Archives de catégorie : Relations internationales, conquêtes, guerre et paix / International relations, conquests, war and peace

Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord

Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord (VII-XIIe s.), dir. Alban Gautier, Université de Caen Normandie, CRAHAM UMR 6273.

Résumé du projet

Le VIIe siècle est marqué par une intensification des échanges et des migrations dans les mers du nord. Des côtes de l’Islande jusqu’aux rives baltes, en passant par les îles Britanniques, s’opèrent des interactions sociales variées entre peuples par le biais du commerce, de l’évangélisation, de la guerre. Le phénomène viking, entre autres, s’insère dans ce prisme.

Le sujet de cette thèse, au regard de ces nombreux contacts, invite à prendre en compte les dimensions relationnelles entre individus et leurs motivations à agir de façon plus ou moins clémente, non seulement avec ceux qu’ils considèrent comme relevant du même groupe social, ethnique et religieux qu’eux, mais aussi avec ceux qu’ils estiment ne pas en faire partie : soit à titre d’adversaires, soit en qualité de peuple conquis et soumis ou soit en tant que pratiquants de culte distinct. Les conséquences sont régulièrement la mise à mort, la réduction en esclavage, la négociation par le biais d’otages et de rançons.

Continuer la lecture de Jean-Louis Parmentier, Rançon et rachat des captifs en Europe du Nord

Call for Papers Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds

Picture: The Dove of Peace between two soldiers (France, Tours, Bibliothèque municipale, Ms. 568 f. 249v)

Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds (Viking World, Normandy, British Isles, Southern Italy and Sicily, 9th-12th Century)

[Click here for the French version]

Cerisy-la- Salle, October 5-9, 2022

Direction:

  • Pierre Bauduin, University of Caen Normandy, CRAHAM
  • Annick Peters-Custot, University of Nantes, CRHIA
  • Simon Lebouteiller, Sorbonne University, CRAHAM

The transition from a state of war, which corresponded with a territorial conquest, to a state of peace, which was necessary for a new political construction, is less and less viewed as a qualitative gap between the violence of fierce conquerors and the peaceful establishment of new forms of government over conquered territories and populations. War and peace have often been perceived as two antithetical principles, so that contemporary historical thought leaves little scope for in-between situations in which violent confrontations are not predominant any more even if they still occur.

Continuer la lecture de Call for Papers Conquering, Subduing, Governing: Theories and Practices of “Pacification” in the Norman Worlds

Appel à communications Conquérir, soumettre, gouverner : Théories et pratiques de la « pacification » dans les mondes normands

Image : Colombe de la paix entre deux soldats (France, Tours, Bibliothèque municipale, Ms. 568 f. 249v)

Conquérir, soumettre, gouverner : Théories et pratiques de la « pacification » dans les mondes normands (monde viking, Normandie, îles Britanniques, Italie méridionale et Sicile, IXe-XIIe siècle)

[Click here for the English version]

Colloque de Cerisy-la-Salle, 5-9 octobre 2022

Organisation:

  • Pierre Bauduin, Université de Caen Normandie, CRAHAM
  • Annick Peters-Custot, Université de Nantes, CRHIA
  • Simon Lebouteiller, Sorbonne Université, CRAHAM

Le passage de l’état de guerre, présidant à une conquête territoriale, à l’état de paix nécessaire à une nouvelle construction politique est de moins en moins pensé comme un fossé qualitatif qui séparerait la violence guerrière exercée par de féroces conquérants, d’une part,  de l’établissement apaisé de nouvelles formes de gouvernement sur des territoires et les populations conquis de l’autre. Souvent perçues comme deux états antinomiques, la guerre et la paix laissent peu de place, dans la pensée historique contemporaine, à des situations d’entre-deux dans lesquelles la violence des affrontements, même toujours présente ou mise en réserve, n’a plus la première place.

Continuer la lecture de Appel à communications Conquérir, soumettre, gouverner : Théories et pratiques de la « pacification » dans les mondes normands

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154

Hugo Fresnel, Conception et usages de la violence dans les mondes normands médiévaux, 911-1154 : une préhistoire de la violence d’Etat ?, dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

Bien que de plus en plus présente dans l’historiographie médiévale, la violence n’a pas fait l’objet d’une synthèse pour les mondes normands médiévaux. Le but de cette thès, entamée en septembre 2020, est d’y remédier en posant la question, volontairement anachronique, de la violence d’Etat dans les mondes normands, entre 911, fondation du duché de Normandie, et 1154, date, en particulier, de l’avènement des Plantagenêts mais aussi de la mort de Roger II de Sicile. L’objectif est de comprendre de quelle violence peut faire preuve le pouvoir comtal, ducal et royal tout en préservant sa légitimité vis-à-vis des autres groupes sociaux des mondes normands, en particulier l’aristocratie. Deux points peuvent être mis en avant.

Premièrement, le but est d’étudier, dans une perspective d’anthropologie historique, les normes de la violence afin de savoir quels actes étaient considérés comme étant acceptables dans la société médiévale et dans quelles circonstances. La notion centrale de ce questionnement est celle de légitimité ce qui suppose une étude conjointe à la fois des conceptions et des usages de la violence afin d’essayer d’approcher au mieux les normes de la violence. Dans ce souci d’étudier la violence comme phénomène propre à la société médiévale, un accent sera mis sur le nécessaire travail de définition de la violence en elle-même, terme souvent flou et dont certaines facettes (en particulier celle de la violence symbolique) sont encore presque absentes de l’historiographie médiévale.

Deuxièmement, à l’influence anthropologique s’ajoute une étude d’histoire politique et sociale. Le dessein de ce travail est de partir de l’Etat (terme dont il faudra questionner la pertinence pour ce contexte) et de voir dans quelle mesure la violence peut être considérée comme un outil politique au service du prince et de son pouvoir. En ce sens, étudier la violence dans les mondes normands est un moyen de reprendre la question de la genèse de l’Etat moderne et de l’évolution du pouvoir monarchique pour des siècles qui, dans l’historiographie, n’ont pas été abordés de ce point de vue.

Pour pouvoir répondre à ces différentes questions, le cadre des mondes normands permet une approche comparatiste salutaire, en prenant en compte le duché de Normandie, le royaume d’Angleterre après 1066 et l’Italie du Sud à partir de l’arrivée des premiers normands au XIe siècle. C’est un élément essentiel parce qu’au-delà de la comparaison de différents espaces, prendre en compte la diversité des mondes normands permet de disposer de données sur des exemples de mêmes faits, par exemple des épisodes de conquêtes, et de voir quelle est la part de la violence dans tel ou tel phénomène. Le cadre des mondes normands permet aussi d’avoir recours à de nombreuses sources de natures multiples. Leur croisement permettra de disposer du plus de données possible mais aussi de points de vue différents sur un même phénomène afin d’éviter d’en avoir une lecture biaisée.

                        Hugo Fresnel, CRAHAM UMR 6273

Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux

 Bastien Michel, Mobilités et réseaux aristocratiques dans les mondes normands médiévaux : les élites entre Vire et Dives (Xe – XIIIe siècle), dir. P. Bauduin, Université de Caen Normandie CRAHAM

Résumé du projet

 Notre projet s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master, soutenu en 2016 et consacré à l’implantation des élites normandes dans le Gloucestershire (1066 – 1154). En poursuivant ces premières recherches dans le cadre d’une thèse, entamée en septembre 2020, il s’agit d’étudier de manière approfondie l’aristocratie du duché de Normandie, sous l’angle des réseaux et des mobilités (sociales, géographiques), permettant de comprendre son insertion dans les mondes normands. Le choix d’un périmètre restreint, centré sur la Normandie moyenne et délimité par le cours de la Vire et de la Dives, est justifié par l’importance des fonds conservés pour cet espace dans les archives départementales du Calvados (évêché de Bayeux et établissements monastiques).

 Nous voudrions ainsi contribuer à mieux connaître ce groupe social implanté entre Dives et Vire, dont l’historiographie a souligné l’implication dans la conquête de l’Angleterre, de l’Italie du Sud et de la Sicile. Une telle étude se proposerait également d’éclairer le rôle que ce groupe a joué à des moments décisifs de l’histoire du duché. L’analyse porte sur une période s’étendant :

  • depuis la consolidation du pouvoir des premiers successeurs de Rollon, en Normandie moyenne, à la fin du Xe siècle (qui coïncide avec l’apparition dans la documentation de familles importantes comme les Montgommery) ;
  • jusqu’à la signature du traité de Paris en 1259 ; celui-ci prend acte de la séparation de l’Angleterre et de la Normandie et contraint les dernières familles implantées de part et d’autre de la Manche à réorganiser leurs domaines. Pour l’Italie du Sud et la Sicile, l’étude pourrait également inclure les premières décennies du XIIIe siècle, qui marquent aussi une réorganisation de l’implantation aristocratique normande après la disparition du dernier roi normand de Sicile et l’intégration du royaume de Sicile au domaine des empereurs de la dynastie des Hohenstaufen.

L’approche prosopographique est privilégiée. Elle doit permettre de mieux cerner cette aristocratie locale par la construction d’un questionnaire stéréotypé et la mise en série de fiches individuelles sous format numérique, inspirées de l’outil Thesaurus développé au Pôle du document numérique de la MRSH de Caen et au CRAHAM.

 Il conviendra ensuite de mener une analyse des réseaux sociaux qui structurent ce groupe, afin de mieux comprendre l’ensemble des variables relationnelles qui lient les individus entre eux, tant de manière horizontale que verticale : par exemple, les liens familiaux, « féodo-vassaliques », de service, d’amitié, de parrainage, de voisinage ou de patronage religieux. En mettant l’accent sur les mobilités à différentes échelles (locale, à l’échelle du duché et des mondes normands médiévaux), nous souhaiterions également insister sur les trajectoires géographiques et sociales complexes des membres de ce groupe.

 

                                    Bastien Michel, CRAHAM UMR 6273

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie

Victor Barabino, Cultures militaires et cultures religieuses en Scandinavie au tournant de la christianisation : une nouvelle articulation entre guerre et foi, Xe-XIIIe siècle, dir. Alban Gautier (Université de Caen Normandie, CRAHAM), codir. Ryan Lavelle (Université de Winchester)

Résumé du projet 

En quoi la christianisation a-t-elle impliqué un rapport différent à la guerre chez les « hommes du Nord » ? Le présent travail de recherche, mené depuis 2019, porte sur la relation au conflit armé dans les mondes scandinaves médiévaux (royaumes scandinaves, Islande et îles Britanniques) tout au long du processus de conversion des monarchies scandinaves qui s’enclenche à la fin de l’époque viking (fin du Xe siècle – fin du XIIIe siècle). Le projet s’inscrit ainsi dans l’axe transversal B du CRAHAM sur les « Mondes normands dans l’Europe médiévale » en s’attachant à montrer une communauté de cultures militaires et religieuses entre ces différents espaces

Le premier objectif est d’étudier les héritages de l’âge viking qui perdurent dans les conceptions de la guerre après la christianisation, qu’il s’agisse de structures militaires (bandes armées), de pratiques (banquet, tactique du raid et de l’expédition, armements) ou de représentations (figure du guerrier fauve) associées au conflit armé, principalement à partir de sources archéologiques (runes, mobilier funéraire) et mythologiques (eddas, poésie scaldique).

Il s’agit ensuite de déceler dans les formes de cultures guerrières qui émergent avec la christianisation des éléments de transfert des modèles occidentaux, au travers de nouvelles institutions (gardes royales, armées permanentes) et conceptions (idéologies de la « guerre juste » et de la croisade) découlant de l’instauration de monarchies chrétiennes en Scandinavie. Le travail est ainsi mené à la fois du point de vue de l’histoire des représentations à partir de sources narratives telles que les sagas (Heimskringla) ou la Gesta Danorum, et de l’histoire institutionnelle à partir de textes normatifs comme les Lois de la hird (auxquelles un mémoire a précédemment été consacré) ou la Lex Castrensis de Sven Aggesen. L’étude adopte ici une démarche comparative visant à distinguer les modèles d’armées qui émergent au cours de la période dans cette « diaspora viking » (Judith Jesch, 2015).

Le projet de recherche doit ainsi aboutir à une vision différenciée selon les espaces des mutations qui ont eu lieu dans la manière de concevoir, d’organiser et de faire la guerre au cours de la christianisation des « hommes du Nord ». Il s’attache à déterminer ce qui, dans le rapport au conflit armé des peuples scandinaves, tient de l’appropriation de modèles occidentaux importés avec la nouvelle religion et ce qui relève de spécificités régionales, héritées des cultures guerrières païennes.

 

                                     Victor Barabino, CRAHAM UMR 6273

Archaeologies of the Norman Conquest

Archaeologies of the Norman Conquest is a new research network examining the cultural, social, and political implications of the Norman Conquest through an explicit focus on archaeology and material culture. Its chief aims are to highlight the new insights and nuanced interpretations that archaeology can bring to this fundamental turning point in British history, and to articulate an inclusive research framework for the 11th and 12th centuries that brings together the scientific, humanistic, academic, professional, and public engagement arms of archaeology. It seeks to raise both academic and public awareness of the important role archaeology has to play in understanding this cultural touchstone.

This network is based around a series of three workshops, focusing on the themes of interpretative agendas, methodologies, and heritage and public impacts. Current research is beginning demonstrate that not only is the Norman Conquest visible in the archaeological record at a wide range of social levels and in many aspects of life, but also that if the right questions are asked of the data, the conclusions we can draw from the archaeology often contradict or add considerable nuance to the story of the Conquest told in the documentary record. By providing a forum for the presentation of innovative scholarship and the discussion of new questions, agendas, and research directions, the network will contribute to re-evaluating the long-standing narratives of the Conquest, its process, and its aftermath.

This project is funded by an AHRC Research Networking grant, led by the universities of York and Nottingham, with partnership from Norwich Castle Museum.

https://www.normanarchaeology.org/

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century, Thèse de doctorat soutenue en 2018 (Université de Cambridge)

Continuer la lecture de Caitlin Ellis, The identity and international relations of Orkney and Dublin in the long eleventh century

Beñat Elortza, A comparative analysis of the transformation of the Scandinavian military apparatus from a European perspective, c. 1035-1202

Beñat Elortza, A comparative analysis of the transformation of the Scandinavian military apparatus from a European perspective, c. 1035-1202, Thèse de doctorat soutenue en 2017 (Université d’Aberdeen)

Continuer la lecture de Beñat Elortza, A comparative analysis of the transformation of the Scandinavian military apparatus from a European perspective, c. 1035-1202

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark, Thèse de doctorat soutenue en 2016 (University College London)

Continuer la lecture de Louisa Taylor, Moderation and restraint in the North : ideals of elite conduct in High Medieval England, Norway and Denmark

The Viking Phenomenon

The Viking Phenomenon

Responsables du projet/Project leaders : Neil Price

Établissements principaux/Main institutions : Université d’Uppsala

Projet en cours/Project in progress

Description :

The Viking Age (c.750-1050 CE) has long been a touchstone of identity in the Nordic countries, not least in Sweden where the primary project focus lies. While the Vikings enjoy a popular recognition common to few other ancient cultures, their history has been reinvented, used and abused to suit the needs of successive generations, in a process that continues today.

Continuer la lecture de The Viking Phenomenon

Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Centre for Advanced Study (Oslo) – Department of Archaeology, Conservation and History (University of Oslo)

Conference – 22-23 February 2018

Det Norske Videnskaps-Akademi/Norwegian Academy of Science and Letters (Drammensveien 78, 0271 Oslo)

In high medieval Europe, conflict took a number of different forms, from large-scale battles, such as disputes over crowns, power and lands, to more local disputes over inheritance and property. In the absence of well-developed administrative structures which could limit conflict, cultural conventions, rituals and behavioural norms evolved to moderate violence within the elite community. The exchange of hostages, ransom of defeated opponents, oath-taking and creation of new bonds of friendship, all helped to re-establish stable relations between former opponents. With peace came a change in the balance of power within a region. Relationships between adversaries were restructured and redefined as treaties were concluded and new agreements made. Peace rituals allowed the new status quo to be publicly proclaimed and understood. By studying the restraint of violence and the imposition of peace, we can examine both the long and short term implications of conflict, and improve our understanding of how violence shaped the elite community in medieval Europe.

Continuer la lecture de Peacemaking and the Restraint of Violence in Medieval Europe (1100-1300): Practices, Actors and Behaviour

Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd

Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd, Thèse de doctorat soutenue en 2015 (University of Exeter)

Continuer la lecture de Veninger Jacqueline, Archaeological landscapes of conflict in twelfth-century Gwynedd

From Vikings to Normans in England and Ireland

Article publié dans le dossier thématique – actes de la journée d’étude du 20 novembre 2015, Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux I – Des mots pour le dire ?

From Vikings to Normans in England and Ireland

David Griffiths

University of Oxford, England, UK


In this short piece, I address the ways in which historians and archaeologists have approached, interpreted and described the Viking and Norman presences in England and Ireland. These are treated as very different phenomena, yet in many ways have similar origins and effects. ‘Vikings’ (a word hardly used in near-contemporary historical sources, which use ‘Northmen’, ‘Gentiles’, Foreigners’) became a feature of English and Irish historical consciousness from the 780s AD, with raids followed by more sustained semi-systematic warfare coupled to settlement and assimilation, and ultimately dynastic rivalry and competing claims on statehood. The latter are exemplified in England by the successful attempt by Svein Forkbeard of Denmark to wrest the crown and make way for his son Cnut’s accession in 1016, and in Ireland by the creation of the kingdom of Dublin and the failed attempts by external powers in the Norse world to invade Ireland in 1014 and by Magnus Barelegs of Norway in 1098/1103. Duke William of Normandy, it will need no reminder to say, invaded southern England in 1066, and over the following 20 years (expensively and often bloodily) established Norman rule over the majority of the country. An important dimension to the Norman invasion is its coincidence with the Northumbrian rebellion against Harold II and the Norwegian invasion led by Harald Hardraði, which narrowly failed at the Battle of Stamford Bridge on 25 September 1066, three days prior to the Norman fleet landing at Pevensey, Sussex. Following William’s success at Hastings, and his assumption of the crown, further unsuccessful Danish campaign was mounted against England in 1069-70. Subsequently in 1169-71, led initially by Norman settlers from West Wales, and representing the king Henry II (also Duke of Normandy and Aquitaine and Count of Anjou), an Anglo-Norman army landed (initially by Irish invitation) in south-eastern Ireland, rapidly effecting a take-over of the towns and then the Irish countryside. Continuer la lecture de From Vikings to Normans in England and Ireland

« Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) »

 Simon Lebouteiller a le plaisir de vous inviter à la soutenance de sa thèse :

« Faire la paix dans la Scandinavie médiévale. Recherche sur les formes de pacification et les rituels de paix dans le monde scandinave au Moyen Âge (VIIIe-XIIIe siècle) »

qui aura lieu le 21 octobre prochain à 14h00 dans l’amphithéâtre de la MRSH (Université de Caen, Campus 1), devant un jury composé de :

· M. Sverre Bagge, professeur, Université de Bergen (rapporteur)
· M. Pierre Bauduin, professeur, Université de Caen Normandie (directeur de thèse)
· Mme Geneviève Bührer-Thierry, professeure, Université Panthéon-Sorbonne (examinateur)
· M. François Émion, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne (examinateur)
· M. Jean-Marie Maillefer, professeur, Université Paris-Sorbonne (codirecteur de thèse)
· M. Jean-Marie Moeglin, professeur, Université Paris-Sorbonne ; directeur de recherche, EPHE (rapporteur)

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés. Afin de faciliter son organisation, veuillez confirmer votre présence à l’adresse suivante :
simon.lebouteiller@unicaen.fr

capture-decran-2016-10-11-a-10-18-47