2018, les archéologues de l’Institut Norvégien de la Recherche sur le Patrimoine (Norsk institutt for kulturminneforskning, NIKU) ont révélé une découverte spectaculaire réalisée à Gjellestad (municipalité de Halden, Østfold) à partir de relevés géoradar : un bateau-tombe de 22 mètres de long, enterré au sein d’un ensemble de tertres funéraires et de maisons-longues. Cette annonce était d’autant plus sensationnelle qu’aucun navire viking en si bon état et aussi imposant n’avait été retrouvé en Norvège depuis plus d’un siècle. Parmi les précédents les plus notables, on compte ainsi les célèbres bateaux d’Oseberg et de Gokstad conservés et exposés à Oslo. Des fouilles prospectives ont ensuite été menées en août et en septembre 2019 et nous livrent d’ores et déjà quelques informations sur le site. Continuer la lecture de Premières fouilles sur le site de la Tombe à Bateau de Gjellestad (Østfold, Norvège)

Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Centre for Advanced Study (Oslo) – Department of Archaeology, Conservation and History (University of Oslo)

Conference – 22-23 February 2018

Det Norske Videnskaps-Akademi/Norwegian Academy of Science and Letters (Drammensveien 78, 0271 Oslo)

In high medieval Europe, conflict took a number of different forms, from large-scale battles, such as disputes over crowns, power and lands, to more local disputes over inheritance and property. In the absence of well-developed administrative structures which could limit conflict, cultural conventions, rituals and behavioural norms evolved to moderate violence within the elite community. The exchange of hostages, ransom of defeated opponents, oath-taking and creation of new bonds of friendship, all helped to re-establish stable relations between former opponents. With peace came a change in the balance of power within a region. Relationships between adversaries were restructured and redefined as treaties were concluded and new agreements made. Peace rituals allowed the new status quo to be publicly proclaimed and understood. By studying the restraint of violence and the imposition of peace, we can examine both the long and short term implications of conflict, and improve our understanding of how violence shaped the elite community in medieval Europe.

Continuer la lecture de Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Anderson Katherine, The influence of Scots and Norse law on law and governance in Orkney and Shetland 1450-1650

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (Durham University)

Continuer la lecture de Varley David Hugh, The whirling wheel : the male construction of empowered female identities in Old Norse myth and legend

Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd

Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Exeter)

Continuer la lecture de Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of St Andrews)

Continuer la lecture de McGuigan Neil, Neither Scotland nor England : Middle Britain, c.850-1150

Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia

Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Aberdeen)

Continuer la lecture de Laidoner Triin, Ancestors, their worship and the elite in Viking Age and early medieval Scandinavia

Julia Becker, Documenti latini e greci del conte Ruggero I di Calabria e Sicilia

Julia Becker, Documenti latini e greci del conte Ruggero I di Calabria e Sicilia. Edizione critica, Ricerche dell’Istituto Storico Germanico di Roma 9, Roma 2013.

 

Résumé/abstract :

Dopo la conquista della Calabria meridionale e della Sicilia (fine dell’ XI secolo), il conte Ruggero I si concentrò sul consolidamento del potere all’interno dei propri domini. Attraverso la riorganizzazione dell’amministrazione e delle strutture ecclesiastiche Ruggero pose le basi per lo sviluppo della monarchia normanna nel Mezzogiorno.

 

Nonostante la sua importanza storica mancavano finora una raccolta e un’edizione critica dei documenti da lui prodotti: l’ultimo tentativo di pubblicare gran parte dei diplomi risale ai secoli XVIII-XIX. Tale situazione documentaria ha contribuito a far sí che la figura del primo conte di Sicilia sia stata oggetto di scarso interesse storiogra- fico. Il libro raccoglie per la prima volta tutti i documenti greci e latini di Ruggero, alcuni dei quali inediti. Attraverso un apparato critico e un dettagliato commento diplomatico e contenutistico di ogni documento il libro apre la strada a possibili nuovi studi sulla storia siculo-normanna.

 

Lien/Link http://www.viella.it/libro/9788883347474

 

Nef Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles

Nef Annliese, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux XIe et XIIe siècles (B.E.F.A.R.), Rome, 2011.

 

Résumé/abstract :

Conquérant la Sicile à partir du milieu du XIe siècle, les Hauteville sont les premiers à mettre en place un gouvernement qui se définit comme chrétien et, au moins en partie, de langue latine, tout en exerçant ses prérogatives sur une population majoritairement musulmane et arabophone. Pour ce faire, ils élaborent progressivement des instruments de gouvernement, mais se font aussi les mécènes d’une production culturelle qui a suscité admiration et commentaires jusqu’à aujourd’hui.

Cet ouvrage se présente comme une enquête sur les différentes dimensions du pouvoir des Hauteville de la conquête de la Sicile à la fin du XIIe siècle (politique linguistique, construction d’un État, mécénat, mais aussi contrôle des populations et du territoire). Il vise à dé-mythifier les représentations que l’on a souvent de ce long siècle de « tolérance », mais aussi à déconstruire l’idée que l’échec de la dynastie était écrit d’avance. Il postule néanmoins que la construction « normande » en Sicile demeure originale et novatrice et qu’elle fournit des éléments de comparaison utiles à tous ceux qui analysent les situations de conquête et de gouvernement minoritaire en contexte multiculturel.

 

Lien/Link http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/conqu%C3%A8rir_et_gouverner_la_sicile_islamique_aux_xie_et_xiie_si%C3%A8cles_d9e77dd7-e8e0-11e0-bed9-000c291eeace.html

Rosa CANOSA, Il titolo comitale nella prima età normanna,

Rosa Canosa, Il titolo comitale nella prima età normanna: un esperimento di contestualizzazione, Thèse de doctorat soutenue en 2012, (dir. G. Sergi, Università degli studi di Torino)

 

Résumé/abstract :

This PhD thesis reconsiders the issue of the continuity elements in Southern Italy after the Norman conquest (eleventh–twelfth centuries), claiming that the changes in the Southern Italian political frameworks due to the strengthening of Norman powers were more noteworthy than generally recognised by scholars, as one can see by the exam of the count title (comes in Latin). Through the analysis of three main factors (i.e. the function and the social status of the counts; the nature of the wielded power and its territorial dimension) the author can prove the count title to be an important and very useful key to better understand how and how much the local élite could really continue to hold the power and to share it with the Normans (i.e. the new rulers).

***

La storiografia sui Normanni d’Italia si è da sempre confrontata con un problema identitario. La conquista normanna ha, infatti, introdotto nuovi protagonisti nel panorama politico dell’Italia del Sud, già molto vario. Si è reso necessario, dunque, da un lato indagare le permanenze e i fattori di discontinuità nei quadri istituzionali e politici; dall’altro lato, esaminare gli elementi di raccordo fra conquistatori ed élites locali. Questa tesi si inserisce all’interno di questi due filoni di indagine tradizionali, per riesaminare il problema degli elementi di continuità fra i ceti dominanti dopo la conquista (metà secolo XI-inizi XII) attraverso l’esame della titolatura e nello specifico del titolo comitale, scelto come filo conduttore perché si colloca alla convergenza di tre dimensioni diverse: la funzione e lo status sociale dei soggetti titolati, la natura del potere esercitato, e la dimensione territoriale della carica. Le indagini sono state svolte negli antichi principati longobardi, soprattutto quelli di Capua e di Benevento, e nell’antico Tema di Longobardia. Sono emersi alcuni mutamenti significativi. In primo luogo fra i detentori del titolo comitale, che dopo la conquista sono quasi unicamente normanni: i rari casi di conti longobardi (nel secolo X il titolo di conte aveva sostituito quello di gastaldo fra i Longobardi meridionali) che mantennero il titolo sotto il dominio normanno, mostrano un adeguamento sostanziale alle nuove forme di esercizio del potere diffuse dai Normanni. Anche sul piano dell’organizzazione territoriale sono stati individuati cambiamenti di rilievo, che hanno mostrato l’inadeguatezza della nozione di ‘contea normanna’ come rimando a modelli ben definiti: le tipologie di specificazione territoriale del titolo comitale ‘alternative’ all’uso del termine comitatus sono varie e rimandano alle diverse strutturazioni che i singoli conti diedero ai loro ambiti territoriali. È stato così possibile sfumare un’opposizione frequentemente proposta dagli storici fra la capacità di sopravvivenza e di integrazione dell’antica nobiltà longobarda dei principati con i nuovi dominatori, soprattutto attraverso i matrimoni misti, e la rottura provocata dalla conquista normanna nell’antico Tema di Longobardia, dove l’assenza di un preesistente ceto comitale di lingua latina e di religione cristiana rendeva più evidente il cambiamento. Nel corso del lavoro è stato possibile osservare che anche negli antichi principati longobardi, dove questo ceto era presente e dominante al momento dell’arrivo dei Normanni, emerge un mutamento molto più profondo di quanto si sia finora pensato. E che se è vero che i Normanni si ispirarono in vari modi alla tradizione di potere pubblico dei principi e dei re longobardi, è altrettanto evidente che essi costruirono empiricamente il loro potere usando materiale eterogeneo, ma soprattutto una superiorità politica che li rendeva di fatto i nuovi detentori del potere pubblico.

[Source : http://dott-sts.campusnet.unito.it/do/home.pl/ViewMobile?doc=Tesi_di_dottorato/tesi_discusse.html ]

 

 

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle)

Paquet Fabien, Abbés et pouvoirs en Normandie (début du XIIIème siècle – milieu du XVème siècle), (dir. V. Gazeau, université de Caen Normandie)

En cours depuis 2015/In preparation since 2015

Résumé/Abstract :

En 1204, la Normandie est rattachée par Philippe Auguste (1190-1223) au domaine royal capétien, c’est-à-dire aux espaces du royaume de France dont le roi est le souverain direct, car, depuis 911, la Normandie était bien dans les frontières du royaume. Pendant trois siècles, la Normandie a joui d’une autonomie qui touchait, il est vrai, à l’indépendance car elle était une pièce centrale dans l’empire anglo-normand. Cette situation a attiré l’œil des historiens depuis longtemps : il peut sembler plus glorieux de faire l’histoire d’une principauté indépendante ! Or, la Normandie d’après 1204 mérite au moins autant notre attention car elle pose deux questions centrales qui n’ont que peu été traitées par les historiens sur le long terme : comment intégrer au domaine royal une principauté aussi puissante en 1204 ? Comment les Normands gèrent-ils le changement de maître et ses conséquences ? C’est que la Normandie des XIIIe-XVe siècles offre la possibilité d’une étude d’histoire à la fois nationale et régionale : une étude de la place que les Normands se construisent, ou que l’on construit pour eux, dans le cadre d’un État capétien qui s’affirme de plus en plus jusqu’à la fin de la guerre de Cent Ans. Le clergé normand du Moyen Âge, pour sa part, a toujours attiré l’œil des historiens : c’est que la région a vu se développer quelques (très) grandes abbayes médiévales (Le Mont Saint-Michel, Le Bec, Jumièges, Savigny, Fécamp, etc.) qui sont devenues de véritables lieux de pouvoir. Mais les études concernant les abbayes prennent trop rarement en charge l’ensemble du clergé et, souvent, elles s’arrêtent en 1204. Entre 1204 et la guerre de Cent Ans, alors que les abbayes bénédictines et cisterciennes conservent un rôle central dans la vie de la principauté, monastères et abbés tombent dans un trou noir historiographique ; et la guerre de Cent Ans n’a permis de ne les en sortir que sous l’angle des dommages subis ou presque, sans s’intéresser au vécu de la guerre et aux conséquences dans les monastères, alors que les sources trahissent bien des évolutions. Une prosopographie fomera le corps de la thèse et permettra notamment d’étudier la politique royale de Philippe Auguste et ses successeurs jusqu’au XVe siècle ; la politiques des abbés lors des changements de pouvoir ; les conséquences de l’annexion sur l’organisation des abbayes ; les structures de l’Église normande ; les différences en fonction des espaces ; la question des identités normandes, françaises et anglaises dans le cadre de la naissance d’une province.

[Source : http://www.unicaen.fr/crahm/spip.php?article1004]

Svensson Ola, Nämnda ting men glömda. Ortnamn, landskap och rättsutövning

Svensson Ola, Nämnda ting men glömda. Ortnamn, landskap och rättsutövning  [Named but forgotten things: Place-names, landscape and justice], Thèse de doctorat soutenue en 2015, (dir. G. Byrman, S. Nyström, Linnéuniversitetet)

Résumé/abstract :

The dissertation describes the names related to justice and places in the landscape where justice was administered, applying an interdisciplinary perspective with place names as the chief source material. One aim is to collect and describe place names in Skåne designating or indirectly associated with meeting places and districts of the court, and to study the named places. The study covers many different periods, but especially the Middle Ages and the transition from the Late Iron Age to the Middle Ages. The analysis raises questions such as: Was there continuity in judicial sites between prehistoric and historic times? How old are the hundreds (härader)? Is there a spatial link between judicial sites and other central functions such as cult, markets, or rulers’ estates? The work is permeated by material-based onomastic research in combination with current perspectives in text research, historical geography, and archaeology. Nine case studies are conducted to describe the interaction between place, linguistic expression, and meaning. The study demonstrates the existence of a large corpus of names reflecting the early administration of justice. Most of the many field names which contain ting ‘court’ and galge ‘gallows’ can be related to the actual administration of justice. The medieval sites where courts assembled and people were executed stand out in particular, but in many cases these have prehistoric roots. Both unbroken continuity and the reuse of earlier places of assembly may be assumed. Close to sites with names indicating the administration of justice there are also landscape features with names that grant epic and mythical status to the locale. The special quality of these places was handed down, incorporated in larger narratives, based on changing ideas and circumstances in different periods. The landscape of the hundred courts (häradsting) is archaic, magnificent and mythical, and shared, qualities that contributed to the maintenance and legitimation of judicial practice. A division into a general, public judicial sphere and a more limited and exclusive sphere can be seen. In the medieval exercise of justice this division is manifested in two different judicial districts – härad and birk – but the phenomenon can be traced back to the Late Iron Age. The study also problematizes a traditional image of the names of the hundreds.

[Source : http://lnu.diva-portal.org/smash/record.jsf?pid=diva2%3A858241&dswid=-3585]